En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 31 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 56 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 9 heures 9 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 46 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 45 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 14 heures 36 sec
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 24 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 59 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 20 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 21 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 24 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 45 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 18 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 15 heures 3 sec
© Reuters
Nicolas Sarkozy a rencontré jeudi 28 octobre Vladimir Poutine
© Reuters
Nicolas Sarkozy a rencontré jeudi 28 octobre Vladimir Poutine
Reconquête

En passant par la Russie avec mes sabots : l’offensive Sarkozy pour se représidentialiser

Publié le 30 octobre 2015
Nicolas Sarkozy a rencontré jeudi 28 octobre Vladimir Poutine à Moscou pour discuter de la crise syrienne et a donné pour l'occasion une interview sur BFM aux allures d'homme d'Etat.
Xavier Chinaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Chinaud est ancien Délégué Général de démocratie Libérale et ex-conseiller pour les études politiques à Matignon de Jean-Pierre Raffarin.Aujourd’hui, il est associé du cabinet de stratégie ESL & Network.
Voir la bio
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy a rencontré jeudi 28 octobre Vladimir Poutine à Moscou pour discuter de la crise syrienne et a donné pour l'occasion une interview sur BFM aux allures d'homme d'Etat.

=

Atlantico : En voyage en Russie, Nicolas Sarkozy a donné une interview sur BFM aux allures d'homme d'Etat. En quoi cet entretien s'inscrit-il dans une stratégie de représidentiarisation ? En quoi cette intervention est-elle chargée de symbole ?

Christophe de Voogd : Il faut insérer cette intervention toute la séquence de la journée : une conférence le matin devant des étudiants et des spécialistes ; une rencontre avec Poutine ; une émission télé. De quoi occuper toute la journée médiatique des chaînes en continu avec ce tir groupé sur le même thème : la politique étrangère de la France. C’est-à-dire le domaine réservé par excellence d’un président français ; donc un excellent vecteur de représidentialisation comme l’a montré le lapsus répété de Bernard Kouchner interrogé sur l’événement : « le Président Sarkozy »…Nicolas Sarkozy a pu ainsi renoué avec son ancien statut et ses anciens succès comme lors de l’affaire géorgienne de 2008.

L’exercice n’était pas sans risque car les Français sont légitimistes en la matière : le Président en exercice est le seul porte-parole du pays. Habilement, Sarkozy l’a reconnu explicitement et s’est ainsi dédouané, tout en marquant sa différence ! Sans jamais aller trop loin, sans contester le fond, mais en reformulant la politique étrangère française de façon bien plus claire (mais pas forcément plus pertinente !) que le discours gouvernemental actuel, aussi bien sur la Russie que sur la Syrie. Bref, une voie étroite qu’il a su emprunter, une prise de risque comme il sait le faire, avec en plus une réserve verbale et gestuelle dont on n’avait plus l’habitude.

Xavier  Chinaud : Nicolas Sarkozy joue 3 parties en même temps, celle de la primaire dans son camp, celle contre François Hollande et celle contre Marine le Pen. Sur la première il se distingue d’Alain Juppé en choisissant un axe « pro-Poutine » , sur la deuxième, en critiquant la politique du Président de la République, sur la troisième en se plaçant au dessus de la présidente du FN qui dans ses visites à Moscou n’est pas traitée au même niveau.

Ces images en Russie ne sont pour N.Sarkozy comme pour V. Poutine utiles que dans leur contexte national respectif. En France, l’ancien président se replace dans l’actualité; en Russie, Poutine met en scène un de ses rares visiteurs au soutien affiché, dans un exercice de communication politique.
 
Stratégie de représidentialisation oui bien sûr, s’exprimer sur la politique internationale, s’afficher aux côtés du dirigeant d’un grand pays en fait partie, faire naitre la polémique, se démarquer et se replacer dans le débat politique national aussi.
 

Quel message le Président des Républicains a-t-il voulu faire passer, tant sur le plan international et national, alors que la France est inaudible sur la scène internationale ?

Christophe de Voogd : La réponse est dans votre question ! Et Nicolas Sarkozy a appuyé là où ça fait mal : la panne absolue du couple franco-allemand depuis 2012 et le « retard à l’allumage » de François Hollande sur tous les sujets extérieurs, sauf le Mali. D’où le message par ricochet sur le front intérieur, où se manifeste encore plus l’indécision de François Hollande.

