En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 1 heure 18 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 2 heures 51 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 4 heures 33 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 6 heures 56 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 7 heures 17 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 7 heures 40 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 8 heures 20 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 8 heures 42 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 2 heures 17 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 4 heures 3 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 7 heures 6 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 7 heures 21 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 8 heures 6 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 8 heures 39 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 9 heures 31 min
© REUTERS/ Zoubeir Souissi
Wided Bouchamaoui, presidente de l'UTICA, une des organisations du quartet.
© REUTERS/ Zoubeir Souissi
Wided Bouchamaoui, presidente de l'UTICA, une des organisations du quartet.
Manipuler avec précaution

Nobel de la Paix au quartet du dialogue tunisien : la force et les limites d'un prix très occidental

Publié le 10 octobre 2015
Vendredi 9 octobre, le comité Nobel norvégien a choisi de récompenser le quartet tunisien qui s’est distingué pour "sa contribution décisive dans la construction d’une démocratie pluraliste en Tunisie après la “révolution du jasmin” de 2011".
Jean-François Coustillière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Coustillière est le fondateur du cabinet de conseil en relation internationale JFC, dédié plus particulièrement aux questions méditerranéennes. Il préside également l'association Euromed-IHEDN.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vendredi 9 octobre, le comité Nobel norvégien a choisi de récompenser le quartet tunisien qui s’est distingué pour "sa contribution décisive dans la construction d’une démocratie pluraliste en Tunisie après la “révolution du jasmin” de 2011".

Atlantico : Le prix Nobel de la paix 2015 a été décerné à quatre organisations civiles tunisiennes pour leur travail lors de la transition politique. Dans quelle mesure ce quartet tunisien a-t-il contribué à modifier le paysage politique du pays ?

Jean-François Coustillère : A l’été 2013, deux ans après le déclenchement de la Révolte arabe en Tunisie, autrement si mal nommé « Révolte du jasmin », la situation politique et sociale dans le pays est catastrophique : assassinats politiques, accroissement de la corruption, des partis politiques déchirés, insécurité grandissante, défiance à l’égard des institutions, chômage non contrôlé, coût de la vie prohibitif, terrorisme, mouvements sociaux permanents, etc. Les islamistes d’Ennadha sont au pouvoir et ne parviennent pas à juguler la course vers la guerre civile.  L'opposition laïque tente de profiter de la situation, mais elle est désunie et ne représente pas une force d'alternance. Les manifestations devant le parlement se multiplient à Tunis. L’espoir d’une révolution démocratique tunisienne est en panne.

Un quartet composé du syndicat UGTT, de l'organisation patronale Utica, de la Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH) et de l'Ordre des avocats lance, en octobre 2013,  le fameux "dialogue national". Il s’agit d'organiser des élections législatives permettant de dénouer la crise institutionnelle. Les partis reviennent à la table des négociations. Une feuille de route est adoptée. Ennadha accepte de quitter le pouvoir. Un Premier ministre technocrate est désigné. La loi constitutionnelle, sur laquelle les islamistes  et les séculiers représentés au parlement ne parvenaient pas à s'entendre, est votée. Un système constitutionnel de gouvernement garantissant les droits fondamentaux pour l'ensemble de la population, sans condition de sexe, de convictions politiques (et) de croyances religieuses est mis en place. Des élections législatives sont conduites le 26 octobre 2014.  L'Assemblée des représentants du peuple remplace l'Assemblée constituante. L'élection présidentielle qui suit accorde la victoire au chef de file de Nidaa Tounes, l'actuel président tunisien Béji Caïd Essebsi. La crise est désamorcée.

La Tunisie a ainsi été sortie de la spirale dramatique qui la conduisait inexorablement à la guerre civile grâce à l’initiative  du quartet précité, contribuant à la paix non seulement dans ce pays mais aussi dans la région. Aujourd’hui l’attribution du prix Nobel de la paix à ce quartet récompense cette initiative qui a établi "un processus politique alternatif, pacifique, à un moment où le pays était au bord de la guerre civile"

L’action du quartet a démontré que la société civile pouvait peser sur le déroulement des événements et faire valoir ses priorités. Elle a su désamorcer un conflit –entre partis  islamistes et anti-islamistes– qui menaçait de faire basculer le pays dans le chaos, pour rendre la parole au peuple. Les Tunisiens peuvent s’en féliciter. Pour autant, le paysage politique n’a probablement pas changé et les rapports de force demeurent, tandis que la désunion des composantes laïques est toujours d’actualité. Ces caractéristiques ne sont pas très favorables à un vrai débat démocratique.

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a évoqué l'"espoir" porté par cette récompense. Quant à la porte-parole du comité Nobel, elle a justifié le choix du lauréat cette année par sa volonté d’inspirer et de faire perdurer les espoirs et les velléités démocratiques du peuple tunisien. Quelle est l'influence de ce qui s'apparente à une forme de soft-power au sein des pays du Proche ou Moyen-Orient ? Y a-t-il des risques de rejets en Tunisie ?

En décernant ce prix, le comité Nobel a manifestement cherché à soutenir le processus démocratique tunisien, évidemment le plus avancé du monde arabe mais qu’il convient encore de conforter. Il s’adresse aussi sans doute  aux mouvements politiques dans les autres pays arabes en leur affirmant que la société civile peut et doit se prendre en main pour affirmer ses priorités et que cela passe inévitablement par la prise en considération de toutes les composantes de la société. Enfin, il dément la propagande qui consiste à attribuer le Printemps arabe à un complot de l’Occident contre les musulmans et ce faisant sous-entend que les autres conflits dont  souffrent certains pays arabes relèvent au premier chef de responsabilités arabes.

Si la Tunisie a été capable de trouver en elle-même les ressources pour échapper au chaos en faisant appel à sa société civile (des syndicalistes, des juristes, des patrons et des militants politiques), pourquoi Syriens, Egyptiens, Libyens, etc. n’en feraient ils pas de même plutôt que d’attendre des solutions imposées de l’extérieur ?

Les actions de soft power conduites au Proche ou Moyen-Orient par des puissances extérieures me paraissent le plus souvent dangereuses et crisogènes. Elles sont le plus souvent, et très naturellement, motivées par les intérêts de ces puissances. Elles ont peu de chances de viser à l’intérêt des diverses composantes d’un peuple mais plutôt à s’appuyer sur l’une des composantes pour faire valoir les intérêts propres de la puissance concernée aggravant ainsi les tensions intérieures. Les nations n’agissent que très rarement par altruisme... 

En revanche, l’attribution du Nobel de la paix ne relève pas, selon moi,  du soft power car elle est indépendante d’un objectif national. Elle est le fait d’une organisation internationale à vocation universelle qui s’efforce de récompenser des personnes "ayant apporté le plus grand bénéfice à l'humanité". Elle n’est donc pas suspecte de poursuivre la défense d’intérêts propres.

Il n’en reste pas moins que les choix de cette organisation d’inspiration occidentale peuvent être appréciés de diverses manières. Il est évident que pour les Occidentaux, ainsi que pour les non-Occidentaux proches de leurs valeurs, l’attribution de cette distinction est un témoignage de considération et de respect visant à encourager et à promouvoir l’initiative considérée. Cette dernière est cependant dérangeante pour tous ceux qui ambitionnent de développer un autre type de société peu portée sur la démocratie, l’Etat de droit, l’égalité et les droits de l’Homme. 

Jusqu’à aujourd’hui les réactions à cet événement sont unanimement positives tant dans la presse que sur Internet même si certaines se contentent d’un communiqué plus que succinct. On peut redouter que dans les jours à venir des communications soient moins élogieuses et dénoncent l’ingérence, l’instrumentalisation occidentale et la récompense de la soumission au modèle préconisé par les Occidentaux sans égard pour les autres modèles …

Il est à souhaiter que ce risque ait été bien évalué pour que cette fête ne se transforme pas en  un dénigrement collectif qui pourrait raviver les tensions en Tunisie et détruire une partie du splendide travail effectué par le quartet. Il pourrait aussi, en Egypte, Syrie, Libye etc. contribuer à nourrir  les forces du mal qui auraient intérêt à contrebattre l’émergence d’initiatives de la société civile s’inspirant de l’exemple tunisien. La démarche aurait alors été bien contre-productive. En attendant, ne boudons pas notre plaisir ! 

Les intrusions du monde occidental au Proche et Moyen-Orient ont-elles étaient parfois salutaires ?

La question s’adresserait plus utilement à un historien, ce que je ne suis pas. Néanmoins je ne parviens pas à identifier, tout au long des XX et XXIème siècles, une intrusion du monde occidental qui ait été porteuse de paix et de prospérité tant au Proche qu’au Moyen-Orient. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 11/10/2015 - 11:07
Famine
La conséquence est que dans cette région désertique, les pays comme la Tunisie ou l’Égypte qui ne produisent pas de pétrole, étouffent littéralement par un nombre insupportable de jeunes adultes qui ne voient aucun avenir professionnel et se réfugient dans l'intégrisme et le djihad. Ce qui menace ces pays, c'est tout simplement la famine, et au moins, les ''Frères Musulmans'' promettent de mettre fin au règne de l'oligarchie et des inégalités sociales.
Ganesha
- 11/10/2015 - 11:03
La Mama
Ayant travaillé quelques années au contact direct de la population dans divers pays du Moyen-Orient, j'interviens régulièrement sur internet pour défendre une explication tout à fait originale de ce que sont vraiment les sociétés islamiques. En fait, tout comme en Italie et en Sicile, le personnage central, celui qui dirige vraiment, c'est la ''Mama'' ! Les hommes y jouent les machos, mais tout le système repose sur la famille et la production d'un nombre maximum d'enfants. Réfléchissez un instant : derrière son niqab, voile intégral, la saoudienne est en situation idéale pour ''mater'' les hommes. Ce sont les hommes qui sont frustrés de passer leur journée à l'extérieur et de n'avoir vu que des ''fantômes noirs'' ! Il y a aussi quelques jeunes-filles qui aimeraient séduire...
Marie Esther
- 10/10/2015 - 17:55
et pourquoi pas le quartette du dialogue tunisien
au moins ils essayent quelque chose
quand on pense qu'Obama a reçu ce prix avant d'avoir fait quoique ce soit. Il est vrai que si on avait attendu un peu, on aurait pu constater qu'il ne le méritait en aucune façon.
L'année prochaine Abou Mazen, Assad, Rohani,.... j'ai plein d'idées vu l'importance de ce prix qui ne sert absolument à rien.