En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Bernadett Szabo / Reuters
Les caisses françaises sont vides.
Débiteur
9 novembre, jour de la dette : à partir d’aujourd’hui, l'État a consommé tous ses revenus et commence à s'endetter pour terminer l'année
Publié le 13 novembre 2015
Une étude a calculé le rythme des dépenses des 28 États de l’Union européenne. Depuis ce matin 9 novembre, les caisses françaises sont vides.
Cécile Philippe est présidente et fondatrice de l’Institut économique Molinari, un organisme de recherche qui vise à entreprendre et à stimuler l’approche économique dans l’analyse des politiques publiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Philippe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Philippe est présidente et fondatrice de l’Institut économique Molinari, un organisme de recherche qui vise à entreprendre et à stimuler l’approche économique dans l’analyse des politiques publiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude a calculé le rythme des dépenses des 28 États de l’Union européenne. Depuis ce matin 9 novembre, les caisses françaises sont vides.

Atlantico : Vous êtes à l'origine d'une étude portant sur le rythme des dépenses des 28 Etats de l'Union européenne. A partir de lundi 9 novembre, l'Etat français devra utiliser de l'argent emprunté pour couvrir ses dépenses. Comment avez-vous procédé pour arriver à ce résultat ? 

Cécile Philippe : Le calendrier des jours où les administrations centrales de l’Union européenne ont dépensé toutes leurs recettes annuelles est construit en divisant le total des recettes des administrations publiques centrales par le total des dépenses des administrations publiques centrales. Le résultat est multiplié par 365, ce qui permet d’exprimer les dérapages financiers en jours sur une année. La date où l’Etat a tout consommé est elle-aussi calculée par rapport à une année de 365 jours.

Cette méthode s’apparente aux usages financiers, les analystes ayant par exemple l’habitude de présenter le Besoin de fonds de roulement en jours de chiffre d’affaires. Elle présente aussi l’avantage d’être significative pour tout individu s’étant demandé comment "boucler ses fins de mois". Les calculs sont faits à partir de données publiées par Eurostat au titre de 2014 et des années précédentes.

Comment l'Etat français se positionne-t-il par rapport à ses voisins européens de même niveau, comme l'Espagne ou le Portugal ?

La situation financière de l’Etat central portugais et espagnol est pire que celle de la France. En effet, l’Etat portugais commence à s’endetter à partir du 19 octobre et l’Etat espagnol à partir du 30 octobre. Ces trois pays ont connu une trajectoire budgétaire assez similaire au cours des 5 dernières années. Par contre à 10 ans et 20 ans, si le Portugal enregistre une moins bonne performance que la France, l’Espagne fait mieux. 

Plus encore, si on élargit le champ de l’étude aux administrations locales et de sécurité sociale, on s’aperçoit que ces deux pays voisins de la France réussissent mieux à équilibrer leurs comptes que la France qui présente cette particularité de présenter des déséquilibres dans toutes ses administrations. 

Quelles sont les spécificités de la composition de la dette française comparée à ses voisins de même niveau ?

La France génère à chaque niveau d’administration plus de dette que nos voisins européens. L’essentiel de la dette est lié à l’Etat central, qui est endetté à 79% hauteur du PIB, contre 77% en moyenne dans l’UE. En complément les administrations locales et de sécurité sociale ont des endettements significativement supérieurs à la moyenne de l’UE, avec 40% d’endettement de plus pour les collectivités et 5 fois plus pour la Sécurité sociale. Cela donne un résultat alarmant. La dette publique française représentait à fin décembre 96% du PIB, contre 87% en moyenne dans l’UE.

Ce niveau d'endettement est-il stable par rapport aux années précédentes ? Quelle(s) évolution(s) constatez-vous dans le temps, et que présager pour l'année 2016 ? Plusieurs indicateurs économiques prédisent une augmentation des recettes fiscales à venir (confiance des entreprises etc.)...

Non, la dette Française progresse chaque année de façon significative. La dette publique équivalait à 56% du PIB en 1995, ce qui nous positionnait au niveau de l’Allemagne. L’an dernier la dette représentait 96%, soit une progression de 40 points en près de 20 ans. Sur la même période la dette Allemande avait progressé deux fois moins vite, alors que nos voisins ont dû assumer les coûts liés à la réunification.

