En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 12 heures 35 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 14 heures 1 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 19 heures 59 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 20 heures 2 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 12 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 13 heures 46 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 19 heures 59 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 19 heures 59 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 20 heures 2 min
© Reuters
D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".
© Reuters
D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".
Droit à l'enfant

L’anonymat du don de sperme contesté devant la justice… et toutes les autres questions délicates que soulève la PMA

Publié le 21 octobre 2015
Le Conseil d'Etat devrait examiner mercredi 20 octobre la requête d'une avocate de 35 ans, conçue par insémination artificielle, et qui cherche à obtenir des informations sur son père biologique. D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".
Jean-René Binet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-René Binet est professeur de droit privé à l’université de Franche-Comté. Spécialiste réputé des questions de bioéthique, il est auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles relatifs au droit des personnes et de la famille, à la bioéthique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil d'Etat devrait examiner mercredi 20 octobre la requête d'une avocate de 35 ans, conçue par insémination artificielle, et qui cherche à obtenir des informations sur son père biologique. D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale".

Atlantico : Le Conseil d'Etat devrait examiner mercredi 21 octobre la requête d'une avocate de 35 ans, conçue par insémination artificielle, et qui cherche à obtenir des informations sur son père biologique. D'après la requérante, la loi viole l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme sur le "droit au respect de la vie privée et familiale". Dans quelle mesure aujourd’hui l'anonymat du don inscrit dans la loi se heurte à la position de la CEDH qui a mis en avant "l'intérêt vital" quant à la connaissance de sa filiation ?

Jean-René Binet : Le droit français consacre une règle d’anonymat absolu en cas de recours à un don de gamtète. A l’échelle internationale, il s’agit d’une solution isolée : la plupart des États qui admettent le recours à un tiers donneur prévoient, au minimum, un accès aux données non identifiantes et, la plupart du temps, un accès à l'identité du donneur. De plus, plusieurs États qui, à l'instar de la France, avaient opté pour la règle du secret y ont récemment renoncé, comme en témoignent les réformes accomplies aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse. On ne voit pas comment une telle évolution pourrait ne pas conduire la Cour européenne des droits de l’homme, si elle était saisie du problème, à ne pas sanctionner la France.

Dans le cas d'une fin d'anonymat, le risque n'est-il pas la fin du don de spermatozoïdes et donc de la PMA ?

C’est cette crainte qui a conduit à la consécration de la règle de l’anonymat en 1994 et à son maintien lors de la révision de la loi de bioéthique en 2011. Le projet de loi prévoyait en effet que les enfants nés à la suite d'un don de gamètes pourraient, s'ils en exprimaient le souhait après leur majorité, accéder à certaines informations non-identifiantes : l'âge du donneur, son état de santé, ses caractéristiques physiques, sa situation familiale et sa catégorie socioprofessionnelle, sa nationalité et, plus important peut-être, les motivations de son don. De plus, le projet prévoyait un accès à l'identité du donneur, à la condition que celui-ci, informé de la demande, y consente. Ce projet, équilibré, répondait parfaitement au problème posé par la demanderesse dans l’affaire que jugera le Conseil d’Etat. Fallait-il craindre le tarissement des dons de sperme ? Peut-être pas car on observe que dans les pays qui ont abandonné la règle de l’anonymat, les dons n’ont pas cessé. Cette crainte semble donc excessive.

En toile de fond, le mythe d'Oedipe et donc la question de la consanguinité. Cette crainte est-elle fondée ? 

La loi limite le nombre d’enfants nés d’un même don de sperme à dix. Ces enfants étant conçus autour d’un même établissement, les risques de consanguinité existent, à l’évidence. Cependant, pour savoir si ces risques sont importants, la question mériterait certainement d’être posée à un statisticien plus qu’à un juriste.

Quels sont les différents enjeux actuellement sur la PMA en matière de technologies et de situations ? 

Les enjeux sont multiples. Pour ne pas risquer de passer à côté des problèmes fondamentaux, il me semble essentiel qu’en la matière la loi ne perde jamais de vue l’intérêt de l’enfant. Il me semble dès lors indispensable que la loi maintienne la fiction structurante qui charpente le droit de l’assistance médicale à la procréation : dans la mesure du possible, faire comme si l'enfant avait été conçu sans assistance médicale et, surtout, lui permettre d'y croire ou de prétendre y croire. Pour y parvenir, il est alors indispensable d’éviter les situations trop complexes. C'est la raison pour laquelle la gestation pour autrui, la procréation post-mortem ou dans les couples de même sexe sont interdites. L’affaire soumise au Conseil d’Etat illustre combien il est périlleux de créer des situations complexes en n’envisageant l’admissibilité des techniques qu’à l’aune de l’intérêt des adultes. Lorsque le recours au don de gamètes a été autorisé, tout à été fait pour garantir que le donneur ne serait jamais personnellement impliqué dans la vie de l’enfant à naître. Cependant, cette affaire et quelques autres démontrent que l’enfant né du don peut ressentir le besoin de savoir d’où il vient. C’est une demande que le droit ne peut plus feindre d’ignorer.

Aujourd'hui, qui définit les limites éthiques en matière de PMA ?

Les questions éthiques sont du ressort du Comité consultatif national d’éthique. Mais en la matière, l’éthique n’est pas suffisante car les questions de filiation relèvent du domaine de la loi. Le législateur doit assumer ses responsabilités. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 22/10/2015 - 19:34
Oui, j'ai bien lu
Oui, j'ai bien lu, et même relu "Dans la mesure du possible, faire comme si l'enfant avait été conçu sans assistance médicale et, surtout, lui permettre d'y croire ou de prétendre y croire". Ce type est timbré. On sait très bien qu'il n'y a rien de pire que le non-dit pour le développement d'un enfant. Et quoi ? qui oserait encore dire aux parents adoptants qu'il ne faut pas dire la vérité à l'enfant ? Je suis sur le c.. Le droit aux origines, c'est pour tout le monde. Si une génitrice ne peut plus accoucher sous X, pourquoi un géniteur aurait-il droit à l'anonymat ?