En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Ministère de l'intérieur
La carte des 13 nouvelles régions.
Des colosses aux pieds d'argile
Les régions, ces géants géographiques aux attributions minuscules pour lesquels on vote aujourd’hui
Publié le 06 décembre 2015
Ces élections régionales consacrent les nouvelles régions issues de la réforme territoriale. Conçues pour former des blocs suffisamment forts pour peser dans le concert européen, ces nouvelles entités administratives semblent être des colosses aux pieds d'argile.
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ces élections régionales consacrent les nouvelles régions issues de la réforme territoriale. Conçues pour former des blocs suffisamment forts pour peser dans le concert européen, ces nouvelles entités administratives semblent être des colosses aux pieds d'argile.

Atlantico : Les Français votent dimanche pour élire les représentants des nouvelles régions issues de la réforme territoriale. Excepté la taille et le nom des entités qu'ils administrent, qu'est-ce qui a changé dans les pouvoirs des présidents de régions depuis les dernières élections régionales ?

Gérard-François Dumont : En réalité, les pouvoirs des présidents de régions ne se trouvent guère modifiés dans le cadre de la nouvelle délimitation des régions. Certes, une loi Notre (nouvelle organisation territoriale de la République) a été promulguée en août 2015. Ce texte confirme la suppression de la clause de compétence générale pour les régions (et les départements). Il précise que les régions ont compétence sur le développement économique, l’aménagement du territoire, la formation professionnelle, la gestion des lycées et les transports, y compris les transports scolaires. Quant à la culture, les sports, le tourisme, l’éducation populaire et les langues régionales, ces domaines relèvent à la fois des régions et des départements.

Mais la loi Notre ne se traduit par nulle avancée dans la décentralisation. Aucune nouvelle compétence n'est transmise de l’État aux régions. Pourtant, puisque la France est une République dont « l’organisation est décentralisée », depuis la réforme constitutionnelle de mars 2003, une gestion plus efficace du territoire aurait pu conduire à donner aux régions davantage de compétences en matière d'emploi, comme ce qui relevait auparavant de l'agence nationale pour l'emploi (ANPE), des responsabilités accrues en matière de formation professionnelle et continue, ou des en matière d'aménagement du territoire en faisant de la région la responsable des questions d'intercommunalité sur son territoire.

La loi Notre n’organise que des concentrations en transférant certaines compétences auparavant assumées par les départements aux régions, comme les transports scolaires ou la totalité du développement économique. Or de tels transferts n’ont nullement été justifiés. Aucune étude n’a montré que les départements avaient mal assuré leur mission en matière de transports scolaires et que les transférer à l'échelon régional allait être plus efficace. D’ailleurs, le transport scolaire est un service de proximité alors que le rôle de la région est d'avoir une activité structurante sur les territoires afin de les rendre plus attractifs. Concernant le développement économique, là aussi, il est souhaitable que les régions aient un rôle structurant. Mais la prise en compte de la diversité des questions quotidiennes d’attractivité suppose aussi de la proximité que d’autres collectivités territoriales sont parfois mieux placées pour satisfaire. Il serait inefficace de tout centraliser à l’échelle régionale et il faut au contraire que les régions sachant utiliser, par exemple grâce à des délégations de compétences, ce qui existe et qui a fait preuve de réussite.

L'objectif sous-jacent de la réforme territoriale était notamment de renforcer les régions françaises pour qu'elles soient en mesure de rivaliser avec les puissants Landërs allemands. Est-il atteint ?

L’objectif annoncé de renforcer les régions françaises au sein de l’Union européenne ne peut absolument pas être atteint. D’abord, une analyse fine montre que leur situation relative se détériore sous le simple effet des fusions[1]. Ensuite, l’État n’a nullement améliorée les moyens financiers des régions, qui se trouvent au contraire handicapées, comme les autres collectivités territoriales, par les décisions prises en matière de dotation. Les régions françaises disposent donc de finances fort limitées ; en outre, parmi leurs recettes, toute une partie va dans la gestion des agents administratifs et techniques des lycées dans des conditions largement fixés par l’État avec extrêmement peu de marge de manœuvre pour les régions.

Selon vous, pourquoi une réforme aussi importante que cette réforme territoriale a-t-elle accouché du résultat décevant que vous décrivez ? Qu'est-ce qui a péché dans la conception de ces nouvelles régions ?

