En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 10 heures 35 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 11 heures 11 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 14 heures 49 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 19 heures 13 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 19 heures 39 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 10 heures 53 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 11 heures 21 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 14 heures 39 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 16 heures 29 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 20 heures 21 sec
Tribune

En finir avec cette caste d’élus de métier qui ont confisqué la démocratie française : mode d’emploi

Publié le 09 décembre 2015
Le France semble toujours à la recherche de sa démocratie malgré près de 70 années consécutives d'expérience de la chose publique. Élites politiques accrochées au pouvoir, nombre de militants en baisse constante et abstention significative aux élections. La Vème République doit réapprendre à donner du pouvoir à tous ses citoyens. Les solutions existent, aux Français et aux partis de s'en saisir.
Michel Guénaire est avocat et essayiste. Il est l'auteur de  Le retour des Etats (Grasset, 2013), et président fondateur de Société civile 2017.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Guénaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Guénaire est avocat et essayiste. Il est l'auteur de  Le retour des Etats (Grasset, 2013), et président fondateur de Société civile 2017.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le France semble toujours à la recherche de sa démocratie malgré près de 70 années consécutives d'expérience de la chose publique. Élites politiques accrochées au pouvoir, nombre de militants en baisse constante et abstention significative aux élections. La Vème République doit réapprendre à donner du pouvoir à tous ses citoyens. Les solutions existent, aux Français et aux partis de s'en saisir.

La France est malade de sa démocratie. "Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage", énonce l’article 4 de la Constitution. La proclamation audacieuse s’est transformée en vœu pieux. Les partis sont devenus des syndicats d’élus, et leurs responsables ne rassemblent plus autour d’eux. Les partis se meurent, et se vident.

La motion défendue par Jean-Christophe Cambadélis au dernier congrès du Parti socialiste a recueilli 40.000 des 65.000 suffrages exprimés.Les trois motions soumises au congrès fondateur des Républicains furent approuvées chacune par 90.000 militants. Les équipes à la tête des deux partis de gouvernement mobilisèrent ainsi 130.000 militants. Rapportés aux 46 millions d’électeurs, leur représentativité s’élevait à 0,25 % du corps électoral.

A lire aussi - Coma avancé pour la démocratie française : ces pistes pas si compliquées pour la réveiller

La réponse à cette crise de la démocratie ne sera pas trouvée tant qu’on ne se sera pas saisi du cœur du problème : la capture de la politique par une classe d’élus qui a fait de celle-ci un métier. Le rapport présenté par Claude Bartolone et Michel Winock, au nom du groupe de travail sur l’avenir des institutions, est de ce point de vue décevant. Il avance deux propositions,pour « favoriser une plus grande diversité du personnel politique », qui sont réduites voire caricaturales de l’approche du sujet.

La première est de « limiter à trois le nombre de mandats identiques successifs ». A deux mandats distincts exercés trois fois de suite, on revient à une carrière politique de trente ans. Il faut plutôt généraliser la règle de l’interdiction de plus de deux mandats successifs dans le temps, applicable d’ailleurs aujourd'hui au mandat présidentiel, à tous les autres mandats.

La seconde est de mettre en place un statut de l'élu faisant de celui-ci une nouvelle catégorie de « personnel protégé » dans l’entreprise, à côté des délégués du personnel, membres des comités d’entreprise et autres délégués syndicaux, qui ne peuvent être licenciés qu’après une autorisation délivrée par l’inspection du travail et auxquels l’employeur ne peut imposer une modification de leur contrat de travail ou un changement de leurs conditions de travail sans autorisation administrative. Ce serait renforcer la catégorie d’élus coupés des Français. Il faut plutôt organiser un retour à la vie professionnelle par une assurance à laquelle cotiseraient l’Etat, s’agissant des parlementaires, et les collectivités territoriales, pour les élus locaux, qui viendrait compléter, pendant un temps donné, le revenu de l’ancien élu. La réforme du statut de l’élu passera, par ailleurs et plus sûrement par une véritable formation et une juste rémunération, avec moins d’élus.

