En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 6 heures 25 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 8 heures 20 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 9 heures 31 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 12 heures 45 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 13 heures 59 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 6 heures 39 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 7 heures 49 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 10 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 16 heures 14 min
© Reuters
© Reuters
Apprenti sorcier

Entre va-t-en-guerrisme aveugle et anesthésie des cerveaux, François Hollande impose une dangereuse semaine à la France

Publié le 29 novembre 2015
Dans la souffrance morale où nous sommes, faire flotter les drapeaux aux fenêtres et faire couler la moraline à flots, sur les airs de "Quand on n’a que l’amour", il semble que l'hommage présidentiel, "national et solennel", ait rempli son office : anesthésier les cerveaux.
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la souffrance morale où nous sommes, faire flotter les drapeaux aux fenêtres et faire couler la moraline à flots, sur les airs de "Quand on n’a que l’amour", il semble que l'hommage présidentiel, "national et solennel", ait rempli son office : anesthésier les cerveaux.

Personne pour se lever et dire combien il est inadmissible que le Président de la France prononce des paroles empruntées aux terroristes, au moment de sa conférence avec David Cameron, lundi à Paris : "Nous allons choisir des cibles qui feront le plus de dégâts possibles." Sachant que la France a frappé une ville, Mossoul, depuis les airs …? Décidément, cet homme n’est pas à la hauteur d'une fonction qui le dépasse. Car aujourd’hui, 5 à 7 millions de civils vivent dans les régions contrôlées par l’Etat Islamique qui se trouveront de facto, sous les bombardements de la "coalition mondiale contre Daech" et, cette "vaste offensive militaire" à laquelle on imagine François Hollande rêver, désormais, le matin quand il se rase.

Hier, dans la solennité de l’hommage de la nation aux victimes de la barbarie islamiste, ce qui en langage Elyséen se traduit par : "la cause folle d’un Dieu trahi", "pasdamalgame" oblige, François Hollande a poursuivi : "Après avoir enterré les morts il nous reviendra de réparer les vivants. Je vous promets solennellement que la France mettra tout en oeuvre pour détruire l’armée des fanatiques qui ont commis ces crimes", tout comme avait été promis, durant la campagne présidentielle, que, lui Président, serait inversée, comme par magie, la courbe du chômage.

Hier aux Invalides, d’une voix artificiellement travaillée, atone et lugubre, le Président a parlé d’un "acte de guerre, froidement exécuté par une horde d’assassins", mais ils étaient huit : deux "migrants" passés par la Grèce, et aussi, parmi ces terroristes islamistes, six Français, entraînés en Syrie, contre la France, leur pays. Pas un mot là-dessus.

Un indice, pourtant, de compréhension, qui pourrait aider les politiques, les médias et les sociétés démocratiques européennes, à comprendre, puisque c’est aussi leur tentative, le mal qui les ronge : le professeur de Bilal Hadfi, en Belgique, avait repéré sa radicalisation et l’avait signalée à sa direction qui avait refusé de le stigmatiser (1), et de conclure, en bonne logique : "il est la victime d’un véritable endoctrinement". Hier, encore, sur France info, j’entends qu’un professeur de Français dit avoir eu, dans sa classe, un autre des terroristes du 13 novembre : "A 15 ans, il ne savait ni lire, ni écrire…" et de préciser, qu’il ne savait pas quoi en faire. Conclusion tragique : si l’éducation nationale française n’a pas su qu’en faire, d’autres, en France puis en Syrie, s’en sont chargés.

Alors que penser du virage à plus de 180°, en politique intérieure, comme en politique extérieure, qui fait passer François Hollande d’un immigrationnisme convaincu, tant au plan national, sous la houlette du Think tank socialiste Terra Nova, auquel il doit, en partie, son élection, qu’au plan européen, quand il exprime un soutien sans faille à l’ouverture des frontières et à l’accueil des migrantes fuyant la guerre, en provenance du Moyen Orient et d’une partie de l’Afrique ?