Toutefois deux réserves très importantes : il faut aussi s’interroger sur la tactique de Poutine qui déroule le tapis rouge de sa datcha à l’ancien président pour évidemment ennuyer l’actuel et affaiblir la position française et, plus largement, occidentale. Je m’étonne que le thème ne soit pas plus exploité. D’autre part Nicolas Sarkozy n’aurait jamais dû évoquer les Régionales et annoncer le « ni-ni ». L’occasion est trop belle pour le PS de se « refaire » sur ce sujet, alors qu’il était visiblement embêté et surtout désemparé par l’initiative de Sarkozy sur le plan international.

Xavier Chinaud : Que l’ancien Président de la République rompe avec l’atlantisme aura de l’écho, mais j’ignore ce que puis être au plan international, le poids réel des déclarations du président du principal parti d’opposition français quant au fond de ses propos sur l’Ukraine ou la Syrie;  désigner Daesh comme le mal absolu n’est pas un marqueur, ne pas faire du départ de Bachar el Assad un préalable tout en le qualifiant de "dictateur qui ne représente pas l’avenir" non plus... et sur l’Ukraine, défendre l’application des accords de Minsk est la position officielle de la france.

Sur le plan national, le message est plus clair: « j’existe", "je suis reçu en ami par le chef d’un grand Etat en exercice", "je critique mon successeur et claque son Premier Ministre", "je rappelle mon action passée quand j’étais président en exercice" et "je me place au centre du débat médiatique sur cette séquence. »
 

Quel bénéfice peut-il tirer de cette escapade russe par rapport aux autres, alors qu'Alain Juppé a publié jeudi 29 octobre un article sur son blog sur la Russie (voir ici), tout comme François Fillon (voir ici) ? Comment peut-il se démarquer ?

Christophe de Voogd : Là-dessus il n’y a pas photo : Alain Juppé et François Fillon en sont restés à des généralités : le premier, plutôt anti-russes ; le second, plutôt pro-russes, avec un débat hors sol autour du « vrai »héritage gaullien. Sarkozy a été plus convaincant, d’abord, sur la forme en démontrant son statut supérieur d’interlocuteur privilégié des « Grands » ; sur le fond, en appliquant la grande maxime pragmatique du Général : « les choses étant ce qu’elles sont… ». En l’occurrence, aussi bien dans l’équilibre mondial qu’en Syrie. Il semble qu’il ait compris la nouvelle donne internationale : le retrait américain du Moyen-Orient, situation inédite, oblige, bon gré mal gré, l’Europe qui est aux premières loges, notamment migratoires, à s’activer. Ce qu’elle ne fait pas, encore une fois en raison de la panne du couple franco-allemand.

Donc au total une affaire plutôt bien menée qui montre que Nicolas Sarkozy n’a pas tout à fait perdu la main… Ses rivaux sont prévenus !

Xavier  Chinaud : Dans la perspective présidentielle et donc de la primaire de la droite et du centre, ses principaux concurrents ont pris de l’avance sur le programmatique, provoquer le débat médiatique est une stratégie déjà éprouvée par Nicolas Sarkozy et c’est peut être la que se situe ce que vous appelez son démarquage. Il est ancien Président de la République, ce qui le distingue; il est président du parti, ce qui le renforce; il est en pré-campagne... comme les autres.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 31/10/2015 - 11:11
Comme d'habitude, le salut de l'Europe
viendra de l'Est, si on peut encore la sauver. Sarkozy a toujours estimé la Russie et on espère que ce n'est pas seulement une tactique politicienne.
Ganesha
- 30/10/2015 - 11:20
Dommage Collatéral
La plupart des français qui s'intéressent un tant soit peu à la politique ont compris depuis quelques temps que Poutine a raison. Sur ce sujet, comme tant d'autres, François Hollande est ''complètement dans les choux'' ! Ceci dit, quand on n'est plus au pouvoir, situation de Sarko, c'est facile de se montrer clairvoyant ! Hollande et le PS doivent bien sûr se mettre dans les poches quelques ''pots-de-vins'' et autres ''rétrocommissions'' venant des Saoudiens et des Qatari, mais ils assurent tout de même aussi du travail pour notre industrie de l'armement. Qu'ensuite, cela serve à bombarder des hôpitaux de MSF au Yémen, ce n'est, après tout, qu'un ''regrettable dommage collatéral''...
Gilly
- 30/10/2015 - 11:17
Nuance !
Sarkozy ne fait pas du départ de Assad la condition préalable à la coalition internationale....... Pour lui, les Européens doivent accepter que la Crimée soit revenue dans le giron russe..... Il demande la refonte de Schengen.... Tout ce que Flanby rejette (jusqu'à ce qu'Obama lui dise de la fermer).