En direct
Best of
Best of du 03 Novembre au 09 Novembre 2018
En direct
© Reuters
Combattre le mal à la racine
Misérabilisme et déni du réel : ces deux alliés inconditionnels de la nouvelle anti-France qu’il faut combattre même au prix de procès en amalgame
Publié le 25 novembre 2015
Une tribune de Julien Gonzalez, auteur pour la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) des notes "Enseignement supérieur : les limites de la ‘mastérisation’" et "Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France".
Julien Gonzalez  est auteur pour la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) des notes « Enseignement supérieur : les limites de la ‘mastérisation’ » et « Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France ». 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gonzalez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gonzalez  est auteur pour la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) des notes « Enseignement supérieur : les limites de la ‘mastérisation’ » et « Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France ». 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une tribune de Julien Gonzalez, auteur pour la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) des notes "Enseignement supérieur : les limites de la ‘mastérisation’" et "Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France".

Et voilà. Ce qui devait arriver s’est produit. Par miracle, les carnages de l’église de Villejuif et du Thalys avaient été évités. Cette fois, notre bonne étoile s’est éteinte ; nous voici seuls dans la nuit, avec nos démons. Ceux des frères Kouachi et de Coulibaly, de Merah, de la camionnette qui fonça dans la foule du marché de Noël de Nantes, de l’attaque d’un commissariat près de Tours en décembre dernier ; ceux encore des drapeaux islamistes brandis en juillet 2014 dans les rues de Paris à l’occasion d’une manifestation pro-palestinienne, ceux des « mort aux juifs !» et des croix gammées dessinées sur la place de la République qui les accompagnaient. Les démons des milliers de tweets se félicitant des attentats de janvier, ceux des minutes de silence bafouées. Nos démons français du sacré piétiné, souillé, sous nos yeux.

Comme après le 11 janvier, les déclarations martiales de nos représentants se mêlent aux expressions vaillantes de la foule endeuillée : « c’est la guerre », « même pas peur », « nous sommes unis », « ils ne gagneront pas ». Une catharsis nationale, à grand renfort de symboles patriotiques, d’exaltation du sentiment d’appartenance, une sorte d’appel désespéré à la transcendance des différences : les messages, tous plus nationaux, tous plus humanistes, tous plus rassembleurs, font corps. Aucun n’est à renier, un seul manque à l’appel : crier sa haine de la haine de soi.

Cet inconcevable mécanisme, ce funeste glissement, qui est parvenu à brouiller définitivement les frontières entre regard critique, remise en cause, détestation et revendication de la haine de la France. Qu’on ne s’y trompe pas, cette haine intérieure n’a pas d’essence, c’est-à-dire aucune prédisposition d’aucune sorte ; ni essence religieuse, ni culturelle, ni ethnique. Pourquoi cette précision ? Parce que les pourfendeurs de l’un accusent souvent les autres. Nous marchons sur des œufs, la situation est explosive. Mais le but ultime de notre génération étant de réaliser l’union des Français, comment pouvons-nous y parvenir si ce qui doit constituer le trait d’union, le ciment, est vomi en toute quiétude ? L’époque est à la folie, la dénonciation de l’inacceptable implique le risque d’un procès en amalgame.  

La nouvelle anti-France a deux alliés inconditionnels : le misérabilisme et le déni. Le premier autorise toutes les lâchetés, les abandons en série, l’indécence et l’insulte du prétendu faible par rapport au pseudo-fort, de l’opprimé envers l’oppresseur, de la minorité envers la majorité. Les adjectifs infamants – « raciste », « xénophobe », « islamophobe » – sont accolés, sans que cela ne choque le moins du monde, aux mots « France », « République », « État », « Français » ; dans l’autre sens on appellerait cela stigmatisation et on aurait parfaitement raison. Dans ce cens, le misérabilisme est synonyme d’abêtissement des masses, de déresponsabilisation confinant à l’irrespect : l’émancipation individuelle et l’élévation des consciences sont abandonnées.

Le déni est quant à lui un épais brouillard que les drames successifs dissipent avec une lenteur désespérante. L’addition des cadavres n’est que le prolongement de gravissimes entraves à nos valeurs, sur lesquelles la société française a volontairement ou inconsciemment fermé les yeux. Avoir à l’esprit la citation du philosophe Emmanuel Mounier (« un pays qui fait profession de non-résistance au nom de sa tranquillité n’est pas un pays généreux »), et comprendre à quel point nous avons fait fausse route : nous sommes au bord de l’abîme, un nombre inconnu de Kouachi et de Merah dans nos banlieues, la haine de notre pays – de leur pays –  violemment ancrée en eux.

L’ « anti-France », voilà le nom que donnait l’extrême-droite aux prétendus ennemis de la France, protestants, juifs, francs-maçons et « métèques » à la fin du 19ème siècle. Dénoncer cette « anti-France », c’était réduire la nation à ce qu’elle avait de plus immuable, c’était exclure l’autre, par définition. Aujourd’hui, la nouvelle anti-France sape les fondements de notre République plurielle. La combattre sans relâche, c’est mettre fin à  l’opposition des consciences et des mémoires ; c’est un cri de ralliement, la partition des musiciens de l’Union sacrée. C’est, enfin, mettre un terme au plus insensé des outrages : laisser penser que nos compatriotes musulmans seraient imperméables au sentiment national. Voilà un amalgame par substitution ; ceux qui étouffent une partie de la vérité qui dérange ont un problème à régler. Avec eux-mêmes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Les gilets jaunes ou le deuil de la démocratie représentative : SOS corps intermédiaires disparus
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Les gilets jaunes ou le deuil de la démocratie représentative : SOS corps intermédiaires disparus
01.
Radicalisation en prison : pourquoi l'Etat reste-t-il le "premier recruteur de Daech" ?
02.
Tunisie : Human Rights Watch dénonce des arrestations pour "homosexualité"
03.
#DansMaRue : l’application de la mairie de Paris qui promeut le retour de la délation
04.
Semaine d'itinérance mémorielle : bien maigre retour sur investissement pour Emmanuel Macron
05.
Le retour d’une Marine Le Pen gonflée à bloc ?
06.
Brexit : et si Theresa May était un génie méconnu
01.
Edouard Philippe : "On ne va pas annuler les hausses de carburant"
02.
Extension de la PMA : faux sujet de bioéthique mais vraie question de filiation
03.
La magnifique photo prise par la NASA qui montre comment notre atmosphère fonctionne
04.
"Les bâtards de Sartre" de Benoît Rayski : manifestement de parti-pris, mais brillant, drôle et tonique
05.
Macron, l’hommage à Pétain et les ravages du « en même temps »
06.
Hausse des actes antisémites : mais il paraît qu’il n’y a pas d’antisémites en France !
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ERVEFEL
- 25/11/2015 - 16:21
PAS D'AMALGAME!
Il ne faudrait pas faire d'amalgame entre les patriotes de nos jours qui souhaitent défendre leur compatriotes et les "anti-France" de la fin du 19 ème siècle.
COUDY-MENARDEAU
- 25/11/2015 - 13:52
De qui s'agit il?
Des noms s'il vous plait qu'il ne doit pas être trop difficile de trouver.
fmarcillet
- 25/11/2015 - 11:28
@Julien Gonzales - citation E. Mounier
Je trouve très intéressante la citation du philosophe E. Mounier mais je n'arrive pas à la retrouver. Savez-vous de quel ouvrage elle est tirée ?