En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Pourquoi tout le monde confond la Toussaint et la fête des morts ?
Mort-vivant

1er ou 2 novembre ? Pourquoi tout le monde confond la Toussaint et la fête des morts

Publié le 02 novembre 2015
Pour l'Église catholique romaine, le 2 novembre correspond à la commémoration des fidèles défunts. Ce jour est traditionnellement consacré à une visite familiale au cimetière et à l'entretien des tombes.
Pierre-Hervé Grosjean est prêtre du diocèse de Versailles, curé de la paroisse de Saint-Cyr-l'École. Il est aussi Secrétaire Général de la Commission Éthique & Politique de son diocèse. Il a fondé́ les universités d'été́ Acteurs d'Avenir....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Hervé Grosjean
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Hervé Grosjean est prêtre du diocèse de Versailles, curé de la paroisse de Saint-Cyr-l'École. Il est aussi Secrétaire Général de la Commission Éthique & Politique de son diocèse. Il a fondé́ les universités d'été́ Acteurs d'Avenir....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour l'Église catholique romaine, le 2 novembre correspond à la commémoration des fidèles défunts. Ce jour est traditionnellement consacré à une visite familiale au cimetière et à l'entretien des tombes.

Atlantico : Que veut dire la Toussaint pour les catholiques ? 

Abbé Pierre-Hervé Grosjean : La Toussaint est un jour de fête pour les catholiques : nous nous associons à la joie de « tous les saints » qui sont déjà au Paradis auprès de Dieu, dans un bonheur parfait. Parmi ces saints, certains sont connus : ce sont les saints que l’Eglise a canonisés pour nous les donner en exemple. Les derniers en date sont d’ailleurs français, et pour la première fois, il s’agit d’un couple canonisé ensemble : Saints Louis et Zélie Martin, les parents de Sainte Thérèse de Lisieux. Mais ces saints « connus » sont une infime partie de tous ces « vivants du Ciel », de tous ceux de nos défunts qui sont déjà parvenus à la joie de vivre avec Dieu. Le 1er novembre, nous célébrons la sainteté et la joie de tous ces saints connus ou inconnus, qui continuent de veiller sur nous. 

Que signifie cet enchaînement Toussaint - Fête des morts ?

Le lendemain, le 2 novembre, les chrétiens se réunissent à nouveau, cette fois-ci pour prier pour les défunts qui ne sont pas encore au Paradis. En effet, pour voir Dieu, il faut être « saint ». Si nous ne le sommes pas encore au soir de notre vie, mais que nous portons malgré tout ce grand désir de Dieu en nous et que nous accueillons son pardon, il nous sera donné de vivre ce temps du « purgatoire ». Dieu achèvera de nous préparer à entrer dans la joie du Ciel, en finissant de nous purifier lui-même de tout ce qui restera de péché en nous. C’est une preuve de sa bonté : c’est comme s’Il nous apprêtait lui-même pour que nous soyons vraiment prêts, décapés de toute séquelle du mal, de toutes nos blessures, de tous nos manques de fidélité. 

L’Eglise nous enseigne que la prière de ceux qui sont encore sur la terre participe à cette préparation des défunts à la joie du Ciel. C’est le sens de la prière pour les défunts. C’est très beau : cela veut dire que nous pouvons encore quelque chose pour ceux que nous aimons et qui nous ont quittés. La solidarité qui existait entre eux et nous demeure et se transforme en intercession, en communion de prière. Notre prière participe à les introduire auprès de Dieu, à hâter leur entrer dans la joie, à leur ouvrir les portes du Ciel ! 

Pourquoi tout le monde se trompe sur la vraie date de la fête des morts ?

Tout simplement parce qu’on oublie le sens de chacune de ces dates. Il n’y a d’ailleurs pas de « fête des morts » : il y a la fête des saints, des vivants au Ciel, le 1er novembre. Eux prient pour nous ! Et il y a le jour de prière pour les défunts, le 2 novembre. Là, c’est nous qui prions pour tous ceux qui sont encore dans ce temps de purification. Le point commun, c’est l’espérance qui nous anime. Nous croyons à la vie éternelle, et nous espérons être un jour tous réunis auprès de Dieu. Cette espérance de retrouvailles possibles est bien consolante pour ceux qui ont perdu un proche. 