Ce qui est inquiétant c’est qu’en dépit d’une hausse très significative des recettes fiscales nous n’arrivons jamais à équilibrer les comptes publics et donc à résorber cette dette. Depuis le début de la crise en 2007, les recettes publiques ont augmenté très significativement, de 3,9 points de PIB, soit 3 fois plus que ce que l’on constate en moyenne dans l’UE. Pourtant nous n’arrivons toujours pas à rééquilibrer les comptes. Bilan la France, pays relativement peu endetté à l’origine, est aujourd’hui plus endetté que la moyenne, avec 31 000 euros par habitants, contre 23 000 en moyenne dans l’Union européenne.

D'ailleurs, comment la France en est arrivée à ce niveau d'endettement de ses trois administrations ?

La France est arrivée à ce niveau d’endettement de ses trois administrations pour la simple et bonne raison qu’elles dépensent toutes les trois chaque année plus que ce qu’elles perçoivent en recettes fiscales. C’est le résultat d’un certain laisser-aller à tous les niveaux qui se solde par des dérapages budgétaires que même les hausses de fiscalité n’arrivent pas à contenir. 

Pendant la période récente, la France a eu un comportement atypique par rapport au reste de l’UE. Ses administrations publiques, traditionnellement plus dépensières, évoluent en général de façon synchrone au reste l’UE. Cela n’a pas été le cas en 2013 et 2014. Les dépenses publiques françaises ont continué de croître, alors qu’elles étaient en décroissance dans l’UE. En 2014 les dépenses publiques françaises représentaient 57,5% du PIB, plus que le précédent record de 2009 (56,8%). La situation était différente dans l’UE, avec une baisse de plus de 2 points par rapport au pic de 2009. La France se singularise une fois de plus. On n’y observe pas la traditionnelle phase post crise de réduction du poids des dépenses publiques.

En 2008, la plupart des experts et gouvernements présageaient une explosion de la dette française et de ses intérêts. Pourtant, ces derniers son aujourd'hui négatifs, c'est-à-dire qu'ils rapportent de l'argent à l'état français. Comment l'expliquez-vous, et sur quoi se baser pour dire que la dette est toujours un problème ?

La dynamique des taux d’intérêt est le résultat d’une politique monétaire européenne extrêmement favorable à l’endettement public notamment. En effet, suite à la crise de 2008, la BCE n’a pas choisi de remonter les taux mais au contraire de les diminuer en pratiquant ce qu’on appelle aujourd’hui des politiques monétaires non conventionnelles qui inondent les marchés de liquidités. Cela a été extrêmement favorable à l’Etat français qui a accès à un argent bon marché et ne se voit, à ce stade, pas contraint de diminuer son niveau d’endettement. 

C’est sans doute un tort car cela rend la France très dépendante d’une politique de taux bas qui pourrait se retourner. Plus encore, même sans retournement de la politique en question, la confiance dans la dette française pourrait s’éroder au fur et à mesure que nous continuons à afficher des taux de croissance faibles, des niveaux de chômage élevés et une incapacité à réformer des secteurs qui ont grandement besoin de l’être. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
06.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gilly
- 09/11/2015 - 14:48
Estimation par rapport à 2014
Depuis le début de l'année, les dépenses non financées ont explosé (OPEX, sécurité intérieure, AME, emplois aidés, aides diverses et variées décidées dans l'urgence, etc). Il y a certainement plus longtemps qu'il est dit que l’État vit à crédit. Chut !.....
lafronde
- 09/11/2015 - 13:11
Belle trouvaille que ce jour de la dette !
Nous avions déjà "le jour de la libération fiscale" idée américaine popularisée en France par Contribuables Asscociés. Ce "Jour de la dette" est un excellent slogan pour mettre nos politiciens professionnels en face de leur responsabilités ! Merci à l'Institut Molinari.

Ce jour de la dette n'indique-t-il pas la date limite du consentement à l'impôt ? Jour à partir duquel nous ne devrions plus payer nos politiciens ? Dans la vie ordinaire que faites-vous si un fournisseur décide une hausse unilatérale de son devis ? L'Etat, la Sécu, les collectivités locales ne sont-elles pas nos fournisseurs de services ? Quand nous mettrons-nous en mesure de cesser de régler ces rallonges à répétition ? Y a-t-il seulement un actif en contrepartie de ces dépassements ? Une utilité publique ?
Ou peut-être une utilité électorale !
Pourquoi-pas31
- 09/11/2015 - 10:14
Une solution
le bonus malus pour les hommes politiques et les fonctionnaires. Régle des 2/3 1/3. Dépassement de 5% malus de 10% sur les salaires, indemnités et primes. Economie de 5% bonus de 2.5%. En deux ans, l'équilibre est retrouvé.