En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 2 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 3 heures 45 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 4 heures 40 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 5 heures 37 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 9 heures 53 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 10 heures 36 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 3 heures 34 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 4 heures 18 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 5 heures 2 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 9 heures 45 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 10 heures 19 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 10 heures 40 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 13 heures 5 min
Bonnes feuilles

Comment les TIC ont créé une nouvelle temporalité

Publié le 22 décembre 2015
Le numérique bouleverse nos sociétés de façon extrêmement rapide. Sommes-nous enfin en train de vivre la mutation attendue vers un monde meilleur, une civilisation de la culture et des loisirs où les robots assureront les travaux pénibles ? Rien n'est moins sûr. L'homme semble hypnotisé par les nouvelles technologies, à portée de main via les écrans, les smartphones, les objets connectés … qui sont censés lui faciliter la vie, professionnelle ou privée. Pourtant, entre les promesses et les réalités, entre les mirages que véhicule la Silicon Valley et les pratiques sociales qui se mettent effectivement en place, les écarts se creusent. Extrait de "Un monde meilleur ?" de Thierry Venin, publié aux Editions Desclée de Brouwer (2/2).
Thierry Venin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Venin est docteur en sociologie. Après un parcours atypique (musicien de rue, instituteur, chauffeur-livreur), il dirige aujourd'hui une agence d'ingénierie informatique et il est chercheur associé au laboratoire SET.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le numérique bouleverse nos sociétés de façon extrêmement rapide. Sommes-nous enfin en train de vivre la mutation attendue vers un monde meilleur, une civilisation de la culture et des loisirs où les robots assureront les travaux pénibles ? Rien n'est moins sûr. L'homme semble hypnotisé par les nouvelles technologies, à portée de main via les écrans, les smartphones, les objets connectés … qui sont censés lui faciliter la vie, professionnelle ou privée. Pourtant, entre les promesses et les réalités, entre les mirages que véhicule la Silicon Valley et les pratiques sociales qui se mettent effectivement en place, les écarts se creusent. Extrait de "Un monde meilleur ?" de Thierry Venin, publié aux Editions Desclée de Brouwer (2/2).

«À vos mails! Prêts? Partez!» résume bien les journées de nombreux travailleurs. Une participante voyait ses semaines comme un tapis roulant ultrarapide et dès qu’elle y pose le pied le lundi matin, tout contrôle du temps et des tâches est perdu jusqu’au vendredi. L’agitation sans but décrite par les groupes de parole et que j’ai observée à de multiples reprises fait écho aux propos d’Ellul lorsqu’il souligne que le mouvement se suffit. La question de la temporalité comme instrument de contrôle social est également valide (Carayol, 2005): L’urgence fait autorité, comme figure temporelle prégnante dans l’hypermodernité: elle n’est pas discutable, ni même discutée. Elle est la figure d’un pouvoir sans centralité et sans consistance. Celui qui règne est celui qui maîtrise la surprise, la privation faite à autrui de sa capacité d’anticipation (Laïdi, 1999). N’est-ce pas une caractéristique du trading à haute fréquence?

Il faut alors admettre avec Castoriadis, suivant en cela La Boétie, que chacun est à son tour mystificateur et mystifié.
L’autonomisation d’un imaginaire passe par la croyance qu’y accordent ceux qui le promeuvent avant qu’y adhèrent les cercles beaucoup plus étendus des courtisans et puis de ceux qui le transforment en imaginaire collectif et en fait culturel dominant quand bien même ils constituent ainsi leur propre instrument de domination82. La notion de consensus ne désigne-t-elle pas «ce qui dans chaque société a force de loi sans prendre la forme de la loi ni les moyens de la force» (Debray, 1991)?

Ainsi la chaîne des urgences qui apparaît dans les groupes formés de cadres et dirigeants de collectivités publiques pourtant censément insoumises aux lois du marché, est-elle infiniment plus imbriquée et complexe que ce que laisserait supposer une lecture superficielle. Les élus politiques nous offrent une illustration concrète de cette compression temporelle liée aux TIC. Pour renforcer ou étendre leur pouvoir, ils doivent siéger dans de multiples organismes et, en multipliant l’exercice des fonctions de gouvernance (le cumul des mandats ne traite que l’écume du problème), ils gagnent en importance sur «l’échiquier» et «comptent» au sein de leur appareil partisan pour forcer les investitures futures.

