En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 2 heures 5 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 2 heures 49 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 5 heures 17 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 6 heures 1 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 8 heures 8 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 31 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 9 heures 6 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 9 heures 24 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 30 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 4 heures 5 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 32 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 29 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 8 heures 37 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 8 heures 58 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 9 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
La peur de l'autre

Derrière la perspective d’une 3e intifada, la question piège : y-a-t-il encore quelqu’un qui croit à la paix chez les Israéliens comme chez les Palestiniens ?

Publié le 16 octobre 2015
En Israël comme en Palestine, les camps qui se mobilisaient pour la paix semblent baisser les bras. S'ils sont plusieurs parmi les deux peuples à chercher une solution pacifiste, les espoirs de paix reculent dans les mentalités, comme en témoigne un sondage mené par le Palestinian Center for Policy and Survey (PSR). L'un comme l'autre s'imaginent et se prêtent des intentions menaçantes et la situation explosive pourrait déboucher sur une troisième intifada.
Gil Mihaely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gil Mihaely est historien et journaliste. Il est actuellement éditeur et directeur de Causeur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Israël comme en Palestine, les camps qui se mobilisaient pour la paix semblent baisser les bras. S'ils sont plusieurs parmi les deux peuples à chercher une solution pacifiste, les espoirs de paix reculent dans les mentalités, comme en témoigne un sondage mené par le Palestinian Center for Policy and Survey (PSR). L'un comme l'autre s'imaginent et se prêtent des intentions menaçantes et la situation explosive pourrait déboucher sur une troisième intifada.

U

n récent sondage mené en Juin 2015 par le Palestinian Center for Policy and Survey (PSR) et épaulé par le Konrad Adenauer Fondation basé à Ramallah et à Jerusalem (voir ici) fait état de la mentalité des Palestiens et des Israéliens sur une possible paix durable dans le pays. Le sondage, comparé à celui mené l'année passée, montre clairement qu'au sein des deux camps, la possibilité de la création d'un second Etat s'envisage de moins en moins : 62 Israéliens sur 100 se disaient favorables à cette solution, quand cette année ils ne sont plus que 51 sur 100. Les Palestiniens se prononçaient favorables à 54% en 2014, et le sont à 51% en 2014.

Outre la chute de l'espoir de la naissance d'un nouvel Etat, on constate également la crainte (plus stable, cette fois-ci) des intentions de l'autre. Chaque camp, Palestinien comme Israélien, prête à l'autre des intentions nuisibles et dangereuses à son égard. Ainsi, tous deux se voient comme des "dangers existentiels".  Plus de la moitié des Palestiniens (56%) imaginent que les intentions d'Israël sont motivées par une certaine forme d'expansionnisme qui pousserait le pays à élargir ses frontières de la Mer Méditerranée à la rivière Jourdain. 25% sont plus durs et jugent qu'Israël cherche avant tout à conquérir la Cisjordanie et à nier les droits politiques des Palestiniens. Parmi les Israéliens, une minorité (18%) prêtent aux Palestiniens la volonté de conquérir l'Etat d'Israël. En revanche, ils sont 43% à penser que les Palestiniens souhaitent à terme conquérir l'Etat d'Israël et massacrer la majorité de la population juive.

L'espoir de la création d'un Etat Palestinien s'amenuise entre 2014 et 2015, mais les craintes vis-à-vis de l'autre perdurent.

 

Atlantico : Du côté israélien comme du côté palestinien, même s'il ne fait pas de doute qu'il souhaite toujours la paix, le camp de la paix ne semble plus y croire. Faites-vous ce constat ? Qu'en pensez-vous ? Comment en est-on arrivé là ?

Gil Mihaely : Depuis quelques années il n’y a plus de négociations publiques entre Israël et l’Autorité Palestinienne et donc pas d’horizon politique. Pour Israël la raison est simple : l’échec du processus engagé en 2005 avec le retrait de l’armée et des civils de la bande de Gaza et le nord de la Cisjordanie. Netanyahou est au pouvoir parce qu’une majorité d’électeurs croit que se retirer de de la Cisjordanie et y laisser le contrôle à un Etat palestinien va aboutir au même résultat qu’à Gaza : une plate-forme de tir de roquettes dirigée par des islamistes. Les révolutions arabes et surtout ce qui se passe dans le Sinaï et en Syrie confortent ce constat : les sociétés arabes ont du mal à créer des Etats stables et capables d’assurer un niveau acceptable de sécurité et d’ordre à l’intérieur comme à l’extérieur de leurs frontières. C’est pourquoi avec la meilleure volonté au monde, les Israéliens ne pensent plus que les Palestiniens sont capables de faire mieux que les Syriens, les Libanais, les Libyens, les Yéménites, les Irakiens ou les Soudanais. Cependant il y en a aussi une grosse minorité en Israël qui croit toujours le contraire mais le problème est que le maximum qu’ils sont prêts à céder aux Palestiniens est encore loin du minimum exigé par ces derniers, notamment pour ce qui concerne Jérusalem et les retours de réfugiés dans leurs villes et villages d’origine à l’intérieur d’Israël. Bien évidemment les Palestiniens ne peuvent pas partager ce point de vue qui consiste à accepter un statu quo difficile à vivre sans l’espoir d’une solution. Dans ces conditions ceux qui soutiennent une solution de compromis fondé sur la création d’un Etat palestinien sur les territoires occupés par la Jordanie entre 1949-1967 et par Israël depuis sont très affaiblis à la fois au sein de la société israélienne que parmi les Palestiniens.            

