En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 12 min 2 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 5 heures 36 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 5 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 7 heures 33 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 8 heures 10 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 36 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 2 heures 48 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 5 heures 9 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 5 heures 43 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 6 heures 17 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 2 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 7 heures 11 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 8 heures 11 min
© Reuters
© Reuters
Tabou

Attentats de Paris : qui sont ces Français favorables au port d’arme (et pourquoi sont-ils toujours inaudibles) ?

Publié le 25 décembre 2015
Alors que la réflexion sur le port d'arme aux Etats Unis s'intensifie après la tuerie de San Bernandino, le sujet est invisible dans l'hexagone. Un phénomène qui s'explique par le fait que la Constitution française ne permette pas ce débat, faisant des armes le fruit d'un tabou institutionnalisé.
Romain Mielcarek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Mielcarek est journaliste indépendant, spécialiste des questions de défense et de relations internationales. Docteur en sciences de l'information et de la communication, il étudie les stratégies d'influence militaires dans les conflits. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la réflexion sur le port d'arme aux Etats Unis s'intensifie après la tuerie de San Bernandino, le sujet est invisible dans l'hexagone. Un phénomène qui s'explique par le fait que la Constitution française ne permette pas ce débat, faisant des armes le fruit d'un tabou institutionnalisé.

Atlantico : Le débat autour du port d'armes aux Etats-Unis ressurgit après la tuerie de San Bernardino. En France au contraire, le débat autour du port d'arme est totalement tabou. Comment expliquer une telle différence ?

Romain Mielcarek : Le débat autour du port d’armes en France n’est pas tabou. Il y a tout simplement beaucoup moins de gens intéressés et/ou concernés par le sujet. Aux Etats-Unis, des territoires importants souffrent d’un déficit de présence policière pour assurer la sécurité collective. Ce problème est d’ailleurs historique (ca a toujours été le cas), politique (on n’a jamais voulu le régler) et culturel (les Américains ont pris l’habitude de se débrouiller autrement).

Chez nous, les citoyens qui réclament le droit de porter des armes sont de deux ordres. D’une part, des excités de la gâchette, amoureux des flingues, avides d’en découdre, plutôt sur une ligne très à droite (sans être des militants politiques). D’autre part, des ultra-libéraux, souvent assez jeunes, qui veulent réduire au maximum le rôle de l’Etat, y compris en matière de sécurité collective.

Ultra minoritaires, ces pro-armes font un lobby qui reste peu visible. Ils publient des tribunes sur une poignée de sites d’information de droite, conservatrice ou libérale. Ils militent également sur les réseaux sociaux, en particulier en rebondissant sur des thématiques liées au terrorisme ou aux drames impliquant l’utilisation d’armes.

Leur argumentaire repose sur des archives démontrant que la question s’est posée, lors de la rédaction de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen en 1789, d’inclure le passage suivant : "Aucun pays n'est plus paisible et n'offre une meilleure police que ceux où la nation est armée." Ils font le choix de comprendre dans cette phrase que le citoyen, en tant qu’individu, et non à travers des représentants communs formés à cette fin (armée, gendarmerie, police), doit être armé.

Ils se rapprochent ainsi des Américains, nombreux, qui font le choix de comprendre le deuxième amendement de la Constitution de la même manière. Il précise que : "Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un Etat libre, le peuple a le droit de détenir et de porter des armes." Aux Etats-Unis, le débat porte sur ce droit : est-il individuel ou collectif ?

Vous noterez que dans la Constitution américaine, le débat est plus facile que dans le cas de la phrase qui aurait pu apparaître dans la Déclaration des Droits de l’homme en France.

Robert Ménard a créé une milice citoyenne qui n'a pas la possibilité de porter des armes. De telles initiatives sont-elles susceptibles de relancer ce débat ou les obstacles qui s'y opposent sont trop forts ? 

Je ne crois pas. Les Français n’ont pas, je pense, l’envie de détenir les armes… Et encore moins de s’organiser en milices. Robert Ménard défend une vision qui me semble parfaitement archaïque de la sécurité collective. Il est faux de dire que nous avons un problème grave de présence policière en France. La sécurité est le travail de la police. Lorsqu’il y a des failles ou des inquiétudes, alors il faut améliorer ou discuter de la couverture policière du territoire, de sa visibilité et de ses missions.

Notons également que l’utilisation d’une arme est un exercice complexe. Je suis instructeur de tir, je peux en témoigner : il faut prendre du temps pour être compétent, beaucoup de temps… Et pratiquer régulièrement. Manier une arme à feu n’est pas aussi simple que de monter sur un vélo. D’autant plus dès lors que l’on parle de se servir d’une arme dans une situation potentiellement dangereuse : les forces de l’ordre savent d’ailleurs bien à quel point c’est difficile. Les professionnels pourront vous le dire : il est difficile de toucher à 15 mètres avec un pistolet automatique, à 300 mètres avec un fusil d’assaut et à 600 mètres avec un fusil de précision.

Les pays où l’on déploie des milices et les régions où tout le monde s’arme sont des endroits marqués par une forte instabilité, en particulier sécuritaire. Soyons un peu sérieux, ce n’est pas le cas de la France… Et certainement pas le cas de Béziers !

