En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 49 min 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 3 heures 5 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 41 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 5 heures 19 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 28 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 57 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 3 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
C’est compliqué

Virage à droite de Nicolas Sarkozy dans l’entre-deux tours : bon ou mauvais timing ?

Publié le 11 décembre 2015
En disant que voter Front national n'est pas immoral, Nicolas Sarkozy a pris le parti de séduire les abstentionnistes de droite et ceux qui hésitent encore à voter FN. Une position qui peut étonner, alors que les candidats LR misent sur le front républicain pour remporter le second tour.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jardin est chercheur associé au Centre d'études européennes de Sciences Po. Jeune docteur, il a soutenu sa thèse intitulée "Voter dans les quartiers populaires : dynamiques électorales comparées des agglomérations de Paris, Madrid et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Antoine Jardin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jardin est chercheur associé au Centre d'études européennes de Sciences Po. Jeune docteur, il a soutenu sa thèse intitulée "Voter dans les quartiers populaires : dynamiques électorales comparées des agglomérations de Paris, Madrid et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En disant que voter Front national n'est pas immoral, Nicolas Sarkozy a pris le parti de séduire les abstentionnistes de droite et ceux qui hésitent encore à voter FN. Une position qui peut étonner, alors que les candidats LR misent sur le front républicain pour remporter le second tour.

Atlantico : En tendant la main aux électeurs du FN comme il le fait depuis dimanche, Nicolas Sarkozy met à mal la stratégie des candidats LR aux régionales comme Xavier Bertrand ou Christian Estrosi qui s'efforcent, pour leur part, de séduire les électeurs de gauche. Pour quelle raison Nicolas Sarkozy s'inscrit-il dans cette stratégie alors que Xavier Bertrand lui a demandé de ne pas le faire ?

Christelle Bertrand : Peut-être pense-t-il que les électeurs de gauche, convaincus que la stratégie du Front républicain est la bonne,  iront mécaniquement voter LR et qu'il n'est donc pas nécessaire de les convaincre alors qu'il est plus utile de draguer les électeurs du FN. Un sondage TNS Sofres-OnePoint paru hier semble lui donner raison, 77% des électeurs de gauche affirment qu'ils iront voter Xavier Bertrand ou Christian Estrosi. Seuls 7% des électeurs FN feront de même, il y aurait donc une marge de progression plus grande. A cette limite près que le vote FN est de moins en moins un vote défouloir destiné à évoluer au second tour. Les électeurs qui votent FN au premier tour confirment de plus en plus souvent leur choix au second. De plus, lorsque Xavier Bertrand demande à Nicolas Sarkozy de se taire, c'est qu'il comprend, lui qui est sur le terrain, que les reports des voix de gauche ne se feront pas si facilement, or il ne pourra pas faire sans. De même Christian Estrosi se démène, et ça ne date pas de l'entre-deux tours, pour séduire les électeurs de gauche. Bien entendu, il n'y a pas qu'en PACA et dans le Nord Pas de Calais Picardie, là où les listes PS se maintiennent comme en Bourgogne France Comté, il faudra séduire à droite.

En amorçant un tel virage à droite Nicolas Sarkozy n'est-il pas, en même temps, en train d’asseoir sa stratégie pour 2017 ?

Christelle Bertrand : Nicolas Sarkozy donne en effet l'impression de penser aussi à sa future candidature. Alors qu'il a longtemps dit que si les régionales étaient un succès ce serait le sien, il semble aujourd'hui avoir acté un semi-échec et vouloir passer à l'étape suivante. Il y a plusieurs raisons à ça. Il va tenter de faire en sorte que ce demi-échec ne reste pas ancré dans les esprits et que l'on passe vite à la suite. Mais surtout il ne peut pas soutenir une stratégie de main tendue à la gauche car cela reviendrait à valider la stratégie de son principal adversaire aux primaires : Alain Juppé. D'ailleurs lorsque Nicolas Sarkozy lance son premier appel aux électeurs du FN, il ne le fait pas n'importe où ni en présence de n'importe qui. Il le fait en Aquitaine, lors d'un meeting de soutien à Virginie Calmels qui est l'un des bras droit du maire de Bordeaux. Il se trouve aussi aux cotés de Jean-Pierre Raffarin et de Dominique Bussereau, deux des figures emblématiques de cette droite modérée dont il entend se démarquer aujourd'hui. Dans ces conditions, cet appel ressemble à un pied de nez qui ne rend pas service à la candidate qui se présente en Aquitaine, terre de droite modérée. De là à penser que Nicolas Sarkozy ne détesterait pas voir perdre cette proche d'Alain Juppé... Son échec, comme celui de Xavier Bertrand ou de Christian Estrosi, validerait, en outre, l'idée que la main tendue au centre et à gauche n'est pas une stratégie gagnante et, par conséquent, qu'Alain Juppé n'est pas la bonne personne pour l'emporter en 2017. Pour les mêmes raisons, Nicolas Sarkozy semble s'être opposé à la fusion des listes LR et PS en Alsace Champagne Ardennes Lorraine contre l'avis du tête de liste Philippe Richert qui aurait ainsi emporté le second tour sans problème. Bref, Nicolas Sarkozy n'avait pas forcement intérêt à ce que ces régionales soient un succès pour tous les Républicains. 

Est-ce le bon timing pour lancer cette offensive ? Nicolas Sarkozy ne risque-t-il pas de se mettre à dos une partie des cadres LR, dont les candidats aux régionales ?

