En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 41 min 2 sec
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 56 min 34 sec
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 1 heure 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 1 heure 57 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 20 heures 14 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 21 heures 28 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 45 min 38 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 1 heure 38 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 1 heure 48 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 2 heures 22 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 4 heures 14 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 19 heures 34 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 21 heures 13 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 1 jour 6 min
© Reuters
D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".
© Reuters
D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".
Droit à l'enfant

L’anonymat du don de sperme contesté devant la justice… et toutes les autres questions délicates que soulève la PMA

Publié le 21 octobre 2015
Le Conseil d'Etat devrait examiner mercredi 20 octobre la requête d'une avocate de 35 ans, conçue par insémination artificielle, et qui cherche à obtenir des informations sur son père biologique. D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".
Jean-René Binet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-René Binet est professeur de droit privé à l’université de Franche-Comté. Spécialiste réputé des questions de bioéthique, il est auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles relatifs au droit des personnes et de la famille, à la bioéthique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil d'Etat devrait examiner mercredi 20 octobre la requête d'une avocate de 35 ans, conçue par insémination artificielle, et qui cherche à obtenir des informations sur son père biologique. D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".

Atlantico : Le Conseil d'Etat devrait examiner mercredi 21 octobre la requête d'une avocate de 35 ans, conçue par insémination artificielle, et qui cherche à obtenir des informations sur son père biologique. D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale". Dans quelle mesure aujourd’hui l'anonymat du don inscrit dans la loi se heurte à la position de la CEDH qui a mis en avant "l'intérêt vital" quant à la connaissance de sa filiation ?

Jean-René Binet : Le droit français consacre une règle d’anonymat absolu en cas de recours à un don de gamtète. A l’échelle internationale, il s’agit d’une solution isolée : la plupart des États qui admettent le recours à un tiers donneur prévoient, au minimum, un accès aux données non identifiantes et, la plupart du temps, un accès à l'identité du donneur. De plus, plusieurs États qui, à l'instar de la France, avaient opté pour la règle du secret y ont récemment renoncé, comme en témoignent les réformes accomplies aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse. On ne voit pas comment une telle évolution pourrait ne pas conduire la Cour européenne des droits de l’homme, si elle était saisie du problème, à ne pas sanctionner la France.

Dans le cas d'une fin d'anonymat, le risque n'est-il pas la fin du don de spermatozoïdes et donc de la PMA ?

C’est cette crainte qui a conduit à la consécration de la règle de l’anonymat en 1994 et à son maintien lors de la révision de la loi de bioéthique en 2011. Le projet de loi prévoyait en effet que les enfants nés à la suite d'un don de gamètes pourraient, s'ils en exprimaient le souhait après leur majorité, accéder à certaines informations non-identifiantes : l'âge du donneur, son état de santé, ses caractéristiques physiques, sa situation familiale et sa catégorie socioprofessionnelle, sa nationalité et, plus important peut-être, les motivations de son don. De plus, le projet prévoyait un accès à l'identité du donneur, à la condition que celui-ci, informé de la demande, y consente. Ce projet, équilibré, répondait parfaitement au problème posé par la demanderesse dans l’affaire que jugera le Conseil d’Etat. Fallait-il craindre le tarissement des dons de sperme ? Peut-être pas car on observe que dans les pays qui ont abandonné la règle de l’anonymat, les dons n’ont pas cessé. Cette crainte semble donc excessive.

En toile de fond, le mythe d'Oedipe et donc la question de la consanguinité. Cette crainte est-elle fondée ? 

La loi limite le nombre d’enfants nés d’un même don de sperme à dix. Ces enfants étant conçus autour d’un même établissement, les risques de consanguinité existent, à l’évidence. Cependant, pour savoir si ces risques sont importants, la question mériterait certainement d’être posée à un statisticien plus qu’à un juriste.

Quels sont les différents enjeux actuellement sur la PMA en matière de technologies et de situations ? 

Les enjeux sont multiples. Pour ne pas risquer de passer à côté des problèmes fondamentaux, il me semble essentiel qu’en la matière la loi ne perde jamais de vue l’intérêt de l’enfant. Il me semble dès lors indispensable que la loi maintienne la fiction structurante qui charpente le droit de l’assistance médicale à la procréation : dans la mesure du possible, faire comme si l'enfant avait été conçu sans assistance médicale et, surtout, lui permettre d'y croire ou de prétendre y croire. Pour y parvenir, il est alors indispensable d’éviter les situations trop complexes. C'est la raison pour laquelle la gestation pour autrui, la procréation post-mortem ou dans les couples de même sexe sont interdites. L’affaire soumise au Conseil d’Etat illustre combien il est périlleux de créer des situations complexes en n’envisageant l’admissibilité des techniques qu’à l’aune de l’intérêt des adultes. Lorsque le recours au don de gamètes a été autorisé, tout à été fait pour garantir que le donneur ne serait jamais personnellement impliqué dans la vie de l’enfant à naître. Cependant, cette affaire et quelques autres démontrent que l’enfant né du don peut ressentir le besoin de savoir d’où il vient. C’est une demande que le droit ne peut plus feindre d’ignorer.

Aujourd'hui, qui définit les limites éthiques en matière de PMA ?

Les questions éthiques sont du ressort du Comité consultatif national d’éthique. Mais en la matière, l’éthique n’est pas suffisante car les questions de filiation relèvent du domaine de la loi. Le législateur doit assumer ses responsabilités. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 22/10/2015 - 19:34
Oui, j'ai bien lu
Oui, j'ai bien lu, et même relu "Dans la mesure du possible, faire comme si l'enfant avait été conçu sans assistance médicale et, surtout, lui permettre d'y croire ou de prétendre y croire". Ce type est timbré. On sait très bien qu'il n'y a rien de pire que le non-dit pour le développement d'un enfant. Et quoi ? qui oserait encore dire aux parents adoptants qu'il ne faut pas dire la vérité à l'enfant ? Je suis sur le c.. Le droit aux origines, c'est pour tout le monde. Si une génitrice ne peut plus accoucher sous X, pourquoi un géniteur aurait-il droit à l'anonymat ?