En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 32 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 9 heures 57 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 11 heures 45 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 13 heures 45 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 15 heures 50 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 2 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 15 heures 44 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 5 heures
© Reuters / Charles Platiau
Jean-Luc Mélenchon.
© Reuters / Charles Platiau
Jean-Luc Mélenchon.
Paix à son âme

Mélenchon absent du débat public, les communistes inaudibles, le NPA inexistant : l’extrême gauche française est-elle morte ?

Publié le 12 novembre 2015
NPA, PR, PCF et EELV sont des formations coupées des préoccupations populaires. S'ils peuvent espérer atteindre la barre des 5% aux prochaines régionales, les formations anti-capitalistes ne pourront pas faire l'économie d'une réorientation pour peser en 2017.
Pascal Cauchy est professeur d'histoire à Sciences Po, chercheur au CHSP et conseiller éditorial auprès de plusieurs maisons d'édition françaises.Il est l'auteur de L'élection d'un notable (Vendemiaire, avril 2011). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gonzalez  est auteur pour la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) des notes « Enseignement supérieur : les limites de la ‘mastérisation’ » et « Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France ». 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Cauchy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Cauchy est professeur d'histoire à Sciences Po, chercheur au CHSP et conseiller éditorial auprès de plusieurs maisons d'édition françaises.Il est l'auteur de L'élection d'un notable (Vendemiaire, avril 2011). 
Voir la bio
Julien Gonzalez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gonzalez  est auteur pour la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) des notes « Enseignement supérieur : les limites de la ‘mastérisation’ » et « Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France ». 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
NPA, PR, PCF et EELV sont des formations coupées des préoccupations populaires. S'ils peuvent espérer atteindre la barre des 5% aux prochaines régionales, les formations anti-capitalistes ne pourront pas faire l'économie d'une réorientation pour peser en 2017.

Atlantico : Dans quel état se trouve l’extrême gauche française ? Est-elle proche d'une mort certaine ? 

Julien Gonzalez : L’extrême gauche française – ou plutôt ce que l’on entend par cette expression – n’est pas un bloc homogène. Si toutes ces formations politiques usent de la même rhétorique anti-capitaliste, leur filiation renvoie à des héritages historiques et idéologiques quelque peu différents ; le trotskisme pour le NPA (anciennement Ligue communiste révolutionnaire) et Lutte ouvrière, le communisme "officiel" et institutionnalisé pour le Parti communiste. De plus, alors que l’on peut raisonnablement douter de la volonté du NPA ou de Lutte ouvrière d’exercer réellement le pouvoir, le Parti de Gauche de Mélenchon ou le Parti communiste semblent davantage se positionner dans une logique de contestation de l’hégémonie du PS au sein de la gauche de gouvernement.

A ce titre, le Front de Gauche (regroupant le Parti de Gauche et le Parti communiste), marque clairement le pas, avec une incapacité manifeste, lors des scrutins intermédiaires (législatives partielles, municipales, européennes, départementales), à confirmer le bon score réalisé par Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2012.

Pascal Cauchy : Les "extrêmes gauches" de nature révolutionnaire, souffrent en premier lieu d'une morosité objective : chômage, baisse de croissance, augmentation de la pauvreté. Il est difficile pour un parti révolutionnaire, dans ce contexte, de séduire avec la perspective d'un monde meilleur. D'autre part, il n'est pas dans la nature de ces mouvements de mobiliser le chômeur, le sans logis et même l'immigré. Leur ADN c'est le monde ouvrier en activité, socle stable de la révolte future et de la compétition électorale présente. 

Comment expliquer cette lente désintégration ? Les stratégies personnelles des uns et des autres -Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent notamment- ont-elles participé à cette décrépitude ? Le FN a-t-il aussi participé à cela ?

Julien Gonzalez : Les difficultés du Front de Gauche tiennent d’après moi à trois causes principales.

D’abord, la concurrence du Front national concernant l’incarnation d’une force politique social-étatiste. Alors que le FN de Jean-Marie Le Pen portait un discours que l’on qualifierait probablement aujourd’hui d’ "ultra-libéral", Marine Le Pen défend les 35h, la retraite à 60 ans, l’encadrement des prix de premières nécessités et se pose en adversaire résolue du MEDEF et du "grand capital".

