En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 13 min 36 sec
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 53 min 49 sec
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 13 heures 44 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 16 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 18 heures 32 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 20 heures 54 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 21 heures 28 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 22 heures 2 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 30 min 26 sec
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 12 heures 33 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 21 heures 21 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 21 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 22 heures 13 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 22 heures 54 min
© Reuters
12 avions dont 10 chasseurs bombardiers Rafale et Mirage 2000 D/N ont décollé des Émirats arabes unis et de Jordanie afin de mener un "raid massif" contre Raqqa.
© Reuters
12 avions dont 10 chasseurs bombardiers Rafale et Mirage 2000 D/N ont décollé des Émirats arabes unis et de Jordanie afin de mener un "raid massif" contre Raqqa.
A la guerre comme à la guerre

Bombardements massifs de la France à Raqqa, le fief de l’Etat islamique : symbole ou début d’une véritable intervention ?

Publié le 16 novembre 2015
48 heures après les attaques de Paris vendredi 13 novembre, 12 avions dont 10 chasseurs bombardiers Rafale et Mirage 2000 D/N ont décollé des Émirats arabes unis et de Jordanie afin de mener un "raid massif" contre Raqqa, la capitale de l’Etat Islamique, installée à cheval entre la Syrie et l’Irak.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
48 heures après les attaques de Paris vendredi 13 novembre, 12 avions dont 10 chasseurs bombardiers Rafale et Mirage 2000 D/N ont décollé des Émirats arabes unis et de Jordanie afin de mener un "raid massif" contre Raqqa, la capitale de l’Etat Islamique, installée à cheval entre la Syrie et l’Irak.

Le président Hollande avait promis une riposte "impitoyable" contre les responsables des attentats du 12 novembre à Paris revendiqués par Daesh (l’État islamique, EI). 48 heures après les attaques, 12 avions dont 10 chasseurs bombardiers Rafale et Mirage 2000 D/N ont décollé des Émirats arabes unis et de Jordanie afin de mener un "raid massif" contre Raqqa, la "capitale" de l’Etat Islamique installé à cheval sur la Syrie et l’Irak. Les moyens aériens de la force Chammal ont donc été, dans leur quasi-totalité, engagés dans cette opération. Selon le ministère de la Défense, 20 bombes ont été larguées pour détruire deux objectifs de l’EI. Dans le même communiqué, il indique que "Le premier objectif détruit était utilisé par Daesh comme poste de commandement, centre de recrutement djihadiste et dépôt d’armes et de munitions. Le deuxième objectif abritait un camp d’entraînement terroriste  […] Planifiée sur des sites préalablement identifiés lors des missions de reconnaissance réalisées par la France, cette opération a été conduite en coordination avec les forces américaines".

Efficacité tactique et stratégique

Cela dit, sur le plan tactique et stratégique, ces frappes n’ont qu’une efficacité limitée. En effet, l’EI se sait menacé par les airs depuis le début des frappes de la coalition emmenée par les Américains depuis plus d’un an. Il a pris les mesures nécessaires pour dissimuler ses infrastructures les plus sensibles et utilise les populations en tant que boucliers humains. En effet, les Occidentaux tentent, par dessus tout, d’éviter les pertes collatérales qui pourraient pousser encore plus d’activistes dans les rangs des islamistes radicaux. Toutefois un point positif, les attentats de Paris et la réaction française poussent les Américains à mieux coopérer en particulier en ce qui concerne l’échange de renseignements. L’auteur a pu constater dans le passé que, même engagés dans une opération commune, les Américains gardaient jalousement une partie des informations qu’ils détenaient et interdisaient l’accès de PC rens aux officiers de liaison hexagonaux. Il semble que cela est en train de changer. Il est possible que d'autres bombardements ciblés aient lieu dans les prochains jours. De plus, le porte-avions Charles de Gaulle doit appareiller demain pour le Golfe persique. Il augmentera d'autant le potentiel aérien français.

Efficacité psychologique

Le déclenchement de cette frappe est éminemment politique et important sur le plan psychologique pour le peuple français et ses alliés. Il démontre la détermination des plus hautes instances françaises dans la "guerre" déclenchée contre une "armée" terroriste. Les choses sont nommées et c’est un bien. Une nuance tout de même, la « guerre contre le terrorisme » ne veut pas dire grand-chose. En effet, le terrorisme n’est d’un moyen de combat au même titre que la guérilla. Il faut désigner ceux qui l'emploient : les salafistes-djihadistes de Daesh sans oublier Al-Qaida "canal historique" très présent en Syrie (via le Front al-Nosra et autres mouvements plus ou moins affiliés), au Pakistan, en Afghanistan, au Yémen, au Caucase, en Extrême-Orient, en Libye et au Sahel… Faut-il rappeler que c’est cette nébuleuse qui est à la base des attentats dirigés contre Charlie Hebdo en janvier et auquel l’armée française est confrontée en permanence au Sahel ?

