En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 31 min 22 sec
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 1 heure 18 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 9 heures 12 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 20 heures 40 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 23 heures 40 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 57 min 26 sec
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 8 heures 23 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 8 heures 59 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 19 heures 45 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 22 heures 59 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 1 jour 12 min
© Reuters
La Cour souligne que le nombre de bénéficiaires de minima sociaux est passé de 3,58 millions en 2008 à 4,21 millions en 2013.
© Reuters
La Cour souligne que le nombre de bénéficiaires de minima sociaux est passé de 3,58 millions en 2008 à 4,21 millions en 2013.
Tares

La France malade de ses minima sociaux

Publié le 27 novembre 2015
La Cour des Comptes vient de révéler un référé transmis au gouvernement le 21 septembre pointant du doigt les défaillances de la politique française en matière de minima sociaux. Rendue publique le jour même où le chômage franchissait un cap historique et montrait toute la faiblesse des discours officiels sur "l’inversion de la courbe", cette nouvelle donne un nouvel exemple des "tares" liées aux politiques sociales en France.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des Comptes vient de révéler un référé transmis au gouvernement le 21 septembre pointant du doigt les défaillances de la politique française en matière de minima sociaux. Rendue publique le jour même où le chômage franchissait un cap historique et montrait toute la faiblesse des discours officiels sur "l’inversion de la courbe", cette nouvelle donne un nouvel exemple des "tares" liées aux politiques sociales en France.

De multiples pièges à pauvreté

La Cour souligne très justement que le nombre de bénéficiaires de minima sociaux est passé de 3,58 millions en 2008 à 4,21 millions en 2013. Cette croissance de près de 20% en 5 ans comporte bien entendu un effet ambigu. La prolifération des minima sociaux constitue l’une des conséquences de la crise: la paupérisation progressive du pays, la panne de croissance, expliquent le phénomène. En même temps, le minima social a un effet d’accoutumance et de dépendance: ceux qui y goûtent un jour ont bien du mal à s’en passer le lendemain.

Dans la pratique, l’Etat consacre désormais 25 milliards d’euros annuels, c’est-à-dire la moitié du budget de l’Education, à ces allocations qui sont autant de pièges à pauvreté.

Les minima sociaux et la déresponsabilisation

Officiellement, les minima sociaux procèdent d’une politique de solidarité. Ils sont financés par l’impôt à destination des populations privées d’emploi pour des motifs extérieurs à la volonté: c’est l’allocation adulte handicapé, l’allocation de solidarité pour les personnes âgées, ou ce fameux revenu de solidarité active auquel personne ne comprend rien mais qui doit encourager le retour à l’emploi.

Face à leur forte augmentation, la même question posée depuis toujours revient avec plus d’acuité: dans quelle mesure les minima sociaux déresponsabilisent-ils les individus? Dans quelle mesure font-ils le jeu de la pauvreté?

Mis bout à bout, entre 3,5 millions de chômeurs de catégorie A et 4,2 millions de bénéficiaires de minima sociaux, ce sont désormais plus de 10% de la population française qui vivent en situation d’exclusion de fait. Si l’on se souvient que 25 millions de français sont en emploi, on compte donc, grosso modo, moins de 4 actifs pour un exclu. Cette proportion oblige à se demander: dans quelle mesure l’existence d’un système de solidarité ne constitue-t-elle un élément supplémentaire désincitant à chercher du travail?

Cela ne signifie pas que l’existence des minima sociaux explique le fort taux de chômage. En revanche, on peut se demander si les minima sociaux ne contribuent pas au retard dans l’adaptation de la main-d’oeuvre du disponible aux compétences requises sur le marché du travail.

Une stratégie politique toxique

Ces questions bien connues et assez classiques sont évidemment posées avec une acuité nouvelle depuis 2012. L’augmentation du nombre de bénéficiaires depuis cette date pose un problème particulier.

Depuis 2012 en effet, le discours officiel a largement reposé sur deux piliers: d’une part, l’exaltation de la « solidarité » comme vertu de la société française, d’autre part une prolifération de la fiscalité sur les classes moyennes et supérieures comme mode normal de gestion des finances publiques. Toute dépense publique est bonne et toute augmentation des impôts meilleure.

