En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

04.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 2 min 9 sec
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 1 heure 6 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 3 heures 11 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 4 heures 9 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 22 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 1 jour 20 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 22 min 43 sec
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 1 jour 14 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 1 jour 6 heures
© Capture d'écran
Tom Cruise dans le film "Mission impossible".
© Capture d'écran
Tom Cruise dans le film "Mission impossible".
Pire que pour Tom Cruise

La mission impossible de Patrick Bernasconi à la tête du CESE

Publié le 04 décembre 2015
Patrick Bernasconi, ancien responsable du Medef, a été élu hier à la présidence du conseil économique, social et environnemental (CESE). Patron d'une PME familiale de travaux publics, il est surtout connu au sein du monde patronal pour ses engagements syndicaux. M. Bernasconi réussira-t-il à redorer le blason du CESE, souvent décrit comme étant d'une utilité incertaine ?
Journaliste
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Ciccotelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Bernasconi, ancien responsable du Medef, a été élu hier à la présidence du conseil économique, social et environnemental (CESE). Patron d'une PME familiale de travaux publics, il est surtout connu au sein du monde patronal pour ses engagements syndicaux. M. Bernasconi réussira-t-il à redorer le blason du CESE, souvent décrit comme étant d'une utilité incertaine ?

Une élection tendue mais courue d'avance

A l'issue du scrutin qui s'est tenu hier place d'Iéna, Patrick Bernasconi, 60 ans, a remporté une victoire très large sur ses deux concurrents. Sur 224 votants et exprimés, il a obtenu 131 voix contre 63 pour Jean-Paul Delevoye, le président sortant, et 30 pour Gérard Aschieri, ancien secrétaire général de la FSU. Il a ainsi été élu dès le premier tour du scrutin. L'ampleur de sa victoire ne saurait pourtant masquer le climat de tension inhabituel dans lequel l'élection a eu lieu. Jean-Paul Delevoye, qui s'était posé en "gaulliste social", n'avait en effet pas voulu tirer les conséquences des multiples signes annonciateurs de sa défaite et il avait maintenu sa candidature. Amer, il a démissionné du CESE après sa défaite.

En pilote automobile aguerri, M. Bernasconi préparait depuis longtemps cette course à la "troisième chambre". Capitalisant sur le succès de la négociation "compétitivité et sécurisation de l’emploi", qu'il avait menée et qui s'était conclue par l’ANI du 11 janvier 2013, il avait mis sur pied un réseau de soutien à la géométrie complexe, regroupant une vingtaine d'organisations, dont celles représentant le patronat (sauf l'UPA) et quatre syndicats de salariés de tendance "réformiste" (CFDT, CFTC, CFE-CGC, UNSA). A côté de cela, Jean-Paul Delevoye faisait pâle figure, puisqu'il pouvait surtout compter sur le concours fraternel de Force Ouvrière - qui n'est décidément pas toujours dans les bons coups ces derniers temps.

Un responsable patronal plutôt qu'un patron

Patrick Bernasconi est un Normand d'origine italienne. Né en 1955 à Domjean dans la Manche, il a grandi dans une famille d'entrepreneurs. L'affaire familiale, créée par son grand-père, était à l'origine spécialisée dans le terrassement et les canalisations. Jeune homme, c'est donc assez naturellement qu'il a été amené à suivre des études à l’école spéciale des travaux publics (ESTP). A 30 ans à peine, son père lui en confie les rênes et il la réorganise en profondeur, se concentrant sur les activités de réseaux pour fluides. Il agrandit en outre le périmètre de Bernasconi TP en prenant le contrôle de la société guadeloupéenne Aqua TP. Son groupe compte désormais près de 150 salariés, pour un CA d'environ 25 millions d'euros.

Auprès de ses pairs, M. Bernasconi est pourtant moins connu pour ses qualités d'entrepreneurs que pour son engagement patronal. C'est d'ailleurs de loin qu'il gère aujourd'hui l'affaire familiale. Se déclarant lui-même plus intéressé par le milieu des organisations professionnelles que par la direction d'entreprise, il a tôt pris des responsabilités au sein du syndicat des canalisateurs de France, qu'il a même présidé un temps, puis au sein de la FNTP, dont il a pris les manettes en 2005. Candidat malheureux à la présidence du Medef en 2013, il y était depuis chargé d'une mission plutôt obscure, de réorganisation des structures. Certain de sa victoire au CESE, Patrick Bernasconi a récemment abandonné ses mandats patronaux.

Une (trop) lourde tâche : réaffirmer l'utilité du CESE

Dans son premier discours, le nouveau président s'est d'abord répandu en auto-célébrations de rigueur : "Si le CESE n'existait pas, il faudrait d'urgence l'inventer", le CESE a en lui "le gène de la modernité", "le CESE, représentant de la société civile organisée, a plus que jamais un rôle majeur à jouer", etc. Puis il a insisté sur le principal objectif qu'il se fixe : remettre la place d'Iéna au centre de l'action publique. Il veut "rendre [sa] saisine incontournable sur les questions centrales qui agitent notre société". Le pari est pour le moins ambitieux, tant le conseil véhicule l'image d'un cénacle dont la véritable utilité est surtout de financer généreusement de nombreuses associations et autres acteurs du paritarisme.

Afin de remplir au mieux sa mission, Patrick Bernasconi pourra, certes, s'appuyer sur le fait qu'il a été très largement légitimé en interne par son bon score. Cela aide. Néanmoins, comme Jean-Paul Delevoye l'a rappelé, non sans une certaine aigreur, dans son discours de candidature, "les alliances contre-nature [sont] par essence éphémères". Tenu par des soutiens qui vont à hue et à dia, le nouveau président du CESE aura bien des difficultés à tirer une quelconque synthèse de leurs positions. Place d'Iéna, le soufflé pourrait donc retomber tout aussi vite qu'il a gonflé. Les détracteurs de cette vénérable institution peuvent se rassurer : ils ont sans doute encore de beaux jours devant eux.

Article également publié sur Décider et entreprendre

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
CESE, Patrick Mennucci
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

04.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
henir33
- 03/12/2015 - 17:56
suprimons le CESE
cette institution n''est qu'un fromage pour caser les copains et faire semblant de faire quelque chose d'utile dont personne ne se soucie
jpy2884
- 03/12/2015 - 14:13
M. Bernasconi est surtout
M. Bernasconi est surtout connu pour ses engagements au sein de la franc-maçonnerie (G.O). Comme son opportuniste prédécesseur.
Ce qui en dit long sur la volonté du gouvernement de réformer cette institution qui ne sert à peu près à rien, sauf à verser une rente aux copains de tous bords en mal de recasage.
Un "petit sénat", en quelque sorte.
Il ne serait pas difficile de réaliser des économies dans le budget de fonctionnement de l'Etat, si on le voulait vraiment...
Tout cela aux frais du contribuable.