En direct
Best of
Best Of
En direct
Rien n'est dû au hasard
Un avion de combat russe abattu par la Turquie : ce qui se cache derrière la décision d'Erdogan
Publié le 24 novembre 2015
Mardi 24 novembre, des chasseurs F-16 turcs ont abattu un SU-24 russe qui aurait survolé son espace aérien sans autorisation. Ce dernier s'est écrasé côté syrien, et les deux membres de l'équipage ont réussi à s'éjecter. Une réaction turque à laquelle on pouvait s'attendre.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 24 novembre, des chasseurs F-16 turcs ont abattu un SU-24 russe qui aurait survolé son espace aérien sans autorisation. Ce dernier s'est écrasé côté syrien, et les deux membres de l'équipage ont réussi à s'éjecter. Une réaction turque à laquelle on pouvait s'attendre.

Atlantico : Quelles conséquences cet abattage du SU-24 russe par des chasseurs F-16 turcs pourraient-elles avoir, comment Vladimir Poutine pourrait-il réagir ?

Alain Rodier : Il convient d'attendre des informations supplémentaires pour préciser les conditions de cet incident extrêmement grave. Ce seraient des F-16 turcs qui auraient abattu le Su-24 russe alors qu'il survolait à 6 000 mètres d'altitude l'espace aérien turc (selon Ankara). Les deux membres d'équipage auraient réussi à s'éjecter mais l'un serait tombé aux mains d'un groupe rebelle turkmène. Moscou dément que son appareil ait violé le territoire turc. Le fait qu'il soit tombé en Syrie n'est pas une preuve formelle car l'incident s'est passé dans la zone frontalière.
 

La Turquie avait convoqué vendredi dernier l'ambassadeur russe pour le mettre en garde contre les "sérieuses conséquences" de bombardements contre des villages syriens à minorité turcophone. A quand remontent les tensions entre ces deux pays ? 

Les tensions entre la Turquie et la Russie durent depuis le début de l'insurrection de 2001. En effet, le Président Erdogan qui est proche des Frères musulmans s'est résolument rangé du côté des rebelles alors que Moscou défend le régime de Bachar el-Assad. L'intervention russe de la fin septembre a amplifié les choses, Ankara se voyant empêché de fait d'établir une "zone tampon" le long de sa frontière à l'ouest de l'Euphrate. Plusieurs incidents ont eu lieu mais ils n'avaient pas eu encore de conséquences dramatiques jusqu'à aujourd'hui.

La Turquie a décidé de saisir l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord. Cela peut-il remettre en cause la visite de François Hollande à Moscou, qui devait initialement avoir lieu jeudi 26 novembre ?

Une fois de plus, tout est remis sur la table et les cartes vont être redistribuées. Le sang froid du président Vladimir Poutine va être mis à rude épreuve. Ankara s'est empressé de saisir l'OTAN afin de dissuader Moscou d'effectuer une riposte en représailles. En effet, si un pays membre de l'OTAN est directement agressé, automatiquement les autres pays de l'alliance doivent se ranger à ses côtés.
 
Une fois de plus, une crise internationale majeure peut éclater. Les seuls bénéficiaires de la situation sont les rebelles qui voient contrecarrer les prémices d'une alliance Russie-France-États-Unis qui semblaient se dessiner (i y avait encore beaucoup de chemin à parcourir, mais maintenant, cette opportunité semble étouffée dans l'oeuf). Ce n'est certainement pas un hasard si Erdogan a donné l'ordre de tirer. Son souci numéro un reste les Kurdes qu'il voit progressivement mettre en place une zone autonome le long de la frontière syrienne. En ce qui concerne les terroristes islamiques radicaux, avec un allié comme Erdogan, on n'a pas besoin d'ennemis.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 25/11/2015 - 16:19
Un avion obsolète vieux de 40 ans!
C'était encore un de ces tests provocatifs dont la force aérienne Russe a l'habitude.
Seule différence cette fois; Ils ne bombardaient pas Daesk mais la minorité turcophone de Syrie et ça a fâché Erdogan qui est passé à l'acte.
bd
- 25/11/2015 - 16:05
La minorité d'entre deux et trois millions de turcophones
Cette minorité attaquée par la Russie est la source de tension principale entre la turquie et la Russie.
Le majorité d'entre elle s'est sont rangée du côté de l'opposition démocrate et non du côté des islamistes radicaux comme le prétend Poutine.
Cette tension dure depuis plusieurs années et sans avoir aucune sympathie pour l'autoritarisme d'Erdogan, on peut comprendre son exaspération.
Pour faire l'analogie chez nous, c'est comme si un agresseur bombardait la Wallonie depuis des années sans que la France ne puisse intervenir.
Par ce prisme, on peut comprendre l'exaspération des Turcs.
de20
- 25/11/2015 - 09:18
taïaut sur la Turquie.
taïaut sur la Turquie.