En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

05.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 11 min 3 sec
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 53 min 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 1 heure 3 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 44 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 54 min 49 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 1 heure 21 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 2 heures 45 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 3 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 4 heures 22 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 4 heures 57 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 6 heures 6 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 6 heures 38 min
© Reuters
Martine Aubry est aux prises avec Manuel Valls.
© Reuters
Martine Aubry est aux prises avec Manuel Valls.
35 heurts et plus

Régionales : Martine Aubry a-t-elle encore un tel pouvoir (de nuisance) que ses amis du PS doivent dépenser autant d’énergie à lui nuire ?

Publié le 16 octobre 2015
Après ses deux violentes passes d'armes avec Emmanuel Macron sur les 35 heures et sur le statut des hauts fonctionnaires, Martine Aubry est maintenant aux prises avec Manuel Valls. La volonté de ce dernier de la voir s'engager dans les élections régionales du Nord - à haut risque pour les socialistes - pourrait être un vrai piège politique.
Hervé Favre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Favre est éditorialiste politique à la Voix du Nord.
Voir la bio
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après ses deux violentes passes d'armes avec Emmanuel Macron sur les 35 heures et sur le statut des hauts fonctionnaires, Martine Aubry est maintenant aux prises avec Manuel Valls. La volonté de ce dernier de la voir s'engager dans les élections régionales du Nord - à haut risque pour les socialistes - pourrait être un vrai piège politique.

Atlantico : Quel est donc l'actuel potentiel de nuisance de Martine Aubry pour que certains mettent tant d'énergie à la couler politiquement ?

Hervé Favre : Je ne sais pas si ce sont des manœuvres destinées à la couler politiquement. On peut dire qu'elle a peut-être effectivement dans la tête l'idée d'être un recours en 2017 au cas, très improbable, où François Hollande ne se représenterait pas. A ce moment-là, oui elle pourrait effectivement songer à concourir à des primaires (peut-être face à Valls d'ailleurs) et prendre une revanche sur 2012. Mais personnellement j'y crois très peu. Y-a-t-il vraiment une volonté de Valls ou d'autres de la mettre en difficulté ? C'est possible. Ce qui est sûr c'est que Manuel Valls est le dernier à qui elle pourrait donner satisfaction, quand on connaît l'état de leurs relations...

Yves-Marie Cann : Bien qu'éloignée des responsabilités nationales, Martine Aubry reste un poids lourd politique à gauche et une figure respectée par de nombreux militants, élus et sympathisants. Alors que l'exécutif est accusé par certains de mener une politique pas assez à gauche voire social-libérale pour certains, Martine Aubry reste auréolée par la réforme des 35h qu'elle a mise en place comme ministre du travail et des affaires sociales de Lionel Jospin à la fin des années 1990. Pour le dire autrement, son ancrage à gauche ne fait aucun doute pour les critiques de l'exécutif national, lorsque ce dernier est au contraire accusé d'avoir oublié voire renié ses origines politiques. Le potentiel de nuisance de Martine Aubry, c'est donc ce qu'elle incarne face à un exécutif rejeté par les Français (22% de confiance pour François Hollande dans le baromètre Elabe / Les Echos en octobre), plutôt que ce qu'elle fait. J'ajoute enfin que je ne crois pas tant que cela à ce que des ténors du PS cherchent à la couler politiquement. Compte-tenu de ses attributs politiques et de son expérience, une candidature de Martine Aubry aux élections régionales dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie aurait fait grand sens et aurait sans doute permis de limiter les divisions à gauche. Telles que nous mesurerons les choses aujourd'hui dans cette région, il faudrait un miracle pour que la gauche l'emporte. Or si la gauche perd cette région emblématique, Martine Aubry ne pourra se dédouaner de toute responsabilité.

Quel est son poids et son influence auprès de la base électorale et auprès des militants du PS ?

