En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 1 heure 33 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 49 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 3 heures 18 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 36 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 56 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 24 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 35 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 55 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 20 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 32 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 37 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 11 heures 17 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 13 heures 10 min
© Reuters
On serait peut-être en train d'assister à une mutation de l'EI vers une stratégie plus proche de celle d'Al-Qaïda.
© Reuters
On serait peut-être en train d'assister à une mutation de l'EI vers une stratégie plus proche de celle d'Al-Qaïda.
Copieurs

L’Etat islamique est-il finalement en train d’adopter la stratégie Al-Qaïda en Europe ?

Publié le 23 novembre 2015
Dans une tribune publiée dans le Huffington Post, un ancien agent du MI6 (service de renseignement britannique) s'interroge sur les liens réels entre l'Etat islamique et le groupe terroriste ayant commis les attentats de Paris. Selon lui, on serait peut-être en train d'assister à une mutation de l'EI vers une stratégie plus proche de celle d'Al-Qaïda.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une tribune publiée dans le Huffington Post, un ancien agent du MI6 (service de renseignement britannique) s'interroge sur les liens réels entre l'Etat islamique et le groupe terroriste ayant commis les attentats de Paris. Selon lui, on serait peut-être en train d'assister à une mutation de l'EI vers une stratégie plus proche de celle d'Al-Qaïda.

Atlantico : Un ancien agent du MI6, Alastair Crooke, estime dans une tribune au Huffington Post (voir ici) que le mode opératoire des attentats de Paris (comme ceux de Beyrouth et contre l'avion russe) ne correspond pas aux méthodes habituelles de l'organisation djihadiste Etat islamique. Qu'en pensez-vous ? 

Alain Rodier : Il a parfaitement raison. Al-Qaida "canal historique" et Daesh, bien que partageant une idéologie commune, le salafisme-djihadisme, sont deux organisations qui n'ont pas une stratégie similaire. Al-Qaida n'a jamais voulu établir un "État", pensant que cela constituait une cible trop tentante pour ses adversaires. L'effondrement des talibans en 2001/2002 après l'offensive des Américains a servi de leçon aux dirigeants d'Al-Qaida. La suite est connue: l'organisation Al-Qaida est devenue une nébuleuse insaisissable certains observateurs allant jusqu'à nier son existence. Les actions menées de par le monde étaient destinées à amoindrir le moral des "croisés". Les plus marquantes ont été les attentats de Bali, Londres, Madrid, Moscou, etc. Mais, Oussama ben Laden et son second, le docteur Ayman al-Zawahiri, ne sont pas parvenus à accomplir leur rêve le plus fou: frapper de nouveau les États-Unis.

