En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 3 heures 8 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 7 heures 22 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 11 heures 36 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 21 heures 9 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 10 heures 59 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 11 heures 7 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 11 heures 33 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 11 heures 41 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 21 heures 23 min
Energy drink

Politique : La soif du pouvoir plus forte que les idées

Publié le 18 décembre 2011
Quel est le sens profond de la distinction entre la gauche et la droite ? Quelles sont leurs valeurs respectives ? Pourquoi voter à gauche ou à droite ? Dans son livre "On ne parle pas de politique à table !", Sylvain Bosselet explique pourquoi la vie politique est un vrai champ de bataille. Extraits (2/2).
Sylvain Bosselet est agrégé de philosophie et docteur en psychologie. Il a dirigé un séminaire sur la critique freudienne de la philosophie au Collège international de philosophie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Bosselet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Bosselet est agrégé de philosophie et docteur en psychologie. Il a dirigé un séminaire sur la critique freudienne de la philosophie au Collège international de philosophie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quel est le sens profond de la distinction entre la gauche et la droite ? Quelles sont leurs valeurs respectives ? Pourquoi voter à gauche ou à droite ? Dans son livre "On ne parle pas de politique à table !", Sylvain Bosselet explique pourquoi la vie politique est un vrai champ de bataille. Extraits (2/2).

Pourquoi les gens tiennent-ils absolument à avoir raison, à imposer leur point de vue dans les discussions ? Un relativisme douteux, ajouté à un principe de tolérance approximativement appliqué, nous fait souvent dire « à chacun sa vérité ». S’il en allait vraiment ainsi, pourquoi s’énerver quand l’autre pense différemment ?

Une hypothèse simple pourrait dénouer ce petit paradoxe. Ce ne serait pas tant là une question de vérité, abstraite, que d’action, concrète. Détenir une vérité entraîne certains actes. Avoir raison permet d’imposer son choix d’action. Celui qui détiendrait la vérité devrait légitimement décider, en particulier pour les autres, puisqu’elle reste identique pour tous – quoi qu’en disent les relativistes, qui se contredisent eux-mêmes à stipuler que « tout », absolument tout est relatif.

Il ne s’agit pas seulement de chercher une explication au fait que les esprits s’échauffent quand on parle de politique. La réponse dans ce cas réside surtout dans le fait que le choix politique met en jeu des structures inconscientes très sensibles, avec des pulsions basiques et un complexe d’Œdipe brûlant. La politique touche en nous de l’infantile profond.

L’idée que celui qui détient la vérité devrait logiquement choisir les actions à entreprendre revêt une importance cruciale pour ce qui est des décisions politiques. Que ceux qui prétendent gouverner les peuples soient tenus de connaître quelque peu leur affaire semble logique. Est-il possible de diriger un État sans un bon niveau de compréhension de la psychologie des individus, du comportement des groupes, des préférences anthropologiques, des mécanismes économiques, du sens philosophique des valeurs qui nous guident, du fonctionnement de la nature, etc. ?

Or, comment sont formés la plupart de nos dirigeants ? Quelle est leur motivation profonde ? Nous n’entrerons pas ici dans une analyse psychologique de leurs mobiles réels, quitte à manquer quelques pépites. Pour s’en tenir plus prudemment aux apparences, supposons qu’ils soient mus par la « soif du pouvoir ». Dans ces conditions, avoir raison devient pour eux un simple moyen. Au lieu de venir en premier, comme condition d’action, la vérité se subordonne à leur but dernier, détenir le pouvoir.

Quoi d’étonnant alors à ce qu’ils se rabattent « au feeling » sur l’une des deux options politiques, la gauche ou la droite, sans interroger en profondeur leurs présupposés ? Ils se contentent de reproduire des clichés. Leur souci est ailleurs. Leurs formations l’attestent suffisamment en France, où ils sont pour la plupart issus des études de sciences politiques et de l’ENA. Ils en apprennent infiniment plus sur les joies des administrations que sur le bonheur des individus. Ils se délectent plus des finesses de rouages institutionnels que des délicates interactions entre l’économie humaine et l’économie de la nature. Ils raffolent autrement plus des myriades de lois existantes que des complexités de la sociologie. Ils sont plus friands de l’histoire de leurs prédécesseurs, sans doute par identification basique, que des dernières hypothèses scientifiques concernant l’avenir de notre espèce.

Le XVIIIe siècle de l’assemblée constituante avait au moins l’excuse de ne pas encore disposer de sciences humaines développées. En outre, ce siècle avait montré un bel exemple, en tâchant de nous guider avec les Lumières de la raison. Les hommes politiques d’aujourd’hui n’évoquent plus les philosophes des Lumières que pour exalter une gloire française bien révolue, quand ce n’est pas pour se crisper sur des droits censément universels. Ces derniers nous servent plutôt de prétexte pour imposer nos intérêts partout dans le monde.

 

______________________________

Extraits de On ne parle pas de politique à table ! de Sylvain Bosselet, Bréal (novembre 2011)

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Sylvain
- 21/12/2011 - 13:28
autopromotion
Je suis l'auteur du livre, mais pas de la mise en ligne de cet extrait.
Sylvain Bosselet
Mani
- 19/12/2011 - 12:45
Pourquoi les esprits s'échauffent quand on parle de politique ?
Parce que ces discussions impliquent des jugements de valeur. T'es de gauche ? T'es quelqu'un de bien. De droite ? T'es une ordure. Pas compliqué après ça de comprendre pourquoi il peut y avoir des énervements ! A part ça, l'autopromotion gratuite, ça marche bien ?