En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
La photo montrant les victimes du Bataclan a été censurée.
Censurée
Aylan, la photo que vous aviez le droit de voir et de revoir, les corps à l’intérieur du Bataclan, celle qu’on ne devait pas regarder...
Publié le 16 novembre 2015
Certains refusent que soient publiées les photos des victimes des attentats terroristes du 13 novembre au Bataclan, tandis que la photo du petit Aylan, cet enfant de migrant retrouvé mort sur une plage, a fait la une des journaux du monde entier.
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains refusent que soient publiées les photos des victimes des attentats terroristes du 13 novembre au Bataclan, tandis que la photo du petit Aylan, cet enfant de migrant retrouvé mort sur une plage, a fait la une des journaux du monde entier.

Samedi matin, le journaliste Julien Pearce, présent dans la salle du Bataclan au moment de l’attaque témoigne sur Europe1: "L’un des deux assaillants semblait très jeune, son visage juvénile paraissait extrêmement déterminé, calme et effrayant de facilité dans ce qu’il était en train d’entreprendre. On a couru sur la scène devant ces terroristes qui nous regardaient, en train de recharger leurs armes. Et c’est là que j’ai regardé la fosse … j’ai vu des dizaines et des dizaines de corps enchevêtrés dans une marre de sang, criblés de balles."

Vendredi 13 novembre 2015, la photographie est prise à l’intérieur du Bataclan. Je regarde une vingtaine de corps jonchant le sol, par groupes de trois ou quatre, espacés, entourés de traces de sang assez larges, qui font comme un chemin autour des corps. Le sol a sans doute été nettoyé pour faciliter le travail des secours, après l’assaut, après que les vivants et les survivants blessés, aient été évacués.
 
Dimanche après-midi, la diffusion de cette image, qui courait sur Twitter, et Instagram, et qui a été publiée "floutée", par le magazine américain Dailymail, fait l’objet de critiques indignées, de la part de certains internautes français : "Signalez les comptes diffusant l’image de l’horreur au Bataclan. C’est tout simplement une honte sans nom".

Selon le magazine 20minutes qui relaye l’information, "le cliché sanglant", appelé aussi "cliché très choquant", méritait d’être signalé aux autorités de Facebook et Twitter afin d’être supprimé de la vue de quiconque.

On apprend, par le même magazine, que la Police Nationale, "alertée", a tweeté à 14H17, ce message : "Par respect pour les victimes et leurs familles, ne contribuez pas à la diffusion des photos des scènes de crime". Et le ministre de la Justice, Christiane Taubira publie, dans le même esprit, un message étrange: "J’ai appris la diffusion d’images de corps. J’appelle au respect de la dignité des personnes décédées, de leurs familles." A 14H30, le compte incriminé est supprimé… la photo court encore, mais elle ne sera sans doute pas publiée par les médias français.

Face aux milliers de photographies de guerres qui les dénoncent, à celles qui montrent l’horreur des attentats, partout dans le monde, et confrontés que nous avons été, à celle d’un petit corps d’enfant échoué sur la plage, qui fut diffusée et rediffusée, et surtout, dont chacun, politiques, médias et intellectuels, se réjouissait qu’elle le fut, mentionnant, pour la plupart, qu’elle avait été à l’origine d’une prise conscience salvatrice et nécessaire du drame des migrants… Pourquoi, la police nationale et le ministre de la Justice s’offusquent-ils de l’existence de celle du Bataclan, pourquoi redoutent-ils à ce point sa diffusion? Il est donc des corps qui sont à montrer et d’autres pas?

A cette question légitime, en dehors de la souffrance des familles qui est incommensurable, dans un monde où les images sont devenues des vecteurs de communication aussi usités que les mots, je vois deux motifs de compréhension.

La photo de l’enfant était macabre, mais hautement symbolique dans son esthétisme. L’identité de l’enfant n’ayant pas été révélée tout de suite, il ne semblait pas appartenir d’abord à une famille. In-identifié, le petit corps était perçu, et montré, pendant plusieurs jours comme le vecteur universel d’une Idée de la souffrance et du malheur. L’ image du corps, échoué sur la plage avait, dans l’horreur absolue qu’elle désignait, un but en soi.

Celui de provoquer et d’amener une réaction. L’innocence totale de la petite victime propageait la vision d’une injustice absolue qui, elle-même, rendait inéluctable l’idée d’une aide à la souffrance de populations migrantes paraissant,  plus que jamais, abandonnées.

