En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 7 heures 26 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 7 heures 59 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 9 heures 2 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 10 heures 43 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 13 heures 52 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 14 heures 42 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 7 heures 41 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 8 heures 25 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 9 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 49 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 14 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Combat du passé

Merci, à Claude Bartolone, d’avoir déclenché une prise de conscience dans l’opinion publique, démontrant que la pensée antiraciste de gauche s’est transformée en son contraire, produisant elle-même un discours "raciste"

Publié le 18 décembre 2015
Ce mercredi 9 décembre, le Nouvel Observateur rapportait les propos de Claude Bartolone contre Valérie Pécresse. Le candidat socialiste accusait la candidate LR de défendre "en creux" un certain type d'électeurs : blancs, versaillais ou de Neuilly, embourgeoisés. Une déclaration qui provoque un véritable tollé dans la presse et le monde politique, mais témoigne également du discours discriminatoire tenu par la gauche.
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi 9 décembre, le Nouvel Observateur rapportait les propos de Claude Bartolone contre Valérie Pécresse. Le candidat socialiste accusait la candidate LR de défendre "en creux" un certain type d'électeurs : blancs, versaillais ou de Neuilly, embourgeoisés. Une déclaration qui provoque un véritable tollé dans la presse et le monde politique, mais témoigne également du discours discriminatoire tenu par la gauche.

Les propos de Claude Bartolone contre Valérie Pécresse, la candidate Les Républicains arrivée en tête à l’issue du premier tour des élections régionales, ont créé une polémique qui a enflé, durant toute cette semaine d’entre deux tours, sur les réseaux sociaux et dans les médias. 

Cela n’a rien d’étonnant. A y regarder de plus près, le différend opposant les deux candidats pourrait faire date, parce que ses causes profondes sont de nature idéologique.

L’écho provoqué dans l’opinion par les paroles du Président de l’Assemblée nationale traduisent selon moi, d’une manière significative, un palier, dans le mouvement de recomposition global actuel des idéologies françaises, de telle sorte que, l’ "hégémonie culturelle"[1] de la gauche, fondée sur une pensée antiraciste, est aujourd’hui victime de son propre discours.

En prononçant à plusieurs reprises, et en écrivant dans l’Obs, ces mots accusatoires à l’égard de son adversaire : "Avec un discours comme celui-là c’est Versailles, Neuilly et la race blanche qu’elle défend en creux",

Claude Bartolone, par un effet de langage saisissant, a voulu retourner contre elle, les intentions qu’il prête à la candidate de droite. Fort de la domination idéologique de l’antiracisme auprès de l’opinion, et dont il se prétend le défenseur, le procès d’intention qu’il lui dresse établit un lien direct entre les origines sociales et ethniques de ses électeurs supposés, "riches électeurs blancs", de sorte que cela lui permet de sous entendre en retour, qu’il incarnerait, pour sa part, la candidature des banlieues pauvres où vivent les arabes et les noirs. Le procédé rhétorique a fait preuve de son efficacité, en des périodes électorales plus clémentes.

Mais aujourd’hui, Claude Bartolone ne s’est à aucun moment douté, tant il est sûr de l’efficacité du vieux logiciel intellectuel socialiste hérité des années 80, de son degré de déphasage culturel, dans le contexte politique et moral de la France, tel que l’ont renforcé, le choc du 13 novembre puis les résultats d’un premier tour des régionales, faisant du Front National le premier parti de France. Le seul à obtenir plus de 40% des voix dans presque six régions sur douze.

Ces deux faits cumulés ne permettent plus qu’on traite les Français comme des demeurés, auxquels on pourrait encore faire gober que le danger, c’est le racisme. Tel que le dénoncent Claude Bartolone ou Jean-Christophe Cambadélis, ou tel que Manuel Valls l’appelle : "apartheid". Le premier ministre lui-même, étant non moins inconscient de faire une bourde, cette semaine, lorsqu’il prétend que voter FN créerait "une guerre civile", quelques semaines après que plus de 130 personnes ont été massacrées, suite à un attentat perpétré par de jeunes Français, embrigadés dans l’islamisme… en France.