S’ajoute à cela une dimension nationale et protectionniste que s’interdit la gauche de la gauche, ce qui amène à nous intéresser à la deuxième explication : l’universalisme du Front de Gauche. Alors que la propagande du Parti communiste de l’après-guerre était bien volontiers franchouillarde – voire carrément xénophobe à l’endroit des Américains – et que le parti n’était pas franchement pro-immigration (n’oublions pas les actions "anti-travailleurs immigrés" des maires communistes des banlieues parisiennes dans les années 1980 ou les discours virulents de Georges Marchais sur l’immigration), l’extrême gauche est aujourd’hui tout autant anti-capitaliste qu’anti-raciste et tiers-mondiste, ce qui la coupe d’une grande partie de l’électorat populaire.

Enfin, la gauche de la gauche perd progressivement la bataille des idées, dans une sorte de dérive des idées pures. Pris au piège de la prestigieuse histoire de la gauche, dans la recherche constante de l’extension du domaine des droits, le camp progressiste d’hier incarne aujourd’hui celui de la déresponsabilisation à outrance, l’émancipation individuelle a fait place à un misérabilisme destructeur ; par un singulier clin d’œil du destin, alors que la gauche communiste était hier le symbole de la primauté du collectif sur l’individu, la gauche dite "radicale" ou "extrême" est aujourd’hui le farouche défenseur de l’individu délesté de toute contrainte.

Pascal Cauchy : Il y a bien entendu, des choix stratégiques mauvais. Pendant trop longtemps, et encore aujourd'hui, le discours est trop proche de celui de la gauche socialiste, sur le sociétal. Un discours inaudible dans le monde ouvrier que l'on continue d'appeler "les salariés", alors que le monde des services, trop atomisé, reste peu perméable aux idées de rupture (sauf dans les services publics).  D'une certaine façon, la chute du PS accélère celle des poissons pilotes de la gauche.   De ce point de vue le FN a parfaitement compris qu'il existait là une fenêtre de tir. Si on ajoute un discours nationaliste qui retrouve le principe de solidarité sociale, une conjonction oubliée depuis plus d'un siècle mais qui fut réelle dans la seconde partie du XIXe siècle, on comprend mieux, alors, les progrès frontistes.

A quoi peut-on s'attendre pour les futures échéances électorales ? Quel peut-être malgré tout son poids dans les futures élections régionales ?

Julien Gonzalez : Dans de nombreuses régions (Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nord-Pas-de-Calais-Picardie notamment), le Front de Gauche et Europe Ecologie Les Verts font listes communes au premier tour du scrutin. Au prix de quelques entorses à la cohérence d’ensemble (le Parti communiste étant historiquement pro-nucléaire), le Front de Gauche opère d’ailleurs depuis quelques mois un verdissement de son discours, avec pour thèmes centraux les questions environnementales et la décroissance, alors que, jusqu’ici, le Parti communiste a toujours été plutôt productiviste.

Cette recomposition permettra certainement d’atteindre dans la plupart des régions le seuil des 5% autorisant la fusion au second tour avec la liste du PS et, ainsi, donnera l’occasion de peser davantage dans le rapport de forces au sein de la gauche. Mais, là aussi, deux problèmes vont se poser : la menace de victoire du FN qui risque de renforcer le réflexe du vote utile et donc de délester le Front de Gauche d’une partie de ses électeurs, et le peu de régions qui pourraient rester dans l’escarcelle du PS (3 ou 4 d’après les sondages), réduisant l’influence de la gauche de la gauche dans les territoires.

Pascal Cauchy : Les sondages sont clairs. L'extrême gauche, y compris sa composante verte, comptera sans doute très peu. Reste que l'élection est un moment nécessaire pour exister. Ce sont des réunions, des slogans, des affiches... et parfois des voix. Le problème est pour les socialistes. Jusqu'alors l'extrême gauche pouvait être considérée comme une réserve de voix en milieu populaire. Désormais ce capital (sans jeu de mot) semble bien mince. Sans doute en sera-t-il de même en 2017. 

Y-a-t-il encore une chance pour l'extrême gauche de retrouver son lustre d'antan ? Comment ?