Quel impact a eu Halloween sur l'entretien de cette confusion ?

J’ai toujours trouvé étonnant cet intérêt, aujourd’hui déclinant, pour Halloween : cette fête américaine, très commerciale, est bien loin de nos racines. Elle est surtout très pauvre symboliquement : on met en valeur la mort pour elle même, l’horreur, la peur, la laideur… Redécouvrons plutôt le sens profond et joyeux de la Toussaint, et l’espérance que porte cette fête. Notre société a besoin d’espérance ! Apprenons à nouveau aux plus jeunes l’histoire de ces saints qui ont fait la France, ou dont ils portent les prénoms ! C’est notre culture. Plutôt qu’un défilé de sorcières et de vampires, pourquoi pas un défilé joyeux d’enfants déguisés en saints d’ici ou d’ailleurs ? Certaines paroisses en organisent déjà.

Pourquoi la société non-croyante accorde de l'importance à la fête des morts, plus qu'à une autre ?

Aujourd’hui la mort est souvent cachée ou absente : on meurt à l’hôpital, rarement au milieu des siens, on ne veille plus le corps du défunt, etc. Pourtant les questions du sens de la vie, de la mort, de la vie après la mort restent essentielles pour chacun, croyant ou non. Elles font partie des questions qu’on se pose pour se construire. Il reste sans doute dans le cœur de beaucoup l’espérance d’une vie meilleure, d’un pardon possible, d’un amour qui nous attend, de retrouvailles joyeuses avec ceux qui nous ont quittés. Voilà sans doute pourquoi la Toussaint, et le 2 novembre, sont des dates ancrées dans les mentalités. Elles nous rappellent que notre horizon dépasse cette vie sur terre, et ravivent notre espérance que ni la souffrance, ni la maladie, ni le mal, ni même la mort n’auront le dernier mot. Ce dernier mot appartient à Dieu, et ce sera pour nous appeler à la Vie ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ceolwyn
- 02/11/2017 - 10:00
Avant le Christianisme,
Avant le Christianisme, introduit en Europe par les Romains par la conversion de Constantin au Christianisme au début du IVe siecle, Il y avait une reliogin chez nous... les Romains se sont chargés de massacrer tous les druides déjà depuis Jules César... Halloween ... est un vestige de la religion de nos ancêtres, bref ce qu'il en reste après les purges de toutes les socières brulées. En réalité des femmes qui perpétuaient de très anciennes traditions (ainsi que de nombreuses victimes) ... Oui nos racines sont vivantes et des gens comme moi, y travaillent avec ce qui nous restent comme outils, à savoir l'archéologie et l'anthropologie
Ceolwyn
- 02/11/2017 - 09:59
Avant le Christianisme...
Avant le Christianisme,
introduit en Europe par les Romains par conversion de Constantin au Christianise au debut du IVe siecle,
Il y avait une reliogin chez nous... les Romains se sont chargé de massacrer tous les druides déjà depuis Jules César...
Halloween ... en est un vestige de la religion de nos ancêtres, bref ce qqu'il en reste après les purges de toutes les socières brulées. En realité des femmes qui perpétuaient de très anciennes traditions ( ainsi que de nombreuses victimes) ...
Oui nos racines sont vivantes et des gens comme moi, y travaillent avec ce qui nous restent comme outils, à savoir l'archéologie et l'anthropologie.
Ganesha
- 02/11/2017 - 08:25
Ajm
L'histoire semble s'être arrêtée pour vous en 1945 ! La génération qui a combattu pendant la seconde guerre mondiale était profondément religieuse, ainsi que la suivante, dont les ''unions chrétiennes'' ont engendré le Baby Boom. Ce sont leurs enfants qui, en 1968 ont jeté la religion et les guerres aux orties ! Quant à considérer que les chinois actuels suivent le Bouddhisme et rejettent la consommation des biens matériels !