En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 32 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 15 heures 9 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 21 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 21 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 13 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 13 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 12 heures 4 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 12 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 49 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 17 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 17 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 13 min
© Reuters
© Reuters
Statufié

La stratégie Bayrou face à ses limites : mais quels sont les électeurs qu’il compte attirer en ne disant rien ?

Publié le 14 novembre 2015
François Bayrou, en passant à l'émission Des Paroles et Des Actes ce jeudi 12 novembre, a fait montre de son immobilité politique actuelle. Pour autant, à l'heure ou François Hollande chasse de plus en plus le chaland sur les terres du centre, il devient vital pour le président du MODEM de bouger, soit sur sa gauche, soit sur sa droite.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bayrou, en passant à l'émission Des Paroles et Des Actes ce jeudi 12 novembre, a fait montre de son immobilité politique actuelle. Pour autant, à l'heure ou François Hollande chasse de plus en plus le chaland sur les terres du centre, il devient vital pour le président du MODEM de bouger, soit sur sa gauche, soit sur sa droite.

Atlantico : Lors de son intervention télévisée à Des paroles et des actes, François Bayrou a gardé un positionnement très centriste et s'est voulu apaisant. Alors que François Hollande brigue à présent l'électorat du centre-droit, notamment à travers la ligne Valls-Macron, par ailleurs très appréciés au centre, François Bayrou peut-il se permettre un manque de prise de risque pour séduire de nouveaux électeurs ?

Bruno Cautrès : François Bayrou tente depuis plusieurs mois une opération politique qui n’est pas simple : faire oublier à son électorat son choix en faveur de François Hollande en 2012, en rejeter la responsabilité sur le Président, montrer qu’il n’a pas changé de ligne contrairement à ce que pourrait laisser penser ce choix de 2012 puis le retour dans le giron « de la droite et du centre » pour les élections de 2015 et 2017. Les électeurs de François Bayrou ne sont pas, sur les sujets européens ou les sujets de société, très éloignés de ceux de la gauche, en tout cas du centre gauche ou Parti socialiste. Sur les questions économiques, ils sont en revanche plus proches des électeurs de la droite. Il est d’ailleurs tout à fait intéressant de remarquer que lors de l’émission Des paroles et des actes, François Bayrou a validé plusieurs idées qui tiennent à cœur de la droite mais sont dans le même temps mises en avant par Emmanuel Macron ou Manuel Valls comme la rémunération des fonctionnaires du mérite, la réduction des déficits publics.

On a bien retrouvé lors de cette émission le positionnement « hyper-centriste » classique de François Bayrou : par exemple se montrant en empathie avec une militante de la « Manif pour tous » tout en expliquant que l’on ne pouvait imposer un modèle de famille ; puis en se montrant en accord avec des thèmes ou des propositions « à la Macron » (fonctionnaires rémunérés au mérite, auto-entreprise, valeur travail, etc..) tout en manifestant son désaccord avec Stéphane Le Foll sur la méthode de réformes du gouvernement. Cela illustre bien, la relative difficulté de la stratégie de François Bayrou : au moment où il est revenu au sein de la famille de « la droite et du centre », il doit maintenir une forme d’ouverture mais critique aux propositions de la partie la plus centriste ou « droitière » de la gauche…. Ce qui n’est pas forcément simple ou lisible aisément. 

La question de séduire de nouveaux électeurs n’est pas pour le moment la priorité affichée de François Bayrou qui espère en fait faire triompher ses idées à travers Alain Juppé, clairement présenté par François Bayrou comme son candidat pour 2017. Mais on sent poindre, chez François Bayrou, un pragmatisme prêt à partir en campagne pour 2017 : il répète régulièrement que la primaire « de la droite et du centre » risque de se traduire par le choix du candidat le plus au cœur de l’électorat de la droite et non du centre, Nicolas Sarkozy. Et dans ce cas, là non seulement François Bayrou serait candidat à la présidentielle mais encore il caresserait le rêve que les électeurs, lassés du « match retour » et de « l’impasse » (mot qu’il a employé)  entre N. Sarkozy et F. Hollande le catapultent au second tour face à Marine Le Pen. 

Que pourrait lui coûter un immobilisme politique ?

On a vu dans l’émission Des paroles et des actes, à travers les réactions de jeunes électeurs interrogés par France 2, que François Bayrou pouvait rencontrer un double problème d’image : qu’il a des idées mais qu’il développe des propositions trop éloignées de la réalité (trop « incantatoire » lui fait remarquer plusieurs fois David Pujadas, trop de paroles et pas assez d’actes…) ; qu’il était dans la vie politique depuis déjà longtemps. De manière plus générale, le risque que prend François Bayrou est d’apparaître comme trop dépendant dans sa stratégie pour 2017 des résultats de la primaire de 2016. Il a accroché son destin de 2017 à celui d’Alain Juppé et peut effectivement apparaître alors comme en second rang alors même qu’en 2007 il a eu, entre les mains, la « balle de match » de la présidentielle lorsqu’il refusa la main tendue par Ségolène Royal. 

Lorsque l'on sait que l'électorat du centre lui est déjà acquis, en quoi un élargissement de son cœur de cible à droite, notamment sur les questions de société pourrait-il lui être bénéfique et comment pourrait-il s'y prendre ? On se souvient que Nicolas Sarkozy n'avait pas hésité à déclarer être l'héritier de Jean Jaurès en 2007, en campagne à Toulouse...

On ne voit pas bien ce type d’évolution chez François Bayrou. Il a bâti toute sa carrière sur une image de constance dans ses grands choix, sur l’image de quelqu’un qui a su être clairvoyant avant les autres. On ne perçoit pas non plus d’évolution sur les sujets de société, sujets sur lesquels le positionnement centriste combine l’attachement aux valeurs fondamentales de la démocratie-chrétienne et de l’humanisme. Cette combinaison est essentielle dans le positionnement de François Bayrou et du MODEM : cette composante de son discours construit et fait l’image d’un François Bayrou « homme de bon sens », tolérant et qui n’est pas obsédé par le fait de faire triompher ses idées contre les autres. L’échange qu’il a eu, pendant l’émission, avec la militante de la « Manif pour tous », était à cet égard éclairant ; de même le passage très intéressant au cours duquel il a, en début d’émission, expliqué sa conception d’une démocratie « apaisée » où la victoire d’un camp ne veut pas dire le rejet de l’autre camp. 

Le maire de Pau doit-il envisager un élargissement au centre-gauche de la même manière ?

De fait, cet élargissement a déjà eu lieu. Les électeurs du MODEM ou de François Bayrou ne sont pas, sur les sujets de sociétés ou les sujets européens fondamentalement opposés à la partie la plus centriste de la gauche. Mais un élargissement plus net et plus franc de ses thèmes, qu’il soit vers la gauche ou vers la droite d’ailleurs, compromettrait de manière assez nette le projet politique d’ensemble de François Bayrou : être celui autour duquel se recompose le système et se crée des majorités d’idées

Jusque quand l'ancien ministre de l'Education nationale pourra-t-il rester dans cette position sans qu'elle ne lui porter préjudice ?

Jusqu’au moment où la primaire choisira le candidat « de la droite et du centre ». Le risque serait peut-être plus grand pour lui de se différencier si c’est Alain Juppé qui est choisi : il lui faudrait alors composer avec la génération montante des Républicains, comme Bruno Le Maire par exemple ; si c’est Nicolas Sarkozy qui est choisi, cela sera plus simple pour François Bayrou qui se présentera alors comme celui qui reprend le flambeau et qui entent se qualifier au second tour à la place de Nicolas Sarkozy. Les sondages, pour le moment, ne lui permettent pas d’espérer cette dernière hypothèse de qualification au second tour. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Archeboc
- 15/11/2015 - 08:17
Essuie-glaces
Un coup à droite, un coup à gauche, c'est sa vision du centre ???
pandore
- 14/11/2015 - 20:57
très stratège
Comme disait Pierre Dac : " Ni pour ; ni contre,,, bien au contraire ! "
Voilà Bayrou
bjorn borg
- 14/11/2015 - 17:58
Alors
Je voterai Bayrou, il présente bien, mieux que Pinocchio.