En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

05.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 19 min 28 sec
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 3 heures 11 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 7 heures 5 min
pépites > Politique
Municipales
Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris
il y a 23 heures 19 min
pépite vidéo > Sport
Système D
Confiné à cause du coronavirus, il court un marathon... dans son salon
il y a 23 heures 46 min
décryptage > Politique
Il a besoin d’une boussole...

Macron se plaît à déplorer « l'affaiblissement de l’Occident ». Mais connaît-il seulement le sens de ces mots?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 34 min 44 sec
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 2 heures 39 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 6 heures 42 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 22 heures 44 min
light > Sport
Biathlon
Emilien Jacaquelin champion du Monde de poursuite
il y a 23 heures 28 min
pépites > Faits divers
Déboires d'arrière cuisine
Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco
il y a 1 jour 16 min
pépites > Justice
Conséquences
Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski et sa compagne en garde à vue
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Une soixantaine de pays se sont réunis à Paris pour une "répétition générale" de la COP21.
© Reuters
Une soixantaine de pays se sont réunis à Paris pour une "répétition générale" de la COP21.
Conflits d'intérêts

Pré-COP21 à Paris : Russie, Chine, Etats-Unis… pourquoi ils pourraient torpiller l’espoir d’un accord ambitieux

Publié le 10 novembre 2015
Durant trois jours et depuis dimanche 8 novembre, une soixantaine de pays se sont réunis à Paris pour une "répétition générale" de la COP21 qui se tiendra dans trois semaines. Récemment, l'OCDE prévenait que l'objectif de maintenir le réchauffement climatique au-dessous de 2°C était hors de portée.
Jean-Paul Maréchal est Maître de conférences en Science économique à lUniversité Paris Sud. Il est l'auteur de l'ouvrage Chine/USA. Le climat en jeu, Paris, Choiseul, 2011, 116 p.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Maréchal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Maréchal est Maître de conférences en Science économique à lUniversité Paris Sud. Il est l'auteur de l'ouvrage Chine/USA. Le climat en jeu, Paris, Choiseul, 2011, 116 p.
Voir la bio
Christian Gollier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Durant trois jours et depuis dimanche 8 novembre, une soixantaine de pays se sont réunis à Paris pour une "répétition générale" de la COP21 qui se tiendra dans trois semaines. Récemment, l'OCDE prévenait que l'objectif de maintenir le réchauffement climatique au-dessous de 2°C était hors de portée.

Atlantico : Qui sont aujourd'hui les grands acteurs réticents à trouver un accord, à l'issue de la COP21 qui aura lieu dans quelques semaines ? 

Jean-Paul Maréchal : En fait, pour bien saisir ce qui se passe, il faut cesser de considérer que les négociations climatiques sont déconnectées des enjeux de pouvoir qui opposent et relient les pays entre eux.

Officiellement, tout le monde est inquiet de l’évolution du climat. Et il n’y a d’ailleurs aucune raison de douter de la sincérité de cette préoccupation qui semble toucher aussi bien Xi Jinping que Barack Obama, François Hollande que David Cameron... On a d’ailleurs pu constater que le dernier rapport du Giec n’avait suscité aucun commentaire critique de la part des "climato-sceptiques".

Pour autant, les vraies difficultés apparaissent dès qu’il s’agit de prendre des engagements précis et contraignants. C’est en effet là que les choses commencent généralement à se gâter comme on a pu le constater avec les Etats-Unis, la Chine, la Russie, l’Inde… Lorsque l’Union européenne a voulu (en 2012) inclure le transport aérien dans le mécanisme des permis d’émissions du Protocole de Kyoto.

C’est sans doute pour cette raison que l’on s’est bien gardé de prévoir l’adoption d’un texte comportant des engagements contraignants en conclusion de la COP 21.