Des armes à feu circulent tout de même en France et il est de plus en plus facile pour les civils de s'en procurer (notamment à Marseille, ou la sénatrice Samia Ghali avait demandé l'aide de l'armée pour sécuriser les cités). La France ferme-t-elle les yeux sur ce problème ? Ne devrait-elle pas briser le tabou et entamer un véritable débat autour de ces questions ?

Samia Ghali est effectivement une habituée de ce type de déclarations. Il y a deux hypothèses. La première, c’est qu’elle ne soit pas capable de comprendre les différentes missions incombant aux forces de l’ordre dans notre pays. Je n’ose l’imaginer. L’armée est formée pour intervenir dans des zones de guerre, pas pour faire la police dans un quartier difficile… Et encore moins pour interpeller des délinquants ou des criminels.

On peut facilement faire la comparaison avec le risque incendie. L’armée est utilisée l’été pour aider les services de secours… avec un soutien logistique. Mais si les feux de forêts se multiplient, on n’envoie pas les chars : on forme et on déploie plus de pompiers. C’est la même chose ici : pour faire face à des criminels ou délinquants, on a besoin de plus de policiers, mieux équipés, pas de moyens logistiques ni de chars.

La seconde hypothèse, c’est que Samia Ghali fasse de la communication : elle envoie un message de désespoir. C’est aussi ce qu’a fait la maire de Calais récemment en réclamant l’aide de l’armée pour gérer les migrants. Il s’agit surtout d’appeler les autorités politiques à prendre leurs responsabilités en mettant en place des solutions.

Si je préfère rester optimiste et penser que nos responsables politiques connaissent les rôles des uns et des autres, le fait est que l’on a facilement tendance dans notre pays à tout mélanger. L’armée n’est pas là pour remplacer la police ou les services de renseignement. Tout comme elle n’a pas vocation à éduquer la jeunesse en lui apprenant à se lever le matin et à laver ses slips. Elle est d’ailleurs plus que mobilisée pour mener des opérations militaires à travers le monde, pour défendre le pays.

Si l’on voulait que finalement, l’armée soit utilisée pour éduquer la jeunesse, chasser les trafiquants de drogue ou encore pour protéger les moutons des loups, alors il faut changer nos lois, l’organisation de nos régiments et leur donner des moyens adaptés à de telles missions. Pour ma part, je préfère qu’on laisse l’armée combattre des groupes armés hors de nos frontières… Et qu’on laisse les policiers s’occuper des dealers et les bergers des moutons. Chacun son métier.

Je crois qu’en l’occurrence, les exemples que vous donnez relèvent au mieux de l’agitation médiatique… Au pire de la plus crasse incompétence. Je laisse vos lecteurs faire leur choix.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pessimiste actif
- 22/12/2015 - 14:41
@ Leucate
Je vois que monsieur est un connaisseur... ;-)
Un pistolet n'en reste pas moins une arme semi-automatique, le PA Mac 50 avec lequel j'ai tiré aussi il y a un certain temps a fait la place à d'autres armes de poing plus performantes.
Il n'en reste pas moins qu'une arme de poing tirant en rafale n'a guère d'intérêt, à part pour les gardes-frontière autrichiens et leur Glocks 18!
Portez-vous bien.
Leucate
- 22/12/2015 - 03:41
@Pessimiste actif :-))
Là, vous jouez un peu sur les mots. Celui qui connaît un peu les armes sait que les pistolets, qui datent des années 1880/90, sont semi-automatiques, et je ne parle même pas des revolvers, qui datent des années 1830/40 (Samuel Colt) qui firent la Guerre de Sécession et, chez nous, celle de 1870 avant de recevoir les premières cartouches en laiton (1868) à percussion centrale (le Colt 1873 "peacemaker", héros des films de western.)
Par commodité, on dit un pistolet automatique, ce qu'annoncent aussi les constructeurs en gravant sur leur arme les lettres "PA" et non PSA (exemple le PA mac 50 que j'ai longtemps utilisé, une arme excellente, rustique mais précise et sure.
Leucate
- 22/12/2015 - 02:57
@j'accuse - Vol à main armée
C'est un délit grave, qui était puni durement, c'est à dire selon le tarif figurant dans l'article du code pénal le prévoyant et le punissant, à une époque pas si lointaine, une vingtaine, une trentaine d'années, où la Justice fonctionnait encore.
Les truands le savaient et les plus malins évitaient d'avoir sur eux une arme car ils connaissaient la sanction.
Ce n'est plus le cas aujourd'hui.
Quant à votre affirmation qu'il faut se laisser faire, ce n'est sans doute pas très malin. Avec la brutalité des malfrats actuels, certains de ne pas être sanctionnés durement, vous ne savez pas ce qu'ils sont capables de faire s'ils vous maîtrisent vous et votre famille. Pour ma part, j'ai ce qu'il faut - légalement - à la maison et je n'hésiterai pas à m'en servir si jamais des individus armés rentrent chez moi. Et de toutes façons, il vaut mieux être jugé par douze hommes que porté par six.
Des malfrats armés ne sont certainement pas des tendres.