Mais pour macabre qu’elle soit, la photo de cet enfant noyé, échoué sur la plage, illustre une réalité dont le sens est déjà connu.  Alors qu’inversement, la photographie, d’après le carnage du Bataclan, montre une réalité à laquelle personne n’a encore donné sens.

Ce vide de sens, et le sentiment d’absurdité qui l’accompagne sont, du reste, perceptibles dans la prise de vue originale, choisie par "le regard du photographe". L’image non coupée, non zoomée, impose en effet, une perspective de lecture qui donne, à celui qui la regarde, le sentiment d’irréalité, d’une scène, pourtant tirée du réel. Au premier plan, les rangs de fauteuils rouges du balcon, créent un rempart, autant qu’une voie d’accès à la vue, plongeant sur la fosse, où reposent les corps d’hommes et de femmes assassinés par les tueurs. Alors que, publiée floutée et zoumée, par le Dailymail, la photographie devient trash. Elle est re-cadrée de telle sorte, que le regard s’approche des corps et que le floutage oblige le spectateur à se sentir voyeur.

Quoi qu’il en soi, à la différence de la photo surexposée de l’enfant mort sur la plage, dont l’objectivation était acceptable, l’image du Bataclan est jugée impubliable, et donc i-regardable, parce qu’elle dévoile une réalité, que certains refusent de voir, et donc de dire. Et, bien que le mot "guerre" ait été prononcé par le Président de la République, et repris depuis, par toutes les chaines de télévisions pendant trois jours, il est demeuré vide de sens.

Cette image donne à voir, en feed back, le regard porté par les assassins, sur leurs victimes. Elle nous dit que le but de cette guerre, guerre de conquête d’un genre nouveau, est de réduire ses ennemis au silence, en les exterminant. Et de régner par la terreur. Que sa fin est de faire des cadavres, non pas en tuant des innocents, comme nous souhaiterions le penser lorsque nous employons encore le terme "terrorisme", pour décrire ces actes barbares. Car pour ceux qui les ont tués, ces morts sont coupables.
Coupables du simple fait d’exister et d’être ce qu’ils sont : des citoyens français, européens, occidentaux. Des hommes et des femmes vivant selon des croyances, des coutumes et des lois que leurs exterminateurs condamnent. L’erreur serait de voir dans cette photographie celle d’un attentat. C’est sans doute l’argument qui sous-tend le choix de ne pas la publier.

Au contraire, cette image, donne son sens à une guerre nouvelle, une guerre mondiale. Mais l’Occident, l’Europe et la France, ne sont pas prêts à regarder cette vérité en face. Nous n’avons pas à faire face à un acte terroriste, et l’objectif de cette guerre n’est pas de combattre un ennemi, comme le ferait une guerre classique, mais de l’exterminer. Car ce que l’Etat islamique (EI), qui nous attaque, désigne comme ennemi, c’est celui qui ne pense pas comme lui.

Comme Hitler en son temps, au nom d’une idéologie totalitaire, l’EI, de nos jours, déclare un conflit mondial, dont cette photographie pourrait bien être le symbole.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
03.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
04.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
05.
L'homme qui ne voulait pas être le deuxième flic de France…
06.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
07.
Pourquoi les jeunes Français sont bien loin du portrait idéalisé d’une génération libertaire, ouverte et écolo…
01.
« La revue de presse people »
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
05.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ERVEFEL
- 25/11/2015 - 12:59
IL N'EST PIRE SOURD QUE CELUI QUI NE VEUT ENTENDRE
On peut dire aussi qu'il n'est pire aveugle que celui qui ne veut voir.
C'est déjà la propension de la société Française. En plus avec des politiques et une presse bobo qui pratiquent la langue de bois et le déni, on est mal barré...et sans volonté politique pour changer les choses, il ne reste plus qu'à se barrer...
Deudeuche
- 22/11/2015 - 09:30
Interdire la photo de Ste Taubira patronne des bobos
cela nous ferait des vacances.
Ginka
- 21/11/2015 - 15:41
Autre guerre, autre defense
Stop à se faire tirer comme des lapins,aider notre police,proposition
Apres enquête,autoriser chaque bon père de famille volontaire au port d arme légère,apres une formation rapide.pose d une puce électronique pour passer les contrôles
Premiers recrutements les clubs de tir