En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
La CGT peut-elle être sauvée ?
Coup de balai

La CGT peut-elle éviter un nettoyage interne ?

Publié le 12 novembre 2015
Certains avaient un peu trop rapidement cru que la CGT serait sauvée de sa crise rampante par l'arrivée de Philippe Martinez. L'ancien délégué central de Renault ne donne pourtant aucun signe de véritable reprise en main. Sa ligne radicale dissimule de moins en moins bien son absence de vision et de hauteur face aux enjeux que la confédération doit affronter. En s'appuyant sur une forme de syndicalisme obsolète, il se coupe du nécessaire mouvement de modernisation dont son mouvement a besoin.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains avaient un peu trop rapidement cru que la CGT serait sauvée de sa crise rampante par l'arrivée de Philippe Martinez. L'ancien délégué central de Renault ne donne pourtant aucun signe de véritable reprise en main. Sa ligne radicale dissimule de moins en moins bien son absence de vision et de hauteur face aux enjeux que la confédération doit affronter. En s'appuyant sur une forme de syndicalisme obsolète, il se coupe du nécessaire mouvement de modernisation dont son mouvement a besoin.

La CGT est-elle encore dirigée?

En lisant le blog de Michel Noblecourt, on mesure l'étendue des dégâts. Philippe Martinez est jugé en interne à la fois autoritaire et léger dans la prise de décision. Ainsi, l'absence à la conférence sociale d'octobre n'a été décidée que par une courte majorité d'une voix. Le journaliste du Monde aurait pu noter les noms de ceux qui se sont abstenus ce jour-là : sans ce retrait prudent, le secrétaire général aurait été mis en minorité. Ce genre de fragilité sur des décisions aussi importantes laisse augurer quelques problèmes futurs dans le déroulement de son mandat, au cas où il serait réélu au prochain congrès.

Noblecourt révèle en outre le bras de fer entre le gouvernement et la CGT sur la composition de la délégation syndicale au Conseil Economique, Social et Environnemental. Selon toute vraisemblance, la CGT renoncera à un poste qui lui revient, parce que Philippe Martinez ne veut pas désigner un homme pour respecter les critères de parité. Tous les regards se tournent vers Eric Aubin, qui fait ici l'objet d'une vendetta depuis la fin de règne de Bernard Thibault. On peut se demander jusqu'où les règlements de compte porteront la confédération. 

La CGT entre les mains des lambertistes

La faiblesse de Martinez, toujours selon Noblecourt, donne des ailes aux contestataires de toutes sortes, et notamment aux lambertistes. Ceux-ci ont pris le contrôle de la fédération de Seine-Maritime. Des craintes apparaissent sur les unions départementales : dans les Bouches-du-Rhône comme dans le Nord, deux unions "faiseuses de secrétaire général", des collectifs transitoires ont pris le pouvoir contre des secrétaires jugés trop "loyalistes" vis-à-vis du secrétaire général. 

Nul ne sait jusqu'où cette radicalisation peut aller, ni les intérêts de qui elle servira, mais il est à peu près acquis qu'elle ne fait pas le jeu de l'actuel secrétaire général. 

Des affaires comme s'il en pleuvait

Dans le même temps, l'image extérieure de la CGT ne s'améliore pas. Au-delà des incidents d'Air France, l'actualité fourmille de révélations qui obligeront tôt ou tard la direction confédérale à donner un coup de balais dans des formes révolues de syndicalisme. 

En Champagne par exemple, deux délégués syndicaux CGT de la maison Krug sont convoqués en correctionnelle en janvier pour harcèlement moral et harcèlement sexuel vis-à-vis des salariés de l'entreprise. Une enquête interne avait montré que ces délégués se livraient à des insultes, des menaces, des humiliations diverses... La confédération ne semble pas s'en être inquiétée. 

Cette semaine, le Parisien pointait du doigt le salaire annuel de 40.000 euros versés à un délégué "fantôme" par l'Opéra de Paris. Le bénéficiaire de ce salaire est totalement inconnu dans l'entreprise. 

Ces pratiques anciennes sont de moins en moins acceptées... tôt ou tard, la CGT aura besoin d'un secrétaire général fort pour faire évoluer les habitudes.

Article également publié sur Tripalio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

06.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/11/2015 - 22:16
Les patriotes arrivent...
et ceux qui ont cassé des pans entiers de l'économie française paieront pour leur sabotage...
Liberte5
- 12/11/2015 - 13:50
Pas de nettoyage La disparition pure et simple
La CGT a largement contribué au déclin industriel de la France. Elle a durablement saboté la vie économique de ce pays. Sans parler des divers scandales et magouilles financières auxquels elle est associée.Plus vite nous seront débarrassés de ces syndicats nuisibles et plus vite nous pourrons retrouver une économie forte.
borissm
- 12/11/2015 - 09:37
Personnellement, je serais d'avis
de cesser de financer toute organisation syndicale par le biais de subventions publiques. Ce n'est pas à la caissière de mon supermarché de payer avec ses impôts la CGT et les autres organisations du même acabit. Elles n'ont qu'à se financer sur les cotisations de leurs adhérents, ça leur rendra le sens des perspectives. Et puis aussi de mettre fin à tous ces bidules (CESE et autres) qui ne servent à rien sauf à ranger les copains.