Durant près de deux générations à gauche, le discours et la pensée antiracistes ont fonctionné sur deux ressorts discursifs essentiels :

  • 1.Victimiser les populations issues de l’immigration maghrébine pour en faire un réservoir de vote, rebaptisé "musulman", par le Think Tank socialiste Terra Nova, pour la campagne de François Hollande en 2012.
  • 2. Amalgamer la droite à l’extrême-droite en prétendant que, entre les deux, la frontière est poreuse. D’où l’image du "barrage" ou du "rempart" contre l’extrême-droite, mobilisée tantôt contre le Front National, tantôt contre le RPR, l’UMP et aujourd’hui, contre la candidate Les Républicains par monsieur Bartolone qui lui prête des intentions racistes.

 

___

[1] Au sens qu’en donne Gramsci

Mais aujourd’hui, le conflit opposant les deux candidats pour la Présidence de la région Ile de France a permis pour la première fois, à l’opinion française, d’assister à une inversion de sens du discours antiraciste de gauche, démontrant que l’antiracisme de gauche peut se manifester de deux manières :

  • 1. Soit de façon objective, par un juste combat, contre la réalité de faits ou de discours de nature raciste, tel celui de monsieur Dieudonné.
  • 2. Soit, devenu idéologie, de manière fictive, sous la forme d’une pure rhétorique, en "racialisant" les relations entre les gens, ou en donnant une interprétation "racialiste" des faits ou des discours de l’adversaire, n’étant pourtant pas de nature raciste.

Ce qui conduit les candidats socialistes, le gouvernement et le Président de la République à recourir en permanence à un double discours, contenant "en creux", pour reprendre l’expression de monsieur Bartolone l’idée que le racisme est toujours-déjà-là, comme potentiel, d’autant plus dangereux qu’il est invisible, et réside dans l’intention de ceux qui parlent et non dans les mots des discours.

A cela je vois une raison de principe : il faut une victime à la gauche socialiste française. C’est de là qu’elle tire son sens, voire sa légitimité : dans l’acte de sauver les opprimés, jadis du capitalisme et depuis le tournant libéral de 83, du racisme.

Mais aujourd’hui cette gauche est prise à son propre piège : pour des motifs divers, par glissement sémantique la doctrine socialiste, en 2012, a choisi de changer la figure victimaire du racisme. Elle est passée de la désignation de "l’immigré" à celle du "musulman". Sans voir qu’était ainsi rendue encore plus cohérente la nouvelle doctrine nationaliste et républicaine de Marine Le Pen.

C’est tragique en un sens, pour la gauche, le nationalisme nouvelle formule du FN n’est plus, au plan politique, ni anti-parlementaire, ni anti-démocrate, et par conséquent ni fachiste, ni raciste, mais à nouveau républicain. Le procès es-racisme des socialistes à son égard et qui plus est à l’égard de la droite, repose donc désormais sur un déni de réalité permanent. Aucun parti politique en France ne défend, aujourd’hui, une politique et encore moins un programme raciste. Et en politique les discours sont des actes. Pourtant l’argument antiraciste est toujours avancé par la gauche, contre son adversaire de droite ou d’extrême droite.

Sur Itélé, vendredi, Claude Bartolone a donné l’impression de se défausser. Il a élevé la pleurnicherie politique au rang d’un art, à tel point qu’on avait envie de lui dire, comme Brice Toussaint qui l’interrogeait : "Mais c’est la politique ça, ne me dites pas que vous le découvrez?" et de lui conseiller gentiment de prendre sa retraite. Parce qu'il est dit-il, d’origine italienne, il se sent victime d’un racisme pernicieux qu'il découvre derrière l’emploi du  mot "mafieux" utilisé par son adversaire pour le contrer. C’est une réaction un peu paranoïaque. Rassurons-le, ça n’est pas écrit sur son front, et les Français, au pire, s’en contrefichent, au mieux : sont heureux de l’apprendre.

