En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 min 38 sec
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 53 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 27 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 45 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 45 min 24 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 5 heures 1 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 45 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 48 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 49 min
© Reuters
La garde des Sceaux l’a reconnu : elle a su que le nom de  Nicolas Sarkozy était cité dans la procédure.
© Reuters
La garde des Sceaux l’a reconnu : elle a su que le nom de  Nicolas Sarkozy était cité dans la procédure.
Colin-Maillard

Air Cocaïne et Nicolas Sarkozy : Christiane Taubira ne pouvait (difficilement) pas ne pas savoir

Publié le 06 novembre 2015
La garde des Sceaux l’a reconnu : elle a su que le nom de Nicolas Sarkozy était cité dans la procédure. Pouvait-elle ignorer que les portables de l’ancien chef de l’Etat avaient été géolocalisés et ses fadettes épluchées sur un an ? Difficile de le penser. Le procureur de Marseille en était vraisemblablement informé. Quand on connaît la chaîne institutionnelle du ministère public qui conduit jusqu’à la Place Vendôme, il est peu crédible que cette affaire signalée ne soit pas remontée au cabinet de la ministre. Autopsie d’une affaire très médiatisée qui met une nouvelle fois en lumière les pouvoirs du juge d’instruction.
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La garde des Sceaux l’a reconnu : elle a su que le nom de Nicolas Sarkozy était cité dans la procédure. Pouvait-elle ignorer que les portables de l’ancien chef de l’Etat avaient été géolocalisés et ses fadettes épluchées sur un an ? Difficile de le penser. Le procureur de Marseille en était vraisemblablement informé. Quand on connaît la chaîne institutionnelle du ministère public qui conduit jusqu’à la Place Vendôme, il est peu crédible que cette affaire signalée ne soit pas remontée au cabinet de la ministre. Autopsie d’une affaire très médiatisée qui met une nouvelle fois en lumière les pouvoirs du juge d’instruction.

Il est des affaires qui suscitent un tintamarre médiatique et qui se retournent indirectement contre ceux qui ont fait monter la mayonnaise. Il existe des affaires qui semblent montrer que le juge d’instruction fait preuve, tout au moins aux yeux de l’opinion d’un pouvoir exorbitant. L’affaire dite Air cocaïne dont on a beaucoup parlé ces derniers jours en est la double illustration.

Tout commence par la conférence de presse qu’organisent le mardi 27 octobre Mes Eric Dupond-Moretti et jean Reinhart, les avocats de Pascal Fauret et Bruno Odos, les deux pilotes français qui ont pris la poudre d’escampette de Saint Domingue, à la fin du mois d’octobre. Arrêtés le 13 mars 2013 sur l’aéroport de Punta –Cana alors qu’ils s’apprêtaient à décoller avec un Falcon 50,  ils sont soupçonnés de s’être livrés à du trafic de drogue en compagnie d’un de leurs passagers, Nicolas Pisapia et Alain Castany, membre de l’équipage et apporteur d’affaires. Mais ces deux derniers sont restés sur place. C’est peu de dire qu’ils sont furieux. Ils n’ont pas été prévenus des projets des deux pilotes…  Les quatre hommes, après quinze mois de détention provisoire, ont été condamnés à 20 ans de prison. Une parodie de justice, un scandale, une condamnation sans preuves, sans débat contradictoire, tonne ce mardi, lors de la conférence de presse, Eric Dupond-Moretti, voix de stentor, physique à la Falstaff.  Bref, répète l’avocat, ils ont bien fait de quitter Saint-Domingue. Mais attention, ils ne fuient pas la justice. Ils seront prêts, dit-il en substance à se rendre à Marseille pour y être interrogés par la juge d’instruction. Et sans rire, l’avocat de déclarer : "Cette affaire rappelle Emile Zola qui a défendu Dreyfus avec son célèbre "J’accuse".  Silence dans les rangs des journalistes un peu stupéfaits de cette comparaison. Galopent les jours. Quand, coup de théâtre qui surprend tout le monde, Pascal Fauret et Bruno Odos sont interpellés au petit matin à leur domicile respectif. L’un des pilotes voit se présenter chez lui une escouade de gendarmes.  Comme un bandit de grand chemin. L’épouse de Pascal Fauret manifeste bruyamment sa colère à l’égard de la juge d’instruction de Marseille, Chrstine Saunier- Ruellan , celle-là même qui a repris le dossier Guerini instruit jusqu’à son départ par Charles Duchaine. La juge a délivré un mandat d’amener contre les deux pilotes. Le juge des libertés et de la détention les a placés en détention provisoire avant leur départ pour le tribunal de Marseille où ils seront interrogés par la juge d’instruction. Ainsi donc, les héros d’un jour sont devenus les pestiférés du lendemain. On se frotte les yeux pour le croire. Le très médiatique Eric Dupond-Moretti, habitué des dossiers périlleux, toujours prompt à renverser la vapeur se serait-il montrer trop optimiste ? Ou naïf ? Certes, la juge, c’est ce qui se pratique dans 99% des cas, aurait très bien pu adresser une convocation par fax ou prendre contact par téléphone avec les avocats et dire la date et l’heure à laquelle elle souhaitait interroger les deux pilotes… Elle ne l’a pas fait. Pour quelles raisons ? Aurait-elle voulu donner des gages à la justice dominicaine, comme l’a laissé entendre Me Reinhart ?  Cela parait difficile à croire. A-t-elle voulu asseoir son autorité dans un dossier délicat qu’elle instruit depuis  2012, qui compte déjà une dizaine de mises en examen, avec comme point commun ce fameux Falcon 50 ? Possible. Car les différentes traversées  - une dizaine- Outre –Atlantique, de Saint- Tropez vers Quito (Pérou) Punta-Cana (République dominicaine) font l’objet de suspicions : le Falcon 50, avait  dans sa cargaison non pas des caramels mais de la drogue. De plus à chaque fois, le Falcon 50 avait les mêmes pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos… Lesquels depuis le début de cette instruction, tant en métropole qu’à Saint Domingue jurent n’a avoir jamais rien su de la marchandise transportée.  Evidemment la façon, disons brutale, avec laquelle la juge a fait comparaître les deux pilotes risque de susciter un tir groupé contre le juge d’instruction, "l’homme selon Balzac, le plus puissant de France." D’autant qu’au même moment, on apprenait que cette magistrate, qui s’intéresse à un voyage à bord de ce Falcon 50 effectué par Nicolas Sarkozy et facturé à son ami Stéphane Courbit, le patron de Lov Group,  s’est livré à des investigations pour connaitre la géolocalisation des  deux téléphones portables de l’ancien président entre mars et avril 2013. Elle a même demandé les fadettes des deux  portables, sur une période d’un an… De là à penser que la juge souhaitait savoir si l’ancien chef de l’Etat avait fait un petit  tour en République Dominicaine, et qui sait avoir des liens avec les mis en examen dans ce sulfureux dossier, il n’y a qu’un pas que n’a pu franchir la magistrate… Et pour cause : il n’y a rien. Rien qui puisse être reproché à l’ancien chef de l’Etat. A peine le JDD a-t-il publié son scoop que, du côté de l’opposition, c’est l’agitation tous azimut. C’est notamment Luc Chatel qui déclare : "Trop c’est trop. Est-ce que Mme Taubira savait que Nicolas Sarkozy avait vu ses fadettes épluchées sur un an ?" . Poser la question c’est déjà –presque- y répondre. A moins que les pratiques en matière d’affaires signalées aient changé,-elles sont immuables sous tous les gouvernements- il est clair que celle instruite par la juge de Marseille en est une,  l’information doit remonter du parquet de Marseille à la direction des affaires criminelles et des grâces… Qui alerte le conseiller pénal de la Garde des Sceaux. Qui à son tour informe le (la) ministre… Nicolas Sarkozy ne s’y est pas trompé, lui qui pose cette question dans un entretien au Parisien : "Croyez-vous qu’on géolocalise le chef de l’opposition, qu’on écoute ses conversations au téléphone, tout son entourage, sans que la garde des Sceaux en soit informé ?" Et l’ancien chef de l’ Etat de préciser qu’il a chargé son avocat, Me Thierry Herzog, de "saisir le procureur de Marseille pour obtenir ces réponses."