Julien Gonzalez : Les responsables de ces formations devraient s’interroger : pourquoi la France n’a t-elle pas son Podemos, son Syriza ? Pourquoi le mouvement des Indignés a-t-il été si discret en France ? Qui est notre Pablo Iglesias, notre Alexis Tsipras ?

Le débat politique français se polarise autour de deux thèmes : l’emploi – et donc l’économie – et l’identité. Sur le premier, les amortisseurs sociaux français ont été le plus puissant rempart à la montée des forces de gauche "radicale". Le second thème n’occupe pas la même place dans les débats espagnol ou grec, qui ont été archi-dominés par la lutte contre les politiques d’austérité, que la France n’a pas connues, qu’on le veuille ou non. Sur toutes les thématiques inhérentes au malaise français – la sécurité, l’identité, la responsabilisation individuelle – l’extrême gauche est dans une impasse et n’est pas prête d’en sortir.

La question politique de ces prochaines années sera l’unité du pays, le rétablissement d’un "commun". Hors, le "parti des fusillés" est devenu celui des "Roms et de la Palestine". Dans ces conditions, l’extrême gauche se condamne à être ultra-minoritaire, malgré un marasme économique et social qui devrait être pour elle un terreau fertile.

Pascal Cauchy : L'avenir d'une gauche révolutionnaire est peut-être dans une déconsidération longue du socialisme de gouvernement. Il y aurait alors des places à prendre face à une droite désormais ultra majoritaire si l'on additionne FN et républicains. Quel que soit l'avenir du lien entre nationalistes et gaullo centristes, il y a fort à parier que le contexte politique soit favorable à nouveau à une protestation radicale. Après 2017, le temps sera venu aussi, et très certainement, d'une autre génération de leaders. Et puis, ce sera le centenaire d'Octobre...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 12/11/2015 - 22:11
VV1792, Liberté 5
Le seul petit problème, c'est que vous êtes ''Totalement Hors-Sujet''. Vous nous faites un ''joli cours d'Histoire'', mais pourquoi ne pas le consacrer plutôt à Cléopâtre, Vercingétorix, la Princesse de Clèves… ou le Petit Chaperon Rouge ? Le sujet de cet article, c'est Jean-Luc Mélenchon, et je vous avais donné, pour vous aider, quelques pistes. Dans le Communisme soviétique, le travail était obligatoire, Jean-Luc Mélenchon propose le Revenu de Base, dans lequel le travail est facultatif ! Le Communisme soviétique, c'était l'abolition de la propriété privée, Jean-Luc Mélenchon propose (après Platon, Thomas More, JP Morgan et Henry Ford) un éventail des revenus acceptables… Je vous conseille de vous rendre provisoirement faire vos commentaires sur un site consacré à la broderie, au ''point de croix'', ou au tricot… et de revenir ici lorsque vous en saurez un peu plus sur le sujet !
vangog
- 12/11/2015 - 21:55
@VV1792 petite erreur sémantique...
La Chine était "socialiste", comme Cuba, comme l'Union des Républiques socialistes soviétiques, comme les "démocraties" d'Europe de l'Est...le communisme n'a jamais existé, car le socialisme, qui est son anti-chambre idéologique, n'a jamais pu aller jusque-là...excepté, peut-être en Corée du nord, aboutissement du socialisme.
VV1792
- 12/11/2015 - 20:48
@ganesha
Liberte5 a totalement raison. Les plus de 100 millions de mort du communisme incluent ceux du stalinisme mais n'en sont qu' une partie, et des le commencement avec les 140 femmes du Palais d' hiver, meurtre, torture, privation de liberte, espionnage generalise contre le peuple, genocide, deplacement de population, ont ete le mode de fonctionnement du communisme; cela a invariablement debouche sous toutes les latitudes; aux meme crimes.. Que celui-ci n' ait jamais ete juge, lui donne encore et encore la possibilite d'etre excuse sans arret comme vous le faites, car ces crimes toujours non punis et qui depassent l' entendement, a la particularite de trouver sans arret des complices pour lui trouver des excuses: le mensonge fait partie integrante de ses principes de combat..
Donc non, ce n'est pas etre a court d' argument, c'est justement avancer et rappeler toujours sans arret l' argument principal qui doit permettre, jsutement, d' eradiquer cette ideologie mortelle, puisque ni la justice, ni l' education ne s' en sont charges..