En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 5 heures 23 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 8 heures 41 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 10 heures 10 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 11 heures 24 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 14 heures 15 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 14 heures 15 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 14 heures 16 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 9 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 10 heures 27 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 11 heures 38 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 12 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 14 heures 16 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 14 heures 19 min
© Reuters
Le drame de Puisseguin a coûté la vie à 43 personnes.
© Reuters
Le drame de Puisseguin a coûté la vie à 43 personnes.
zombie

Collision meurtrière à Puisseguin : quand nous basculons de l’information à la fascination pour les catastrophes

Publié le 30 octobre 2015
43 personnes ont perdu la vie dans un grave accident de la route à Puisseguin (Gironde). Un car et un camion se sont percutés avant de prendre feu, vers 7h30 vendredi 23 octobre. Les terribles images sont passées en boucle sur les chaînes d'information en continu et on observe une certaine fascination du public vis-à-vis des catastrophes.
Bertrand Vidal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vidal est sociologue de l’imaginaire, membre du Laboratoire d’Etudes et de Recherches Sociologiques et Ethnologiques de Montpellier, et spécialiste des catastrophes.Il est aussi gestionnaire de la revue Rusca-MSH et rédacteur aux Cahiers...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
43 personnes ont perdu la vie dans un grave accident de la route à Puisseguin (Gironde). Un car et un camion se sont percutés avant de prendre feu, vers 7h30 vendredi 23 octobre. Les terribles images sont passées en boucle sur les chaînes d'information en continu et on observe une certaine fascination du public vis-à-vis des catastrophes.

Atlantico : Un accident entre un camion et un bus s’est produit ce vendredi très tôt en Gironde. Le bilan est lourd : au moins 43 personnes ont péri. Toute la journée du vendredi, les images de ce drame ont tourné en boucle sur les chaines d'information en continu. Sans faire abstraction du choc et de la compassion suscités par ce drame, comment expliquer une forme de fascination pour ces images et les catastrophes en général ?

Bertrand Vidal : Vous avez raison, on ne peut en aucun cas faire abstraction de l’ampleur du drame, même si dans le lot de témoignages et d’images spectaculaires diffusé depuis vendredi matin par les médias d’information, il y a quelque chose de morbide voire de littéralement diabolique.

En effet, il apparaît comme primordial de reconnaître que derrière ce process de surconsommation d’images de la catastrophe (la recherche du scoop pour les journalistes qui répond de la recherche d’images plus terribles les unes que les autres pour les téléspectateurs et les internautes) se dévoile au grand jour « le bois noueux dont l’homme est fait », comme le suggérait la maxime du philosophe Emmanuel Kant. En d’autres termes, l’on ne peut définir l’homme sans oublier un aspect qui, pervers et vicieux, reviendra en fourbe et bien plus fort, comme déchaîné : indéfectiblement, malgré tous les efforts des appareils de curialisation des mœurs (Norbert Elias), l’homme reste et restera à la fois homo sapiens et homo demens, oeconomicus et ludens, faber et destruens.

Effectivement, pareille à une jouissance dionysiaque que l’on retrouve dans l’irrésistible « tentation de ralentir devant l’accident » (Stephen King), cette transe médiatique dévoile à bien des égards ce lien existant entre distraction et destruction. Elle est l’irruption ré-enchanteresse de Dionysos et de Chaos dans une civilisation où l’évidence insaisissable de l’ennui constitue la face cachée d’un quotidien comme le disait Georges Auclair « écœurant de prospérité, de bienveillance et de sécurité ». Ainsi sclérosé par l’eudémonisme ambiant – ce que le romancier James Graham Ballard nommait « la tyrannie du bonheur » ou la « surveillance affectueuse » – l’irruption d’une catastrophe, en définitive, se donne comme une forme de distraction dans la destruction et le sang. Comme le souligne le professeur de littérature française et de littérature jeunesse, Christian Chelebourg, « c’est au Pays des Merveilles que [ces images] nous transportent bien plus que dans un monde en proie au chaos », et c’est en ce sens que la catastrophe nous attire et finalement nous invite à assister à ce que Jean Giono, dans Un roi sans divertissement, nomme le « théâtre du roi » : cette forme de divertissement diabolique au goût âpre et sauvage, le théâtre de la terreur et du sang, dont l’ennui ordinaire (Véronique Nahoum-Grappe), la logique assurantielle (Francois Ewald) ou la vie planifiée (Maurice de Bertaux) sont les pendants et corollaires négatifs.

Quel est le rôle des médias dans ce comportement ? L’avènement des radios puis des chaînes d'information en continu a-t-il modifié la donne ?

Nous pouvons émettre deux hypothèses :

D’une part, tantôt en jouant de la compassion, tantôt en maniant habilement l’image, les médias servent d’amplificateur de la menace. Et par là, épaulent soit une réforme des réglementations soit une consolidation des pouvoirs politiques ou publics. En effet, en sollicitant l’horreur et en conjecturant sur les scénarios possibles, ils participent à une prise de conscience dont le résultat ne peut être qu’univoque : « il faut impérativement tirer des leçons de la catastrophe pour que le drame ne se reproduise plus jamais ».

D’autre part, nous pouvons dire que se manifeste ici sur  la réactualisation de ce que le père de la sociologie française, Émile Durkheim, nommait des « rites piaculaires ». C'est-à-dire, une expression contemporaine de néo-rituels de deuil à l’ère des mass-médias, dans lesquels tout un chacun peut participer, à distance et dans son fauteuil.

Peut-on considérer que ces catastrophes créent un lien social important - et peut-être essentiel -pour nous ?

La souillure des corps et des espaces de vie provoquée par l’irruption d’une catastrophe dans notre quotidien façonne toujours un environnement particulièrement sinistre et funeste qui se trouve immédiatement neutralisé par une mobilisation collective vivifiante (soutien psychologiques des victimes et des familles de victimes et héroïsation des secours ou des rescapés en premier lieu, puis appels aux dons et à la solidarité, création d’associations de victimes, déplacement des responsables politiques sur les lieux de la catastrophes, plaques commémoratives et jour de deuil, etc.), qui se trouve à l’origine d’un être-ensemble et d’une coopération sociopolitique bien souvent sans précédant.

Lire aussi : "Il existe un désir collectif latent de la catastrophe"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/10/2015 - 15:51
Y'a ait des "réfugiés" dans le car?
Non? Dommage pour les médias! car ils seraient parvenus à tenir deux semaines sur le même sujet...
PIVETEAU
- 25/10/2015 - 09:16
matraquage médiatique
c'est le problème des chaînes d'info. matraquage quotidien avec un seul sujet. ça ne coûte rien et la pub remplit les caisses ! C'est tout sauf de l'info.
Bulldozer
- 25/10/2015 - 04:49
...
Merde alors, un camion tout neuf...