En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Tabou

Attentats de Paris : qui sont ces Français favorables au port d’arme (et pourquoi sont-ils toujours inaudibles) ?

Publié le 25 décembre 2015
Alors que la réflexion sur le port d'arme aux Etats Unis s'intensifie après la tuerie de San Bernandino, le sujet est invisible dans l'hexagone. Un phénomène qui s'explique par le fait que la Constitution française ne permette pas ce débat, faisant des armes le fruit d'un tabou institutionnalisé.
Romain Mielcarek est journaliste indépendant, spécialiste des questions de défense et de relations internationales. Docteur en sciences de l'information et de la communication, il étudie les stratégies d'influence militaires dans les conflits....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Mielcarek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Mielcarek est journaliste indépendant, spécialiste des questions de défense et de relations internationales. Docteur en sciences de l'information et de la communication, il étudie les stratégies d'influence militaires dans les conflits....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la réflexion sur le port d'arme aux Etats Unis s'intensifie après la tuerie de San Bernandino, le sujet est invisible dans l'hexagone. Un phénomène qui s'explique par le fait que la Constitution française ne permette pas ce débat, faisant des armes le fruit d'un tabou institutionnalisé.

Atlantico : Le débat autour du port d'armes aux Etats-Unis ressurgit après la tuerie de San Bernardino. En France au contraire, le débat autour du port d'arme est totalement tabou. Comment expliquer une telle différence ?

Romain Mielcarek : Le débat autour du port d’armes en France n’est pas tabou. Il y a tout simplement beaucoup moins de gens intéressés et/ou concernés par le sujet. Aux Etats-Unis, des territoires importants souffrent d’un déficit de présence policière pour assurer la sécurité collective. Ce problème est d’ailleurs historique (ca a toujours été le cas), politique (on n’a jamais voulu le régler) et culturel (les Américains ont pris l’habitude de se débrouiller autrement).

Chez nous, les citoyens qui réclament le droit de porter des armes sont de deux ordres. D’une part, des excités de la gâchette, amoureux des flingues, avides d’en découdre, plutôt sur une ligne très à droite (sans être des militants politiques). D’autre part, des ultra-libéraux, souvent assez jeunes, qui veulent réduire au maximum le rôle de l’Etat, y compris en matière de sécurité collective.

Ultra minoritaires, ces pro-armes font un lobby qui reste peu visible. Ils publient des tribunes sur une poignée de sites d’information de droite, conservatrice ou libérale. Ils militent également sur les réseaux sociaux, en particulier en rebondissant sur des thématiques liées au terrorisme ou aux drames impliquant l’utilisation d’armes.

Leur argumentaire repose sur des archives démontrant que la question s’est posée, lors de la rédaction de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen en 1789, d’inclure le passage suivant : "Aucun pays n'est plus paisible et n'offre une meilleure police que ceux où la nation est armée." Ils font le choix de comprendre dans cette phrase que le citoyen, en tant qu’individu, et non à travers des représentants communs formés à cette fin (armée, gendarmerie, police), doit être armé.

Ils se rapprochent ainsi des Américains, nombreux, qui font le choix de comprendre le deuxième amendement de la Constitution de la même manière. Il précise que : "Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un Etat libre, le peuple a le droit de détenir et de porter des armes." Aux Etats-Unis, le débat porte sur ce droit : est-il individuel ou collectif ?

Vous noterez que dans la Constitution américaine, le débat est plus facile que dans le cas de la phrase qui aurait pu apparaître dans la Déclaration des Droits de l’homme en France.

Robert Ménard a créé une milice citoyenne qui n'a pas la possibilité de porter des armes. De telles initiatives sont-elles susceptibles de relancer ce débat ou les obstacles qui s'y opposent sont trop forts ? 

Je ne crois pas. Les Français n’ont pas, je pense, l’envie de détenir les armes… Et encore moins de s’organiser en milices. Robert Ménard défend une vision qui me semble parfaitement archaïque de la sécurité collective. Il est faux de dire que nous avons un problème grave de présence policière en France. La sécurité est le travail de la police. Lorsqu’il y a des failles ou des inquiétudes, alors il faut améliorer ou discuter de la couverture policière du territoire, de sa visibilité et de ses missions.

Notons également que l’utilisation d’une arme est un exercice complexe. Je suis instructeur de tir, je peux en témoigner : il faut prendre du temps pour être compétent, beaucoup de temps… Et pratiquer régulièrement. Manier une arme à feu n’est pas aussi simple que de monter sur un vélo. D’autant plus dès lors que l’on parle de se servir d’une arme dans une situation potentiellement dangereuse : les forces de l’ordre savent d’ailleurs bien à quel point c’est difficile. Les professionnels pourront vous le dire : il est difficile de toucher à 15 mètres avec un pistolet automatique, à 300 mètres avec un fusil d’assaut et à 600 mètres avec un fusil de précision.

Les pays où l’on déploie des milices et les régions où tout le monde s’arme sont des endroits marqués par une forte instabilité, en particulier sécuritaire. Soyons un peu sérieux, ce n’est pas le cas de la France… Et certainement pas le cas de Béziers !

