En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

07.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

ça vient d'être publié
décryptage > France
Solidité

Résilience : oui, la crise est profonde, non l’apocalypse occidentale n’est pas en cours

il y a 22 min 16 sec
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 10 heures 25 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 13 heures 7 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 13 heures 57 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 16 heures 4 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 17 heures 13 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 18 heures 36 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 19 heures 43 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 21 heures 31 min
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 9 heures 49 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 10 heures 47 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 13 heures 29 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 14 heures 54 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 16 heures 48 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 18 heures 4 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 19 heures 2 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 20 heures 49 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 21 heures 57 min
Législatives égyptiennes

Egypte : "Les Frères musulmans et les salafistes ne forment pas un bloc islamiste uni"

Publié le 07 décembre 2011
Les islamistes sont les grands vainqueurs du premier tour des législatives égyptiennes avec 65% des voix. Mais attention à ne pas confondre les Frères musulmans (36,62%) et les salafistes (24,36%)...
Jean-Paul Burdy est maître de conférences d'histoire au Master "Méditerranée- Moyen-Orient" de l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble. Il est spécialiste de la Turquie, de l'Iran et du Moyen-Orient, dont il chronique l'actualité sur son site.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Burdy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Burdy est maître de conférences d'histoire au Master "Méditerranée- Moyen-Orient" de l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble. Il est spécialiste de la Turquie, de l'Iran et du Moyen-Orient, dont il chronique l'actualité sur son site.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les islamistes sont les grands vainqueurs du premier tour des législatives égyptiennes avec 65% des voix. Mais attention à ne pas confondre les Frères musulmans (36,62%) et les salafistes (24,36%)...

Atlantico : Lors du premier tour des élections législatives en Egypte l'ensemble des mouvements islamistes a été crédité officiellement de 65% des voix. Comment expliquer un tel succès ?

Jean-Paul Burdy : Rappelons d'abord par précaution que le processus électoral législatif n'est pas terminé en Egypte. Il va durer jusqu'en janvier, en plusieurs temps. Pour le moment 17 millions d'Egyptiens ont voté sur environ 40 millions. On peut néanmoins commenter dès à présent les tendances de la première étape. Dire que "les islamistes ont remporté 65% des suffrages" est contestable, car on additionne des forces politiques qui ne peuvent être considérées comme formant un seul bloc. En réalité, il existe deux sous-ensembles.

Les Frères musulmans arrivent en tête avec environ 40% des suffrages. C'était attendu, compte tenu de la forte présence sur le terrain de ce vieux parti politique égyptien tout au long de la campagne électorale. Ce qui est assez remarquable, c'est que nous en sommes à la troisième consultation électorale en quelques semaines dans trois pays différents, et que dans chaque cas, les partis se réclamant des Frères musulmans obtiennent environ 40% des suffrages: ça a d'abord été le cas en Tunisie, avec le parti Ennahda de Rached Ghannouchi; puis au Maroc, avec le parti de la Justice et du Développement (PJD) de Abdelilah Benkirane; et enfin en Egypte, avec les Frères musulmans de Mohammed Badie, qui se sont présentés sous l'étiquette du parti Liberté et Justice (PLJ) . Trois pays ayant des histoires, des régimes et des paysages sociaux différents, mais le même score pour le principal parti islamiste.

L'autre force politique islamiste égyptienne, ce sont les salafistes, qui se sont principalement présentés sous l'étiquette du parti al-Nour. Ils obtiendraient pratiquement 25% des suffrages. C'est là la vraie surprise, car personne ne les pensait si haut : les estimations leur attribuaient plutôt aux environs de 10-12%. Le score des salafistes surprend également les Frères musulmans, et les gêne sans doute aussi, car ils vont devoir composer avec une force qu'ils ne pensaient pas si populaire.

 

Quelle est la différence entre les salafistes et les Frères musulmans ? 

Les Frères musulmans sont une force politique ancienne. Le parti a été fondé en 1928, il a été très actif dans les années 1930 et 1940, il a été dissous et pourchassé par Gamal Abdel Nasser dans les années 1950-1960, réhabilité discrètement sous Anouar el- Sadate dans les années 1970.

Depuis 1981, le régime d'Hosni Moubarak a joué au chat et à la souris avec eux : il leur a interdit de se présenter aux élections en tant que Frères, les obligeant à des "candidatures indépendantes". Il a aussi limité le nombre de députés qu'ils étaient en droit d'attendre. Il a régulièrement arrêté et emprisonné certains dirigeants des Frères. En revanche, ceux-ci étaient autorisés  à oeuvrer dans le domaine de l'action sociale et caritative : ils ont aidé les populations démunies, ouvert des dispensaires, offert des "paniers de la ménagère", distribué des vêtements et du matériel scolaire, etc. C'est la seule force politique qui a mené ce travail sur le terrain social en direction des couches populaires. Les militants des Frères musulmans, issus des couches moyennes (beaucoup de médecins, d'avocats, d'ingénieurs...) sont donc connus de leurs électeurs. Ils sont apparus ces derniers mois comme la seule grande force politique non compromise avec le régime Moubarak, et crédible socialement.

