En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 7 heures 22 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 8 heures 55 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 11 heures 12 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 15 heures 3 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 15 heures 34 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 16 heures 13 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 16 heures 54 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 17 heures 19 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 17 heures 53 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 18 heures 8 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 8 heures 20 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 9 heures 16 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 15 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 16 heures 12 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 17 heures 32 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 18 heures 16 min
© REUTERS/Regis Duvignau
© REUTERS/Regis Duvignau
Par les bons sentiments

Les réformes du PS pour moderniser les règles de la présidentielle ou comment confisquer la démocratie

Publié le 29 octobre 2015
Le groupe PS à l'Assemblée nationale a proposé cette semaine une série de réformes sur les règles de la présidentielle, en vue de plus de "transparence" notamment. Temps de parole, d'apparition, parrainages des maires... Des dispositions qui avantageront certainement les grands partis, et rendront les autres inaudibles.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le groupe PS à l'Assemblée nationale a proposé cette semaine une série de réformes sur les règles de la présidentielle, en vue de plus de "transparence" notamment. Temps de parole, d'apparition, parrainages des maires... Des dispositions qui avantageront certainement les grands partis, et rendront les autres inaudibles.

Le président de la commission des loi de l'Assemblée nationale, M. Jean-Jacques Urvoas, a présenté le 27 octobre une proposition de loi organique et une proposition de loi simple destinées à rénover et moderniser les "règles applicables à l'élection du président de la République qui interviendra au mois de mai 2017. Les réformes prévues par ces textes vont dans le sens d'un vote normalisé, aseptisé, favorisant les candidatures des grands partis du système politique. Les parrainages des candidats par les élus – 500 au minimum – seront tous rendus publics en temps réel et la liste des parrains diffusés. "le principe de responsabilité politique et l’exigence de transparence doivent conduire à ce que les élus assument leur choix devant leurs électeurs." Ce dispositif donne l'impression de viser à dissuader les soutiens à des candidatures originales ou "hors système", susceptibles d'entraîner la honte ou l'opprobre des grands partis sur tel ou tel maire, avec des conséquences pour ses investitures prochaines... Cet état d'esprit, visant à la normalisation d'un choix par la transparence, pourrait tout aussi bien conduire à supprimer le principe du vote secret qui est pourtant l'un des fondements de la démocratie...

Les modalités complexes sur les temps de parole des candidats vont dans le même sens. Le dispositif, défini par une délibération du CSA du 4 janvier 2011, est remarquablement alambiqué.  En gros, il distingue deux principes : l'équité, avec un temps d'apparition ou de parole proportionnel à l'importance du courant représenté par le candidat, évalué notamment à travers ses résultats aux derniers scrutins ; et l'égalité qui signifie la stricte équivalence du temps d'apparition ou de parole. Au cours d'une période intermédiaire, ou pré-campagne électorale, entre la date de cloture du dépots des candidatures et l'ouverture officielle de la campagne, un principe d'équité prévaut pour le temps d'apparition des candidats sur les médias, mais un principe d'égalité est prévu pour le temps de leurs prises de paroles. Dans la seconde période, à partir de l'ouverture officielle de la campagne,  le principe d'égalité s'applique à la fois aux apparitions et à la prise de parole. 

La réforme proposerait de mettre fin au principe d'égalité pour la prise de parole dans la phase intermédiaire, et d'y appliquer intégralement le principe d'équité. Ce changement est donc clairement au détriment des petits candidats et va donc dans le sens, là aussi, de la pénalisation des petites formations ou des candidats indépendants des grands partis. Là aussi, sous couvert de simplification, la mesure vise de toute évidence à favoriser les grands partis du système, Front national, Républicains, parti socialiste...

S'ajoute à cela l'interdiction de certaines formes de propagande, comme les appels téléphoniques. Il faut y voir une pénalisation de ceux qui n'ont pas accès aux moyens de campagne officiels que sont les grands médias de télévision et de radio.

Bien sûr, ces mesures n'ont qu'une importance secondaire et ne sont pas de nature à changer quoi que ce soit aux résultats du vote. Elle reflètent un état d'esprit, une philosophie, une tendance à la confiscation de la démocratie par une caste de grands partis, incluant le Front national, les Républicains, les socialistes. Nous sommes bien dans la logique de la pensée unique, du conformisme idéologique, de l'enfermement des électeurs dans un choix verrouillé. Cette réformette de l'élection présidentielle ne touche en aucune façon aux grands problèmes de fond qui s'attachent à un système présidentialiste discrédité et source d'impuissance publique. Les responsables politiques français sont désormais obsédés par la conquête de l'Elysée au détriment du sens de l'intérêt général et du bien commun. La présidentialisation du régime se traduit par une vague de narcissisme obsessionnel dans les milieux politiques. Ce narcissisme élyséen, s'ajoutant au quinquennat, a abouti à l'effacement de la fonction de chef de gouvernement, de Premier ministre, qui est par définition le responsable public chargé de gouverner, de faire des choix, de décider. Elle a jeté le pays dans l'immobilisme, l'impuissance, le vertige d'une manipulation et d'une communication qui se substituent à l'action politique. Voilà les vraies questions de nature politique qui se posent aujourd'hui à l'élection et à la fonction présidentielle et que personne ne veut voir, par aveuglement et par lâcheté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 28/10/2015 - 22:52
Le fichage des @maires coupables" par la gauche...
Le retour des listes noires du nazisme...le socialisme dogmatique, toujours et encore!