Des armes à feu circulent tout de même en France et il est de plus en plus facile pour les civils de s'en procurer (notamment à Marseille, ou la sénatrice Samia Ghali avait demandé l'aide de l'armée pour sécuriser les cités). La France ferme-t-elle les yeux sur ce problème ? Ne devrait-elle pas briser le tabou et entamer un véritable débat autour de ces questions ?

Samia Ghali est effectivement une habituée de ce type de déclarations. Il y a deux hypothèses. La première, c’est qu’elle ne soit pas capable de comprendre les différentes missions incombant aux forces de l’ordre dans notre pays. Je n’ose l’imaginer. L’armée est formée pour intervenir dans des zones de guerre, pas pour faire la police dans un quartier difficile… Et encore moins pour interpeller des délinquants ou des criminels.

On peut facilement faire la comparaison avec le risque incendie. L’armée est utilisée l’été pour aider les services de secours… avec un soutien logistique. Mais si les feux de forêts se multiplient, on n’envoie pas les chars : on forme et on déploie plus de pompiers. C’est la même chose ici : pour faire face à des criminels ou délinquants, on a besoin de plus de policiers, mieux équipés, pas de moyens logistiques ni de chars.

La seconde hypothèse, c’est que Samia Ghali fasse de la communication : elle envoie un message de désespoir. C’est aussi ce qu’a fait la maire de Calais récemment en réclamant l’aide de l’armée pour gérer les migrants. Il s’agit surtout d’appeler les autorités politiques à prendre leurs responsabilités en mettant en place des solutions.

Si je préfère rester optimiste et penser que nos responsables politiques connaissent les rôles des uns et des autres, le fait est que l’on a facilement tendance dans notre pays à tout mélanger. L’armée n’est pas là pour remplacer la police ou les services de renseignement. Tout comme elle n’a pas vocation à éduquer la jeunesse en lui apprenant à se lever le matin et à laver ses slips. Elle est d’ailleurs plus que mobilisée pour mener des opérations militaires à travers le monde, pour défendre le pays.

Si l’on voulait que finalement, l’armée soit utilisée pour éduquer la jeunesse, chasser les trafiquants de drogue ou encore pour protéger les moutons des loups, alors il faut changer nos lois, l’organisation de nos régiments et leur donner des moyens adaptés à de telles missions. Pour ma part, je préfère qu’on laisse l’armée combattre des groupes armés hors de nos frontières… Et qu’on laisse les policiers s’occuper des dealers et les bergers des moutons. Chacun son métier.

Je crois qu’en l’occurrence, les exemples que vous donnez relèvent au mieux de l’agitation médiatique… Au pire de la plus crasse incompétence. Je laisse vos lecteurs faire leur choix.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

G7 à haut risque : des compromis sont-ils possibles dans le monde occidental divisé de Donald Trump ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pessimiste actif
- 22/12/2015 - 14:41
@ Leucate
Je vois que monsieur est un connaisseur... ;-)
Un pistolet n'en reste pas moins une arme semi-automatique, le PA Mac 50 avec lequel j'ai tiré aussi il y a un certain temps a fait la place à d'autres armes de poing plus performantes.
Il n'en reste pas moins qu'une arme de poing tirant en rafale n'a guère d'intérêt, à part pour les gardes-frontière autrichiens et leur Glocks 18!
Portez-vous bien.
Leucate
- 22/12/2015 - 03:41
@Pessimiste actif :-))
Là, vous jouez un peu sur les mots. Celui qui connaît un peu les armes sait que les pistolets, qui datent des années 1880/90, sont semi-automatiques, et je ne parle même pas des revolvers, qui datent des années 1830/40 (Samuel Colt) qui firent la Guerre de Sécession et, chez nous, celle de 1870 avant de recevoir les premières cartouches en laiton (1868) à percussion centrale (le Colt 1873 "peacemaker", héros des films de western.)
Par commodité, on dit un pistolet automatique, ce qu'annoncent aussi les constructeurs en gravant sur leur arme les lettres "PA" et non PSA (exemple le PA mac 50 que j'ai longtemps utilisé, une arme excellente, rustique mais précise et sure.
Leucate
- 22/12/2015 - 02:57
@j'accuse - Vol à main armée
C'est un délit grave, qui était puni durement, c'est à dire selon le tarif figurant dans l'article du code pénal le prévoyant et le punissant, à une époque pas si lointaine, une vingtaine, une trentaine d'années, où la Justice fonctionnait encore.
Les truands le savaient et les plus malins évitaient d'avoir sur eux une arme car ils connaissaient la sanction.
Ce n'est plus le cas aujourd'hui.
Quant à votre affirmation qu'il faut se laisser faire, ce n'est sans doute pas très malin. Avec la brutalité des malfrats actuels, certains de ne pas être sanctionnés durement, vous ne savez pas ce qu'ils sont capables de faire s'ils vous maîtrisent vous et votre famille. Pour ma part, j'ai ce qu'il faut - légalement - à la maison et je n'hésiterai pas à m'en servir si jamais des individus armés rentrent chez moi. Et de toutes façons, il vaut mieux être jugé par douze hommes que porté par six.
Des malfrats armés ne sont certainement pas des tendres.