Et maintenant ?

Il ne fait aucun doute que la guerre va durer des années. Elle va être rude et les grandes villes occidentales vont être vraisemblablement frappées par d’autres attentats de masse. Ce qui est en train de se passer est l’exportation des horreurs qui se déroulent depuis des années à Bagdad et Damas vers Europe (l’éloignement géographique fait que les États-Unis sont un peu plus à l’abri). L’état d’urgence devrait être porté à trois mois et ensuite prorogé si la menace n’a pas baissé, ce qui sera vraisemblablement le cas.

Mais il faut aller plus loin. Puisque le combat s’inscrit dans la durée, il convient aussi d’envisager des mesures sur le long terme. La création d’une sorte de "Garde nationale" est une idée à explorer. Tout en assurant une mission de protection du sol national comme les régiments de Défense Opérationnelle du Territoire (DOT) le faisaient du temps de la conscription, elle permettrait de dégager l’armée professionnelle afin qu’elle se consacre aux opérations extérieures. C’est là que se situe le début de solution. Si l’Etat d’urgence est le bouclier, le glaive doit être porté au sein du nœud de vipères : en Syrie et en Irak (sans oublier la Libye et le Sahel). Les interventions aériennes ne permettent pas seules de gagner la guerre. D’un autre côté, une intervention au sol de troupes occidentales se heurte aux douloureux souvenirs afghan et irakien. A savoir que les Occidentaux ont fini par être considérés comme des occupants et la propagande des salafiste en a profité pour les qualifier de "croisés" contre lesquels la Oumma (la communauté des croyants musulmans) devait mener le djihad. D’importantes forces au sol existent déjà. L’armée irakienne, les Kurdes d’Irak et de Syrie et les forces légaliste syriennes déjà appuyées par les Russes, les Iraniens et le Hezbollah libanais. Le problème est désormais politique : quelle attitude adopter vis-à-vis de Damas ? Les négociations qui ont lieu actuellement sont extrêmement difficiles car les intérêts des uns et des autres sont divergents : Arabie saoudite et pays du Golfe persique, Iran, Turquie, Russie, Etats-Unis, etc. Mais puisque c’est la guerre, il va bien falloir que l’Occident se résolve à faire des choix courageux mais coûteux dans tous les domaines. Si l’on ne veut pas que Paris devienne le Beyrouth des années 1980, c’est le prix à payer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 18/11/2015 - 06:09
Libéralisme
Le problème est que le libéralisme n'enrichit que les élites incompétentes : les actionnaires et les patrons du CAC 40.
kuruzawa
- 16/11/2015 - 20:53
l'argent,le nerf de la guerre
Bombarder,ok.Assécher l'approvisionnement d'argent,à savoir les revenus issus de la contrebande du pétrole avec la Turquie.Les Américains ont localisé les convois(des milliers de camions),je serais étonnée que les militaires français ignorent ces données.Une solution efficace consiste à bombarder ces convois.On liquide des djihadistes ou affidés,plus de pétrole à vendre,plus de rentrées d'argent.En prime,on se paye la tete d'Erdogan:un plaisir,lui qui fait mumuse et joue sur tous les tableaux,avec force chantages aux immigrés.
Coté financier,une sérieuse mise au point avec nos prétendus alliés que sont l'Arabie Saoudite,le Qatar,etc.Nos alliés américains qui ont mis tout le monde dans la m... avec l'Irak et qui font mine de s'émouvoir de notre sort,peuvent peser dans la balance avec l'Arabie saoudite et consorts,puisqu'ils n'ont pas d'armée.Il est grand temps de passer aux grandes manoeuvres.A la guerre comme à la guerre.
Les bombardements seuls sont peu efficaces.Attaquer le portemonnaie de façon systématique affaiblira la logistique d'EI durablement.Et ne pas minimiser un fait:il y a certes des djihadistes mais aussi un nombre conséquent de mercenaires.
alainb
- 16/11/2015 - 14:57
minables
20 bombinettes lancées dans le désert !!!!!!!!!!!!!