En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 7 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 27 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 42 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 19 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 37 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 49 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 52 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 1 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 9 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 15 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 38 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 49 min
© Reuters
Nicolas Sarkozy (ici de dos) travaille secrètement sur son programme.
© Reuters
Nicolas Sarkozy (ici de dos) travaille secrètement sur son programme.
Secret défense

L'étau ? Comment Nicolas Sarkozy tente d'enfermer les autres candidats à la primaire dans un programme commun tout en préparant le sien

Publié le 16 octobre 2015
Le 5 novembre prochain, les militants Républicains seront consultés sur les questions de sécurité. Mais tout en travaillant sur le programme commun qui, l'espère-t-il, engagera les candidats aux primaires, Nicolas Sarkozy réfléchit à son propre corpus idéologique.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 5 novembre prochain, les militants Républicains seront consultés sur les questions de sécurité. Mais tout en travaillant sur le programme commun qui, l'espère-t-il, engagera les candidats aux primaires, Nicolas Sarkozy réfléchit à son propre corpus idéologique.

Le jour n’est pas encore levé lorsqu’ils arrivent au siège du parti. Les uns après les autres, ils passent le sas d’entrée sous l’œil vigilent du service de sécurité et s’engouffrent dans l’ascenseur de l’ancien garage de la rue de Vaugirard. Ils sont une poignée de hauts fonctionnaires à faire régulièrement le détour d’avant d’aller travailler, à sacrifier une heure ou deux de leur temps pour plancher ensemble sur le futur programme de Nicolas Sarkozy. Car à l’instar d’Alain Juppé, de Bruno Le Maire ou de François Fillon, mais dans le plus grand secret, l’ancien Président prépare sa future candidature aux primaires. Tout en donnant la priorité aux élections régionales, en allant chaque semaine soutenir les candidats sur le terrain, il a, lui aussi, une équipe qui s’occupe de son propre avenir. Les moyens sont modestes, rien à voir avec 2012 ou même 2007, mais les choses avancent.

 

Outre ses fidèles hauts fonctionnaires, il voit régulièrement un certain nombre de grands témoins comme Édouard Balladur avec qui il est resté fâché jusqu’à l’été. Son cher Édouard lui reprochait, en effet, de comparer sa rivalité avec Alain Juppé à celle que lui-même entretenait avec Jacques Chirac, sous entendant que... les plus âgés perdent toujours à la fin. Mais depuis la rentrée, l’ancien Premier ministre a décidé de passer l’éponge et les deux hommes se rencontrent tous les 15 jours pour réfléchir ensemble. Édouard Balladur conseille à Nicolas Sarkozy de décliner un libéralisme tempéré et intelligent mais le patron de la rue de Vaugirard écoute d'une oreille parfois distraite et, accompagné par le banquier Sébastien Proto et un petit staff de proches, n'en fait qu'à sa tête. « Il est très décidé, très organisé et extrêmement stratégique », constatait récemment un autre ancien premier ministre que Nicolas Sarkozy a vu récemment.

 

Mais le Président des Républicains rechigne à trop en dire et préfère, pour l’instant, jeter un voile pudique sur cet aspect de son travail. L’heure n’est pas à la campagne des primaires mais à l’union pour préparer les régionales. C’est ce que veulent les militants, il en a donc fait son credo, dénonçant l’attitude de ses concurrents qui, selon lui, font passer leur ambition et leur ego avant les futures échéances électorales et l’unité de la famille. Nicolas Sarkozy, lui, entend mettre en avant son travail pour élaborer un programme commun pour sa famille politique qui, affirme-t-il, devra servir de cadre à tous les candidats à la primaires. Pour se faire, il a souhaité associer un maximum d’élus afin de légitimer ce travail. Avant l’été, Eric Woerth qui est chargé de l’élaboration du projet, a donc demandé aux secrétaires nationaux d’installer des groupes de travail thématiques composés d’experts. Sur les questions de santé, par exemple, des syndicats de médecins, des directeurs d’hôpitaux, des spécialistes de l’industrie pharmaceutique ont été sollicités.

