En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 2 heures 37 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 3 heures 25 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 4 heures 11 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 5 heures 38 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 5 heures 57 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 9 heures 21 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 10 heures 36 sec
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 10 heures 23 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 10 heures 25 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 3 heures 52 sec
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 3 heures 48 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 5 heures 3 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 10 heures 23 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 10 heures 25 min
© REUTERS/Christian Hartmann
Les cellules d’urgences médico-psychologiques sont déclenchées suite à des événements traumatiques de nature collective.
© REUTERS/Christian Hartmann
Les cellules d’urgences médico-psychologiques sont déclenchées suite à des événements traumatiques de nature collective.
En état de choc

Les cellules "psy" : prescription politico-médiatique du traumatisme

Publié le 16 novembre 2015
Les cellules d’urgences médico-psychologiques sont déclenchées suite à des événements traumatiques de nature collective, c’est-à-dire des événements soudains, violents et imprévisibles impliquant la confrontation à la mort. Mais leur but initial a été détourné.
Hélène Romano. Docteur en psychopathologie, Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Romano
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Romano. Docteur en psychopathologie, Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les cellules d’urgences médico-psychologiques sont déclenchées suite à des événements traumatiques de nature collective, c’est-à-dire des événements soudains, violents et imprévisibles impliquant la confrontation à la mort. Mais leur but initial a été détourné.

Créées il y a dix ans suite aux attentats parisiens de 1995, les Cellules d’Urgences Médico-Psychologiques sont rattachées au SAMU (Service d’aide médicale urgente) et déclenchées suite à des événements traumatiques de nature collective. Elles sont composées d’un mi-temps psychiatre, d’un mi-temps psychologue ou infirmier spécialisé en psychiatrie et d’une équipe de volontaires. Ces interventions d’urgence médico-psychologiques ont été initialement conçues pour des situations potentiellement traumatogènes c’est-à-dire des événements soudains, violents, imprévisibles impliquant la confrontation à la mort pour la personne impliquée (sa propre mort ou celle de proches).

La confrontation au réel de la mort entraîne une annihilation des mécanismes de défense habituels et une incapacité à pouvoir élaborer ce qui est en train d’être subi. Cela peut avoir des conséquences post-traumatiques multiples et difficiles à prévoir, d’où la mise en place, pour les prévenir, de soins psychiques précoces pour les personnes impliquées au même titre que les soins somatiques.

De multiples dérives

Mais si leurs objectifs étaient d’apporter une prise en charge médico-psychologique précoce au plus près d’un événement traumatique pour prévenir des troubles post-traumatiques, le constat actuel est celui de multiples dérives : psychiatrisation de réactions pourtant adaptées à des événements critiques ; prises en charge préformatées et standardisées ; contrainte à la verbalisation ; illusion qu’une unique intervention suffira à endiguer tous les risques de troubles post-traumatiques ; déclenchements motivés par des impératifs politiques et des pressions médiatiques bien plus que pour des raisons médico-psychologiques ; intervention de volontaires sans formation spécifique à la psychotraumatologie, voire sans aucune formation psychologique.

 

Les unes de la presse, après les attentats. CC BY

 

L’influence des médias dans la gouvernance a également fait émerger une nouvelle subjectivité dans le traitement de la réalité qui met en lumière de façon presque exclusive un certain type d’événements (les faits traumatiques) tout en passant sous silence d’autres souffrances. Désormais le traumatisme n’est plus laissé aux seuls professionnels de la santé mentale mais s’inscrit dans une exigence sociale de prise en charge, pour apaiser moins la souffrance individuelle des sujets que celle des institutions et d’une société insécure.

