En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 21 min 59 sec
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 16 heures 10 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 19 heures 52 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 20 heures 14 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 22 heures 54 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 23 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 23 heures 39 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 15 heures 50 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 16 heures 51 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 22 heures 28 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 22 heures 59 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 23 heures 33 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 23 heures 50 min
Bonnes feuilles

Comment les TIC ont créé une nouvelle temporalité

Publié le 22 décembre 2015
Le numérique bouleverse nos sociétés de façon extrêmement rapide. Sommes-nous enfin en train de vivre la mutation attendue vers un monde meilleur, une civilisation de la culture et des loisirs où les robots assureront les travaux pénibles ? Rien n'est moins sûr. L'homme semble hypnotisé par les nouvelles technologies, à portée de main via les écrans, les smartphones, les objets connectés … qui sont censés lui faciliter la vie, professionnelle ou privée. Pourtant, entre les promesses et les réalités, entre les mirages que véhicule la Silicon Valley et les pratiques sociales qui se mettent effectivement en place, les écarts se creusent. Extrait de "Un monde meilleur ?" de Thierry Venin, publié aux Editions Desclée de Brouwer (2/2).
Thierry Venin est docteur en sociologie. Après un parcours atypique (musicien de rue, instituteur, chauffeur-livreur), il dirige aujourd'hui une agence d'ingénierie informatique et il est chercheur associé au laboratoire SET.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Venin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Venin est docteur en sociologie. Après un parcours atypique (musicien de rue, instituteur, chauffeur-livreur), il dirige aujourd'hui une agence d'ingénierie informatique et il est chercheur associé au laboratoire SET.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le numérique bouleverse nos sociétés de façon extrêmement rapide. Sommes-nous enfin en train de vivre la mutation attendue vers un monde meilleur, une civilisation de la culture et des loisirs où les robots assureront les travaux pénibles ? Rien n'est moins sûr. L'homme semble hypnotisé par les nouvelles technologies, à portée de main via les écrans, les smartphones, les objets connectés … qui sont censés lui faciliter la vie, professionnelle ou privée. Pourtant, entre les promesses et les réalités, entre les mirages que véhicule la Silicon Valley et les pratiques sociales qui se mettent effectivement en place, les écarts se creusent. Extrait de "Un monde meilleur ?" de Thierry Venin, publié aux Editions Desclée de Brouwer (2/2).

«À vos mails! Prêts? Partez!» résume bien les journées de nombreux travailleurs. Une participante voyait ses semaines comme un tapis roulant ultrarapide et dès qu’elle y pose le pied le lundi matin, tout contrôle du temps et des tâches est perdu jusqu’au vendredi. L’agitation sans but décrite par les groupes de parole et que j’ai observée à de multiples reprises fait écho aux propos d’Ellul lorsqu’il souligne que le mouvement se suffit. La question de la temporalité comme instrument de contrôle social est également valide (Carayol, 2005): L’urgence fait autorité, comme figure temporelle prégnante dans l’hypermodernité: elle n’est pas discutable, ni même discutée. Elle est la figure d’un pouvoir sans centralité et sans consistance. Celui qui règne est celui qui maîtrise la surprise, la privation faite à autrui de sa capacité d’anticipation (Laïdi, 1999). N’est-ce pas une caractéristique du trading à haute fréquence?

Il faut alors admettre avec Castoriadis, suivant en cela La Boétie, que chacun est à son tour mystificateur et mystifié.
L’autonomisation d’un imaginaire passe par la croyance qu’y accordent ceux qui le promeuvent avant qu’y adhèrent les cercles beaucoup plus étendus des courtisans et puis de ceux qui le transforment en imaginaire collectif et en fait culturel dominant quand bien même ils constituent ainsi leur propre instrument de domination82. La notion de consensus ne désigne-t-elle pas «ce qui dans chaque société a force de loi sans prendre la forme de la loi ni les moyens de la force» (Debray, 1991)?

