En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Arnold Schwarzenegger, le retour

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 40 min 15 sec
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 2 heures 56 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 6 heures 22 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 6 heures 49 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 9 heures 21 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 18 heures 53 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 23 heures 50 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 1 heure 29 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 4 heures 39 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 8 heures 55 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 18 heures 20 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 19 heures 35 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 23 heures 59 min
© http://www.materiel.net
L’économie numérique n’a pas attendu Emmanuel Macron pour créer des emplois.
© http://www.materiel.net
L’économie numérique n’a pas attendu Emmanuel Macron pour créer des emplois.
Loi ou pas loi #Noé

Pourquoi l’économie numérique n’a pas attendu Emmanuel Macron pour créer des emplois sans respecter les conditions de diplômes requis (et pourquoi il faut l’encourager)

Publié le 10 novembre 2015
Emmanuel Macron a annoncé lundi 9 novembre la présentation du projet de loi Noé. Pour le ministre de l'Economie, le numérique doit constituer une opportunité pour ceux qui sont exclus du marché du travail. Ses conseillers regrettent que "des dizaines, voire des centaines d’activités (soient) soumises à qualification obligatoire sans que l’on puisse comprendre pourquoi".
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a annoncé lundi 9 novembre la présentation du projet de loi Noé. Pour le ministre de l'Economie, le numérique doit constituer une opportunité pour ceux qui sont exclus du marché du travail. Ses conseillers regrettent que "des dizaines, voire des centaines d’activités (soient) soumises à qualification obligatoire sans que l’on puisse comprendre pourquoi".

Atlantico : Emmanuel Macron a annoncé lundi 9 novembre la présentation du projet de loi Noé (nouvelles opportunités économiques). Pour le ministre de l'économie, le numérique doit constituer une opportunité pour ceux qui sont exclus du marché du travail. Ses conseillers regrettent que "des dizaines, voire des centaines d’activités (soient) soumises à qualification obligatoire sans que l’on puisse comprendre pourquoi" ; "La France, qui se distingue par sa difficulté à créer des emplois peu qualifiés, peut profiter de cette dynamique en levant les barrières à l’accès à ces activités". Comment expliquer que des qualifications puissent constituer une entrave à la création d'emplois ? Quels exemples permettraient d'illustrer cette mécanique ?

Gilles Saint-Paul : Il s'agit d'un débat assez ancien et les mesures prônées par Emmanuel Macron sont dans la lignée du rapport Attali. L'idée est que l'accès à certaines professions, taxis, patron de salon de coiffure, vétérinaire, pharmacien, etc, est artificiellement restreint, soit par des numerus clausus, soit par des limites géographiques, soit par des conditions de diplôme qui ne correspondent pas aux qualifications réelles requises pour ces professions. Cela constitue une entrave à la création d'emploi pour deux raisons. D'une part, les travailleurs qui ne satisfont pas à ces conditions ne peuvent pas postuler à ces emplois. D'autres part, les travailleurs en milieu de carrière qui désireraient se recycler dans une autre activité ne peuvent pas non plus le faire et risquent de se retrouver chômeur à la place. Comme exemple, on peut citer les autocars, récemment libéralisés par Emmanuel Macron. Avant cette réforme, il était illégal d'ouvrir une ligne d'autocar sur un trajet desservi par la SNCF. Pour être à la tête d'un salon de coiffure, il faut un CAP, diplôme qui comprend nombre d'épreuves sans lien avec l'activité de coiffeur.

D'ailleurs, quels sont les types de métiers concernés ? 

Il s'agit de secteurs très variés, étant soumis à toutes sortes de réglementation: numérus clausus pour médecins et vétérinaires, surface et heures d'ouvertures pour le commerce de détail, diplômes pour les salons de coiffure, etc. Un secteur réglementé est un secteur où les "insiders" ont réussi à imposer un système de guilde leur permettant de se protéger de la concurrence des outsiders. Ces réglementations reflètent donc la capacité de lobbying des secteurs concernés plus que leurs caractéristiques économiques ou techniques.

En quoi la vague numérique pourrait-elle permettre aux non-qualifiés de trouver du travail, si l'on devait suivre la logique du ministre de l'Economie ?

La vague numérique permet aux non qualifiés d'accroître leurs revenus en effectuant des tâches simples, ou en utilisant le capital dont ils disposent (automobile, outils, logement, cuisine, etc...). Grâce au numérique, le coût fixe pour effectuer ces activités est considérablement réduit. On peut ainsi, grâce à uber, faire le taxi quelques heures par semaine, compléter cela par une activité hôtelière avec Air BnB, tout en étant également plombier, mécanicien, etc. Cela permet aux moins qualifiés de s'adapter aux fluctuations de la demande en échappant aux douloureux problèmes de reconversion inhérents à l'ancienne économie caractérisée par une spécialisation extrême et des rendements croissants.

Mais avec la vague numérique, ce problème ne tend-il pas à se résoudre de lui même ?

La fréquentation des plateformes de mise en relation entre particulier augmente beaucoup... Réponse -- La vague numérique va rendre obsolète nombre des réglementations qui constituent des barrières à l'entrée pour certaines activités. On en a eu un avant-goût avec le psychodrame Uber. De plus en plus, du fait de la modularisation de l'activité économique, l'offre et la demande se rencontrent sans passer par une entreprise. Or, la réglementation et la fiscalité passent par le contrôle de ces entreprises. Il est plus facile de s'assurer qu'un salon de coiffure ayant pignon sur rue est effectivement dirigé par quelqu'un qui possède un CAP, que d'imposer la même contrainte à un coiffeur occasionnel exerçant chez lui. L'ubérisation de l'économie rend donc les contraintes réglementaires beaucoup plus difficiles et imposera une révision douloureuse de la culture française fondée sur des entraves étatiques à la concurrence et un état-providence hypertrophié.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Arnold Schwarzenegger, le retour

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires