En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

07.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 55 min 56 sec
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 1 heure 36 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 2 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 3 heures 23 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 5 heures 18 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 6 heures 55 sec
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 6 heures 42 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 8 heures 22 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 1 heure 24 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 1 heure 59 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 2 heures 45 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 3 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 5 heures 54 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 6 heures 29 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 8 heures 49 min
© Reuters
L'optimisation fiscale concerne tout particulièrement les entreprise qui ont des filiales dans plusieurs pays.
© Reuters
L'optimisation fiscale concerne tout particulièrement les entreprise qui ont des filiales dans plusieurs pays.
Trop d'impôts

G20 anti-évasion fiscale : à quels impôts les sociétés arrivent-elles à échapper en faisant de l’optimisation ou de l’évasion fiscale ?

Publié le 15 novembre 2015
Le G20 s'ouvre ce dimanche 15 novembre à Antalya en Turquie. Un des thèmes qui sera abordé : la lutte contre l'optimisation et la fraude fiscale. Le manque à gagner pour les Etats de ces pratiques peut être élevé, même s'il parait difficile de les éradiquer.
Jean-Philippe Delsol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Delsol est avocat, président de l’Institut de Recherches Economiques et Fiscales, IREF, essayiste. Dernier ouvrage paru : Eloge de l’Inégalité, chez Manitoba/Belles Lettes, Novembre 2019.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le G20 s'ouvre ce dimanche 15 novembre à Antalya en Turquie. Un des thèmes qui sera abordé : la lutte contre l'optimisation et la fraude fiscale. Le manque à gagner pour les Etats de ces pratiques peut être élevé, même s'il parait difficile de les éradiquer.

Atlantico : Quels sont les impôts auxquels les entreprises peuvent échapper en faisant de l’évasion et de l’optimisation fiscale ?

Jean-Philippe Delsol : Il faut distinguer l’évasion de l’optimisation fiscale. L'évasion fiscale est illégale, tandis que l’optimisation fiscale est le moyen d’échapper à l’impôt par des moyens légaux. Ce sont deux choses très différentes.

Plus les lois fiscales sont complexes, plus la fraude devient facile. Pour deux raisons : on se cache mieux dans le maquis que dans le désert, par ailleurs la complexité entraîne généralement une hausse des taux d’imposition et plus les taux sont élevés, plus les contribuables quels qu’ils soient essayent d’y échapper.

La fraude est cachée et l’optimisation plus facile à évaluer.

Dans tous les cas, ces méthodes pour échapper à l’impôt concernent avant tout l’impôt sur les bénéfices, l’impôt sur les sociétés, les retenus à la source et un peu la TVA.

L’impôt sur les profits peut-être diminué lorsque l’entreprise, si elle a des filiales à l’étranger, transfert ses profits dans des pays à la fiscalité plus favorable. La limite à cela c’est que les pays qui essayent d’être attractifs pour les entreprises en fixant des taux d’imposition proches de zéro sont souvent des pays dans lesquels il n’y a rien à produire et où les grands groupes n’ont pas envie d’aller produire car il n’y a pas de personnel qui puisse assurer la production. Ces pays sont généralement loin de tous équipements ou services, et des pays de consommation. C’est donc très onéreux d’aller là-bas.

Quels sont ceux au contraire auquel il est impossible d’échapper ?

En France, à partir du moment où une société développe une activité industrielle et commerciale – ou de service – elle doit s’acquitter d’un certain nombre d’impôts auxquels elle ne peut pas échapper. Elle paye l’impôt sur les sociétés, mais également les impôts locaux, la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), ou encore la taxe sur ses immeubles. Elle ne peut quasiment pas éviter de payer ces impôts-là, elle peut seulement les réduire légèrement, par exemple en sortant de son bilan tous les ans les matériels et produits obsolètes, en étant attentif à la gestion de ses comptes. Mais cela reste marginal. Les impôts locaux payés par les entreprises, qui sont parfois considérables lorsqu’elles ont des équipements coûteux et lourds, elle peut très difficilement y échapper.

L'entreprise paye aussi un petit impôt sur le chiffre d'affaire qui s'appelle l'ORGANIC auquel il est quasiment impossible d'échapper. Elle paye des droits d'enregistrement à chaque fois qu'elle achète ou qu'elle vend une société ou un fond de commerce. Ils s'élèvent à 3 à 5% selon les cas. Elle paye également des droits d'enregistrement à chaque fois qu'elle achète un immeuble, de l'ordre d'environ 6%. Quand elle ne paye pas de TVA, elle va parfois payer une taxe sur les salaires, à des taux variables de 5 à 15%. Les banques par exemple qui sont assujetties à cette taxe sur les salaires, ne peuvent pas optimiser là-dessus : il y a des personnels, on les paye donc il faut verser cette taxe.

Quelle est la plus grande part entre les impôts optimisables et ceux que l'entreprise ne peut pas éviter de payer ?

