En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
Bonnes feuilles
Comment les TIC ont créé une nouvelle temporalité
Publié le 22 décembre 2015
Le numérique bouleverse nos sociétés de façon extrêmement rapide. Sommes-nous enfin en train de vivre la mutation attendue vers un monde meilleur, une civilisation de la culture et des loisirs où les robots assureront les travaux pénibles ? Rien n'est moins sûr. L'homme semble hypnotisé par les nouvelles technologies, à portée de main via les écrans, les smartphones, les objets connectés … qui sont censés lui faciliter la vie, professionnelle ou privée. Pourtant, entre les promesses et les réalités, entre les mirages que véhicule la Silicon Valley et les pratiques sociales qui se mettent effectivement en place, les écarts se creusent. Extrait de "Un monde meilleur ?" de Thierry Venin, publié aux Editions Desclée de Brouwer (2/2).
Thierry Venin est docteur en sociologie. Après un parcours atypique (musicien de rue, instituteur, chauffeur-livreur), il dirige aujourd'hui une agence d'ingénierie informatique et il est chercheur associé au laboratoire SET.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Venin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Venin est docteur en sociologie. Après un parcours atypique (musicien de rue, instituteur, chauffeur-livreur), il dirige aujourd'hui une agence d'ingénierie informatique et il est chercheur associé au laboratoire SET.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le numérique bouleverse nos sociétés de façon extrêmement rapide. Sommes-nous enfin en train de vivre la mutation attendue vers un monde meilleur, une civilisation de la culture et des loisirs où les robots assureront les travaux pénibles ? Rien n'est moins sûr. L'homme semble hypnotisé par les nouvelles technologies, à portée de main via les écrans, les smartphones, les objets connectés … qui sont censés lui faciliter la vie, professionnelle ou privée. Pourtant, entre les promesses et les réalités, entre les mirages que véhicule la Silicon Valley et les pratiques sociales qui se mettent effectivement en place, les écarts se creusent. Extrait de "Un monde meilleur ?" de Thierry Venin, publié aux Editions Desclée de Brouwer (2/2).

«À vos mails! Prêts? Partez!» résume bien les journées de nombreux travailleurs. Une participante voyait ses semaines comme un tapis roulant ultrarapide et dès qu’elle y pose le pied le lundi matin, tout contrôle du temps et des tâches est perdu jusqu’au vendredi. L’agitation sans but décrite par les groupes de parole et que j’ai observée à de multiples reprises fait écho aux propos d’Ellul lorsqu’il souligne que le mouvement se suffit. La question de la temporalité comme instrument de contrôle social est également valide (Carayol, 2005): L’urgence fait autorité, comme figure temporelle prégnante dans l’hypermodernité: elle n’est pas discutable, ni même discutée. Elle est la figure d’un pouvoir sans centralité et sans consistance. Celui qui règne est celui qui maîtrise la surprise, la privation faite à autrui de sa capacité d’anticipation (Laïdi, 1999). N’est-ce pas une caractéristique du trading à haute fréquence?

Il faut alors admettre avec Castoriadis, suivant en cela La Boétie, que chacun est à son tour mystificateur et mystifié.
L’autonomisation d’un imaginaire passe par la croyance qu’y accordent ceux qui le promeuvent avant qu’y adhèrent les cercles beaucoup plus étendus des courtisans et puis de ceux qui le transforment en imaginaire collectif et en fait culturel dominant quand bien même ils constituent ainsi leur propre instrument de domination82. La notion de consensus ne désigne-t-elle pas «ce qui dans chaque société a force de loi sans prendre la forme de la loi ni les moyens de la force» (Debray, 1991)?

Ainsi la chaîne des urgences qui apparaît dans les groupes formés de cadres et dirigeants de collectivités publiques pourtant censément insoumises aux lois du marché, est-elle infiniment plus imbriquée et complexe que ce que laisserait supposer une lecture superficielle. Les élus politiques nous offrent une illustration concrète de cette compression temporelle liée aux TIC. Pour renforcer ou étendre leur pouvoir, ils doivent siéger dans de multiples organismes et, en multipliant l’exercice des fonctions de gouvernance (le cumul des mandats ne traite que l’écume du problème), ils gagnent en importance sur «l’échiquier» et «comptent» au sein de leur appareil partisan pour forcer les investitures futures.

Le rythme de leurs déplacements; des réunions auxquelles ils doivent participer, sinon les présider, souvent de façon partielle pour assurer une présence à plusieurs réunions simultanées (ubiquité physique secourue par les TIC); le rythme des manifestations et cérémonies publiques au cours desquelles ils représentent les institutions où ils exercent leurs mandats; le nombre des manifestations et cérémonies privées auxquelles ils ne peuvent se soustraire sous peine de froisser leur électorat ou leurs réseaux d’influence; le nombre et la complexité des questions, affaires et dossiers pour lesquels une décision ou un arbitrage est attendu; le nombre d’interventions dont ils sont l’objet pour un passe-droit, un appui ou un emploi; en résumé, cette sur-occupation temporelle quasiment ininterrompue, sans respect des temps de pose d’autrui, constitue un flux tendu que subissent de plein fouet les cadres dirigeants des collectivités. Tous les groupes organisés avec ces cadres ont fait état de cette difficulté au moins à titre de paramètre incontournable sinon pour s’en plaindre. Les quelques points de stress supplémentaire des cadres travaillant dans le secteur public s’expliquent-ils par cette gouvernance survoltée où l’agitation masque souvent l’absence d’objectifs et de présence réelle ?

Les TIC constituent ici un extraordinaire amplificateur à pression, permettent à ce flux tendu, ici subi par des élus avant d’être répercuté dans leurs technostructures, de s’affranchir de toute règle spatiale ou temporelle: peu importe que le standard téléphonique de la collectivité soit en service ou non, peu importe l’heure, le lieu ou le jour; le cadre concerné sera joint via son smartphone (par e-mail/SMS et/ou appel téléphonique) quand le besoin se fait sentir. L’impatience sociale grandissante dont nombre d’élus se plaignent en privé est immédiatement répercutée tout au long de la chaîne TIC sans enfreindre aucune règle ou aucun droit à la déconnexion puisqu’il n’y en a pas. D’institutionnelles et organisationnelles, les relations deviennent interpersonnelles empêchant ainsi l’institution de s’organiser. Autrement dit, un parfait cercle vicieux. En actualisant et en paraphrasant Régis Debray, les TIC particularisent en même temps qu’elles englobent.

La sphère des relations individuelles est dans le même temps élargie et privatisée. Le smartphone convoque le monde entier, mais abonné par abonné, et il chasse l’universel des têtes.

Le document qui manque pour une inauguration ou une réunion sera demandé dans l’instant puisqu’il peut être obtenu dans l’instant. L’itération est ainsi bouclée: l’élu peut effectivement multiplier les fonctions et resserrer encore les rendez-vous, en s’appuyant toujours plus sur la connexion permanente et la rapidité de réaction de ses collaborateurs directs qui répercutent nécessairement cette pression autour d’eux. La propagation de l’onde de choc numérique est rapide, toujours plus proche du temps réel, valeur culturelle aujourd’hui survalorisée dans les organisations comme dans la société.

L’impatience sociale décriée est servie et renforcée. Chacun est tour à tour victime et bourreau. Ce système suppose une connexion permanente de chaque acteur en tout cas au niveau des échelons dirigeants qui se débrouilleront comme ils pourront pour traiter la demande seuls ou avec l’aide des collaborateurs «joignables». Et on mesure donc ici facilement le bonus acquis par ceux qui le sont effectivement. Harmut Rosa le dit sans grâce: « Si vous décélérez, vous sortez du jeu. Dans la roue de la cage du hamster, nul ne peut ralentir.»

Extrait de "Un monde meilleur ?" de Thierry Venin aux Editions Desclée de Brouwer. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Extrait de "Un monde meilleur?" de Thierry Venin, publié aux Editions Desclée de Brouwer

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
02.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
03.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
04.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
05.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
06.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
07.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
“Il n’y a pas d’alternative” : Alain Juppé se rend-il compte que ses vœux 2019 sont une dangereuse publicité pour renverser l’ordre établi ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires