En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 57 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 14 heures 2 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 58 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 29 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 18 heures 11 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 59 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 14 heures 14 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 55 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 15 heures 10 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 20 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Symbole

Frappes sur la position stratégique de Lattaquié : l’attaque rebelle qui annonce un avenir plus sombre que prévu pour les Russes en Syrie

Publié le 11 novembre 2015
La ville de Lattaquié, en Syrie, a essuyé plusieurs frappes terroristes ce mardi 10 octobre. En fin d'après-midi, on comptait une vingtaine de morts et une soixantaine de blessés, mais le bilan s'est alourdi en soirée. La ville accueille la base aérienne de Mumayimim, occupée par les forces russes déployées par Vladimir Poutine pour épauler l'armée régulière syrienne.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ville de Lattaquié, en Syrie, a essuyé plusieurs frappes terroristes ce mardi 10 octobre. En fin d'après-midi, on comptait une vingtaine de morts et une soixantaine de blessés, mais le bilan s'est alourdi en soirée. La ville accueille la base aérienne de Mumayimim, occupée par les forces russes déployées par Vladimir Poutine pour épauler l'armée régulière syrienne.

Atlantico : Une vingtaine de morts et une soixantaine de blessés sont à déplorer ce mardi 10 novembre, lors du pilonnage de Lattaquié en Syrie. La ville accueille une base militaire Russe, fraîchement engagée dans le conflit, notamment au travers de son aviation. Faut-il y voir des frappes de revanche ? Quelle est la place pour la symbolique, dans le cadre d’une attaque contre les Russes ?

Alain Rodier : Cette frappe ne visait pas la base aérienne de Mumayimim (située à une vingtaine de kilomètres au sud de la ville) où sont stationnées les forces aériennes russes depuis la fin septembre. Ce serait l'université de Tishreen située en plein centre ville qui aurait été atteinte par plusieurs obus faisant au moins 42 tués et plus de 100 blessés. Le nombre de victimes s'explique car les tirs ont eu lieu dans une zone densément peuplée. Plus que la base utilisée par les Russes, c'est le fief du régime qui est visé. Il est important pour les rebelles de signifier au pouvoir qu'il est menacé partout, même dans son berceau côtier.

Par ricochet, les Russes sont bien sûr aussi ciblés plus sur le plan du moral surtout après l'attentat (non encore officiellement confirmé) survenu sur un de leurs avions de ligne au Sinaï. A noter que la base de Mumayimim est solidement défendue par des troupes au sol russes (dépendant de l'infanterie de Marine) qui peuvent délivrer des tirs de contre-batteries grâce aux pièces d'artillerie qui y ont été déployées sans parler de la riposte air-sol qui ne manquerait pas de se produire en cas d'incident.  

L’aviation russe soutient les troupes au sol de l’armée régulière dans la bataille pour Alep. Dans quelle mesure cet affrontement est-il déterminant pour comprendre les frappes qui ont eu lieu sur Lattaquié ce 10 novembre ?

Depuis le début des bombardements russes qui ont eu lieu à partir du 31 octobre, les forces loyalistes ont repris l'offensive sur plusieurs fronts. Le plus proche se trouve au nord-est de Lattaquié avec pour objectif final la localité de Jish Al-Shugour. Mais les forces rebelles sont bien retranchées sur les hauteurs et il sera très difficile de les déloger.

Un des plus importants fronts est la ville d'Alep située au nord-ouest de la Syrie. Les combats acharnés ont pris de l'ampleur à partir de la mi-octobre, les forces gouvernementales attaquant simultanément vers le nord-ouest, le sud-ouest et l'est de la ville. Le 10 novembre, elles ont effectué la jonction avec la garnison de la base aérienne de Kweires située à l'est de la ville. Forte d'environ 300 combattants, elle était assiégée depuis 2013. Globalement, la bataille d'Alep est très coûteuse en vies humaines puisqu'en trois semaines, les "conseillers iraniens" emmenés par le major général Qassem Suleimani, le chef de la force Al-Qods des pasdarans présent en personne sur place, ont perdu 42 hommes dont plusieurs officiers généraux. Rien que l'opération ayant permis de dégager Kweires aurait officiellement coûté la vie à 57 militaires et miliciens syriens sans compter une bonne centaine de blessés.  

A plus d’une occasion, le Moyen-Orient a représenté un bourbier pour les forces américaines et russes. Qu’en est-il de la Syrie ? Y a-t-il un risque que les troupes russes s’enferrent dans ce conflit sans pouvoir en sortir ?

On y va tout droit. En effet, les rebelles ne se laissent pas faire. Ils ont repris le terrain perdu au début octobre au nord de Hama situé au sud de la province d'Idlib où ils sont présents en force. Ils se sont emparés notamment de la ville de Moreq coupant l'autoroute qui relie Hama à Alep.

Daesh tente, pour sa part, de faire une percée au sud de Homs menaçant l'axe Homs-Damas. Simultanément, les forces régulières syriennes poussent un peu plus au nord vers Palmyre. La prise de cette ville serait un succès psychologique de première importance.

A noter que depuis l'arrivée des Russes, les forces insurgées ont reçu de nombreux missiles anti-chars d'origine américaine -vraisemblablement fournis par l'Arabie saoudite-. Ils ont causé d'énormes dégâts occasionnant la perte de 123 blindés gouvernementaux en octobre. De plus, la menace qu'ils font peser ralentit considérablement les mouvements de chars. 

Vladimir Poutine déploie ses forces partout en Syrie. Quelles sont les bases qui devraient recevoir des troupes ? Quels sont les objectifs qui nécessitent un tel déploiement ?

La Russie déploie désormais ses hélicoptères de combat sur plusieurs bases afin qu'ils puissent appuyer au plus près les forces au sol. Pour aider l'offensive qui a lieu sur Palmyre, des voilures tournantes ont été dépêchées sur la base de Tiyas située à une vingtaine de kilomètres de la cité antique. Afin de bloquer l'offensive de Daesh dans la province d'Homs, des hélicoptères ont rejoint l'aéroport de cette ville et la base aérienne de Sayqal située à 70 kilomètres à son sud-ouest. Des appareils ont aussi été envoyés vers Hama pour appuyer les forces loyales qui se trouvent en difficulté au nord de cette localité.

A la différence des frappes de la coalition emmenée par les Etats-Unis, l'aviation russe (dont les hélicoptères) volent très bas pour délivrer les tirs en appui direct des troupes au sol. C'est un miracle si aucun appareil n'a pas encore été abattu car ils évoluent à portée des armes d'infanterie. Avec le temps, de nombreux aéronefs russes qui sont soumis à de rudes conditions d'emploi, vont être bloqués au sol pour révision et entretien. Si Moscou veut maintenir le rythme de ses frappes (une quarantaine par jour), il va falloir envoyer d'autres appareils afin qu'ils prennent la relève. De plus l'éparpillement du dispositif va rendre les installations au sol plus vulnérables aux attaques rebelles. Enfin, les forces syriennes, même épaulées par les pasdarans iraniens, le Hezbollah libanais et différentes milices chiites irakiennes, sont à bout de souffle après quatre ans de guerre. De plus, elles sont en sous-effectifs par rapport à la tâche qui leur est confiée. Si le président Poutine veut obtenir des résultats tactiques sensibles sur le terrain, je ne vois pas comment il va pouvoir éviter d'avoir à déployer des forces combattantes au sol. Et là, on sait quand cela commence, mais pas quand et comment cela se termine. L'exemple afghan est dans toutes les mémoires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 11/11/2015 - 22:25
Qui peut arrêter les islamistes?
A lire cet article on a le moral à zéro, car A. Rodier constate les difficultés des Russes , la duplicité de B. Obama et l'inefficacité des Français. Tout cela est vrai, mais que propose-t-il pour arrêter cette peste verte qu'est l'islamisme? Rien. En attendant par millions, syriens, irakiens,migrants de toutes origines arrivent en Europe, et avec eux des islamistes. Le problème se règlera en Europe car les Européens ne vont pas se laisser envahir sans réagir. La guerre aura lieu en Europe. Que A. Rodier propose une stratégie pour gagner cette bataille que nous allons devoir livrer.
Ganesha
- 11/11/2015 - 17:31
Erreurs
"les forces insurgées ont reçu de nombreux missiles anti-chars d'origine américaine''. Les américains sont vraiment des salopards et des crétins : toutes les erreurs qu'ils ont commises depuis 1945 ne leur ont vraiment rien appris ? En fait, je ne crois pas qu'ils ont vraiment livré directement ces missiles : ne les avaient-ils pas plutôt confiés à l'armée régulière irakienne chiite, qui s'est débandée sans combattre ? Ils ont ont simplement, comme d'habitude, ''misé sur les loosers''...
joke ka
- 11/11/2015 - 16:38
"depuis l'arrivée des Russes,
"depuis l'arrivée des Russes, les forces insurgées ont reçu de nombreux missiles anti-chars d'origine américaine -vraisemblablement fournis par l'Arabie saoudite"
n'y a t il pas un danger que cette guerre dégénère en une déflagration mondiale, il suffirait d'une erreur ou d'une bavure !!!