Plus surprenante est l'irruption politique des salafistes. C'est un groupe qui, dans l'ensemble du monde musulman depuis deux décennies environ (mais aussi chez certains musulmans installés en Occident), entend rétablir les pratiques et les usages du temps du Prophète Mahomet et de ses compagnons. Cela passe, en particulier, par l'apparence : port de la barbe non taillée pour les hommes (mais pas de la moustache); des choix vestimentaires (pour les hommes: calotte, tunique flottante, pantalons courts serrés aux chevilles. Pour les femmes le voile intégral si possible, les gants, etc.) Avec un respect scrupuleux de rites dans la vie quotidienne (comment manger, se laver, etc.).  

C'est un mouvement puritain et ritualiste, qui s'inscrit dans la "réislamisation" des sociétés musulmanes. Il est inspiré et financé par l'Arabie saoudite, et on compare parfois le salafisme au wahhabisme saoudien. Jusqu'à présent toutefois, on estimait que les salafistes ne s'inscrivaient pas dans l'action politique. C'est d'ailleurs pourquoi les régimes arabes les ont tolérés, considérant que leur action de réislamisation traditionnaliste ne posait pas de problèmes. Or, plusieurs partis salafistes activistes se sont organisés en Egypte, et le parti al-Nour vient de percer spectaculairement. En Tunise aussi, ces derniers jours, on voit des groupes salafistes intervenir bruyamment dans le débat politique en manifestant à Tunis et d'autres villes.

 

Quel serait l'impact d'une arrivée au pouvoir des deux partis islamistes pour l'Egypte ? 

Nous n'en sommes pas encore là. Constatons d'abord qu'en Tunisie, comme au Maroc et en Egypte, les partis de la mouvance des Frères musulmans inscrivent leur démarche politique dans le cadre du jeu démocratique et parlementaire. Et se réfèrent explicitement au "modèle turc" du parti AKP du premier ministre Recep Tayyip Erdoğan. Ensuite, ces partis sont arrivés en tête, mais ne disposent pas d'une majorité parlementaire. Ils doivent donc conclure des alliances, des coalitions. En Tunisie et au Maroc, ces alliances ont l'air de vouloir se faire plutôt avec des partis de centre-gauche. En Egypte, on ne sait pas ce que les Frères vont faire de leur 40% de voix : des alliances avec les libéraux (des partis "laïques" de centre droit) sont peut-être plus vraisemblables qu'une alliance avec les salafistes. On ne sait pas ce que ces derniers veulent faire, ou peuvent faire, de leurs 25%.

En revanche, les Frères musulmans étant un parti "conservateur de droite" se référant bien sûr à l'islam comme source d'inspiration, on peut s'attendre à un renforcement de la "réislamisation" de la société égyptienne. On surveillera donc attentivement deux indices:

  • La place accordée à la charia comme source d'inspiration de la législation civile.
  • Et l'évolution du statut des femmes en matière de contrôle du vêtement et des couvre-chefs (foulard, voile, niqab, etc.), et en matière de droits personnels (polygamie, répudiation, divorce).

 

Si, par hypothèse, on allait en Egypte vers une alliance des Frères et des salafistes, on entrerait alors dans une évolution inédite du paysage politique et social. Nous n'en sommes pas encore là pour le moment.

 

Propos recueillis par Caroline Long

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

07.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
de Winecki
- 07/12/2011 - 19:41
Détournons le regard
Un troisième indice qui serait aussi intéressant à suivre, c'est le sort des Chrétiens d'Égypte. Mais cela semble pour Jean-Paul Burdy un détail tout à fait négligeable.
sam84
- 06/12/2011 - 18:27
Appeler democratie une theocratie il faut le faire
Lorsque les nations théocratiques musulmanes auront signés la chartes des droits universels de l'homme de l'ONU et a condition qu'ils les respectent on pourra commencer a parler de démocratie Pour l'instant tout ces pays sont des théocraties plus ou moins autocrates,ou les libertés et l'égalité sont encadrés par les religieux Quand a la Turquie la laïcité d'Ataturk recule chaque jour
locke
- 06/12/2011 - 10:35
Wait & see..
Une démocratie mise en place c'est déjà ça. Le score des salafistes n'est pas étonnant dans le sens ou la cocotte minute est restée fermée trop longtemps. et il faudra du temps et de la pédagogie pour atténuer ce score. Une démocratie ça se construit dans la durée ce n'est pas une génération spontanée (regardez la Russie, démocratie de pacotilles certes, mais petit à petit les scores changent..).