Sous ce prisme, la prolifération des minima sociaux prend une dimension particulière. Nous devenons aujourd’hui nous demander dans quelle mesure la paupérisation générale de la société n’est pas le résultat d’une stratégie politique assumée par la gauche. Depuis 2012, il est en effet évident que la gauche exprime l’idéologie d’une technostructure publique (largement énarchisée) dont le projet « solidaire » de société repose sur un balancement en deux temps: gouverner pour les pauvres en faisant payer les riches.

La gauche et la stratégie de la pauvreté

Loin d’être un « accident » économique, l’augmentation des minima sociaux de près de 20% en trois ans résulte plutôt d’un choix politique: pour mieux contrôler la société française, la technostructure fait la guerre à ces rebelles que sont les indépendants et les cadres du secteur privé (les riches), et fait alliance avec les bénéficiaires de la solidarité (les exclus). Pour les uns, le bâton, pour les autres, du pain et des jeux.

Jean-Marc Ayrault ne dit pas autre chose lorsqu’il promeut un amendement à l’Assemblée Nationale qui transforme la contribution sociale généralisée en arme de guerre contre les « privilégiés », et en flatterie pour les plus pauvres. L’ambition de cette politique consiste bien, au nom de la « solidarité » à dorer la cage des pauvres pour qu’ils votent bien et soient sous contrôle politique par leur dépendance vis-à-vis des revenus versés par la collectivité, pendant que ceux qui s’assument par leur travail vivent en enfer pour expier leur effronterie politique, leur rêve d’autonomie et d’indépendance.

Le fruit d’une politique implicite mais délibérée

Dans les fantasmes aristocratiques de la gauche, l’explosion des minima sociaux constitue en réalité une politique implicite mais délibérée. La technostructure qui fait François Hollande déteste le secteur privé. Dans sa vision du monde, sa Weltanschauung auraient dit les phénoménologistes allemands, la société idéale se compose d’elle-même, une caste d’aristocrates « scientifiques », et d’une vaste réserve de manants qui oeuvrent pour nourrir l’ensemble du groupe. Que les manants soient entièrement administrés par l’Etat parachève l’édifice en garantissant une mise sous contrôle de l’ensemble.

Sans le dire, ce projet se met en place.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 29/11/2015 - 10:45
Peut-être ou
sans doute, les minima sociaux comparés au SMIC font que celui qui travaille et est soumis à des charges sociales qui participent au paiement des allocations, ne bénéficie pas réellement de son travail. Je ne sais pas si tout un chacun - donc aussi celui qui ne vit que de RSA et autres allocations dont les allocations familiales - doit remplir une déclaration d'impôt, ce qui permettrait de suivre son parcours.
Deneziere
- 28/11/2015 - 07:37
Pour une fois que la gôche fait de la realpolitik...
Comme le dit une tirade de cinéma : "Il faut maintenir le peuple dans un état légèrement sous-alimenté. Gavé, il croise les bras; affamé, il lève le poing". C'est exactement le rôle des minimas sociaux, et ça marche à peu près.
Ganesha
- 28/11/2015 - 06:09
Collection Complète
Pour avoir une ''collection complète'' des avis possibles, il fallait bien que nous ayons ici un représentant du glorieux courant de pensée ''Il n'y a pas d'Alternative''. Nous avons donc Morsang qui nous affirme : ''Si vous n’êtes pas partisan du Capitalisme, c'est donc que vous êtes Communiste (Stalinien) !'' Cher ami, il est évidemment totalement impossible d'imaginer un troisième système, qui soit vraiment novateur ? Par exemple, le ''Revenu de Base'' ? Et puis nous avons Zouk, le promoteur des ''investisseurs'' ! Vous pensez à mr Patrick Drahi ? Si vous ne le connaissez pas, faites une recherche Google : il a déjà 50 milliards de dettes (je dis bien milliards!) Les banques lui prêteront bien un peu plus ! Ou alors, vous suggérez que nos 8 millions de pauvres empruntent chacun à leur banque locale, pour créer leur propre service de livraison de pizza (ou de marijuana?), ou qu'ils ouvrent 8 millions de sociétés travaillant dans ''l’événementiel'' ou la publicité ?