En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Islam vs islamisme
Pourquoi il est urgent de soutenir les musulmans qui se battent contre l’islamisme dans les pays musulmans
Publié le 28 novembre 2015
Le Pew Research Center a récemment publié un article témoignant du rejet de l'EI dans les pays à forte population musulmane. Les musulmans de pays musulmans pourraient être en première ligne contre l'Etat islamique.
Haoues Seniguer est maître de conférences en science politique à l'Institut d'Études Politiques de Lyon (IEP)Il est aussi chercheur au Triangle, UMR 5206, Action, Discours, Pensée politique et économique à Lyon et chercheur associé à l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Haoues Seniguer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Haoues Seniguer est maître de conférences en science politique à l'Institut d'Études Politiques de Lyon (IEP)Il est aussi chercheur au Triangle, UMR 5206, Action, Discours, Pensée politique et économique à Lyon et chercheur associé à l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Pew Research Center a récemment publié un article témoignant du rejet de l'EI dans les pays à forte population musulmane. Les musulmans de pays musulmans pourraient être en première ligne contre l'Etat islamique.

Atlantico : A la suite des différents attentats organisés par l'organisation Etat Islamique à Paris, Beyrouth,  ou dans le Sinaï, le monde musulman est projeté sur le devant de la scène. Le Pew Research Center a récemment publié un article témoignant du rejet de l'EI dans les pays à forte population musulmane. Pourquoi est-il primordial de soutenir ces populations modérées qui critiquent un islamisme plus radical ?

Haoues Seniguer : L’étude américaine que vous mentionnez est matière à nous convaincre d’une chose absolument cruciale pour nos sociétés, au premier chef pour la nôtre : Daech est une organisation radicale dont l’idéologie et l’action sont amplement rejetées par la population musulmane qui ne s’y reconnaît nullement. On pourrait dire que les membres de l’EI sont des marginaux de l’islam avec néanmoins une puissance de nuisance colossale, ce qui les met ainsi au centre du jeu et de l’attention tant médiatique que politique ; ce qu’ils recherchent d’ailleurs éperdument dans leurs stratégies de communication.

À mon sens, il est important de soutenir, surtout d’entendre et mieux encore d’écouter, les voix musulmanes – et elles sont fort nombreuses - qui dénoncent sans ménagement la conception d’un islam perçu comme profondément dévoyé dans l’idéologie de Daech.

L'Occident apporte déjà une réponse militaire à la menace que peut représenter, pour l’intégrité territoriale l'EI. En dépit de résultats apparemment peu voyants, faut-il abandonner ce genre de solution ? Que faudrait-il vraiment mettre en place pour endiguer (voire stopper) la progression de l'idéologie djihadiste ?

La réponse militaire, notamment de la France, est compréhensible du point de vue de ses dirigeants ayant en charge la sécurité des Français et souhaitant répondre à l’attaque en plein cœur de Paris, vendredi 13 novembre 2015. Néanmoins, l’option militaire peut se révéler un miroir aux alouettes, car si guerre il y a, celle-ci est d’ordre asymétrique, dans la mesure où l’EI n’est pas à proprement parler un État, avec des frontières reconnues, doté qui plus est d’une armée régulière. Celui-ci prospère et progresse au contraire sous la forme de métastases en convainquant, par une idéologie radicale transnationale confectionnée par des idéologues rompus aux méthodes de recrutement, des individus localisés en des espaces différents et multiples, capables d’agir de façon concertée ou autonome, sur la base d’instructions générales générées par la matrice syro-irakienne. Tant qu’il n’y aura pas de réflexion profonde sur les mobiles à la fois religieux et politiques qui nourrissent l’État islamique et crédibilisent sa propagande, la réponse strictement militaire sera comparable à un coup d’épée dans l’eau !

Comment peut-on expliquer ce rejet de l'Etat Islamique dans des populations à fort pourcentage musulman ? Ne devraient-ils pas être plus sensibles au message porté par l'EI ?

Si les populations à majorité musulmane rejettent Daech, c’est tout simplement parce que son offre idéologique ne répond pas du tout à leurs aspirations. Il faut donc s’en réjouir. À cet égard, cela vient en quelque sorte atténuer l’idée défendue par un certain nombre de politistes français, consistant à focaliser excessivement sur la variable politique pour expliquer l’attrait exercé par l’EI auprès des musulmans ; en somme, pour ces derniers, les bombardements à répétition de la coalition contre les positions de Daech en Syrie et en Irak, dégâts collatéraux ou non, seraient un élément explicatif clé. Or peut-on précisément lire, dans le rejet d’une majorité de la population musulmane des actions menées par l’EI, un refus ferme au nom de l’islam précisément…Chassée par la porte, la raison religieuse revient par la fenêtre. Par ailleurs, les musulmans vivant en terre d’islam majoritaire devraient, en principe ou intuitivement, se sentir beaucoup plus concernés par les affres que connaît le Moyen-Orient, beaucoup plus en tout cas que les musulmans évoluant en Europe. Cela ne signifie pas pour autant que la solidarité devrait être uniquement islamo-islamique ou arabo-arabe ; ce n’est pas du tout ce que je soutiens car je m’oppose à toute forme de culturalisme ; il s’agit simplement de permettre un débat contradictoire. Enfin, si tout n’était explicable que par la ou le politique, pourquoi n’y a-t-il pas plus de non-musulmans dans les troupes de Daech ? Je pense très sincèrement que l’éviction de la variable religieuse dans l’analyse du phénomène EI constitue assurément une faiblesse épistémique. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
02.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
03.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
04.
Sommes-nous véritablement de plus en plus allergiques ?
05.
Carla Bruni : "On a fait passer mon mari pour un bourrin inculte"
06.
Pourquoi le nouvel angle d’attaque d’Emmanuel Macron pour les européennes est bien plus intéressant que le précédent
07.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 29/11/2015 - 16:24
mea culpa ! :-(
quel(lle) résultat !
Gordion
- 29/11/2015 - 14:58
@zouk
Gardons Gilles Kepel dans votre liste en pole position. Les autre pourquoi pas, de grâce enlevez Boubakeur....qui représente exactement le contraire d'un musulman indépendant, et faisant de la surenchère auprès de ses concurrents radicaux quand il faut. N'a-t-il pas déclaré que les églises pourraient être cédées aux croyants pour pallier au manque de mosquées? Savez-vous quelles influences étrangères se cachent derrière ce triste individu (l'Algérie)? L'islam de France pour les musulmans français doit faire l'objet d'un concordat avec l'Etat, dans un encadrement strict et devra s'engager à respecter les valeurs de la République et la Constitution.

Boubakeur représente le courant algérien, comme d'autres représentent les Frères Musulmans, la Turquie, les salafistes, les hanbalites, et autre malékites. C'est exactement le problème qiue le concordat doit régler.
zouk
- 29/11/2015 - 08:52
Opinions musulmanes contre Daech
Comment les aider? Et surtout pas par des interventions toujours malheureuses, car nous, pays d'Occident, ne comprenons pas leur culture te encore moins leurs réactions présentes. Qui sont les voix musulmanes que nous devrions écouter?, non seulement en France où nous négligeons les réactions des Tarik Roubrou, Imam de Bordeaux, Hassan Chalgoumi, Imam de Drancy, Dalil Boubakeur, Recteur de la Mosquée de Paris, Azzedine Gaci, Recteur de la Mosquée de Villeurbanne, Ghaleb Bencheikh et son frère Imam de Marseille, Rachid Benzine et surtout Gilles Kepel, un de nos trop rares islamologues.