En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Capture d'écran
Tom Cruise dans le film "Mission impossible".
Pire que pour Tom Cruise

La mission impossible de Patrick Bernasconi à la tête du CESE

Publié le 04 décembre 2015
Patrick Bernasconi, ancien responsable du Medef, a été élu hier à la présidence du conseil économique, social et environnemental (CESE). Patron d'une PME familiale de travaux publics, il est surtout connu au sein du monde patronal pour ses engagements syndicaux. M. Bernasconi réussira-t-il à redorer le blason du CESE, souvent décrit comme étant d'une utilité incertaine ?
Journaliste
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Ciccotelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Bernasconi, ancien responsable du Medef, a été élu hier à la présidence du conseil économique, social et environnemental (CESE). Patron d'une PME familiale de travaux publics, il est surtout connu au sein du monde patronal pour ses engagements syndicaux. M. Bernasconi réussira-t-il à redorer le blason du CESE, souvent décrit comme étant d'une utilité incertaine ?

Une élection tendue mais courue d'avance

A l'issue du scrutin qui s'est tenu hier place d'Iéna, Patrick Bernasconi, 60 ans, a remporté une victoire très large sur ses deux concurrents. Sur 224 votants et exprimés, il a obtenu 131 voix contre 63 pour Jean-Paul Delevoye, le président sortant, et 30 pour Gérard Aschieri, ancien secrétaire général de la FSU. Il a ainsi été élu dès le premier tour du scrutin. L'ampleur de sa victoire ne saurait pourtant masquer le climat de tension inhabituel dans lequel l'élection a eu lieu. Jean-Paul Delevoye, qui s'était posé en "gaulliste social", n'avait en effet pas voulu tirer les conséquences des multiples signes annonciateurs de sa défaite et il avait maintenu sa candidature. Amer, il a démissionné du CESE après sa défaite.

En pilote automobile aguerri, M. Bernasconi préparait depuis longtemps cette course à la "troisième chambre". Capitalisant sur le succès de la négociation "compétitivité et sécurisation de l’emploi", qu'il avait menée et qui s'était conclue par l’ANI du 11 janvier 2013, il avait mis sur pied un réseau de soutien à la géométrie complexe, regroupant une vingtaine d'organisations, dont celles représentant le patronat (sauf l'UPA) et quatre syndicats de salariés de tendance "réformiste" (CFDT, CFTC, CFE-CGC, UNSA). A côté de cela, Jean-Paul Delevoye faisait pâle figure, puisqu'il pouvait surtout compter sur le concours fraternel de Force Ouvrière - qui n'est décidément pas toujours dans les bons coups ces derniers temps.

Un responsable patronal plutôt qu'un patron

Patrick Bernasconi est un Normand d'origine italienne. Né en 1955 à Domjean dans la Manche, il a grandi dans une famille d'entrepreneurs. L'affaire familiale, créée par son grand-père, était à l'origine spécialisée dans le terrassement et les canalisations. Jeune homme, c'est donc assez naturellement qu'il a été amené à suivre des études à l’école spéciale des travaux publics (ESTP). A 30 ans à peine, son père lui en confie les rênes et il la réorganise en profondeur, se concentrant sur les activités de réseaux pour fluides. Il agrandit en outre le périmètre de Bernasconi TP en prenant le contrôle de la société guadeloupéenne Aqua TP. Son groupe compte désormais près de 150 salariés, pour un CA d'environ 25 millions d'euros.

Auprès de ses pairs, M. Bernasconi est pourtant moins connu pour ses qualités d'entrepreneurs que pour son engagement patronal. C'est d'ailleurs de loin qu'il gère aujourd'hui l'affaire familiale. Se déclarant lui-même plus intéressé par le milieu des organisations professionnelles que par la direction d'entreprise, il a tôt pris des responsabilités au sein du syndicat des canalisateurs de France, qu'il a même présidé un temps, puis au sein de la FNTP, dont il a pris les manettes en 2005. Candidat malheureux à la présidence du Medef en 2013, il y était depuis chargé d'une mission plutôt obscure, de réorganisation des structures. Certain de sa victoire au CESE, Patrick Bernasconi a récemment abandonné ses mandats patronaux.

Une (trop) lourde tâche : réaffirmer l'utilité du CESE

Dans son premier discours, le nouveau président s'est d'abord répandu en auto-célébrations de rigueur : "Si le CESE n'existait pas, il faudrait d'urgence l'inventer", le CESE a en lui "le gène de la modernité", "le CESE, représentant de la société civile organisée, a plus que jamais un rôle majeur à jouer", etc. Puis il a insisté sur le principal objectif qu'il se fixe : remettre la place d'Iéna au centre de l'action publique. Il veut "rendre [sa] saisine incontournable sur les questions centrales qui agitent notre société". Le pari est pour le moins ambitieux, tant le conseil véhicule l'image d'un cénacle dont la véritable utilité est surtout de financer généreusement de nombreuses associations et autres acteurs du paritarisme.

Afin de remplir au mieux sa mission, Patrick Bernasconi pourra, certes, s'appuyer sur le fait qu'il a été très largement légitimé en interne par son bon score. Cela aide. Néanmoins, comme Jean-Paul Delevoye l'a rappelé, non sans une certaine aigreur, dans son discours de candidature, "les alliances contre-nature [sont] par essence éphémères". Tenu par des soutiens qui vont à hue et à dia, le nouveau président du CESE aura bien des difficultés à tirer une quelconque synthèse de leurs positions. Place d'Iéna, le soufflé pourrait donc retomber tout aussi vite qu'il a gonflé. Les détracteurs de cette vénérable institution peuvent se rassurer : ils ont sans doute encore de beaux jours devant eux.

Article également publié sur Décider et entreprendre

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
CESE, Patrick Mennucci
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
henir33
- 03/12/2015 - 17:56
suprimons le CESE
cette institution n''est qu'un fromage pour caser les copains et faire semblant de faire quelque chose d'utile dont personne ne se soucie
jpy2884
- 03/12/2015 - 14:13
M. Bernasconi est surtout
M. Bernasconi est surtout connu pour ses engagements au sein de la franc-maçonnerie (G.O). Comme son opportuniste prédécesseur.
Ce qui en dit long sur la volonté du gouvernement de réformer cette institution qui ne sert à peu près à rien, sauf à verser une rente aux copains de tous bords en mal de recasage.
Un "petit sénat", en quelque sorte.
Il ne serait pas difficile de réaliser des économies dans le budget de fonctionnement de l'Etat, si on le voulait vraiment...
Tout cela aux frais du contribuable.