En fait, rien de décisif ne se fera en faveur du climat sans un engagement résolu de Pékin et de Washington. Pour le moment, sur un total mondial d’émissions de CO2 de 35 milliards de tonnes, la Chine émet 10 milliards et les Etats-Unis 5 milliards. Or, si l’on en croit les spécialistes, pour que la température du globe n’augmente pas de plus de 2 degrés au-dessus de son niveau de l’ère préindustrielle, il ne faudrait pas rejeter en moyenne plus de 14,5 milliards de tonnes de CO2 par an ! On voit l’ampleur du défi.

Pour le moment, Pékin s’est engagé à "stabiliser" ses émissions de CO2 "autour" de 2030 et Washington à les réduire d’ici 2025 de 25 à 28% par rapport à leur niveau de 2005 et de faire tous les efforts possibles pour parvenir à 28%.

Lors du voyage du Président Hollande à Pékin, le pouvoir chinois a souscrit à la proposition française de réviser à la hausse les engagements des Etats tous les cinq ans. Soyons francs : il aurait fallu faire preuve d’un singulier manque de… diplomatie pour refuser de revoir dans cinq ans des engagements qui, s’agissant de la Chine, ne portent sur aucun plafond d’émissions ! Et cela pour une simple raison de "soft power" : aucun pays ne voudra porter la responsabilité d’un éventuel "échec" de la Conférence de Paris.

Christian Gollier : La réticence est générale, et elle s’explique simplement par le fait que le coût des efforts de réduction des émissions de CO2 risque d’être élevé, et très peu "rentable" pour les pays qui accepteront de s’impliquer. Nos efforts bénéficient essentiellement aux autres. Nous avons collectivement intérêt à réduire massivement nos émissions, mais chacun a intérêt à ce que ce soient les autres qui fassent l’effort. Rappelons-nous du protocole de Kyoto en 1997, dans lequel les pays riches s’engageaient à faire beaucoup dans ce domaine, … pour finalement ne rien faire. Seule l’Europe a réussi à mettre en place un mécanisme de réduction crédible, mais la crise économique a beaucoup réduit l’ambition initiale.

Beaucoup d’entreprises, en particulier dans le secteur électrique, sont prêtes à s’engager, mais seulement si cela ne conduit pas à des distorsions de la concurrence. Elles ont raisons. D’abord parce qu’in fine, comme on le voit en Allemagne, ce seront nécessairement les consommateurs qui paieront la note. Après tout, c’est leur consommation qui génère la pollution, et c’est elle qu’on cherche à contrôler. Mais plus fondamentalement, à quoi sert-il pour un pays d’être vertueux si le seul résultat est un transfert de la production fortement émettrice de CO2 (et des emplois) vers les pays qui n’ont pas d’ambition climatique, avec un résultat finalement nul pour l’environnement ? Pour éviter ce que les experts appellent ces "fuites de carbone", il faudra absolument obtenir un accord international qui évite cet effet d’aubaine pour les pays qui ne joueront pas le jeu.

Les pays propriétaires de ressources fossiles importantes, comme la Russie dont 68% des exportations en 2013 étaient en pétrole et gaz, ont évidemment beaucoup à perdre dans un accord international sur le climat. Je vous rappelle qu’en l’absence d’une technologie sûre et pas trop chère de séquestration du carbone, la seule solution possible est de décider de ne jamais exploiter ces réserves de gaz, pétrole et de charbon, qui sont encore très importantes.

Finalement, pensons à la plupart des pays en développement pour lesquels les questions de développement, d’amélioration de la santé et de l’éducation sont à court et moyen termes beaucoup plus importants que la question climatique. Pouvoir penser à long terme est un luxe incommensurable quand on ne sait pas ce qu’on va manger ce soir.

A contrario, quels sont ceux qui semblent les plus conscients de ce problème ?

Jean-Paul Maréchal : Ce sont les pays qui seront le plus touchés par la hausse du niveau de la mer. Par exemple les petits Etats insulaires.

