En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 15 heures 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 16 heures 10 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 17 heures 21 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 18 heures 12 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 20 heures 21 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 22 heures 8 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 14 heures 45 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 15 heures 37 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 16 heures 38 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 17 heures 49 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 21 heures 20 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 21 heures 56 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 22 heures 33 min
© Palantir
© Palantir
Boule de crystal

Palantir, la startup de la Silicon Valley à 20 milliards de dollars qui traque les terroristes, bat les pirates et aide les banques à gagner de l’argent

Publié le 12 décembre 2015
Palantir est une startup de la Silicon Valley qui ne cherche pas à vous faire liker ou partager quoi que ce soit, et ne vous vent aucune pub. Au lieu de cela, elle aide la CIA à traquer des terroristes et des banques à résoudre des problèmes. Elle a aussi une technologie et un business model très innovants.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Palantir est une startup de la Silicon Valley qui ne cherche pas à vous faire liker ou partager quoi que ce soit, et ne vous vent aucune pub. Au lieu de cela, elle aide la CIA à traquer des terroristes et des banques à résoudre des problèmes. Elle a aussi une technologie et un business model très innovants.

Palantir est peut être l'entreprise la plus importante dont on n'entend jamais parler. Cette startup de la Silicon Valley vient de lever 129 millions de dollars auprès d'investisseurs privés, la valorisant à 20 milliards de dollars, selon la presse. Que fait Palantir ? C'est normal que l'entreprise reste discrète. Elle est surtout connue pour son travail avec la CIA, le FBI, le Pentagone, et les autres agences du gouvernement américain, même si aujourd'hui la majorité de son chiffre d'affaires vient du secteur privé. Ses logiciels analysent des quantités énormes de données non structurées pour permettre à des analystes de répondre à des problèmes épineux. 

Son logiciel a été utilisé pour analyser les attentats à Bagdad et déduire les chemins les plus sûrs pour les convois de l'armée américaine, analyser les fraudes de Bernie Madoff, défendre JP Morgan contre des hackers chinois et même, selon la rumeur, aurait aidé à trouver Ben Laden. 

Une approche unique du Big Data

Aujourd'hui tout le monde ne parle que du "Big Data", le fait de faire sortir de la valeur des océans de données que produit tous les jours le monde du 21ème siècle. Palantir, fondée il y a dix ans, se présente souvent comme "la première entreprise de Big Data." Mais c'est surtout son approche unique qui la différencie. 

Palantir naît du travail effectué par PayPal, une des startups les plus iconiques de la Silicon Valley, car elle a survécu à presque toutes les catastrophes--y compris des hackers russes qui utilisaient le service pour blanchir de l'argent. Etant donné que PayPal garantissait ses utilisateurs contre la fraude, ces hackers auraient pu faire couler l'entreprise, et aucune solution ne fonctionnait. PayPal avait tout simplement trop de transaction pour que des êtres humains en vérifient la validité. Mais créer des algorithmes ne fonctionnait pas : les hackers russes étaient trop malins. Un système hybride fut inventé : des algorithmes détectent les transactions suspicieuses, et des analystes humains bloquent celles qui sont frauduleuses. Les hackers furent battus et l'entreprise sauvée. 

C'est cette trouvaille qui est au coeur de l'approche de Palantir. Dans l'Amérique post-11 septembre, les fondateurs de l'entreprise veulent appliquer leurs talents à la lutte contre le terrorisme. L'idée qu'on se fait souvent du Big Data est d'un logiciel proche de l'intelligence artificielle qui, par des algorithmes, va sortir les pépites de la mer de boue de la donnée. L'approche de Palantir est de combiner les compétences du logiciel avec celles de l'humain, qui sont complémentaires. Les ordinateurs sont très doués pour certaines tâches, mais pas d'autres pour lesquelles les humains sont très doués, et vice versa. On parle souvent du fait qu'aujourd'hui les ordinateurs battent les joueurs humains aux échecs ; on parle moins du fait qu'un humain assisté d'un ordinateur bat souvent les meilleurs ordinateurs, car ils sont complémentaires. 

Le logiciel de Palantir ne cherche donc pas à donner des réponses aux questions, mais à aider des analystes dans leur travail pour trouver des réponses aux questions. Ce n'est pas un logiciel de data mining ou de statistique, mais d'analyse, qui permet non seulement de brasser énormément de données, mais à un humain de rechercher dedans, de les analyser, de les utiliser, de les combiner. 

