En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 4 heures 27 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 5 heures 11 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 7 heures 39 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 8 heures 23 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 9 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 10 heures 30 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 10 heures 53 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 11 heures 28 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 11 heures 46 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 4 heures 52 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 6 heures 22 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 7 heures 54 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 8 heures 51 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 9 heures 49 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 10 heures 59 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 11 heures 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 11 heures 50 min
Danger évité ?

Charte européenne des langues régionales : les nuages s'amoncellent sur la promesse de ratification faite par Hollande

Publié le 23 octobre 2015
Une question préalable a été votée par la commission des lois du Sénat contre la proposition de loi modifiant la Constitution nécessaire pour la ratification de la Charte européenne de protection des langues régionales. La promesse de François Hollande semble de plus en plus difficile à tenir.
Philippe Bas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bas, sénateur de la Manche, préside depuis 2014 la commission des lois du Sénat. En 2018, il a conduit l’enquête parlementaire sur l’affaire Benalla. Ancien secrétaire général de l’Élysée et ministre de Jacques Chirac, ancien président du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une question préalable a été votée par la commission des lois du Sénat contre la proposition de loi modifiant la Constitution nécessaire pour la ratification de la Charte européenne de protection des langues régionales. La promesse de François Hollande semble de plus en plus difficile à tenir.

Atlantico : La commission des lois du sénat a récemment voté une motion de rejet de la proposition de loi constitutionnelle nécessaire pour une ratification de la Charte européenne de protection des langues régionales. La promesse de François Hollande de ratifier semble s'éloigner de plus en plus ? D'où viennent ces difficultés alors que la Charte a été signée il y a 20 ans ?

Philippe Bas : Effectivement, le Sénat n'est pas parti pour adopter la proposition de loi puisque la majorité des membres de la commission des lois a voté contre. Sans le Sénat, il sera bien impossible pour cette loi constitutionnelle d'être votée. La majorité des 3/5, requise après l'accord des deux chambres du Parlement, est bien évidemment encore plus éloignée. D'autant plus que cette proposition de loi constitutionnelle ne règle pas les problèmes. Elle ne permet pas de rendre conforme la ratification de la Charte à la Constitution. Elle prévoit que la France, même en la ratifiant, ne respecterait pas les obligations de la Charte. Du double point de vue du respect de la Constitution ainsi que du respect de la parole de la France dans la signature des traités, elle conduit donc à une impasse.

>>>> Lire aussi : Charte des langues régionales : François Hollande divisera-t-il la République pour être réélu ?

Les sénateurs ont été unanimes pour soutenir la promotion des langues régionales. Cette révision est cependant inutile et sans réelle portée. Elle est inutile puisqu'elle ne purge pas des problèmes d'inconstitutionnalité. La Charte est un document qui comporte plusieurs parties. La partie dont on parle le plus est celle qui comporte 98 paragraphes parmi lesquels on doit choisir au moins 35 pour les pays signataires. La France est prête à en appliquer 39. Aucun de ces paragraphes n'est contraire à la Constitution. La révision de la Constitution n'est donc pas utile pour le respect de ces 39 paragraphes.

Mais la Charte comporte d'autres parties dont un préambule et des principes fondamentaux. Elle proclame le droit imprescriptible d'interdire de pratiquer une langue régionale dans la vie publique. Ce droit, la Constitution française ne permet pas de le reconnaitre : elle prévoit que la langue de la République est le français. L'article premier prévoit que la République est une et indivisible. Tous les citoyens sont égaux devant la loi, et cela sans distinction d'origine, de race et de croyance. Le droit imprescriptible d'utiliser une langue régionale dans le débat public crée une division entre Français.

Par une décision de 1999 qui s'impose à tous – Président, Premier ministre, Parlement -  le Conseil constitutionnel a jugé que ce principe était contraire à la Constitution. Si on voulait les rendre conformes à la Constitution, il faudrait modifier les articles 1er et 2 de la Constitution, ce qui n'est pas le cas en l'espèce. Heureusement d'ailleurs ! Car tous les républicains sont attachés aux principes d'unité de la République, de l'indivisibilité, de l'égalité devant la loi de tous les citoyens mais aussi de l'absence de distinction selon les origines des gens. Nous ne pouvons souscrire au préambule, c'est un fait.

Mais en plus, d'autres dispositions donnent des droits à des locuteurs de langues régionales. Elles prévoient par exemple que le droit des circonscriptions territoriales ne doit pas être contraire au développement régional. Tout ceci peut créer des droits dont les locuteurs de langues régionales peuvent se prévaloir par la suite. Même une déclaration interprétative que l'on ferait en ratifiant la Charte ne permettrait pas de régler ce type de problèmes. Les réserves peuvent valoir sur le territoire mais ne peuvent pas prévaloir sur les dispositions internes de la Charte. D'ailleurs celle-ci prévoit une interdiction d'émettre des réserves. Le respect des obligations de la Charte est confié à des instances européennes au sein du Conseil de l'Europe. Cette révision ne purge pas l'inconstitutionnalité en droit français et ne nous met pas à l'abri du fait que nos partenaires signataires nous accusent de ne pas respecter la Charte en appliquant la clause interprétative. En effet, c'est l'article 21 de cette Charte qui interdit les réserves sauf exception. Aucun Etat n'a fait de réserve sur tous les articles de la Charte contraires à notre Constitution.

25 Etats européens ont déjà ratifié cette Charte, dont l'Allemagne et le Royaume Uni. Existe-t-il une spécificité française ?

Ces pays n'ont pas la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen avec une République une et indivisible. L'Allemagne par exemple, faite de duchés et de royaumes, est aujourd'hui un système fédéral. Un certain nombre de pays d'Europe suivent ce modèle-là. La Grande-Bretagne a par exemple un système totalement différent du nôtre. On va même jusqu'à organiser des référendums d'indépendance. Les démocraties européennes ne sont pas régies par les mêmes règles. La Charte a été écrite en 1992 parce les démocraties populaires accédaient enfin à la liberté. Les minorités régionales et leurs langues avaient été bafouées, opprimées. La Charte apportait des garanties.

En France il y a bien longtemps heureusement que les langues sont respectées et même promues, même si l'on ne met pas de moyens suffisants. L'Outre-mer rassemble d'ailleurs la majorité des langues régionales françaises. Ce sont des collectivités de la République où la langue maternelle est souvent régionale. On apprend à la lire et à l'écrire à l'école alors que l'on ne connait pas toujours le français. Il est très important d'utiliser la langue régionale à l'école comme vecteur d'apprentissage de la lecture et de l'écriture en même temps que l'apprentissage du français. Nous sommes dans une situation historique bien différente, nous ne sortons pas d'un système d'oppression des langues régionales. Nous devons donc pouvoir promouvoir nos langues régionales en fonction de notre propre système de droit républicain bien installé dans notre pays et défendu par la Constitution.

Les langues régionales sont-elles suffisamment défendues ? Que devons-nous faire de plus dans la protection et la promotion des langues régionales ?

Comme je l'ai dit nous n'avons pas besoin de ratifier la Charte pour appliquer les 39 paragraphes qui sont déjà compris dans nos lois. Nous sommes convaincus qu'il y a davantage à faire pour les langues régionales. Au Sénat, nous faisons un gros travail pour consolider la base juridique des langues régionales. Une proposition de loi est en cours de dépôt pour leur protection. Nous n'avons certainement pas besoin de la Charte pour une véritable politique des langues régionales. C'est d'abord une affaire de moyens. Il faut la mobilisation de l'Education nationale, de la Culture et des grands médias audiovisuels. Les collectivités territoriales ont elles aussi leur rôle à jouer.

La question de la protection des langues régionales traverse le clivage droite-gauche puisque 60 députés LR ont voté en janvier pour une proposition de loi en faveur d'une telle ratification. Ce sujet divise-t-il la société, que la Charte soit signée ou non ? Est-il utilisé politiquement au moment des élections régionales ?

Je ne cherche pas la polémique mais la réponse est évidente. Oui bien sûr, ce n'est pas par hasard que cet engagement de la campagne présidentielle ressurgisse en ce moment. La France, quelles que soient les appartenances politiques, a envie de défendre et de promouvoir les langues régionales mais dans un cadre respectueux de sa Constitution. Je ne pense pas que ce soit une question qui divise les Français qui sont à l'aise avec le développement des langues régionales. Celles-ci ne sont absolument pas perçues comme une menace mais au contraire comme une richesse supplémentaire pour notre nation. Je voudrais absolument que l'on distingue les motifs qu'il y a de ne pas ratifier la Charte - et surtout de ne pas réviser la Constitution comme le propose le Président de la République - des raisons pour lesquelles il faut se rassembler autour de ces questions-là. Nous avons mis en 2008 dans la Constitution qu'elles font parties du patrimoine culturel de la Nation. Elles ont, elles aussi, un adossement constitutionnel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 24/10/2015 - 00:14
Cacos ac caesar!
C'est le seul texte gaulois rapporté par un auteur latin: "Merde à césar". Breton, je persiste et signe. Ma langue , er brezhoneg, existait bien avant la vôtre, jurgio, qui n'est qu'une extension forcée par d'innombrables guerres de conquêtes du dialecte d'oil d'Ile de France.
Mais il faut être cultivé.
jurgio
- 23/10/2015 - 14:54
La tentation du renfermement sous l'aspect de la diversité
J'appelle toujours dialectes les prétendues « langues régionales » Ce serait plutôt une loi pour rétablir et renforcer la langue commune qui devrait être prononcée ! On ne se comprend même plus tant il y a d'imprécisions de langage, de confusions et de distorsions ! Préférer les parlers de proximité est une illusion et une option dangereuse. Un manque de clairvoyance et de courage autant que de générosité. Les mots seuls ne font pas un langage de haute tenue car ils ne sont que de simples éléments. À l'heure où l'on se plaint d'une communication vaine sous une apparence de facilité, on voudrait s'enfermer dans son coin, éludant ainsi les difficultés d'une langue plus ardue.
J'accuse
- 23/10/2015 - 14:26
La France éclatée
L'école de la IIIe république s'est efforcée de tuer les langues régionales en les appelant patois et en interdisant aux enfants de les parler. Elle a ainsi construit le France d'aujourd'hui qui, à l'évidence, ne convient pas à tous dans son unité et son indivisibilité. On ne s'interroge pas assez sur les conséquences de restaurer des éléments d'éclatement du peuple français, comme la création de super-régions ou la promotion sans cesse renforcée des langues vernaculaires. On pointe les dangers du nationalisme tout en encensant le régionalisme, alors qu'il s'agit de la même chose à moindre échelle. On multiplie les facteurs de divisions, alors qu'il faudrait faire l'inverse. Je ne vois rien de bon sortir de tout ça.