En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Energy drink
Politique : La soif du pouvoir plus forte que les idées
Publié le 18 décembre 2011
Quel est le sens profond de la distinction entre la gauche et la droite ? Quelles sont leurs valeurs respectives ? Pourquoi voter à gauche ou à droite ? Dans son livre "On ne parle pas de politique à table !", Sylvain Bosselet explique pourquoi la vie politique est un vrai champ de bataille. Extraits (2/2).
Sylvain Bosselet est agrégé de philosophie et docteur en psychologie. Il a dirigé un séminaire sur la critique freudienne de la philosophie au Collège international de philosophie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Bosselet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Bosselet est agrégé de philosophie et docteur en psychologie. Il a dirigé un séminaire sur la critique freudienne de la philosophie au Collège international de philosophie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quel est le sens profond de la distinction entre la gauche et la droite ? Quelles sont leurs valeurs respectives ? Pourquoi voter à gauche ou à droite ? Dans son livre "On ne parle pas de politique à table !", Sylvain Bosselet explique pourquoi la vie politique est un vrai champ de bataille. Extraits (2/2).

Pourquoi les gens tiennent-ils absolument à avoir raison, à imposer leur point de vue dans les discussions ? Un relativisme douteux, ajouté à un principe de tolérance approximativement appliqué, nous fait souvent dire « à chacun sa vérité ». S’il en allait vraiment ainsi, pourquoi s’énerver quand l’autre pense différemment ?

Une hypothèse simple pourrait dénouer ce petit paradoxe. Ce ne serait pas tant là une question de vérité, abstraite, que d’action, concrète. Détenir une vérité entraîne certains actes. Avoir raison permet d’imposer son choix d’action. Celui qui détiendrait la vérité devrait légitimement décider, en particulier pour les autres, puisqu’elle reste identique pour tous – quoi qu’en disent les relativistes, qui se contredisent eux-mêmes à stipuler que « tout », absolument tout est relatif.

Il ne s’agit pas seulement de chercher une explication au fait que les esprits s’échauffent quand on parle de politique. La réponse dans ce cas réside surtout dans le fait que le choix politique met en jeu des structures inconscientes très sensibles, avec des pulsions basiques et un complexe d’Œdipe brûlant. La politique touche en nous de l’infantile profond.

L’idée que celui qui détient la vérité devrait logiquement choisir les actions à entreprendre revêt une importance cruciale pour ce qui est des décisions politiques. Que ceux qui prétendent gouverner les peuples soient tenus de connaître quelque peu leur affaire semble logique. Est-il possible de diriger un État sans un bon niveau de compréhension de la psychologie des individus, du comportement des groupes, des préférences anthropologiques, des mécanismes économiques, du sens philosophique des valeurs qui nous guident, du fonctionnement de la nature, etc. ?

Or, comment sont formés la plupart de nos dirigeants ? Quelle est leur motivation profonde ? Nous n’entrerons pas ici dans une analyse psychologique de leurs mobiles réels, quitte à manquer quelques pépites. Pour s’en tenir plus prudemment aux apparences, supposons qu’ils soient mus par la « soif du pouvoir ». Dans ces conditions, avoir raison devient pour eux un simple moyen. Au lieu de venir en premier, comme condition d’action, la vérité se subordonne à leur but dernier, détenir le pouvoir.

Quoi d’étonnant alors à ce qu’ils se rabattent « au feeling » sur l’une des deux options politiques, la gauche ou la droite, sans interroger en profondeur leurs présupposés ? Ils se contentent de reproduire des clichés. Leur souci est ailleurs. Leurs formations l’attestent suffisamment en France, où ils sont pour la plupart issus des études de sciences politiques et de l’ENA. Ils en apprennent infiniment plus sur les joies des administrations que sur le bonheur des individus. Ils se délectent plus des finesses de rouages institutionnels que des délicates interactions entre l’économie humaine et l’économie de la nature. Ils raffolent autrement plus des myriades de lois existantes que des complexités de la sociologie. Ils sont plus friands de l’histoire de leurs prédécesseurs, sans doute par identification basique, que des dernières hypothèses scientifiques concernant l’avenir de notre espèce.

Le XVIIIe siècle de l’assemblée constituante avait au moins l’excuse de ne pas encore disposer de sciences humaines développées. En outre, ce siècle avait montré un bel exemple, en tâchant de nous guider avec les Lumières de la raison. Les hommes politiques d’aujourd’hui n’évoquent plus les philosophes des Lumières que pour exalter une gloire française bien révolue, quand ce n’est pas pour se crisper sur des droits censément universels. Ces derniers nous servent plutôt de prétexte pour imposer nos intérêts partout dans le monde.

 

______________________________

Extraits de On ne parle pas de politique à table ! de Sylvain Bosselet, Bréal (novembre 2011)

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
06.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Sylvain
- 21/12/2011 - 13:28
autopromotion
Je suis l'auteur du livre, mais pas de la mise en ligne de cet extrait.
Sylvain Bosselet
Mani
- 19/12/2011 - 12:45
Pourquoi les esprits s'échauffent quand on parle de politique ?
Parce que ces discussions impliquent des jugements de valeur. T'es de gauche ? T'es quelqu'un de bien. De droite ? T'es une ordure. Pas compliqué après ça de comprendre pourquoi il peut y avoir des énervements ! A part ça, l'autopromotion gratuite, ça marche bien ?