Il n’y a pas de plus grande part, car la partie la plus optimisable est celle qui dépend des résultats de l’entreprise. Néanmoins, les impôts locaux, fixés indépendamment des résultats de l'entreprise, peuvent représenter une part considérable des impôts payés par celle-ci, pouvant aller jusqu'à 100% du montant total (hors TVA) lorsque l'entreprise ne fait pas de profits. En revanche, dès-lors que les profits sont importants, les impôts locaux représentent une part plus marginale de l'ordre de 5, 10 ou 15% - selon les cas - de la masse totale des impôts payés. C'est donc très variable.

Les impôts sur lesquels les sociétés ne peuvent pas jouer représentent donc environ un montant à peu près équivalent à celui de l'impôt sur les (bénéfices des) sociétés, sur lequel les entreprises ont plus de leviers. En effet, celui-ci étant fonction des bénéfices, les entreprises peuvent réaliser un certains nombre d'opérations permettant de faire baisser le montant de leur impôt, tout particulièrement lorsqu'elles ont une activité internationale comme expliqué dans la réponse à la première question (délocalisation de productions très profitables etc.)

Quel est le profil type d’une entreprise qui fait de l’optimisation fiscale ?

L'optimisation fiscale concerne tout particulièrement les entreprise qui ont des filiales dans plusieurs pays. Cette dimension internationale leur donne le choix de localiser leurs activités dans les différents pays dans lesquels elles ont des sociétés, en fonction de leurs intérêts. Elles peuvent ainsi localiser leur centre de recherche, leurs unités de production, brevets etc. dans un pays plutôt que dans un autre. Ce sont aussi des entreprises qui vont faire un choix précis pour localiser leur holding. Sur ce sujet précis, il est globalement admis dans le monde que les holdings ne sont pas ré-imposées sur les bénéfices qui viennent de leurs filiales dans la mesure où ils ont déjà été imposés une première fois. Cependant, selon les pays, les régimes sont plus ou moins préférentiels. La France a par exemple un régime extrêmement variable. Il a varié vingt fois en vingt ans. Il est cependant assez favorable, mais il l'est moins que celui du Luxembourg par exemple, ou des Pays-Bas. Par ailleurs, il est très incertain. C'est ce qui fait que de nombreux groupes vont localiser leurs holdings aux Pays-Bas ou au Luxembourg plutôt qu'en France.

A supposé qu’on arrive totalement à éradiquer l’évasion fiscale, dans quel ordre de grandeur verrait-on les recettes de l’État augmenter ?

La question même de l'éradication de l'optimisation fiscale pose un problème quasiment philosophique. Cela revient à dire que tous les pays sont censés avoir le même régime fiscal. Tant qu'il y a différents régimes fiscaux à travers le monde, il y a un choix pour toute entreprise de se localiser dans le pays qui lui convient pour certaines opérations. Vouloir éradiquer totalement l'optimisation fiscale cela revient à dire que l'on retire cette possibilité de choisir de l'entreprise. Cela revient à instaurer un totalitarisme fiscal à l'échelle mondiale.

Néanmoins, s'il faut donner des estimations sur le manque à gagner fiscal pour l’État français de l'optimisation fiscale des grandes entreprises, une étude de 2013 de Greenwich consulting sur Google, Apple, Facebook et Amazon (les GAFA) estime que ces quatre entreprises auraient pu payer en 2011 828,7 millions d'euros supplémentaire d'impôt sur les bénéfices des sociétés, alors qu'ils n'en ont payé que 37,5 millions d'euros. L'optimisation fiscale a fait réduire de 22 fois le montant de leurs impôts.

Cependant, je tiens à souligner qu'en ce qui les concerne, les grands groupes du CAC40 payent des sommes considérables d'impôts divers. Pendant plusieurs années, notamment au moment de la crise de 2008, les grandes entreprises ont été accusées de tous les maux. Elles paieraient beaucoup moins d’impôts que les PME grâce à l’optimisation fiscale.

Pourtant en ce qui concerne les sociétés du CAC40, il y a tous les ans des études qui montrent combien elles payent d’impôts et ce que ça représente de leurs bénéfices avant impôt mondiaux. On se rend compte qu’elles payent plus d’impôts que le taux moyen qui est de 33,3% pour le taux de base. En 2012, elles ont payé 32,4% d’impôts sur les sociétés sur leur bénéfice mondial (35 milliard d’euros), en 2013 42%, et en 2014 34,5%.

Pourquoi, alors qu’elles payent beaucoup d’impôts, accuse-t-on les entreprises du CAC40 d’en payer moins que les PME ?

Ces grandes entreprises ont parfois des dizaines voire des milliers de filiales dans le monde. Donc elles payent des impôts dans le monde entier. Ce qu’elles font c’est qu’elles localisent leurs entreprises là où elles payent le moins d’impôts. Il ne me semble n’est pas anormal qu’elle cherche à réaliser son bénéficie là où elle paye le moins d’impôt.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires