En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Quand Sarkozy célèbre "la France qu'on aime", plus personne ne s'en aperçoit

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 7 sec
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 22 min 7 sec
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 38 min 42 sec
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 1 heure 27 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 3 heures 23 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 3 heures 49 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 10 min 27 sec
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 27 min 44 sec
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 1 heure 22 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 3 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 3 heures 23 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 15 heures 48 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 18 heures 13 min
© Capture d'écran / France 3 Grenoble
Jean-Yves Coquillat.
© Capture d'écran / France 3 Grenoble
Jean-Yves Coquillat.
Homme de droit

Emeutes de Moirans : le profil atypique de Jean-Yves Coquillat, le procureur de Grenoble qui mène l’enquête

Publié le 23 octobre 2015
La petite ville de Moirans dans l’Isère a été le témoin de scènes d’émeutes ahurissantes. Des voitures ont été détruites. Des barrages édifiés par des individus cagoulés. Dans le viseur de la justice : des gens du voyage et peut-être d’autres. Le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, magistrat atypique, promet la fermeté. Portrait.
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La petite ville de Moirans dans l’Isère a été le témoin de scènes d’émeutes ahurissantes. Des voitures ont été détruites. Des barrages édifiés par des individus cagoulés. Dans le viseur de la justice : des gens du voyage et peut-être d’autres. Le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, magistrat atypique, promet la fermeté. Portrait.

Plutôt massif, cultivant une bonhommie qui cache une incontestable fermeté, tel est apparu hier sur les chaines de télévision, le procureur de Grenoble Jean-Yves Coquillat. C'est lui qui dirige les investigations sur les émeutes qui ont enflammé la ville de Moirans (Isère) et provoqué la destruction de 35 voitures, l’incendie d’un restaurant, l’édification de barrages routiers par des individus cagoulés, et une détérioration des voies ferroviaires entrainant des perturbations importantes au niveau du trafic. Jamais, cette commune de l’Isère de 8 000 habitants - située à une vingtaine de kilomètres de Grenoble- n’avait connu pareil évènement dont l’origine se trouve dans le refus de la justice d’accorder à un détenu, membre de la communauté des gens du voyage, d’obtenir une permission de sortie pour se rendre aux obsèques de son frère mort trois jours plus tôt, dans un accident de voiture à la suite d’un cambriolage. Hier, mercredi 21 octobre, lors d’une conférence de presse, le procureur de Grenoble l’a dit et répété : la fermeté sera la règle, la justice passera pour ceux qui ont commis des actes répréhensibles…Et pour bien montrer qu’il n’agit pas en fonction d’impératifs politiques, il a martelé : "Les interpellations d’émeutiers ne sont pas décidées en fonction d’une volonté politique", avant de préciser : "toute précipitation et toute pression excessive peut nuire au résultat d’une enquête." Une façon de dire à la classe politique tout entière, de droite et de gauche. En substance : laissez la justice travailler et ne vous livrez pas à des commentaires hasardeux.

Tout en martelant, ce que l’on entend peu souvent chez les magistrats, que les peines doivent être effectuées dans leur totalité. Qui est donc ce procureur de la République que la France entière vient de découvrir ? Agé de 59 ans, après sa sortie de l’Ecole nationale de la magistrature en 1978, il effectue un parcours classique puisqu’il est successivement juge d’instruction à Mâcon avant de devenir tour à tour substitut à Mulhouse et Bourg-en-Bresse. En 1994, le voici promu, procureur adjoint à Lyon, puis procureur à Besançon en 2003 où il reste jusqu’à la fin 2011 date à laquelle il est appelé à diriger l’important parquet de Grenoble, où il ne s’est pas fait que des amis, -nous le verrons- notamment chez les avocats. Mais c’est dans la capitale de la Franche-Comté que le procureur Coquillat imprime sa marque. C’est ainsi qu’il bouscule les habitudes du tribunal afin que l’écart entre le prononcé de la peine et son exécution soit le plus court possible. Quand il arrive au tribunal de Besançon, il fallait un an et demi avant qu’un jugement ne soit exécuté. Lui, il décide que, dorénavant, les jugements seront tapés dans les trois semaines et les peines exécutées dans les trois semaines qui suivent. Et pourtant, déjà, phénomène récurrent, la juridiction manque de magistrats et de fonctionnaires. Par contre, s’il classe bon nombre de plaintes soit parce qu’elles ne sont pas poursuivables ou que l’auteur de l’infraction est inconnu, il se montre intraitable avec la délinquance des mineurs. Il ne classe pratiquement aucune plainte. A ses yeux, cette délinquance ne doit en aucun cas être ignorée. A l’époque, le procureur réclamera la création d’un centre de détention fermé pour mineurs. Mais qu’on ne s’y trompe pas : fermeté certes, mais pas tolérance zéro. Et il le dit fréquemment : "Ce n’est pas un signe de faiblesse que de donner sa chance à quelqu’un". Mais le procureur de Grenoble est pugnace. L’échec, il ne le supporte pas, quitte à désavouer ses substituts. C’est ainsi qu’il relancera l’affaire dite du Saut du Doubs. Il s’agissait d’un car transportant des handicapés qui était tombé dans un ravin et avait causé la mort d’une personne. Le substitut, considérant que la conductrice n’avait commis qu’une faute légère, avait, à la surprise des enquêteurs, abandonné les poursuites. Jean-Yves Coquillat, en désaccord avec la position de son substitut les avait réactivées. Quelques années plus tard à Grenoble, le magistrat fait à nouveau parler de lui. C’était en novembre 2012. A cette époque, il avait diligenté une enquête préliminaire visant une avocate, pour faux et production d’un certificat médical de complaisance. L’avocate en question avait sollicité un report d’audience pour raisons médicales la concernant. L’initiative du procureur avait déclenché une grève-qui dura trois jours- des avocats du Tribunal et suscité une lettre ouverte de protestation du président du conseil national des barreaux, Me Christian Charrière-Bournazel à l’intention de Jean-Yves Coquillat. La tension entre le procureur et les avocats s’avéra si forte qu’une demande de saisine du Conseil supérieur de la magistrature avait été faite auprès de la garde des Sceaux, Christiane Taubira. Impétueux Jean-Yves Coquillat ? Sans doute. Rugueux ? Sans doute. Mais aussi peu adepte de la langue de bois. Il l’a démontré, le 17 janvier dernier, lors de la rentrée solennelle du Tribunal lorsqu’il se montre partisan de la dépénalisation de la consommation du cannabis. La raison ? Tout simplement parce que depuis 40 ans, dit-il, la politique répressive dans ce domaine a totalement échoué. Chez les représentants des policiers et gendarmes présents ce jour-là, on tousse un peu… Beaucoup. Aujourd’hui, le procureur se retrouve sur le devant de la scène, pour des faits d’une grande gravité. Mais à ceux qui pensent qu’un magistrat pourrait rendre compte au pouvoir politique qui lui dirait ce qu’il a à faire, Jean-Yves Coquillat a répondu : "L’enquête [sur les événements de Moirans] est conduite sous ma seule responsabilité."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 22/10/2015 - 19:13
Fermeté ? Que c'est drôle
Peut-on raisonnablement attendre d'un "partisan de la dépénalisation de la consommation du cannabis (...) parce que depuis 40 ans, la politique répressive dans ce domaine a totalement échoué" que des personnes sur qui la politique répressive a totalement échoué, soit traitée avec fermeté. Oh, que j'en ai marre qu'on me prenne pour un con !!!!!!!!
alainb
- 22/10/2015 - 14:56
rien d'étonnant.

Les veaux ont voté pour la médiocratie , ils sont servis.
vangog
- 22/10/2015 - 11:29
Chantage syndical, chantage islamiste...
chantage des gitans, chantage des minorités...la gauche a toujours cédé, et elle cédera encore, sinon elle n'est plus la gauche..