Décidément, Nicolas Sarkozy ne semble en avoir jamais fini avec les juges : hier, il était mis en examen tard dans la nuit dans un appendice de l’affaire libyenne – celle dite des écoutes-  Hier encore, il était dans le collimateur du juge Jean-Michel Gentil dans l’affaire Bettencourt. Ce dernier ne parvenant pas à l’épingler pour financement illicite de campagne électorale l’avait finalement mis en examen pour complicité d’abus de faiblesse avant de lui décerner un non-lieu, au terme de face à face plutôt musclés. Voilà donc le juge d’instruction à nouveau en première ligne, fortement critiqué par l’opposition. Laquelle ne propose pas sa suppression, (en tout cas pas trop fort) mais préfère s’en prendre à Christiane Taubira et ses projets de justice du XXI ème siècle…C’est beaucoup plus payant sur le plan électoral.  Car on peut prendre le pari : lorsque l’opposition reviendra au pouvoir, elle ne supprimera pas le juge d’instruction. Il lui sera très utile pour déterrer les affaires de la gauche ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/11/2015 - 00:06
On apprend que le fils Balkany est mêlé...
à ce traffic de drogue, probablement...encore un coup de la mafia Sarkozy-Levy-Balkany? Je pose la question? Ou une stratégie de la gauche pour évincer Sarkozy? On n'y comprend plus rien! Je sens que ce mois pré-electoral va devenir hyper-confus...
Anguerrand
- 05/11/2015 - 20:06
Il n'y a pas plus menteuse que Taubira
Plusieurs faits l'on prouvé, y compris quand elle exhibait des papiers qui affirmait le contraire de ce qu'elle disait. Cette femme est puante d'orgueil et de certitudes. En un mot elle pense avoir toujours raison. Quand elle se déplace en vélo pour le conseil des ministres, elle est entourée de 4 cyclistes pour sa securité et plus amusant un Espace derrière et pour le vélo, et une moto. Bonjour l'écologie.
D'AMATO
- 05/11/2015 - 14:15
Cette gauche qui n'est à l'aise que dans les marecages....
qui prêtre aux autres les turpitudes dont elle a le secret....et Taubira qui gesticule avec à la main les feuilles qui selon elle proveraient qu'elle n'était pas au courant, mais qui agrandies prouvent le contraire....
Cette gauche va finir par refaire une virginité à Sarkozy, qui pourtant n'est pas un saint....
A' propos qui a des nouvelles de Mr. CAHUZAC ????
La techique de cette Gauche hypocrite et combinarde est justement de provoquer la confusion par le bruit et la cacophonie....Il n'y a pas un jour de calme, de silence de paix depuis 3 ans...
Enfin devant cette agitation, pris par le vertige et la nausée irons nous voter??? POUR QUI???
Oh, qu'elle est belle cette FRANCE APAISEE !!!!