En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

03.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 46 min 17 sec
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 1 heure 18 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 3 heures 55 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 4 heures 42 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 7 heures 35 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 1 heure 2 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 1 heure 55 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 4 heures 13 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 5 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 7 heures 19 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 7 heures 32 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 7 heures 35 min
"Dans une société en général, il y a toujours des accommodements plus ou moins raisonnables entre les différentes parties"
"Dans une société en général, il y a toujours des accommodements plus ou moins raisonnables entre les différentes parties"
Défis républicains

Pierre Manent : “Je crois que les mœurs musulmanes sont et resteront pour un temps indéfini assez nettement distinctes de celles du reste de la société française, je cherche donc le principe de la vie commune"

Publié le 25 octobre 2015
Refusant tout déni de réalité, Pierre Manent propose de faire une place à la religion, et notamment à l'Islam, au sein de la société française, dans son dernier ouvrage intitulé "Situation de la France" aux éditions Desclée de Brouwer. Entretien avec son auteur.
Pierre Manent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Normalien, agrégé de Philosophie (Hypokhâgne au Lycée Pierre-de-Fermat à Toulouse, enseignement de Louis Jugnet), il est depuis 1992 directeur d'études à l'EHESS et aujourd'hui au Centre de recherches politiques Raymond Aron et professeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Refusant tout déni de réalité, Pierre Manent propose de faire une place à la religion, et notamment à l'Islam, au sein de la société française, dans son dernier ouvrage intitulé "Situation de la France" aux éditions Desclée de Brouwer. Entretien avec son auteur.

Atlantico : Le 1er Octobre 2015 paraissait votre ouvrage "Situation de la France" (voir ici) aux éditions Desclée de Brouwer (voir ici). Comment vit-il depuis sa publication ? Quelle lecture en est faite ?

Pierre Manent : Il n'y a pas de lecture unique mais diverses réactions. En tant qu'auteur cherchant à contribuer au débat public, je suis content de l'écho que le livre reçoit. J'ai le sentiment que beaucoup de lecteurs ont compris mon intention et sont entrés dans le propos sérieux de l'ouvrage. En même temps, les réactions les plus sommairement hostiles sont révélatrices d'un certain état de l'opinion, en particulier au sujet de l'islam.

Il est clair qu'aujourd'hui cette question est devenue terriblement passionnelle et un propos qui se veut pacificateur et politique est exposé à beaucoup de malentendus. J'ai proposé un argumentaire assez déployé et cohérent et des lecteurs s'emparent d'une partie de l'argumentaire pour immédiatement dénoncer je ne sais quel défaitisme ou complaisance pour l'islam.

J'ai mesuré à quel point une partie de l'opinion se révélait particulièrement à cran sur ces sujets et devenait indifférente à la politique pratique. On fait valoir ses sentiments sans daigner considérer la question : "Que fait-on maintenant ?". C’est à cette question que j'ai tenté de répondre dans ce livre.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Lire également : Comment accueillir les mœurs musulmanes sans qu’elles ne prennent la place de la loi française

Vous soulignez dans votre ouvrage que la communauté musulmane "est trop forte pour notre ‘laïcité’ et le mieux est d’en prendre acte et d’en tirer les conséquences". Tout en ajoutant : "notre régime doit céder, et accepter franchement leurs mœurs puisque les musulmans sont nos concitoyens". Face à ceux qui vous reprochaient le mot "céder", vous avez expliqué "qu'il fallait voir ce qui était là". Dans quelle mesure cette idée fait écho à la théorie des accommodements raisonnables dont revient aujourd'hui le Canada par exemple ?

Tout d'abord, dans une société en général, il y a toujours des accommodements plus ou moins raisonnables entre les différentes parties ! C'est bien ce que l’on cherche par le "dialogue social". Le régime normal d'une société démocratique et libérale est justement de trouver les accommodements les plus raisonnables possible. La question est alors la suivante : que seraient des accommodements raisonnables  avec les "musulmans de France" dans la situation présente de la France et de l'islam ?

Le point fondamental : la question de l'islam est aujourd'hui inséparablement une question de politique extérieure et de politique intérieure. Il est donc essentiel d'élaborer une politique qui combine à la fois une démarche vers l'extérieur et une démarche vers l'intérieur. Il s'agit donc que les musulmans français se tournent vraiment vers la France, c'est-à-dire distendent le plus possible leur dépendance vis-à-vis d'un monde musulman parcouru en ce moment de mouvements extrêmement destructeurs. Pour faciliter ce mouvement vers la France, il faut être disposé à moins de méfiance à leur égard s'agissant de ce que j'appelle leurs "mœurs". Aussi bien pour les musulmans que pour les autres Français, ce mouvement de conversion nationale est devant nous. Etant donné ce qui se passe de la Syrie à la Libye, et les graves incertitudes pesant sur le Maghreb, il y a un danger que l'Europe soit  paralysée, désorganisée et pour ainsi dire aspirée  par l'effondrement politique du monde arabo-musulman.  Il est donc indispensable et urgent que les musulmans de France choisissent vraiment la France au lieu de rester dans une appartenance ambiguë entre la France et le monde arabo-musulman.  L’enjeu majeur dans le contexte géopolitique présent est un enjeu d'indépendance nationale, à la fois politique et spirituelle. Tout ce que je suggère dans mon ouvrage découle de cette analyse.

Vous utilisez les termes de 'musulmans de France", de "communauté", mais quel interlocuteur dans un contexte où l'Islam se révèle multiple ? Il n'y a aucune homogénéité sur le terrain, comme le relève Valérie Toranian dans son édito pour la Revue des deux Mondes publié le 6 octobre ?

Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’il n’y a pas de problème ? Que l’islam est de notre invention ? Que l’immigration musulmane n’est pas un fait social et politique majeur ? Ce truisme – que les musulmans, comme tous les groupes humains, sont hétérogènes – ne sert ici qu’à nous bander les yeux. C’est le déni dans lequel  nous nous trouvons qui empêche précisément cette diversité de se manifester. Les institutions musulmanes qui ont pignon sur rue sont extrêmement peu représentatives et fort opaques. Les musulmans que je rencontre n'ont pas confiance en elles. La démarche que je recommande  encouragerait la plus franche et la plus ouverte expression des  musulmans français dans leur diversité. Or nos gouvernements semblent de plus en plus céder à la tentation de sous-traiter la gestion de l'islam de France à des pays musulmans "amis". A l'heure où nous parlons, ni les musulmans de France dans leurs institutions ni les gouvernements français successifs ne semblent vraiment désireux de faire entrer nos compatriotes musulmans dans la nation française.

Vous dressez un parallèle intéressant entre l'Islam et le catholicisme tout au long de l'ouvrage. Dans un entretien croisé avec Alain Finkielkraut et publié dans le Figaro, vous expliquez : " (…) ce que la laïcité n'a pas accompli avec le catholicisme, et qu'on lui demande de réaliser avec l'islam aujourd'hui, c'est de dissoudre la religion dans la société (…) En 1905, le législateur n'a pas prétendu dissoudre les mœurs catholiques dans la société démocratique ou réformer les mœurs promues par l'Église." Néanmoins la limite de cette comparaison n'est-elle pas la nature même de cette religion ? L'Islam comme le judaïsme d'ailleurs sont des religions politiques, gérant le quotidien des croyants, ce que n'est pas le catholicisme… Les défis ne sont pas les mêmes.

L'argument selon lequel le compromis que je recommande est impossible parce que l'islam serait de telle ou telle nature, aurait une essence particulière, ne peut pas être balayé d'un revers de main. L'islam pose un problème spécifique en raison  du lien étroit entre la loi religieuse et les mœurs de la vie quotidienne à la fois évidentes et contraignantes.  

Cela signifie t-il  que les musulmans ne pourront pas vraiment être des citoyens français tant qu’ils resteront attachés à leurs mœurs ? On a le droit de le penser, mais alors que fait-on en pratique ?

Je crois pour ma part que les mœurs musulmanes sont et resteront pour un temps indéfini assez nettement distinctes de celles du reste de la société. Je cherche donc le principe de la vie commune, non pas dans une espèce de réforme autoritaire des normes musulmanes qui serait décidée par la République – on ne réforme pas les mœurs par la loi et un Etat faible tel que le nôtre ne va pas réformer les coutumes d'une religion plutôt forte en ce moment ! – mais par une voie indirecte  et positive. L'objectif est d'inviter les musulmans de France à se sentir et se vouloir partie prenante d'une nation européenne. L'issue, me semble-t-il, se trouve davantage du côté de la politique que de la société.

Vous évoquez le rôle de médiateur des Juifs, "la vocation du judaïsme". De quoi s'agit-il précisément ?

C'est une question immense et complexe, elle m'importe beaucoup.

 Le judaïsme français s'est aujourd’hui reconstitué comme une communauté très consciente d’elle-même qui s’interroge sur son rapport à la France. Les départs pour Israël sont nombreux.   

La matrice républicaine et laïque est maintenue mais cette matrice est affaiblie avec l’affaiblissement de la communauté nationale.  Dès lors les associations à base religieuse se trouvent forcées de redéfinir leur place dans ces conditions nouvelles. Chaque "masse spirituelle" du pays doit prendre la mesure de ses responsabilités à l'égard du pays et des autres communautés. Un dialogue significatif entre elles est capital, et pas simplement ce dialogue entièrement creux que l'on observe lorsque "les trois religions" rendent visite au président de la République et ressortent de l'Elysée en expliquant que tout le monde est formidable. La République ayant largement perdu son autorité, les diverses communautés spirituelles sont plus exposées, elles sont  désormais "en première ligne". Elles ne sont pas habituées à cette situation. Elles sont donc tentées d’adopter une position défensive-agressive. C’est une tentation à laquelle il importe de résister. Comme le catholicisme et l’islam, le judaïsme est exposé à cette tentation.  

Propos recueillis par Rachel Binhas

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 26/10/2015 - 08:57
@l'auteur
quelques "accommodements" accordés ailleurs :
au Canada : circonstances atténuantes à un violeur ayant sodo**ise la victime pour soi disant préserver sa virginité
Aux UK : se conformer aux lois musulmanes pour les héritages (la moitié pour une femme)
au Liban : crime d'honneur autorisé évidement lorsque le meurtrier est l'homme (bien sûr)
Est ce là ce que vous souhaitez chez nous comme "accommodements" ? Que pensez vous "accommoder" avec une religion qui est basée sur l'inégalité de traitement entre hommes et femmes ? Que penser d'une société qui jugera et punira en fonction du sexe , de l'appartenance religieuse ?
BOCE64
- 26/10/2015 - 05:24
he ben...!
On est mal barré ! ....
fredibus
- 25/10/2015 - 19:48
Les civilisations ne
Les civilisations ne cohabitent jamais !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!.....................