Hervé Favre : Dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, son influence peut être remise en question. On a vu au moment de l'élection du nouveau premier secrétaire de la fédération du Nord, que son candidat et premier secrétaire sortant Gilles Pargneaux a été battu par Martine Filleul qui, elle, défendait plutôt les couleurs du courant traditionnel mauroyistes. Son influence est donc bien en recul. Elle a également perdu la communauté urbaine. Et elle n'a jamais été non plus très populaire dans le Pas-de-Calais.

Yves-Marie Cann : Martine Aubry conserve un capital de sympathie élevé auprès de la base socialiste. Dans l'Observatoire politique mensuel Elabe pour Les Echos et Radio Classique, elle est créditée ce mois-ci de 67% de bonnes opinion auprès des sympathisants de gauche. Elle obtient son meilleur score auprès de ceux du Parti socialiste : 71%.
 
Au classement général des personnalités, elle arrive toujours dans le trio de tête, tant auprès des sympathisants de gauche que des sympathisants socialistes. À gauche, Martine Aubry fait jeu égal avec Anne Hidalgo, cette dernière la devançant toutefois d'une courte tête auprès des sympathisants socialistes (72% d'opinions positives), le classement étant dominé par Ségolène Royal (73%) qui conserve elle aussi un capital de sympathie élevé au PS. A contrario et pour mieux apprécier la bonne image que conserve la Maire de Lille auprès de la gauche, notons qu'Emmanuel Macron n'est crédité que de 42% de bonnes opinions auprès des sympathisants de gauche (soit 25 points de moins que Martine Aubry) et 57% auprès de ceux du Parti socialiste (soit 14 points de moins que Martine  Aubry).
 

Elle n'est pas seulement attaquée, on remarque qu'elle n'hésite pas exprimer vivement son désaccord avec le gouvernement dans la presse, est-ce que  révèle quelque chose sur ses ambitions ?

Hervé Favre : Martine Aubry a quand même soixante-cinq ans maintenant, elle dit elle-même qu'elle n'a jamais été obsédée par la Présidence de la République, par le poste de Premier ministre. Elle n'était pas non plus obsédée par le poste de premier secrétaire du PS et pourtant elle a fini par le devenir... Mais elle reste très mystérieuse sur ses intentions. Je crois que le test pour savoir si elle a quelque chose derrière la tête, si elle va remonter au front contre le gouvernement, ça va être la discussion budgétaire. Au congrès du parti socialiste elle s'est ralliée à la motion majoritaire portée par Cambadélis,  mais cela supposait quand même une réorientation notamment de la politique du gouvernement à destination des entreprises. Elle demandait d'avantage de redistribution, ça a été redis par son fidèle lieutenant Jean-Marc Germain. Donc on va voir comment ces gens se comportent pendant la discussion budgétaire, est-ce qu'ils vont remonter au front, est-ce qu'ils vont ranimer la fronde ? A ce moment on pourra peut-être penser à une nouvelle guerre ouverte Valls-Aubry. 

Yves-Marie Cann : Effectivement, Martine Aubry n'hésite pas à exprimer publiquement ses doutes voire ses désaccords avec l'exécutif national ou, comme ce fut le cas récemment, suite aux propos d'Emmanuel Macron sur le temps de travail et le statut des fonctionnaires. Difficile toutefois de comprendre quelles sont aujourd'hui l'ambition et la stratégie de Martine Aubry. Certes, il y a les coups de griffe épisodiques au gouvernement et au Président de la République mais je rappelle qu'elle a refusé de prendre la tête des opposants à leur ligne politique lors du dernier congrès du Parti socialiste. Mis à part un éventuel rôle d'aiguillon ou de mauvaise conscience de gauche vis-à-vis de l'exécutif, difficile à ce jour de prêter d'autres ambitions à Martine Aubry.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 11/10/2015 - 12:12
Cette bonne femme n'a t elle pas un peu de pudeur
Je suis convaincu qu'elle compris que les 35 heures ont été la mesure qui a le plus ruiné la France ( on est les seuls au monde à travailler aussi peu). Mais cette femme est tellement fière qu'elle ne veut pas le reconnaître.