Il faut aussi remonter aux origines de Daesh pour comprendre l'opposition qui existe entre cette organisation et Al-Qaida "canal historique". A savoir qu'au démarrage, il y a un homme: Abou Moussab al-Zarkawi, un ancien petit délinquant jordanien passé au djihadisme. Il rejoint l'Afghanistan où il gère son propre camp d'entraînement parallèlement à Al-Qaida. En 2003, il se retrouve en Irak après l'invasion américaine. A noter qu'il n'y avait alors pas de branche de ce mouvement au pays de Saddam Hussein, cette affirmation de Washington participant au gros mensonge d'Etat qui est dans toutes les mémoires. Zarkawi fait officiellement allégeance à Ben Laden mais les massacres indiscriminés auxquels il se livre, en particulier en direction des chiites qu'il haït (1) au dessus de tout, provoquent les protestations du docteur Al-Zawahiri. D'ailleurs, sa neutralisation en 2006 par les Américains n'est peut-être pas le fait du seul hasard. La rumeur court qu'il aurait été "donné" par la direction de la nébuleuse qui le considérait comme trop indiscipliné et incontrôlable. Naît alors l'Etat Islamique d'Irak (EII), toujours dépendant d'Al-Qaida "canal historique". Al Baghdadi en prend le contrôle en 2010 après l'élimination de ses leaders par des frappes américaines. Après le début de la révolte syrienne, une branche de l'EII est envoyée combattre dans ce pays: le front al-Nosra. En 2013, al-Baghdadi veut l'intégrer à l'Etat Islamique d'Irak et du Levant (EIIL) mais le chef d'Al-Nosra, al Joulani -pourtant un de ses anciens lieutenants- refuse cette allégeance et demande à l'autorité suprème, al-Zawahiri, de trancher le litige. Al-Zawahiri donne tord à al-Baghdadi qui est prié de s'occuper de l'Irak et de laisser le font syrien à Al-Nosra. La rupture est consommée entre les deux hommes. On connait la suite, al-Baghdadi proclame le Califat en juin 2014. Il décide d'établir un "Etat" bien concret à cheval sur la Syrie et l'Irak avec pour "capitale" la ville de Raqqa. Al-Baghdadi exige alors que tous les musulmans du monde lui fassent allégeance. On imagine bien que cela n'est pas du goût d'Al-Zawhiri ni des rois, présidents et responsables religieux du monde musulman. Depuis, Daesh se livre à une guerre "classique" sur le terrain. Les attentats de masse à l'extérieur de ses zones d'influence ne l'intéressaient pas. Tout au plus, le mouvement "félicitait" les "frères" qui, ici où là -particulièrement en Tunisie-, étaient passés à l'action en se revendiquant de sa bannière. Les choses ont changé avec l'Airbus russe de Charm-el-Cheikh. 

Qu'est-ce que cette nouvelle stratégie de Daech dit de la vitalité de l'organisation et de son état sur le terrain ? 

L'ordre de passer à l'action aurait été donné par al-Baghdadi (ou la "Choura", le "Conseil" qui est le gouvernement de l'EI) en juin de cette année. Le but consistait à déserrer l'étau qui commence à peser sur l'EI en Syrie et en Irak et donc cela bien avant l'intervention russe. Il y a eu ensuite "décentralisation" de l'exécution des opérations ce qui explique la "réactivité" des acteurs. Par exemple, l'attentat contre l'Airbus russe de Charm-el-Cheikh aurait été organisé et mis en oeuvre par la wilayat Sinaï (province Sinaï). La rumeur court que l'avion russe n'était pas visé à l'origine mais plutôt un appareil occidental. L'intervention russe de la fin septembre aurait fait changer d'objectif au dernier moment. Pour le (ou les) activiste(s) impliqué(s) dans l'affaire, cela ne compliquait pas outre mesure leur tâche. Celui de Beyrouth dirigé contre le Hezbollah vient d'une branche libanaise de l'EI. Celui de novembre à Paris a été organisé et exécuté par une cellule de combattants francophones basée en Syrie même si un certain nombre de seconds couteaux n'ont jamais mis les pieds dans ce pays.

La décision d'étendre le combat à des actions terroristes de masse à l'extérieur du pré-carré syro-irakien constitue plutôt un avis de faiblesse de Daesh qui rencontre une série de revers depuis des mois, et en particulier depuis le début des frappes de la coalition emmenée pr Washington en août 2014 puis de l'intervention russe le 31 octobre 2015. Mais attention, la bête n'est que blessée et elle n'en est que plus redoutable. D'ailleurs, même sur le terrain syro-irakien, elle a relancé des contre-offensives particulièrement dans les régions de Hama et de Homs tout en essuyant des revers à Alep et au nord de Lattaquié. Palmyre est aussi à portée de canons de l'armée régulière syrienne. Les forces kurdes syriennes et irakiennes menacent les lignes de communications nord de l'EI.

Qu'est-ce que ces nouveaux modes opératoires changent à la manière de lutter contre l'organisation Etat islamique ?