L'instrumentalisation du traumatisme psychique

Nous sommes, en France, confrontés à une réalité paradoxale : il existe désormais une plus grande reconnaissance de la réalité des blessures psychiques et des conséquences potentiellement causées par un événement traumatique et de l’autre, cette prise en compte systématique conduit à une revendication identitaire collective du fait traumatique et du statut de victime. La reconnaissance sociale et politique du traumatisme psychique a pour pendant le risque de son instrumentalisation politico-médiatique qui conduit inévitablement à maintenir les sujets impliqués dans un état de dépendance, de vulnérabilité et d’assistanat psychique, celui de victime.

Intervenir en urgence auprès de blessés psychiques, c’est être un passeur de sens, et non un objecteur de sens et de conscience. Savoir être « transitionnel », c’est savoir « s’ajuster », rester très humble face à ceux qui ont vécu l’horreur, car leur histoire leur appartient et leur humanité blessée nécessite, pour être pansée, cette capacité d’écoute spécifique et une posture tout aussi contenante qui ne s’impose pas à l’autre, mais qui se met à disposition de cet autre.

Toute personne exposée à un événement traumatique est en droit d’attendre que l’intervenant l’aide et ne la fixe pas dans sa souffrance, voire qu’il crée le traumatisme par le sens que lui, donne à l’événement ou par l’injonction au témoignage. Être « suffisamment là », ni trop éloigné (indifférent, dubitatif, voire rejetant), ni trop présent (intrusif, fasciné, indiscret) est infiniment délicat ; c’est un art, celui d’être attentif à la souffrance de l’autre et disponible sans être contaminé par l’impact psychotraumatique de celle-ci ; autrement dit, avoir une attitude où l’humanité, cette conscience de l’altérité et de toute sa vulnérabilité, sera le référentiel principal : l’art de « l’humanitude ».

Complexité humaine

C’est le relais d’un adulte transitionnel qui leur permettra de ne pas se perdre et de redonner du sens à leur histoire ; de les soutenir dans leur restauration psychique ; de les encourager dans leur reprise de confiance et de leur permettre de croire qu’un devenir est encore possible. Pour cela, il ne faut pas les réduire au statut objectifiant de « victime ». Il nous faut donc revenir aux fondements de la complexité humaine et supporter de faire face à la souffrance et à la vulnérabilité du traumatisé pour leur permettre de s’en dégager ; ce qui engage la question du colloque singulier entre celui qui, trop blessé psychiquement, ne pense plus et celui qui va devenir sa matrice psychique, son décrypteur de sens, son tuteur transitionnel.

C’est l’importance donnée à cette altérité, c’est-à-dire à ce lien à l’autre qui reconnaît cet autre dans sa valeur et dans la singularité des épreuves endurées, qui permettra de réinscrire à sa juste place tout impliqué dans une humanité. La réinscription de la souffrance psychique prioritairement dans le champ de la santé mentale et non plus sur la scène sociale est une urgence majeure que l’actualité dramatique de ce 13 novembre vient nous rappeler.

The Conversation

Hélène Romano, Docteur en psychopathologie, Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cpamoi
- 16/11/2015 - 23:09
Cellule psy : la bonne conscience des politiques.
Aux USA les traitements psys appliqués aux vétérans ont fait 3 fois plus de morts que la guerre en Irak. Pourquoi ? D’abord parce que la psychiatrie n’a jamais guéri personne, ensuite parce que les vétérans sont bourrés de psychotropes qui finissent par les anéantir. En vérité, ces cellules psychologiques donnent bonne conscience aux politiques, les blanchissent de l’écrasante responsabilité qui est la leur : quels sont les Français qui voulaient d’une guerre en Afghanistan, en Syrie, en Libye ? Les boutefeux de l’Elysée sont responsables de ce retour de flamme. Reste une solution : envoyer nos psychiatres résoudre le problème DAESH, vu qu’ils sont très entraînés dans le massacre des rats.
talarmoor
- 16/11/2015 - 17:48
DIscutable
Une étude américaine très sérieuse remet en cause l'utilité des cellules psychologiques. Ceux qui en bénéficient immédiatement après un choc, récupéreraient moins bien car cela oblige a revivre la situation traumatisante.