Au sein de cela, Palantir a accompli de nombreuses innovations :

  • Pour chercher dans une base de données, il faut souvent maîtriser un langage informatique relativement complexe, comme le SQL. Palantir permet de taper une recherche en termes humains--comme dans Google.
  • Palantir a découvert que la plupart des bases de données des agences gouvernementales--et de nombreuses grandes entreprises--sont dans des silos qui ne se parlent pas. Par exemple, le FBI a une base de données pour les braquages à main armée, et un autre pour les meurtres. Palantir a développé son logiciel pour aller chercher dans tous les silos de bases de données et permettre de les réunir, un travail pharaonique et extrêmement complexe, mais extrêmement puissant. 
  • Palantir permet de travailler sur des données non structurées, et de mettre ensemble des données structurées différemment. Un analyste aura aussi bien besoin d'étudier une carte, un rapport ou une feuille de calcul. Gérer les données non structurées est un énorme défi informatique, et de l'avis de la plupart des utilisateurs Palantir est bien meilleur que les alternatives. 

Tout cela fait de Palantir une plateforme extrêmement puissante et dont les applications sont potentiellement infinies. L'entreprise a commencé dans le renseignement, puis dans les applications militaires, et fonctionne maintenant dans le secteur financier, le commerce et les pharmaceutiques.

Evidemment, le fait de créer des logiciels pour le renseignement n'a pas manqué d'attirer l'ire des défenseurs des libertés publiques. Mais pour Palantir, c'est justement son approche qui permet de préserver les libertés publiques. Le fameux programme de metadata de la NSA--dont la France s'inspire d'ailleurs--, où les données téléphoniques de tous les citoyens américains sont siphonées dans une grande base de données pour ensuite essayer d'en faire sortir des schémas statistiquement corrélés à une activité terroriste, sont le genre d'approche "Big Data" qui vont à l'opposé de la vision de Palantir. Ce genre d'approche statistique et de data mining demande, effectivement, d'avoir accès aux données de tous. A contrario, un analyste de Palantir n'a besoin de données que très spécifiques. Et le logiciel Palantir inclut un journal de ce que font tous les utilisateurs, pour que soit vérifié le fait qu'ils ne cherchent rien auquel ils ne devraient pas avoir accès.

Un business model innovant

Un autre aspect de Palantir est intéressant : son business model. Vendre au secteur public est souvent perçu à raison comme un cauchemar, dans tous les pays. Pour valider les besoins de ses clients, les concepteurs du premier produit prenaient l'avion de la Silicon Valley à Washington tous les quinze jours pour leur montrer des démonstrations du produit et le changer en fonction de leurs demandes. Comme le dit Bob McGrew, directeur technique : "On leur montrait dix fonctionnalités dans une démonstration live, et en général ils en aimaient une ou deux, donc on abandonnait les autres. C'était douloureux, mais nous sommes devenus très bons à les bâtir juste assez pour leur permettre de décider si ils la voulaient ou pas. Nous avons aussi découvert que les démonstrations en direct valent mieux que les captures d'écran, malgré le travail supplémentaire, parce que nos clients comprenaient mieux le logiciel et pouvaient nous donner plus de feedback."

En restant très proche du client et en incorporant son feedback très régulièrement et rapidement, il renforce la relation avec son client et rapproche le logiciel de ses besoins. 

Le fait de rester proche du client est en réalité la clé de la stratégie marketing redoutable de l'entreprise. Par exemple, l'entreprise a offert des formations gratuites avant signature de tout contrat dans de nombreuses agences de renseignement américaines ; lorsque les vendeurs arrivaient, Palantir était déjà connu par bouche à oreilles. Intelligemment, ils ont fait exprès de faire ressembler l'interface de leur logiciel aux genre de logiciels qu'on voit dans les films, pour leur donner un côté "James Bond."

Mais le secret de Palantir, c'est que c'est au moins autant une entreprise de conseil que de logiciel. En théorie, l'entreprise ne pratique pas le marketing ou la vente. En réalité, l'entreprise emploie énormément de "forward deployed engineers" (ingénieurs déployés en avant-garde) qui sont à mi-chemin entre des consultants et des vendeurs. Le consulting permet de faire rentrer de l'argent (avec une marge brute à court terme meilleure que le logiciel), mais surtout de s'intégrer au client. Les ingénieurs forment les employés du client au logiciel et à la plateforme, et permettent d'en démontrer l'utilité. Palantir arrive à recruter les meilleurs ingénieurs de la Silicon Valley parce que c'est une startup sexy, alors que les cadors des grandes écoles d'ingénieur américaine dédaignent en général le consulting IT, et donc les consultants, ou plutôt les ingénieurs déployés, de Palantir sont d'un calibre supérieur et savent se rendre indispensable.

Le bouche à oreilles fonctionne bien, et valide la qualité du produit. Par exemple, c'est sur une recommandation de la police de New York que Palantir a obtenu son premier client du secteur privé, la banque JP Morgan. 

Pas difficile de comprendre qu'avec cette technologie innovante et ce business model intelligent, Palantir soit aujourd'hui une des entreprises les mieux valorisées de la planète--et une des plus fascinantes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 13/12/2015 - 08:41
passionnant !
.