Le rapport Bartolone-Winock ne dit surtout pas un mot sur le mode de financement des partis. Ceux-ci sont protégés par l’instauration du seul financement public, en dehors des dons des particuliers, qui rend impossible tout nouvel entrant puisque la condition de ce financement est d’avoir présenté des candidats aux élections précédentes, ce que, par définition, ne peut pas démontrer un nouveau parti. Il faut revoir le financement actuel des partis politiques et des campagnes électorales, en permettant un financement public exceptionnel, voire un financement privé limité dans le temps, afin de renouveler en profondeur l’offre politique.

Enfin, le rapport Bartolone-Winock formule des propositions qui doivent changer la Constitution, dont le septennat non-renouvelable. Ce sont bien pourtant les personnes qui sont en cause dans la crise de notre démocratie, non les institutions. L’enjeu est de revenir à l’essence de la représentation, qui est d’être un aller-retour incessant entre responsabilités politiques et société civile. La politique est un service, non un métier.

C’est la transition démocratique que nous appelons : le passage d’une organisation partisane fermée sur elle-même, sclérosée comme tous les oligopoles,à une vie politique portée par des hommes et des femmes renouvelés aux responsabilités, comme le veut la société.

Cette transition doit permettre de donner aux multiples mouvements citoyens qui naissent dans le pays une capacité d’expression politique. Les initiatives concrètes sur le terrain, qui sont audacieuses et généreuses, et viennent combler le vide laissé par l’inertie des pouvoirs publics, ne peuvent pas se limiter au désir d’auto-organisation de la société ou de défense d’intérêts catégoriels au sein de celle-ci. La société civile n’a pas vocation à rester extérieure aux responsabilités politiques. Les citoyens doivent définir le projet politique dont la France a besoin. 

Ce qui est en jeu est l’organisation de la vie de la cité. Quelle école ? Quelle justice ? Quelle diplomatie ? En répondant à ces questions qui dépassent le laboratoire de ses actions, la société civile sera capable de définir un véritable projet de société. Il lui revient d’inventer un nouveau modèle de démocratie qui repose sur des structures d’animation de la vie politique entièrement refondées, et fait repartir de celles-ci la dynamique qui conduit aux révolutions économiques, sociales et juridiques à venir.

La crise politique appelle une transition démocratique. La société civile en sera le creuset. Le débat et l’action doivent être remis entre ses mains, les candidats sortir de ses rangs. Les mouvements citoyens sont les vraies familles politiques de la vie de la nation, à partir desquelles doivent être composés les partis et groupement qui concourront à l’expression du suffrage.

La première crise de la France est la crise politique. Et nous assistons à des jeux politiciens qui ruinent les chances de son dépassement. Il faut appeler à une transition démocratique, emmenée par une société civile aspirant à redevenir ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, la première société politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 10/12/2015 - 11:28
@Anguerrand
on peut rêver
Anguerrand
- 10/12/2015 - 08:14
Les politiques et le star système parlent de ce qu'ils...
ne connaissent pas, à savoir le travail dans l'entreprise que ce soit en tant que patron ou salarié. Les fonctionnaires devraient démissionner du fonctionnariat dès leur inscription au scrutin, ils disparaîtreraient vite du paysage politique. De plus tous les candidats devraient obligatoirement fournir un CV pour savoir s'ils sont politiques à vie ou ont déjà travaillé . Mais il ne faut pas rêver, ça voudrait dire que TOUS LES PARTIS devraient revoir la composition des leurs équipes!...ces 2 conditions remetteraient de la démocratie. Pendant que j'y suis un référendum pour toutes décisions importantes; immigration, mariage pour tous, peine de mort, etc.....
jybro
- 09/12/2015 - 21:51
financement des partis politiques et carrières pérennes
notre soi disant démocratie issue des pires moments de notre histoire
fonctionne comme notre systeme fiscal ceux qui n'ont que peu de revenus ne paient rien et rçoivent à flot l'argent des autres un peu plus riches parceque un peu plus battants,voire ambitieux. les partis politiques qui ont de l'avance au 1er tour ,une tres significative avance,
n'ont aucuns élus. le parti qui a 15 longueurs de retard,cad peu d'électeurs reçoit la victoire et le financement grace aux votes des autres.