Les trois dernières réformes territoriales, soit le loi sur les métropoles, celle sur la nouvelle délimitation des régions et la loi Notre n’ont fait l’objet ni d’une évaluation des multiples lois territoriales antérieures, ni d’un diagnostic fin des dynamiques territoriales ou de la gouvernance territoriale[2] dont l’importance est nettement plus grande que celle de la dimension du périmètre administratif. Par exemple, la loi instaurant quatorze métropoles administratives part d’un postulat selon lequel les territoires métropolitains sont automatiquement plus dynamiques que les autres, ce qui n’est nullement démontré[3].  Sur la suppression de neuf régions, aucune réflexion préalable n’a été conduite ni sur sa réelle nécessité, ni sur les choix des mariages contraints. La loi ne fait qu'affirmer la nécessité de grandes régions, avec un raisonnement selon lequel tout ce qui est grand est magnifique (« big is beautiful » !), sans pour autant le justifier, tout simplement parce c’est injustifiable. Penser que l'Allemagne connaît des succès économiques en raison de Länder qui seraient plus grands est totalement erroné. Les écarts de taille et de population entre les Länder allemands ou entre les régions des différent pays européens sont beaucoup plus importants que ce qui existe en France jusqu’au 31 décembre 2015. Il n’y a nulle part corrélation entre la taille et le nombre d'habitants des régions et leur attractivité économique.

Qu'aurait-il fallu faire ?

Au lieu de rajouter trois lois territoriales à la quinzaine de lois territoriales votées depuis le début du XXe siècle, il aurait d’abord fallu conduire un diagnostic raisonné et réfléchir au contenu d’une véritable décentralisation nécessaire dans un monde globalisé[4]. Il aurait fallu bien définir ce qu'est le rôle d'une région. A mon sens, leur rôle est de conduire les actions structurantes rendant leur territoire plus attractif. Il s’agirait d’examiner les compétences pour lesquelles le niveau régional est plus efficace car il se trouve être la bonne échelle, par exemple en matière d'emploi ou d'enseignement supérieur. Cela suppose aussi de transférer, parallèlement aux compétences, des moyens de l’État aux régions pour les assumer. Cela suppose aussi de ne pas confier aux régions des tâches de proximité pour lesquelles les départements ou des communes sont mieux placées. En outre, et puisque les régions devraient essentiellement avoir un rôle structurant, il faut tailler dans le nombre d’élus régionaux dont les assemblées trop nombreuses engendrent des coûts et des complexités nombreuses. Rappelons que la région du Grand Londres compte 25 élus et que les députés des Länder allemands sont moins nombreux que dans les régions françaises, bien qu’assumant des pouvoirs incomparablement supérieurs.

Quant à la question du nombre des régions, il aurait fallu s’interroger sur le coût des fusions au lieu de promettre des économies, puis de se taire en raison de leur caractère fictif, pour enfin constater qu’il est réel[5]. Concernant les périmètres, il aurait fallu, pour que les citoyens y adhèrent et, ensuite, veulent s’impliquer de façon optimale dans le développement régional, les consulter. Ce que font les meilleures démocraties où les changements de périmètres régionaux supposent des référendums.

 


[1] Florent, Luc, « La place des régions françaises dans l’Union européenne : améliorée ou détériorée avec la suppression de 9 d’entre elles ? » Population & Avenir, n° 721, janvier-février 2015.

[2] Dumont, Gérard-François, Diagnostic et gouvernance des territoires, Paris, Armand Colin.

[3] Poupard, Gilles, « Développement local et emploi productif : un monopole des métropoles ? » Population & Avenir, n° 725, novembre-décembre 2015.

[4] Dumont, Gérard-François, « Les territoires dans la « mondialisation » : sur un trépied », Population & Avenir, n° 721, janvier-février 2015.

[5] Cf. par exemple, concernant ces coûts directs, Le Parisien Magazine, 2 octobre 2015 et, concernant le temps de réalisation pour les services de l’État, soit au moins cinq ans, le rapport d’avril 2015, établi par les inspections générales, intitulé  « L’évolution de l’organisation régionale de l’État consécutive à la nouvelle délimitation des régions ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
LR : le difficile avenir de la droite française
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RBD
- 06/12/2015 - 19:19
Valls le Jacobin
Ce projet révèle en profondeur le jacobinisme de Valls, dans la méthode et pas seulement dans son objectif. Quant aux économies à en attendre...
fanfoué
- 06/12/2015 - 18:33
Toujours pas de baisse du nombre d'élus !!
Chaque réforme territoriale est annoncée comme allant permettre de baisser les dépenses publiques, ors à chaque fois c'est le contraire qui se produit, pourquoi ?
Tout simplement car le nombre d'élus et de fonctionnaires qui leurs sont directement rattachés ne cesse d'augmenter alors qu'il faudrait les réduire de façon drastique. Ajoutez à celà toutes les dépenses pour refaire les logos, les panneaux routiers, la signalétique générale, les fournitures de bureau à entête... et vous avez un gaspillage inutile qui aggrave l'endettement du pays et plombe l'économie. Ce n'est pas demain que les politiques feront des coupes sombres dans leurs rangs.
Deudeuche
- 06/12/2015 - 15:01
Réforme absurde
et purement clientéliste. A pétarder après 2017.
A quand le self-government, la subsidiarité en France, le transfert de pouvoir de cet Etat prévaricateur aux régions culturellement et historiquement homogènes et à taille humaine. Le département cet anachronisme de 1791 devait être effacé. L'empire colonial parisien a vécu! Que l'Etat s'occupe correctement de ses fonctions régaliennes et qu'il laisse le reste aux régions autonomes.