En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 11 heures 23 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 12 heures 52 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 14 heures 30 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 15 heures 49 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 17 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 18 heures 44 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 11 heures 37 sec
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 11 heures 53 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 13 heures 57 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 14 heures 53 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 20 heures 20 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 22 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Climat, même pas peur

Tous climato-sceptiques à l’insu de notre plein gré ? Pourquoi notre cerveau n’est pas fait pour s’intéresser à la COP21

Publié le 04 décembre 2015
L’intérêt des populations pour la COP21 reste aujourd’hui très modéré. Un manque d’investissement citoyen qui s'explique par le fait que les effets du changement climatique ne sont aujourd’hui pas assez visibles, car le risque n'est pris en compte par le cerveau que s'il fait peur...
Elke U. Weber est professeur de business international à la Business School de Columbia et professeur de psychologie à l’Université de Columbia, et co-fondatrice du Cred (Center for Research on Environmental Decisions).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elke U. Weber
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elke U. Weber est professeur de business international à la Business School de Columbia et professeur de psychologie à l’Université de Columbia, et co-fondatrice du Cred (Center for Research on Environmental Decisions).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’intérêt des populations pour la COP21 reste aujourd’hui très modéré. Un manque d’investissement citoyen qui s'explique par le fait que les effets du changement climatique ne sont aujourd’hui pas assez visibles, car le risque n'est pris en compte par le cerveau que s'il fait peur...

Atlantico : Pourquoi les citoyens ne peuvent scientifiquement pas s'intéresser à la COP21? La façon dont fonctionne notre cerveau est-elle un obstacle à notre compréhension et à notre réaction vis-à-vis du désastre à venir?

Elke U. Weber : Le problème avec le changement climatique est qu'il est un phénomène statistique très abstrait dont la plupart des gens ne voient pas encore concrètement les preuves physiques ou du moins la preuve qui leur ferait peur. Le climat pour eux c’est comme la météo. Ainsi le changement climatique résonne avec temps plus chaud, plus de sécheresses peut-être, mais ne coïncide pas avec des effets dévastateurs, voire mortels. Aujourd’hui, le gens savent mais se disent que ça ne les concerne pas. Ce sera le lot des générations futures. Et ils ont le sentiment que d’ici là, les Etats et scientifiques devraient être en mesure de gérer les impacts, de s’y adapter. 

Au final, si une majorité de gens ne s’investit pas, c’est que le risque est un sentiment, pas une statistique. Et on ne peut prendre de mesures individuelles que sur des événements ou des sujets dont on a le sentiment qu’ils nous menacent directement. 

Les choses qui nous font peur (les serpents, les lions, une personne vous braquant avec un pistolet…) évoluent en fonction de l’immédiateté du risque et au gré de l’évolution humaine. Un jour, nos cerveaux sauront très certainement capter cette peur des choses abstraites et potentiellement mortelles, la question est de savoir quand. 

Quoiqu’il en soit, le changement climatique n’est pas un danger pour notre planète, qui a traversé de nombreuses périodes de réchauffement et de refroidissement dans son existence. Ce qui est en jeu, c’est le maintien d’un climat propice à la survie de notre espèce. C’est un autre problème.

D’autres sujets, comme la mort, sont-ils propices à ce blocage mental empêchant les hommes de l’accepter comme une réalité ?

Oui, c’est tout à fait exact, la mort est un autre exemple, très curieux, pour lequel nos savons (intellectuellement et en principe) qu’elle va nous toucher, mais qui nous apparaît "immédiatement" inimaginable. Raison qui nous fait l’évacuer de notre esprit pour maintenir notre équilibre quotidien. 

Comment expliquer, malgré les enjeux mondiaux et vitaux du réchauffement climatique, que les gens s'intéressent plus aux actualités liées aux attentats et au terrorisme ?

Tandis que le changement climatique n’atteint pas un haut niveau dans ce que les psychologues Slovic, Fischhoff et Lichtenstein ont appelé, dans les années 1970, les "dimensions de risques psychologiques", le terrorisme, lui, est devenu la nouvelle dimension, la tête d'affiche des choses qui nous font peur. Pourquoi ? Parce qu'il semble incontrôlable et évoque la crainte. A l’heure où ces trois psychologues menaient leurs études, la principale dimension de risque était incarnée par le nucléaire. Aujourd’hui, elle a été éclipsée par le terrorisme et son mode d’action, l’attentat.

Et même si aucune action efficace d’éradication des attaques terroristes et de leurs causes sous-jacentes n’a été mise à jour, la possibilité d’un jour réussir à la trouver semble plus simple que d’imaginer une réponse efficace au changement climatique. Ma collègue Ruth Greenspan Bell, juriste au Centre Woodrow Wilson à Washington et co-directrice de SUSSTAIN (avec moi), un réseau de sciences sociales conçu pour diffuser et mettre en œuvre des réponses efficaces au changement climatique, aime à dire qu'il n'y a pas de solution miracle au changement climatique et que tout ce que nous avons, c’est une "chevrotine d'argent" (ie, une multitude de projectiles qui s’ajoutent et permettent de lutte contre).

L'impression assez majoritairement partagée par la population qu'il ne sortira rien de la COP21 et qu'il leur est difficile d'agir à leur échelle explique-t-elle une sorte de refus psychologique à s'investir sur ces questions?

Oui, le changement climatique nécessite une action politique (et pas seulement à Paris, mais dans tous les pays), des solutions économiques, des nouvelles technologies (à la fois d'énergie et de captage du carbone), mais aussi un changement de comportement massif ! Tout cela de manière coordonnée et dans une redistribution massive des capitaux du monde entier. 

Les gens ont-ils donc raison de douter du résultat de la COP21 ? Peut-être. Et peuvent-ils simplement abandonner et laisser faire ? Évidemment, la réponse est non. 

Mais ce sentiment n’est en effet pas absent chez beaucoup. Reste que, personnellement, je mise sur le Mythe de Sisyphe d'Albert Camus et le fait que sur des événements complexes, des points de basculement s’opèrent et exigent une action sur plusieurs fronts différents. Le réchauffement climatique pourrait ainsi voir une plus grande part de l’opinion publique s’emparer du combat de manière inattendue. Je préfère conclure sur cette note plus optimiste!

 

Propos recueillis par Fanny Costes

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/12/2015 - 22:04
"Investissement citoyen"!!!!!!
C'est de la novlangue terranoviste pour bobos attardés, ça! Les seuls investissement valables sont les investissements productifs dans l'économie, dans les technologies nouvelles, pour cesser d'être dépendants de la technologie US, et des petites-mains asiatiques! Quant au terme "citoyen", il signifie "habitant de la cité", point! Inutile de lui rêver une signification différente pour satisfaire les cerveaux fumeux des terranovistes de la pensée unique et autres inverseurs sémantiques...