En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

05.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 1 heure 46 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 5 heures 57 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 6 heures 35 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 8 heures 30 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 9 heures 48 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 11 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 13 heures 56 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 2 heures 59 sec
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 6 heures 12 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 7 heures 39 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 9 heures 9 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 12 heures 11 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 12 heures 40 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 14 heures 19 min
Mare nostrum

Stop à l’obsession allemande, la France ne doit pas oublier son destin méditerranéen

Publié le 06 décembre 2011
L'avenir européen de la France passe-t-il forcément par le couple franco-allemand ? C'est ce que semble croire la France, qui commet ainsi l'erreur stratégique de négliger sa façade géopolitique méditerranéenne.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'avenir européen de la France passe-t-il forcément par le couple franco-allemand ? C'est ce que semble croire la France, qui commet ainsi l'erreur stratégique de négliger sa façade géopolitique méditerranéenne.

La France commet une double erreur stratégique en s’agrippant au couple franco-allemand comme une moule à son bouchot. Cette erreur a des conséquences dévastatrices dès lors qu’elle devient le substrat de la construction européenne à l’exclusion de tout autre modèle ou de tout autre ambition.

L’axe franco-allemand affaiblit la France

Beaucoup de Français sont aujourd’hui convaincus que le dynamisme du couple franco-allemand est la seule façon pour la France de peser efficacement en Europe et dans le monde. Ceux-là se sont laissés berner par l’idée, qui sonne maintenant comme l’un des habituels lieux communs de la pensée unique, selon laquelle la France est au mieux une puissance régionale moyenne dont la visibilité dans le monde passe forcément par une Europe germanocentrée.

Au nom de cette illusion, la France a accepté sans broncher depuis vingt ans une série de couleuvres dont nous mesurons aujourd’hui les conséquences pour le rayonnement de notre République : réunification de l’Allemagne sans contrepartie diplomatique, désignation de Berlin comme capitale, élargissement bâclé de l’Union à l’ensemble des pays traditionnellement germanophiles, Pologne exceptée (si l’on considère que la France y reste une référence). L’Europe des 27 est une Europe délibérément favorable à l’Allemagne, et constitue un débouché naturel pour ses produits.

Pire, nous avons accepté de mener une politique économique étrangère à notre tradition pour satisfaire les exigences allemandes: désinflation, monnaie forte, banque centrale indépendante des peuples et obligée, par les traités, à la seule stabilité financière, sans prise en compte des conséquences sociales de ses choix. Le résultat est criant : l’euro, né à peu près à parité avec le dollar, s’est apprécié de près de 50% en 10 ans. Cette politique a systématiquement avantagé l’industrie allemande, et dévasté la nôtre. En effet, l’euro fort permet à l’Allemagne un approvisionnement énergétique à prix cassé (elle peut d’ailleurs se permettre de sortir du nucléaire...), sans pénaliser ses exportations, puisque la compétitivité de l’industrie allemande n’est qu’assez peu dépendante de ses prix. Notre industrie, qui exporte historiquement grâce à la faiblesse de ses prix, et qui a par ailleurs atteint un pic de productivité reconnu par les statistiques de l’OCDE, s’est en revanche pris, par le seul fait de l’euro fort, un déficit de compétitivité de 50% en 10 ans.

Croire que ce marasme se résoudra par un approfondissement de la collaboration avec l’Allemagne est évidemment la répétition d’une erreur bien connue, commise au siècle dernier. En réalité, le couple franco-allemand dans l’Europe des 9 ou des 10 constituait un noyau central utile à la consolidation d’un projet continental cohérent. Dans l’Europe des 27, il sert juste à domestiquer ou neutraliser la France, devenue simple banlieue d’un projet germanocentrique.  

La France n’est grande que par la Méditerranée

L’illusion fut sans doute d’imaginer que le Traité de Rome permettait de faire table rase de l’histoire européenne et de construire sur une rationalité pure, vierge de tout passif et de tout héritage culturel et diplomatique. La crise de l’euro que nous traversons permet de démythifier cette illusion. Elle nous rappelle que les faits sont têtus : les rivalités européennes sont encore à l’oeuvre dans la construction communautaire.

C’est pourquoi, en tournant le dos à la Méditerranée pour entrer dans un huis clos stratégique avec l’Allemagne, la France s’est dangereusement affaiblie et découverte.

Historiquement, la Méditerranée constitue notre sphère naturelle de prospérité, qu’elle soit économique ou culturelle. Sans cette façade maritime méridionale, la France n’aurait pu se construire, comme elle l’a fait pendant 2 500 ans, et elle n’aurait jamais connu le rayonnement mondial qu’on lui connaît. Les liens de toujours entre la France et l’Italie, entre la France et l’Afrique, notre compagnonnage spontané avec l’Espagne, sont au fondement de notre civilisation et de notre grandeur. Imagine-t-on le patrimoine français sans référence à la culture gréco-latine? Imagine-t-on un droit de veto de la France à l’ONU si elle n’avait tenu la place qu’elle devrait précieusement préserver en Afrique et dans le bassin méditerranéen ?

De ce point de vue, la France enchaîne depuis plusieurs mois les contre-sens historiques. Les humiliations que nous infligeons injustement aux Grecs et aux Italiens à l’occasion de la crise de l’euro, les stratégies de rupture que nous développons en Libye ou en Syrie, sont des choix malheureux.

Ils sont en cohérence avec une politique funeste menée depuis plusieurs années: refus de l’entrée de la Turquie dans l’Union, désintérêt patent pour les coopérations renforcées avec le Maghreb dans le cadre communautaire, méfiance institutionnelle vis-à-vis de l’Islam, avec qui nous avons coexisté pacifiquement pendant des siècles. Et regardons simplement l’état de décrépitude dans lequel nous laissons le port de Marseille. Il est une preuve évidente que nous fuyons notre destin méditerranéen, source de notre grandeur, pour nous enfermer dans un délétère couple franco-allemand.

En vérité, la France ne retrouvera sa place et sa prospérité qu’en jouant le rôle que son histoire lui confie : celui de constituer un grand bloc de prospérité de l’embouchure de l’Escaut jusqu’au Sahara, de la mer du Nord jusqu’au canal de Suez.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rhytton
- 09/12/2011 - 10:55
Pour conquerir le monde, il ne faut pas avoir une vue courte...
Mais que fait-on du Delta du Mekong et de Pondichery??
En vérité la France ne retrouvera sa place et sa prospérité qu’en jouant le rôle que son Histoire lui confie : celui de constituer un grand bloc de prospérité de Mercure a Pluton.
Takezo
- 08/12/2011 - 08:28
@frederichlist
enfin oui je préfère un état libéral. Je me méfie de l'état tout puissant, l'état qui se mêle de tout et qui finit par une dictature tant son désir de contrôle est implacable.
Takezo
- 08/12/2011 - 08:24
@frederichlist
et par pitié encore une fois, le rapprochement de l'Allemagne et de la France (et d'autres pays) ne signifie pas que l'un va adopter le code du travail de l'autre ou son code pénal ou je ne sais quoi. On ne va pas tous danser en lederhose avec une bière à la main.