Plus globalement qu'en est-il des opinions publiques ?

Aujourd’hui nous vivons une séquence de violence et des deux côtés ce n’est pas un moment de modération et d’ouverture à l’autre mais plutôt de peur et de haine. Mais cela s’est déjà produit dans le passé et la question est de savoir comment les esprits vont évoluer pendant cette épreuve de force. Parfois la violence fait évoluer les choses et réévaluer les positions.

Dans l'hypothèse où une troisième intifada se confirmerait, quelle pourrait en être l'issue politique ? Dans l'esprit des populations, la création d'un Etat palestinien – pour peu qu'elle soit envisageable - mettrait-elle durablement fin aux tensions ?

C’est la grande question. Une majorité d’Israéliens pense que non, une solution définitive du conflit n’est pas à portée de main aujourd’hui. Certains croient qu’on peut continuer comme si de rien n’était et que le problème va disparaître. D’autres espèrent que les Palestiniens finissent par accepter demain ce qu’ils ont rejeté hier.    

Qui peut encore éviter une 3e Intifada ? Mahmoud Abbas le souhaite-t-il ? Le peut-il ?

Je ne pense pas qu’Abbas souhaite une Intifada pour la simple raison qu’il sait qu’une Intifada n’est pas livrée avec un bouton "off", c’est un phénomène incontrôlable. C’est d’ailleurs ce que disent les chefs des services de renseignements et les militaires. Mais justement, nous sommes aujourd’hui les témoins de la naissance d’une tempête : serait-elle un typhon, un ouragan ? Une Katerina dévastatrice ou un simple mauvais moment à passer ? Impossible de savoir.

Quelle est l'attitude du gouvernement israélien ?

Netanyahou chevauche un tigre. Pour lui, il est le seul à pouvoir souffler le chaud et le froid, alterner modération et intransigeance selon les circonstances. Sauf qu’à force de le faire il a trop radicalisé sa base et se trouve aujourd’hui piégé. Il a tout intérêt à mettre fin à cette vague de violence avant que cela dégénère en un phénomène populaire,  durable, cher en vies humaines et désastreux pour l’économie. Ceux qui votent pour lui vont être en première ligne si la violence dure, fragilise les commerces et le TPE et déclenche une crise économique. Il sait que dans cette éventualité, comme c’était le cas par le passé, pour sortir de la crise il faudrait aussi payer en devise politique : la première Intifada a mis une pression sur les relations avec les Etats-Unis et amené Israël à la conférence de Madrid et plus tard à Oslo et la deuxième a poussé Sharon vers le retrait de Gaza. Pour quelqu’un qui souhaite maintenir le statu quo à un prix raisonnable, tout cela n’augure rien de bon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 16/10/2015 - 11:03
IL FALLAIT SAVOIR QU'IL N'Y PAS SI LONGEMPS DE CELA QUE
les familles des martyrs palestiniens ( kamikazes ) touchaient une pension payée par des fonds de l'Union Européenne . Il a quand fallu qu'un eurodéputé dénonce ce fait pour l'arrêter . A l'origine selon les accords Sykes/Picot la Palestine sous mandat britannique devait s'acheminer vers la création d'un état binational avec 2 gouvernements , l'un arabe palestinien et l'autre juif . Ce furent les leaders arabes dont le chef fut le mufti Hadj Amine El Husseini qui rejeta ces accords pour entretenir un climat de terrorisme avec un chef mercenaire Irakien Fawzi El Kaukadji et ses bandes armées . N'hésitant pas a attaquer les implantations agricoles des migrants juifs et détruisant les récoltes des agriculteurs , et cela sous les yeux des soldats britanniques complices . Personne au début de la guerre d'indépendance d'Israël n'a obligé les populations locales à s'enfuir ce sont leurs frères arabes des autres pays qui les appelaient à laisser le champ libre aux armées arabes ( Egypte, Syrie, Liban , Transjordanie, Irak ) le temps que ces derniers ne rejettent les juifs à la mer . Mais je rappelle qu'actuellement ce n'est pas Israël qui pose problème dans coin mais Daech .
ISABLEUE
- 15/10/2015 - 11:56
La paix ???
Celui d'être tranquille chez lui : bien sûr !!
Qui envoie leurs gosses au casse pipe ??? Qui fait la fête sur des cadavres ??? Qui rêve de voir détruire Israel et de rendre Judenrein ce pays ???
Voir ce qu'ils ont fait de Gaza !!! DES PLEUREUSES !!
Olivier62
- 15/10/2015 - 10:37
Les joies des sociétés multi-culturelles
Les problèmes entre Israéliens et Palestiniens confirme si besoin était l'échec des sociétés multi-culturelles et multi-ethniques, et l'impossibilité de faire cohabiter des peuples différents. Notons aussi que les Palestiniens se sont fait déposséder de leur pays par une immigration massive d'allogènes. Or c'est exactement ce schéma que nos élites pourries mettent en place en France avec les joies de la "diversité" et de l'immigration de masse !