Après avoir plébiscité la politique allemande d’accueil de 800 mille personnes et imposé la posture morale du "ni …ni" (ni Assad, ni Etat Islamique), le Président français revendique la nécessité d’une fermeture des frontières, et plébiscite de nouvelles alliances internationales, plaçant la Russie pro-Assad au centre de la guerre contre l’Etat Islamique, dont il prétend prendre la tête.

Cette précipitation à défaire, le lendemain de la journée sanglante du 13 novembre, ce qu’il affirmait être, au fondement des orientations politiques et morales de la France, la vieille, ne peut qu’ajouter au désarrois et à l’angoisse des Français, confrontés depuis plus de deux ans à la crise économique, culturelle et sécuritaire de la gauche au pouvoir.

D’autant qu’avec la décision turque d’abattre un bombardier russe, le nouveau conflit mondial, organisé depuis quatre ans, par l’EI en Syrie, sous nos yeux, a pris, cette semaine, une ampleur inattendue.

En effet, la revendication de la Turquie intervient onze jours, seulement, après le carnage perpétré par l’Etat Islamique, débouchant sur la prétention française, radicale autant qu’irréalisable, de changer les alliances entre les grandes puissances mondiales. Quelle absurdité au regard des soixante-dix années d’histoire diplomatique de notre pays, et du monde, que de prétendre imposer la France dans ce qui ne peut être qu’une posture : se prétendre en capacité de prendre la tête d’une coalition mondiale pour la guerre contre le terrorisme. Nous sommes une grand nation par l’esprit, mais pas par l’économie, ni la capacité militaire.

Quoi de plus cruel pour l’honneur de la France que cette image du Président Hollande reçu, mardi, à la Maison Blanche, par Barak Obama, goguenard, lui tapotant la cuisse devant les caméras : "Je suis toujours très heureux de recevoir François!" Et puis, cette visite humiliante à Poutine, se soldant par la demande de la Russie, à la France, de lui fournir "une carte" pour trouver : "les opposants modérés non-islamistes et non terroristes". Ce qui, dans la configuration territoriale de la guerre en Syrie, correspond au camouflet diplomatique le plus humoristique de l’histoire des relations internationales, envoyé, par le Président russe, via son homologue français, au Président des Etats-Unis.

Si l’offensive diplomatique de la France, menée, cette semaine en soutien à une offensive militaire accrue dès le 14 novembre, a fait flop!, le tournant sécuritaire et nationaliste de la politique intérieure de François Hollande, s’il a une cohérence dans l’état d’urgence, saura-t-il s’imposer à gauche, où disparaitra-t-il dans les limbes, au profit de sa campagne présidentielle? Arrivées au pouvoir, les valeurs de gauche ayant fait le choix du relativisme des valeurs, ont conduit à la communautarisation des banlieues puis, ont favorisé la pénétration de l’islamisme chez les plus défavorisés de nos compatriotes. Ce matin, Abdallah Saadi qui a perdu ses deux sœurs le 13 décembre disait, sur BFMTV, attendre "des mesures concrètes" et regretter qu’"à aucun moment on ne se remette en question".

Un peu d’humilité manque, en effet, dans le va-t’enguerrisme aveugle, tout comme, dans la solennité appuyée d’un Président qui a trouvé des "martyres" à son règne et prétend sans honte, en faire une "génération devenue le visage de la France".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Yves3531
- 29/11/2015 - 13:53
Ceci dit excellent article...
rien à ajouter aux excellents commentaires precedents. Tout est dit sur le drame de la présence du nain qui prétend nous gouverner !
Yves3531
- 29/11/2015 - 13:50
Ca c'est un President...
La phrase du jour attribuée à Vladimir Poutine:
 "Pardonner aux terroristes c’est le rôle de Dieu
les envoyer auprès de Lui c’est mon affaire"
 
No comment !!!
Je ne sais pas si c'est véridique, mais c'est tout lui !

Eolian
- 29/11/2015 - 12:35
Merci
Excellent article d'une très grande précision. Comme "langue de pivert", j'apprécie l'humour de M. Poutine et sa très grande classe.
Ce qui me surprend, c'est l'indolence de nos compatriotes. Sont-ils à ce point incapables de se remuer, sont-ils à ce point aveugles et sourds aux postures et aux discours insipides de ce clown qui tient lieu de président?