Christelle Bertrand : C'est en effet un risque. On voit bien que le ton employé par Xavier Bertrand mercredi était extrêmement agacé. Il ne pardonnera pas de sitôt à Nicolas Sarkozy de l'avoir fait perdre ou de lui avoir rendu la victoire difficile. Mais l'ancien chef de l’État n'a pas le choix, il ne peut valider la stratégie de la main tendu à gauche. Et puis, on sait bien que les rancœurs en politique ne durent jamais très longtemps, Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy ne se sont-ils pas réconciliés récemment ? En ce qui concerne le timing, là encore Nicolas Sarkozy n'a pas réellement le choix. Bien entendu, il eut été de meilleur goût de jouer la solidarité avec les candidats de son propre parti mais ce scrutin est le dernier avant la prochaine présidentielle, le dernier crash test, qui validera ou pas les stratégies des différents candidats à la primaire. Et l'urgence est d'autant plus grande que Christian Jacob a annoncé, hier matin, que la date des primaires, initialement prévue en novembre, pourrait être avancée afin que les divisions internes occasionnées par la campagne aient le temps de se cautériser avant la campagne présidentielle. Alain Juppé est d'accord avec cette option puisque lui-même aurait souhaité que le candidat de la droite et du centre soit désigné avant l'été 2016. Le mois de janvier devrait être occupé par ce débat.

A travers plusieurs discours prononcés pendant l'entre-deux tours, Marine Le Pen a également appelé les abstentionnistes à se mobiliser dimanche prochain... Dans les régions PACA et Nord-Pas-De-Calais-Picardie, quelle est l'ampleur des abstentionnistes de droite ? 

Antoine Jardin : On peut considérer que le potentiel électoral maximum de la droite est le score qu'elle a obtenu lors du premier tour de l'élection présidentielle de 2012. Bien sur, il semble impossible pour les Républicains de mobiliser tous les électeurs s'étant déplacé pour l'élection présidentielle.

En 2012, on totalise environ 1 million de voix de droite et 780 000 suffrages en faveur de Marine Le Pen. Au soir du premier tour des élections régionales, la situation est très différente. L'extrême droite progresse nettement et obtient plus de 900 000 voix, alors que le taux de participation général a fortement décliné. La droite regroupe moins de 630 000 voix. Le Front National voit, dans ces régions, son score continuer à progresser même lorsque la participation diminue. A l'inverse, les listes de droites ont perdu un total cumulé de près de 400 000 voix. Cette déperdition s'explique à la fois par la montée de l'abstention chez ces électeurs et par le basculement d'une partie de l'ancien électorat UMP vers  le vote FN, conformément à ce qu'indiquent les enquêtes comme les résultats électoraux depuis les élections européennes de 2014. Toutefois, les élections départementales de 2015 ont montré que certains électeurs pouvaient voter FN au premier tour et UMP/LR au second, même dans une configuration de duel entre la droite et l'extrême droite. La fluidité électorale dans cette zone de l'opinion est donc très forte, rendant incertaine l'issue du scrutin de dimanche prochain.

Jean-Daniel Lévy : Quand on observe les précédentes élections régionales de 2010, on constate qu’il y a eu une participation en forte progression dans toutes les régions dans lesquelles le FN était présent, et que cette participation avait toujours profité au FN. Cela ne veut pas forcément dire que tous les acteurs qui s’étaient déplacés au deuxième tour et pas au premier avaient voté Front National mais en tout cas, il y a eu une certaine capacité à récupérer les électeurs qui s’étaient abstenus au premier tour. Ainsi, 109 694 voix des 207 961 votants en plus au second tour ont voté FN en Nord-Pas-de-Calais Picardie, et 73 385 voix sur 150 826 en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

On pourrait penser que certains électeurs, surpris par des scores importants réalisés par le Front national, ont souhaité participer à la dynamique. Les abstentionnistes de droite et de Front national constituent donc une réserve de voix stratégique pour l'issue du second tour, que ce soit pour le FN ou pour Les Républicains. De plus, 20% des électeurs de Nicolas Sarkozy en 2012 ont voté pour le Front National, ce qui ajoute à l'intérêt de s'adresser à cette catégorie d'électeurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Wortstein
- 14/12/2015 - 10:03
bien vu clint
Et d'ailleurs les candidats du centre ont échouédans leurs régions les laissant à gauche sauf Morin et d'un cheveu. L'ouverture au centre et à gauche est sans issu pour LR. Le réservoir de voie c'est le FN avec 30% du corps électoral sans alliance possible. Sur ces 30% un bon petit paquet est flottant entre la droite dure et le FN. Là où LR fait des propositions molles ils ne récoltent rien et laisse filer un électorat droitier vers le FN. L'enjeux centriste n'est qu'un point. Ils n'ont pas bcp de possibilité de fuir LR sans basculer à gauche ce que les électeurs centristes ne veulent pas (sauf modem et encore). Le vote au centre n'existe plus en France depuis pas mal d'années. La tri partition s'est faite avec le FN non le centre......
clint
- 11/12/2015 - 16:23
Sarkozy a très bien joué car LR ont besoin du FN pour l'IdF !
Une victoire de Bertrand et/ou d'Estrosi sea une victoire pour Valls/Hollande et ils sauront le dire et le redire. Même Estrosi en est venu à "lécher les babouches du PS" ! Le vrai problème est l'IdF. On a encore vu l'ignoble Bartolone utiliser toutes les ficelles abjectes pour essayer de recueillir le vote de la diversité, et l'appui de toutes les "associations" qu'il a soutenu pécuniairement. Pécresse aura besoin du vote d'électeurs FN qui se diront en leur âme et conscience qu'il vaut encore mieux elle que Bartolone. Ce n'est pas un discours à la Juppé qui pourrait les impliquer !
Mike Desmots
- 11/12/2015 - 13:07
C'est raté ...!
ou il faut savoir jouer le vent ...et/ou la girouette ...! mais un décalage de timing est fatal...!