En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 47 min 5 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 3 heures 11 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 4 heures 25 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 7 heures 2 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 8 heures 1 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 9 heures 16 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 9 heures 40 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 10 heures 15 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 49 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 3 heures 36 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 5 heures 37 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 8 heures 40 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 9 heures 1 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 9 heures 33 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 10 heures 15 min
© REUTERS/Philippe Wojazer
L'ancien chef de l'Etat a multiplié les attaques envers la politique de François Hollande.
© REUTERS/Philippe Wojazer
L'ancien chef de l'Etat a multiplié les attaques envers la politique de François Hollande.
Leçons d'Histoire

Pourquoi l'appel à "l'Union sacrée" n'empêche pas de critiquer la politique du gouvernement

Publié le 16 novembre 2015
A sa sortie de l'Elysée dimanche 15 novembre où le Président devait recevoir toute la journée les chefs de partis, l'ancien chef de l'Etat a multiplié les attaques envers la politique de François Hollande. Mais quelque soit la valeur des critiques de Nicolas Sarkozy envers le gouvernement, celui-ci, président des Républicains, est dans son rôle de chef de l'opposition lorsqu'il propose des alternatives.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A sa sortie de l'Elysée dimanche 15 novembre où le Président devait recevoir toute la journée les chefs de partis, l'ancien chef de l'Etat a multiplié les attaques envers la politique de François Hollande. Mais quelque soit la valeur des critiques de Nicolas Sarkozy envers le gouvernement, celui-ci, président des Républicains, est dans son rôle de chef de l'opposition lorsqu'il propose des alternatives.

Après une attaque comme celle que nous venons de subir, nombreux sont les appels à "l'Union sacrée", et la patrie doit effectivement être unie pour combattre le terrorisme. Mais pour certains, l'Union sacrée voudrait également dire qu'on n'a pas le droit de critiquer l'action du gouvernement. Ainsi, on a dit que les critiques de Nicolas Sarkozy envers la politique du gouvernement "enterrent l'unité nationale".

Mais c'est mal connaître l'Histoire. Pendant la Première guerre mondiale, là où ce terme d'Union sacrée est née, le gouvernement n'était pas exempt de critiques. 

 

L'Union sacrée, d'abord, c'était l'entrée au gouvernement de tous les partis favorables à la guerre. 

 

Ensuite, c'est quelques principes fondamentaux : le refus d'une paix négociée séparée avec l'Allemagne, le maintien de la Triple Entente - l'alliance, au départ, entre France, Royaume-Uni et Empire de Russie -, la reconquête de l'Alsace-Lorraine. Bref, la guerre.

 

Mais pendant l'Union sacrée, le gouvernement fait néanmoins l'objet de critiques - les critiques les plus dures venant de Georges Clémenceau, exclu du gouvernement jusqu'en 1917, où il deviendra président du Conseil et gagnera ses lauriers de "Père la Victoire."

 

Clémenceau, patron de presse, dirige le journal "L'Homme libre", qui critique durement la menée de la guerre par le gouvernement, par exemple sur le ravitaillement de l'armée ou encore la manière dont les blessés sont traités. Tant et si bien que le journal est, grâce aux lois de guerre, interdit de publication -Clémenceau alors le publie de nouveau, sous le titre de "L'Homme enchaîné", puis de nouveau saisi, puis reparu, puis saisi à nouveau. Une fois le journal définitivement interdit, Clémenceau en enverra les feuilles aux parlementaires. Au Parlement, il devient président de la Commission des Armées du Sénat et utilise ce poste pour visiter le front et critiquer fortement le Gouvernement. 

 

Et pourtant, lorsqu'en 1917 Raymond Poincaré nomme Clémenceau président du Conseil, celui-ci proclame que l'Union sacrée continue, et la revendique--tout en demandant au Parlement de le contrôler, tout comme il avait contrôlé le gouvernement en tant que parlementaire. Pour Clémenceau, il n'y a pas de contradiction.

 

Plus généralement, il suffit de remarquer qu'au cours de la Première guerre mondiale, la France a eu cinq présidents du Conseil, ce qui montre bien que la classe politique française ne pensait pas que l'Union sacrée empêchait de critiquer le gouvernement, voire même de le remplacer. 

 

Tout cela pour dire que, quelque soit la valeur des critiques de Nicolas Sarkozy envers le gouvernement, celui-ci, président des Républicains, est dans son rôle de chef de l'opposition lorsqu'il critique le gouvernement et propose des alternatives à la politique du gouvernement.

 

L'Union sacrée est là : si une chose est sûre, c'est que toute la classe politique est unie dans son hostilité à Daesh et au terrorisme islamiste. Le fait qu'il y ait des désaccords sur le moyen d'atteindre l'objectif de combattre le terrorisme est tout simplement le débat démocratique qui a lieu normalement en République, qui a même eu lieu dans des circonstances encore plus tragiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
raslacoiffe
- 16/11/2015 - 16:06
Enfin c'est dit
Il était temps. On désespérait qu'un contributeur reconnaisse clairement le droit à l'opposition de marquer sa différence par rapport à un gouvernement qui conduit la France dans le mur et porte une lourde responsabilité dans les horreurs du 13 novembre. Valls ferait bien de s'inspirer de son modèle Clémenceau pour être un peu moins péremptoire sur l'union sacrée. Il me semble qu'également la gauche et toute sa cohorte de bienpensants ont amplement soufflé sur les braises lors des émeutes de 2005. L'opposition a la décence ce jour de ne pas en rajouter mais il serait anormal qu'on veuille la museler.
pandore
- 16/11/2015 - 16:05
Mollesse et incapacité.
Incapacité à se sortir d'une idéologie gaucho-tiers-mondiste et communautariste.
Mollesse de la part de nos gouvernants qui devraient être poursuivis pour non assistance à personnes en danger : c'est à dire tous les français.
Curieusement en une journée il y a eu des perquisitions qui ont donnés des résultats comme jamais depuis 10 mois après Charly....Ne me dîtes pas que ces résultats n'auraient pas pu être obtenus plus tôt, et peut être sauver des vies