Quant aux Français défavorisés et de culture musulmane ou pas blancs qu’il prétend défendre : ils s’inquiètent des origines immigrées de monsieur Bartolone comme de leur première valise, et ils en ont assez de se faire victimiser et instrumentaliser. Certains voient leurs enfants partir faire le djihad et n’ont plus que leurs yeux pour pleurer, d’autres se font massacrer par les djihadistes au Bataclan et d’autres encore n’ont plus de bus pour se rendre au travail parce que des voyous analphabètes les caillassent en criant "nique ta mère, la police".

Faudrait peut-être se réveiller, messieurs les défenseurs des opprimés, et voir à changer de discours, parce que l’ordre, la nation, la République et l’intégration, à laquelle aspire la majorité de ceux que vous avez délibérément appelés "musulmans" depuis 2012, c’est chez Marine Le Pen et le Front National qu’ils les trouvent.

On n’en remerciera, pas moins, Claude Bartolone, d’avoir déclenché une prise de conscience dans l’opinion publique, et une grande partie de la classe politique, en prouvant, malgré lui, que le "discours antiraciste" de la gauche s’est peu à peu transformé en son contraire : devenant, lui-même, un discours "raciste". A force de se faire, depuis plus de trente ans, le défenseur des origines ethniques ou culturelles des gens, de la diversité, contre l’unité, la doctrine  socialiste s’est, d’une certaine manière, "racialisée". Il serait peut-être temps d’en changer.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 15/12/2015 - 17:37
La poule juchée de l'Assemblée paraissait gentille
mais dans la basse-cour politique, on a découvert un cochet agressif qui, ergots dressés, gratte la terre et le fumier, dépité de voir s'éloigner sa pâtée.
Anguerrand
- 15/12/2015 - 16:52
Bartelone sera reconduit à son poste de president
Valls l'a confirmé devant l'assemblée, mais comme il est très courageux il n'a pas eu les c.......s de se présenter devant les députés. Nul doute que sont retour fera un beau chahut a l'assemblée. Un député LR a posé la question au 1 er ministre qui affirme avoir toute sa confiance pour ce raciste anti blancs. Ces déclarations sont passibles du tribunal mais avec les socialistes il ne faut pas rêver. Bartelone a perdu l'élection mais gardera donc tous ses privilèges de president. Écœurant.
lafronde
- 15/12/2015 - 15:20
L'universalisme, père du colonialisme et de l'antiracisme !
Comme l'a souligné l'auteur, le socialisme a besoin pour se justifier, d'une classe de prolétaires. Le progrès économique aidant, (souvenez-vous des années De Gaulle-Pompidou : plein emploi et budget à l'équilibre !) le sort de l'ouvrier français s'améliorait. Trop ? Heureusement il y avait l'OS (alors souvent algérien). Grâce au regroupement familial (et au déracinement culturel résultant) un nouveau sous prolétariat naissait. Il n'aurait même pas la chance de ses parents : trouver un travail. L'éducation nationale post-68 ruinant ses chances d'apprendre. Le fiscalisme ruinant ses potentiels employeurs ! L'URSS s'étant écroulée, tous ces collectivistes se sont reconvertis. Qui dans la gaucho-écologie vert pastèque, qui dans le nouvelle idéologie anti-raciste. Très efficace : un patriote français dispose aujourd'hui de moins de liberté d'expression qu'un indépendantiste sous l'Algérie française ! Or qui paye la politique de la ville ? Pour qui ? En pays musulman les non-musulmans étaient soumis à un régime fiscal et juridique défavorable : la dhimma. Fiscalité, règlementation de l'entreprise et des contrats, justice et sûreté défaillantes, presse censurée, sommes nous dhimmis ?