En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

07.

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couloeuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 30 min 24 sec
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 2 heures 15 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 21 heures 30 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 2 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 17 heures 25 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 19 heures 41 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 20 heures 19 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 21 heures 31 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 21 heures 58 min
© Reuters
Le contrôleur général des prisons veut en finir avec la rétention de sûreté.
© Reuters
Le contrôleur général des prisons veut en finir avec la rétention de sûreté.
Les portes du pénitencier...

Suppression de rétention de sûreté : la très mauvaise idée du contrôleur des prisons (et de Christiane Taubira)

Publié le 07 novembre 2015
Comme Christiane Taubira avant elle, le contrôleur général des prisons souhaite l'abolition de la rétention de sûreté, arguant qu'elle sera peu appliquée et qu'elle violerait les principes fondamentaux du droit français. Pourtant, peu de chance pour elle d'obtenir gain de cause, surtout que sa faible application est justement la preuve qu'elle est utile et ne viole pas le droit.
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme Christiane Taubira avant elle, le contrôleur général des prisons souhaite l'abolition de la rétention de sûreté, arguant qu'elle sera peu appliquée et qu'elle violerait les principes fondamentaux du droit français. Pourtant, peu de chance pour elle d'obtenir gain de cause, surtout que sa faible application est justement la preuve qu'elle est utile et ne viole pas le droit.

Atlantico : Adeline Hazan, contrôleur général des lieux de privation de liberté, a recommandé dans un avis publié au Journal officiel l'abolition de la rétention de sûreté adoptée en 2008 sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Elle la juge inutile et contraire aux libertés fondamentales. Qu'en pensez-vous ?

Philippe Bilger : Je crois que les arguments qu'elle avance n'ont rien de nouveau. Ils avaient déjà été développés quand la rétention de sûreté a été votée. Il faut bien voir que la rétention de sûreté ne réprime effectivement pas l'infraction qui a été commise. Elle est destinée à prévenir la dangerosité d'une personne déjà condamnée à l'expiration de sa peine, dès lors qu'elle a été attestée de manière régulière. Cela concerne l'avenir, quand l'incarcération sanctionne le passé. Il faut bien comprendre qu'une minorité de criminels sortent de prison en restant hautement dangereux, victimes par exemple de leurs pulsions sexuelles. La rétention de sûreté doit alors être appliquée pour éviter qu'ils sévissent et il faut la conserver malgré cet humanisme qui est en l'espèce plus filandreux qu'opératoire. La rétention de sûreté est d'autant plus nécessaire aujourd'hui que l'exécution des peines en tant que telle est défaillante. Imaginons qu'on ait à la fois, l'exécution des peines telle qu'elle est aujourd'hui - avec tout de même la bagatelle de 90 000 à 100 000 peines non-exécutées !  - et qu'on fasse disparaître la rétention de sûreté, le cumul de ces deux défaillances pourrait avoir des effets très négatifs sur l'ensemble de la société.

Le véritable enjeu est donc avant tout d'assurer l'exécution des peines. C'est absolument fondamental. Elle était défaillante sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, et elle s'est aggravée avec le mandat de François Hollande. C'est une incohérence absolue pour une justice pénale digne de ce nom. Il faut faire fonctionner de manière efficace l'exécution des peines et garder la rétention de sûreté pour les très rares situations où après qu'il ait purgé sa peine, on a la certitude que la personne reste terriblement dangereuse et qu'il faut en préserver la société. Il est évident que les cinq cas pour lesquels la rétention de sûreté est appliquée aujourd'hui, démontrent simplement que les situations où une personne doit faire l'objet d'une telle mesure sont heureusement très peu nombreuses. Il est grotesque de penser que cela démontre que cet outil est mauvais.

Quel bilan feriez-vous donc des sept ans d'existence de la rétention de sûreté dans le dispositif pénal ?

Le bilan que je fais c'est que c'est une bonne nouvelle qu'il n'y ait que cinq personnes ayant fait l'objet de cette mesure. C'est une situation tellement particulière que je pense qu'il est bon qu'on nutilise qu'avec parcimonie cette possibilité de faire demeurer sous la main de Justice, après examens, des personnes qui, relâchées, seraient dangereuses pour l'avenir. Ces situations ne peuvent qu'être rares. Il s'agit d'une dangerosité très exceptionnelle. Le fait qu'il n'y ait que cinq cas ne démontre rien contre la rétention de sûreté. Cela démontre simplement que la rétention de sûreté n'était nécessaire que pour ces cinq personnes. L'humanisme d'Adeline Hazan dans ce domaine n'est qu'une contestation idéologique, c'est très clair. La rétention de sûreté étant une mesure adoptée lors du quinquennat précédent, tout ce qui va être de nature à détruire les dispositions pénales de ce quinquennat, même les meilleures, va être mis en œuvre.

Concernant le manque de moyens affectés à l'application de cette mesure, c'est une tarte à la crème, mais c'est tout à fait exact. Il est évident que je ne vais pas vous dire qu'il y a suffisamment de moyens humains et matériels dans tous les secteurs de la Justice, notamment pour surveiller les gens qui ont été condamnés. Cela va de soi.

Que répondez-vous à l'argument selon lequel cette disposition pénale violerait les droits fondamentaux ?

Cela ne veut rien dire. Violation des droits fondamentaux par rapport à quoi ? Invoquer la violation des droits fondamentaux n'aurait de sens que s'il n'était pas démontré que la rétention de sûreté permet d'éviter à la société d'être victime des rares personnalités qui, même après l'expiration de leur peine, demeurent dangereuses. La violation des principes fondamentaux n'aurait de sens que si cette mesure était mise en œuvre de manière aberrante. La rétention de sûreté est une nécessité sociale et judiciaire pour très peu de cas. Ce qui serait une véritable violation des droits fondamentaux se serait de laisser dans la nature des êtres dont on sait pertinemment grâce à des examens approfondis qu'ils sont dangereux.

Cette mesure prise au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy avait suscité une vive opposition de la gauche. On sait que Christiane Taubira y est très opposée : pensez-vous que les socialistes reviendront sur cette mesure ?

Dans un premier temps je vous dirais oui, puisque la seule vocation de la gauche en matière judiciaire c'est de défaire les quelques choses qui avaient été correctement faites avant, comme les peines planchers. Cependant, nous arrivons dans une période d'élections et il y a également ce projet de loi sur les mineurs qui est très contesté. Donc peut-être que ce pouvoir-là, pourtant plein d'une mansuétude doctrinaire et dogmatique, va hésiter à s'attaquer à cette disposition. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

07.

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 08/11/2015 - 07:15
Une loi ça se change
"Non conforme à la loi française", mais une loi n'est intangible.
vangog
- 07/11/2015 - 21:45
Hazan, membre du parti socialiste...
ancienne Présidente du syndicat de la magistrature...tout est dit! putain, les gauchistes, faut arrêter les khomeries, là! car vous êtes en train de détruire l'image qu'avaient les Français des femmes politiques (excepté Marine et Marion,bien évidemment...)!
precepte
- 07/11/2015 - 19:05
Rétention
Taubira poursuit inexorablement sa stratégie de terre brûlée de notre nation qu'elle déteste. Question à 1 euros : Pourquoi hollande l'a-t-il nommée ?