 

Quinze groupes se réunissent ainsi toutes les semaines et produisent des notes de synthèse qui visent à faire émerger 5 ou 6 mesures à prendre afin de jeter les bases, selon l’entourage de l’ancien chef de l’État, d’un « programme présidentiel ». Ce travail de fourmi a déjà donné lieu à deux conventions à l’issue desquelles les militants ont été sollicités par référendum : une convention sur l’immigration puis un autre sur le code du travail.

 

Le 3 novembre, se tiendra une nouvelle réunion, cette fois sur le thème de la sécurité. Elle devra répondre à un certain nombre de questions posées par l’ancien chef de l’État : quelles sont les missions de la police et de la gendarmerie, quelles complémentarités pour que l’offre proposée aux citoyens soit plus satisfaisante ? Comment faire pour que l’on passe d’une justice virtuelle qui prononce des peines qui ne sont jamais exécutées à une justice réelle ? Quel périmètre pour le ministère de la Justice et celui de l’Intérieur ? Ce qui, toujours selon Nicolas Sarkozy, pose la question de Vigipirate. Le plan de lutte contre le terrorisme doit-il être géré par des militaires ou par des civils, ce qui permettrait d’envoyer les militaires en opération extérieure ? A l’issue de cette convention, un certain nombre de propositions seront à nouveau soumises aux militants.

 

Le 18 novembre, une convention sur l’agriculture et la ruralité puis le 25 novembre une nouvelle session sur la fiscalité seront à nouveau l'occasion d'un référendum interne. Après les élections régionales les thématiques Éducation, Justice, Défense et Europe seront abordées mais sur un mode différent.

 

L’opération vise à re-fidéliser des militants échaudés par les guerres internes, les campagnes à répétition et l’absence de travail de fond. De plus, en appliquant à son propre parti les propositions faites depuis 2012 sur le référendum, Nicolas Sarkozy espère démontrer qu’il y croit vraiment et que, s’il est réélu, il appliquera à la France entière ce qu’il a su faire chez Les Républicains. Mais il s’agit, avant toute chose, de montrer que les propositions de l’ancien Président sont largement majoritaires chez les militants et de braquer les projecteurs sur les faiblesses de ses concurrents. Même pas mal, répond, avec morgue, le camps d'en face. Alain Juppé assure que son électorat à lui, est bien plus large que le simple socle des militants Républicains. Même son de cloche chez Bruno Le Maire où on explique : « le candidat à l’élection présidentielle ne sera pas élu avec 150 000 voix mais avec 2 millions, c’est très différent ». Entendez, les militants ne pèseront pas grand-chose lors de la consultation de novembre 2016.

Enfin, ce programme aurait, selon Nicolas Sarkozy, une troisième vertu : éviter l’implosion. Si l’ancien Président souhaite l'imposer à ses concurrents c'est, selon lui, pour limiter les risques de division lors de la campagne. « Nous essayons de construire un socle consensuel dans lequel une majorité de militants se retrouve, c’est pour ça que nous le soumettons au vote, explique un proche de l’ancien chef de l’État qui ajoute : les candidats Républicains doivent être en inter-phase avec eux sinon ils n’ont rien à faire dans le parti. Si on n’est pas dans la ligne, on sort du parti ».

 

Une démarche d'union qui a aussi le mérite de lier les mains des autres candidats et de transformer les primaires en concours de beauté d'un intérêt assez limité. « Ce qui rendra la campagne passionnante ça n’est pas que la comparaison de l’âge des concurrents ou de la couleur de leur cravate mais le débat d’idée », souligne-t-on chez Bruno Le Maire. Reste que ces arguments sont insuffisants pour rester au dehors d’un travail de fond qui concerne leur propre parti politique. D’ailleurs, les équipes de Nicolas Sarkozy commencent à pointer du doigt les incohérences des autres candidats : « Ils peuvent venir, tout est ouvert, tout le monde peut prendre la parole en table ronde. Eric Woerth les a tous appelé et leur a proposé ».