C’est également l’Europe qui, depuis l’adoption de la Convention cadre des nations unies sur le changement climatique (1992) et le Protocole Kyoto (1997) voit dans la question climatique un thème sur lequel elle peut se positionner en leader, passer des alliances avec les pays du Sud, se distinguer des États-Unis… Cette stratégie a été couronnée de succès puisque la Russie a ratifié le Protocole de Kyoto permettant ainsi à celui-ci d’entrer en vigueur en 2005. Les pays ayant ratifié le Protocole de Kyoto ont d’ailleurs rempli leurs obligations : ils ont réduit leurs émissions de CO2 de plus de 13% par rapport à leurs niveaux d’émission de 1990.

Malheureusement, le Protocole de Kyoto (dans sa phase actuelle dite "Kyoto 2") ne concerne plus aujourd’hui que 15% des émissions mondiales (les émissions mondiales ont augmenté tandis que certains pays n’ont pas voulu participer à cette deuxième phase).

Toute la difficulté pour Laurent Fabius est de faire en sorte que le "régime climatique international" évolue d’un texte (le Protocole de Kyoto) qui pesait sur les pays ayant créé le problème du changement climatique (les pays industrialisés regroupés dans l’Annexe B du Protocole de Kyoto) à un texte qui ferait également peser le poids de la lutte sur les pays qui l’aggravent depuis quelques années et qui vont l’aggraver au cours des prochaines décennies (les grands émergents…).

Christian Gollier : Obama veut terminer son deuxième mandat auréolé d’un succès climatique, mais il n’est pas sûr qu’il va pouvoir tordre le cou à un Congrès violemment opposé à toute action sur le climat, notamment parce que leur concurrent industriel principal, la Chine, ne fait rien.

De leur côté, parce que les opinions publiques y sont particulièrement convaincues et impliquées, l’Europe est en pointe sur ce dossier, mais c’est un non-événement tant ceci est vrai depuis plus d’une décennie. 

A trois semaines de la COP21, ces positions ont-elles des chances de changer ? Comment ?

Jean-Paul Maréchal : Je ne vois pas ce qui pourrait faire bouger de façon significative les intérêts des uns et des autres. Je ne suis pas très optimiste sur la possibilité de parvenir à un accord contraignant comportant des engagements de réduction d’émissions de CO2 en volume, avec un échéancier précis assorti de procédures de contrôle.

Reste que, comme le disait Gramsci, il faut faire preuve de "pessimisme de l’intelligence et d’optimisme de la volonté".

Christian Gollier : La vraie incertitude porte sur la Chine qui, sur le papier, semble vouloir s’impliquer, ce qui est vraiment nouveau. Si cela se confirmait à Paris, les républicains américains perdraient un argument de poids dans leur opposition à Obama sur ce dossier, ce qui pourrait faire basculer le monde dans une dynamique positive.

Mais il est probable qu’aucun engagement crédible, efficace et vérifiable ne soit pris à Paris. Dans ce cas, la suspicion reviendra vite sur la réalité des promesses. Paris subira alors le même sort que Kyoto. Les générations futures porteront alors un jugement sévère sur notre irresponsabilité collective. Les économistes n’ont hélas pas de baguette magique à proposer, juste des larmes et du sang.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

05.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 10/11/2015 - 15:06
CO2 gaz de serre?
http://www.contrepoints.org/2014/11/05/187217-pour-en-finir-avec-la-theorie-de-leffet-de-serre-atmospherique

En fait toutes les dogmes du GIEC ont déjà été démontés maintes fois mais si l'ONU persiste c'est qu'il y a derrière tout cela à construire un monde malthusien mondial qui comme tous les modèles mondiaux finira en catastrophe pour l'humanité mais il y a de l'argent à prendre alors tant pis pour nous
MONEO98
- 10/11/2015 - 14:50
contre la religion que peut on faire?
un petit conseil,de lecture
http://www.amazon.fr/Les-d%C3%A9rangements-temps-chaud-Europe/dp/2259208983/ref=cm_cr_pr_product_top?ie=UTF8

500 ans de climat en Europe ......... mais ça ce n'est pas le GEC ...alors