Les bombardements français en Syrie et en Irak n'apportent pas de solution directe au problème posé en France et plus largement en Europe, particulièrement en Belgique. Il faut les replacer dans le cadre d'une stratégie globale qui est aujourd'hui encore bien illisible. Aux responsables politiques (de gauche comme de droite) de proposer une stratégie claire. Pour le moment, avec la "guerre au terrorisme", on en est loin du compte car le terrorisme n'est qu'une méthode de combat, rien de plus. C'est comme si en 1940 nous avions déclaré la guerre au Blitzkrieg et pas aux Nazis ! Certes, le président français a avancé timidement l'expression de "terrorisme djihadiste". Il y a du progrès. Mais il faut peut-être aller plus loin encore. Attention, le "sieur Pasdamalgame" veille. Il participe directement à l'opération générale d'agitprop qui consiste à monter les communautés les unes contre les autres en mettant en avant le spectre de la victimisation des musulmans. En effet, il ne faut pas aller en Syrie ou en Irak pour trouver les idéologues qui ne rêvent que de notre effondrement. Ils sont déjà en France. Le combat se trouve donc au niveau des idées. Puisque les salafiste-djihadistes, et pas seulement ceux de Daesh mais aussi d'Al-Qaida "canal historique", font référence en permanence à un retour à l'islam des origines, il serait utile que les autorités religieuses (mais les sunnites n'ont pas de clergé, uniquement des érudits de la foi) apportent leur éclairage doctrinal sur le sujet. Le fait de mettre en avant les croisades fait oublier que l'Eglise s'est réformé depuis belle lurette. J'attends de connaître la position des docteurs de la foi musulmane sur la place des femmes dans la société, sur le sort réservé aux homos, aux membres des religions du Livre mais aussi aux autres comme les Bouddhistes, sur les châtiments corporels et, surtout, quels sont les rapports qu'ils envisagent entre spirituel et temporel ? Ils condamnent déjà le terrorisme ; c'est rassurant de savoir qu'ils ne souhaitent pas notre mort, mais il conviendrait qu'ils aillent encore un peu (beaucoup) plus loin. Et, en ce qui concerne nos dirigeants et intellectuels qui constituent notre nouveau "clergé" bien à nous, la question est simple: qui sommes-nous et qui est l'ennemi ?

Une fois que ces principes sont posés, ce n'est plus qu'une question d'exécution : un chef, une mission, des moyens !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 25/11/2015 - 05:04
Docteurs de la foi musulmane
Cet article pose également les bonnes questions. Mais, par définition l'Oumma est trans-nationale, et n'a pas d'autorité politique. Les docteurs de la foi ne représentent qu'eux-mêmes parfois, des pays sunnites ou chiites pour faire simple. Le CFCM lui-même ilustre les intérêts divergents du Maghreb, du Golfe, de la Turquie, de l'Egypte, pas encore du Tabligh pakistanais. L'UOIF - nous savons qui est derrière - le recteur de la mosquée Al Azhar auront des opinions différentes.

Jamais aucune déclaration sur la prévalence de la loi sur la foi n'émanera de quelque représentation d'associations musulmanes, pour les simples raisons que l'islam est par nature la seule loi - Dieu - et que la concurrence entre les courants slafistes, hanbalites, etc les en empêchera.

Quelle solution donc?....
zouk
- 24/11/2015 - 12:19
Daesh sur les traces d'Al Qaida?
Plausible pour les attentats de Paris, mais qui peut dire la réflexion du "calife" et son entourage? Nous avons clairement à les combattre en cessant de faire de ces fous de la mort le résumé incontestable de l'Islam. Ils ne le sont pas, leur doctrine est le takfirisme, une quasi hérésie pour la quasi-totalité des musulmans.
vangog
- 23/11/2015 - 11:26
Flamby vient seulement de se rendre compte
qu'existent des "terroristes jihadistes"...il lui faudra bien encore un quinquennat ( si, si, avec l'aide de la propagande des médias gauchistes et la naïveté des Français, il peut oser cette infamie!...), pour prendre conscience qu'il faut attaquer les terroristes avant qu'ils ne nous attaquent...eh oui! Tant qu'un gouvernement Francais n'aura pas fait de prévention incluant toute la chaîne laxiste Education-Justice, il s'offrira comme cible au terrorisme. Mais, pour cela, il faudra décontaminer ces corps d'état de leur idéologie gauchiste...dur, dur!