 

Du coup, chez Alain Juppé, on s’interroge : « on pourrait, en effet, faire bouger les lignes mais on court le risque d’être systématiquement mis en minorité ». En revanche, un membre de l’équipe de Bruno Le maire, participera à la convention sur l’agriculture. L’équipe de l’ancien ministre relativise cependant l’intérêt de ce travail collectif. « Il est important qu’un parti travaille, réfléchisse, mais Bruno est bien placé pour savoir ce que devient un programme une fois le candidat investi. C’est lui qui a écrit celui de Nicolas Sarkozy qui ne l’a jamais utilisé, aujourd’hui c’est François Fillon qui le recycle dans son propre programme ».

 

Les autres candidats ayant donc quasiment déserté le champ de bataille, le programme des Républicains est en train de devenir celui de Nicolas Sarkozy qui, sur chaque sujet, à son mot à dire. « Il pose un cadrage, explique un membre du staff. Il a une grande expérience de la vie politique, il a passé 5 ans à l’Élysée, il a donc déjà eu à traiter toutes ces questions. Par exemple, sur la fiscalité, c’est lui qui a imposé les pistes, disant : je veux que les contrôles fiscaux avantagent les usagers », nous derrière on fait le travail technique, on étudie la faisabilité, on regarde ce qui se fait en la matière à l’étranger ».

 

L’ancien chef de l’État trouve aussi l'inspiration lors de ses voyages en province. Ainsi, lors d’un déplacement dans le Nord, il a visité Beck Industrie. Un fabriquant de boulons dont la patronne, Karine Charbonnier, avait été opposée à François Hollande lors d’un débat télévisé en novembre 2014. Karine Charbonnier explique alors à Nicolas Sarkozy que si le dialogue social est ainsi bloqué en France c'est, selon elle, parce que le premier tour des élections professionnelles est réservé aux membres syndiqués du personnel. Le patron de Républicains a pris bonne note et a proposé, dans le cadre de la convention sur le code du travail, de réformer le premier tour des élections professionnelles. Une proposition approuvée par 91,52% des militants.

 

Un programme -commun fait sur mesure par et pour Nicolas Sarkozy mais qui présente l’inconvénient majeur d’être rendu public un an avant la campagne. Exit l’effet de surprise. C’est pourquoi, une petite équipe œuvre, dans l’ombre, à quelques propositions plus personnelles que le candidat pourra dégainer le moment venu, en plein cœur de la campagne. L’ancien chef de l’État réfléchit notamment aux institutions avec Henri Guaino et aux questions de politique étrangère avec Dominique de Villepin. Et si certains pensent, et son cher Édouard en est la preuve, que l'« on ne gagne pas sur un programme mais, explique un conseiller électoral, en étant un bon stratège. On gagne grâce à des coups bas et des slogans : la fracture sociale, c’est un slogan. Mon ennemi, c’est la finance, aussi. Ceux qui ont fait campagne sur un programme, Raymond Barre, Lionel Jospin ou Édouard Balladur n’ont pas dépassé les 18%. C’est pour ça que Nicolas Sarkozy passe son temps à verrouiller le parti, il sait que c’est la clé du succès ».

 

Nicolas Sarkozy, lui, a décidé de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. D'autant que, si l’on en croit les succès de librairie des livres-programme d'Alain Juppé et de François Fillon mais aussi des consultations internes organisées par Nicolas Sarkozy, 53 000 participants pour la première sur l’immigration ,42 00 pour la seconde sur le code du travail, les temps sont peut-être en train de changer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
raslacoiffe
- 13/10/2015 - 11:00
Me BERTRAND en progrès apparemment...
Pour une fois l'article est bien écrit et construit. Même le tacle antisarko est plus subtil. Ne brûlez pas trop vite les étapes Me Bertrand car certains ont déjà le pied à fond sur l'accélérateur et risquent de n'avoir rapidement plus rien sous la pédale en 2016.