Ainsi la chaîne des urgences qui apparaît dans les groupes formés de cadres et dirigeants de collectivités publiques pourtant censément insoumises aux lois du marché, est-elle infiniment plus imbriquée et complexe que ce que laisserait supposer une lecture superficielle. Les élus politiques nous offrent une illustration concrète de cette compression temporelle liée aux TIC. Pour renforcer ou étendre leur pouvoir, ils doivent siéger dans de multiples organismes et, en multipliant l’exercice des fonctions de gouvernance (le cumul des mandats ne traite que l’écume du problème), ils gagnent en importance sur «l’échiquier» et «comptent» au sein de leur appareil partisan pour forcer les investitures futures.

Le rythme de leurs déplacements; des réunions auxquelles ils doivent participer, sinon les présider, souvent de façon partielle pour assurer une présence à plusieurs réunions simultanées (ubiquité physique secourue par les TIC); le rythme des manifestations et cérémonies publiques au cours desquelles ils représentent les institutions où ils exercent leurs mandats; le nombre des manifestations et cérémonies privées auxquelles ils ne peuvent se soustraire sous peine de froisser leur électorat ou leurs réseaux d’influence; le nombre et la complexité des questions, affaires et dossiers pour lesquels une décision ou un arbitrage est attendu; le nombre d’interventions dont ils sont l’objet pour un passe-droit, un appui ou un emploi; en résumé, cette sur-occupation temporelle quasiment ininterrompue, sans respect des temps de pose d’autrui, constitue un flux tendu que subissent de plein fouet les cadres dirigeants des collectivités. Tous les groupes organisés avec ces cadres ont fait état de cette difficulté au moins à titre de paramètre incontournable sinon pour s’en plaindre. Les quelques points de stress supplémentaire des cadres travaillant dans le secteur public s’expliquent-ils par cette gouvernance survoltée où l’agitation masque souvent l’absence d’objectifs et de présence réelle ?

Les TIC constituent ici un extraordinaire amplificateur à pression, permettent à ce flux tendu, ici subi par des élus avant d’être répercuté dans leurs technostructures, de s’affranchir de toute règle spatiale ou temporelle: peu importe que le standard téléphonique de la collectivité soit en service ou non, peu importe l’heure, le lieu ou le jour; le cadre concerné sera joint via son smartphone (par e-mail/SMS et/ou appel téléphonique) quand le besoin se fait sentir. L’impatience sociale grandissante dont nombre d’élus se plaignent en privé est immédiatement répercutée tout au long de la chaîne TIC sans enfreindre aucune règle ou aucun droit à la déconnexion puisqu’il n’y en a pas. D’institutionnelles et organisationnelles, les relations deviennent interpersonnelles empêchant ainsi l’institution de s’organiser. Autrement dit, un parfait cercle vicieux. En actualisant et en paraphrasant Régis Debray, les TIC particularisent en même temps qu’elles englobent.

La sphère des relations individuelles est dans le même temps élargie et privatisée. Le smartphone convoque le monde entier, mais abonné par abonné, et il chasse l’universel des têtes.

Le document qui manque pour une inauguration ou une réunion sera demandé dans l’instant puisqu’il peut être obtenu dans l’instant. L’itération est ainsi bouclée: l’élu peut effectivement multiplier les fonctions et resserrer encore les rendez-vous, en s’appuyant toujours plus sur la connexion permanente et la rapidité de réaction de ses collaborateurs directs qui répercutent nécessairement cette pression autour d’eux. La propagation de l’onde de choc numérique est rapide, toujours plus proche du temps réel, valeur culturelle aujourd’hui survalorisée dans les organisations comme dans la société.

L’impatience sociale décriée est servie et renforcée. Chacun est tour à tour victime et bourreau. Ce système suppose une connexion permanente de chaque acteur en tout cas au niveau des échelons dirigeants qui se débrouilleront comme ils pourront pour traiter la demande seuls ou avec l’aide des collaborateurs «joignables». Et on mesure donc ici facilement le bonus acquis par ceux qui le sont effectivement. Harmut Rosa le dit sans grâce: « Si vous décélérez, vous sortez du jeu. Dans la roue de la cage du hamster, nul ne peut ralentir.»

Extrait de "Un monde meilleur ?" de Thierry Venin aux Editions Desclée de Brouwer. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Extrait de "Un monde meilleur?" de Thierry Venin, publié aux Editions Desclée de Brouwer

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires