En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 36 min 27 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 14 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 33 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 43 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 45 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 4 sec
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 57 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 22 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 54 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 16 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 30 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 30 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 38 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 1 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 22 heures 14 min
© Reuters
D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".
© Reuters
D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".
Droit à l'enfant

L’anonymat du don de sperme contesté devant la justice… et toutes les autres questions délicates que soulève la PMA

Publié le 21 octobre 2015
Le Conseil d'Etat devrait examiner mercredi 20 octobre la requête d'une avocate de 35 ans, conçue par insémination artificielle, et qui cherche à obtenir des informations sur son père biologique. D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".
Jean-René Binet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-René Binet est professeur de droit privé à l’université de Franche-Comté. Spécialiste réputé des questions de bioéthique, il est auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles relatifs au droit des personnes et de la famille, à la bioéthique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil d'Etat devrait examiner mercredi 20 octobre la requête d'une avocate de 35 ans, conçue par insémination artificielle, et qui cherche à obtenir des informations sur son père biologique. D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".

Atlantico : Le Conseil d'Etat devrait examiner mercredi 21 octobre la requête d'une avocate de 35 ans, conçue par insémination artificielle, et qui cherche à obtenir des informations sur son père biologique. D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale". Dans quelle mesure aujourd’hui l'anonymat du don inscrit dans la loi se heurte à la position de la CEDH qui a mis en avant "l'intérêt vital" quant à la connaissance de sa filiation ?

Jean-René Binet : Le droit français consacre une règle d’anonymat absolu en cas de recours à un don de gamtète. A l’échelle internationale, il s’agit d’une solution isolée : la plupart des États qui admettent le recours à un tiers donneur prévoient, au minimum, un accès aux données non identifiantes et, la plupart du temps, un accès à l'identité du donneur. De plus, plusieurs États qui, à l'instar de la France, avaient opté pour la règle du secret y ont récemment renoncé, comme en témoignent les réformes accomplies aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse. On ne voit pas comment une telle évolution pourrait ne pas conduire la Cour européenne des droits de l’homme, si elle était saisie du problème, à ne pas sanctionner la France.

Dans le cas d'une fin d'anonymat, le risque n'est-il pas la fin du don de spermatozoïdes et donc de la PMA ?

C’est cette crainte qui a conduit à la consécration de la règle de l’anonymat en 1994 et à son maintien lors de la révision de la loi de bioéthique en 2011. Le projet de loi prévoyait en effet que les enfants nés à la suite d'un don de gamètes pourraient, s'ils en exprimaient le souhait après leur majorité, accéder à certaines informations non-identifiantes : l'âge du donneur, son état de santé, ses caractéristiques physiques, sa situation familiale et sa catégorie socioprofessionnelle, sa nationalité et, plus important peut-être, les motivations de son don. De plus, le projet prévoyait un accès à l'identité du donneur, à la condition que celui-ci, informé de la demande, y consente. Ce projet, équilibré, répondait parfaitement au problème posé par la demanderesse dans l’affaire que jugera le Conseil d’Etat. Fallait-il craindre le tarissement des dons de sperme ? Peut-être pas car on observe que dans les pays qui ont abandonné la règle de l’anonymat, les dons n’ont pas cessé. Cette crainte semble donc excessive.

En toile de fond, le mythe d'Oedipe et donc la question de la consanguinité. Cette crainte est-elle fondée ? 

La loi limite le nombre d’enfants nés d’un même don de sperme à dix. Ces enfants étant conçus autour d’un même établissement, les risques de consanguinité existent, à l’évidence. Cependant, pour savoir si ces risques sont importants, la question mériterait certainement d’être posée à un statisticien plus qu’à un juriste.

Quels sont les différents enjeux actuellement sur la PMA en matière de technologies et de situations ? 

Les enjeux sont multiples. Pour ne pas risquer de passer à côté des problèmes fondamentaux, il me semble essentiel qu’en la matière la loi ne perde jamais de vue l’intérêt de l’enfant. Il me semble dès lors indispensable que la loi maintienne la fiction structurante qui charpente le droit de l’assistance médicale à la procréation : dans la mesure du possible, faire comme si l'enfant avait été conçu sans assistance médicale et, surtout, lui permettre d'y croire ou de prétendre y croire. Pour y parvenir, il est alors indispensable d’éviter les situations trop complexes. C'est la raison pour laquelle la gestation pour autrui, la procréation post-mortem ou dans les couples de même sexe sont interdites. L’affaire soumise au Conseil d’Etat illustre combien il est périlleux de créer des situations complexes en n’envisageant l’admissibilité des techniques qu’à l’aune de l’intérêt des adultes. Lorsque le recours au don de gamètes a été autorisé, tout à été fait pour garantir que le donneur ne serait jamais personnellement impliqué dans la vie de l’enfant à naître. Cependant, cette affaire et quelques autres démontrent que l’enfant né du don peut ressentir le besoin de savoir d’où il vient. C’est une demande que le droit ne peut plus feindre d’ignorer.

Aujourd'hui, qui définit les limites éthiques en matière de PMA ?

Les questions éthiques sont du ressort du Comité consultatif national d’éthique. Mais en la matière, l’éthique n’est pas suffisante car les questions de filiation relèvent du domaine de la loi. Le législateur doit assumer ses responsabilités. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 22/10/2015 - 19:34
Oui, j'ai bien lu
Oui, j'ai bien lu, et même relu "Dans la mesure du possible, faire comme si l'enfant avait été conçu sans assistance médicale et, surtout, lui permettre d'y croire ou de prétendre y croire". Ce type est timbré. On sait très bien qu'il n'y a rien de pire que le non-dit pour le développement d'un enfant. Et quoi ? qui oserait encore dire aux parents adoptants qu'il ne faut pas dire la vérité à l'enfant ? Je suis sur le c.. Le droit aux origines, c'est pour tout le monde. Si une génitrice ne peut plus accoucher sous X, pourquoi un géniteur aurait-il droit à l'anonymat ?