Le rythme de leurs déplacements; des réunions auxquelles ils doivent participer, sinon les présider, souvent de façon partielle pour assurer une présence à plusieurs réunions simultanées (ubiquité physique secourue par les TIC); le rythme des manifestations et cérémonies publiques au cours desquelles ils représentent les institutions où ils exercent leurs mandats; le nombre des manifestations et cérémonies privées auxquelles ils ne peuvent se soustraire sous peine de froisser leur électorat ou leurs réseaux d’influence; le nombre et la complexité des questions, affaires et dossiers pour lesquels une décision ou un arbitrage est attendu; le nombre d’interventions dont ils sont l’objet pour un passe-droit, un appui ou un emploi; en résumé, cette sur-occupation temporelle quasiment ininterrompue, sans respect des temps de pose d’autrui, constitue un flux tendu que subissent de plein fouet les cadres dirigeants des collectivités. Tous les groupes organisés avec ces cadres ont fait état de cette difficulté au moins à titre de paramètre incontournable sinon pour s’en plaindre. Les quelques points de stress supplémentaire des cadres travaillant dans le secteur public s’expliquent-ils par cette gouvernance survoltée où l’agitation masque souvent l’absence d’objectifs et de présence réelle ?

Les TIC constituent ici un extraordinaire amplificateur à pression, permettent à ce flux tendu, ici subi par des élus avant d’être répercuté dans leurs technostructures, de s’affranchir de toute règle spatiale ou temporelle: peu importe que le standard téléphonique de la collectivité soit en service ou non, peu importe l’heure, le lieu ou le jour; le cadre concerné sera joint via son smartphone (par e-mail/SMS et/ou appel téléphonique) quand le besoin se fait sentir. L’impatience sociale grandissante dont nombre d’élus se plaignent en privé est immédiatement répercutée tout au long de la chaîne TIC sans enfreindre aucune règle ou aucun droit à la déconnexion puisqu’il n’y en a pas. D’institutionnelles et organisationnelles, les relations deviennent interpersonnelles empêchant ainsi l’institution de s’organiser. Autrement dit, un parfait cercle vicieux. En actualisant et en paraphrasant Régis Debray, les TIC particularisent en même temps qu’elles englobent.

La sphère des relations individuelles est dans le même temps élargie et privatisée. Le smartphone convoque le monde entier, mais abonné par abonné, et il chasse l’universel des têtes.

Le document qui manque pour une inauguration ou une réunion sera demandé dans l’instant puisqu’il peut être obtenu dans l’instant. L’itération est ainsi bouclée: l’élu peut effectivement multiplier les fonctions et resserrer encore les rendez-vous, en s’appuyant toujours plus sur la connexion permanente et la rapidité de réaction de ses collaborateurs directs qui répercutent nécessairement cette pression autour d’eux. La propagation de l’onde de choc numérique est rapide, toujours plus proche du temps réel, valeur culturelle aujourd’hui survalorisée dans les organisations comme dans la société.

L’impatience sociale décriée est servie et renforcée. Chacun est tour à tour victime et bourreau. Ce système suppose une connexion permanente de chaque acteur en tout cas au niveau des échelons dirigeants qui se débrouilleront comme ils pourront pour traiter la demande seuls ou avec l’aide des collaborateurs «joignables». Et on mesure donc ici facilement le bonus acquis par ceux qui le sont effectivement. Harmut Rosa le dit sans grâce: « Si vous décélérez, vous sortez du jeu. Dans la roue de la cage du hamster, nul ne peut ralentir.»

Extrait de "Un monde meilleur ?" de Thierry Venin aux Editions Desclée de Brouwer. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Extrait de "Un monde meilleur?" de Thierry Venin, publié aux Editions Desclée de Brouwer

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires