En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 7 heures 15 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 8 heures 5 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 11 heures 9 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 15 heures 20 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 17 heures 6 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 7 heures 43 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 8 heures 53 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 10 heures 45 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 11 heures 20 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 16 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 17 heures 17 min
© REUTERS/Ralph Orlowski
© REUTERS/Ralph Orlowski
Alerte rouge

Chute des exportations et ralentissement de la croissance : pourquoi la BCE doit réagir rapidement pour soutenir une économie européenne en grand danger

Publié le 09 octobre 2015
Suite à un été marqué par le ralentissement des pays émergents, les premiers signes d’un impact sur l’économie européenne commencent à apparaître : la demande extérieure, sur laquelle se base le modèle allemand, est fragilisée par les difficultés que traversent aujourd'hui ces mêmes pays émergents. Confrontées à une problématique identique, les banques centrales étrangères ont déjà choisi de réagir. Le 22 octobre prochain, la BCE sera attendue au tournant.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à un été marqué par le ralentissement des pays émergents, les premiers signes d’un impact sur l’économie européenne commencent à apparaître : la demande extérieure, sur laquelle se base le modèle allemand, est fragilisée par les difficultés que traversent aujourd'hui ces mêmes pays émergents. Confrontées à une problématique identique, les banques centrales étrangères ont déjà choisi de réagir. Le 22 octobre prochain, la BCE sera attendue au tournant.

Le 22 octobre prochain, le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne se réunira une nouvelle fois afin de décider de la suite à donner à la politique monétaire de la zone euro. Si ce type d’évènement semble souvent anecdotique ou insignifiant pour le grand public, il s’agit pourtant des seules réunions ayant un réel impact sur le niveau d’activité économique du continent. Et elles sont à ce titre, véritablement décisives. 

Si l’année 2015 s’annonce comme celle du début de la reprise pour le continent, largement en raison de la mise en place du plan de relance monétaire décidé par la même BCE en janvier dernier, le ciel économique européen tend à s’assombrir au cours de cet automne. En effet, après un été marqué par le ralentissement économique chinois, ou les récessions brésilienne et russe, la zone euro est aujourd’hui confrontée à un affaiblissement de la demande étrangère, menaçant dès lors le volume de son commerce extérieur.

Ainsi, et à l’occasion de la publication de son point de conjoncture de la zone euro, le 6 octobre dernier, l’INSEE titrait "La demande intérieure tire la reprise" en indiquant :  "À l’horizon de la prévision, la demande intérieure resterait vigoureuse principalement grâce au dynamisme de la consommation. La demande extérieure ralentirait légèrement au cours du second semestre 2015 compte tenu des difficultés rencontrées par les pays émergents, particulièrement la Chine". L’économie européenne est ainsi prise entre deux feux, entre une demande intérieure soutenue par un plan de relance monétaire, et une demande extérieure fragilisée par des pays émergents en difficulté.

Et, depuis quelques jours, ce risque tend à se préciser. Ce 8 octobre, la Banque de France publiait son point de conjoncture relatif à la croissance française en ce 3e trimestre 2015. Après avoir estimé cette croissance à 0.3% pour ce même trimestre, celle-ci s’affiche désormais à 0.2%. Bien que les activités de services apportent satisfaction, c’est du côté de l’activité manufacturière que la déception a lieu. 

De façon plus claire, c’est du côté de l’Allemagne, géant exportateur de la zone euro, que l’impact du ralentissement étranger se précise. L’institut de statistiques local, Destatis, publiait ainsi les dernières données du commerce extérieur allemand. Malgré une hausse sensible des échanges internationaux au cours de la dernière année, le mois d’août témoigne d’une chute brutale des exportations de 5.2% et de 3.1% pour les importations.

Commerce extérieur allemand. Source DESTATIS

Bien que le chiffre isolé de ce seul mois d’août ne puisse permettre de tirer une conclusion définitive, la révision à la baisse des prévisions de croissance allemande de la part des plus grands think tanks du pays, DIW, Ifo, IWH, et RWI, vient confirmer ce sentiment de prudence. En effet, alors que la croissance du pays était attendue à 2.1% pour cette année 2015, le chiffre vient d’être abaissé à 1.8%. Selon ces organismes, la forte exposition de l’économie allemande aux marchés extérieurs la rend plus vulnérable aux remous subis par les pays émergents, ce qui est à l’origine de cette révision baissière.

Une tendance qui est également confirmée par l’institut Markit, lors de la publication du dernier indicateur des directeurs d’achat (PMI) pour la zone euro. 

"L’économie de la zone euro continue de se redresser en septembre, les hausses soutenues de l’activité et des nouvelles affaires favorisant de nouvelles créations de postes au cours du mois. La croissance de l’activité ralentit toutefois, son taux fléchissant à un plus bas de 4 mois."

"L’essoufflement de la croissance observé au cours de la dernière période d’enquête fait en effet surgir le risque d’un nouveau ralentissement au quatrième trimestre, tendance qui à son tour, pourrait inciter la Banque centrale européenne à poursuivre et accélérer ses mesures d’assouplissement quantitatif."

Et c’est cette conclusion de l’institut Markit qui devrait inciter la Banque centrale européenne à revoir son positionnement actuel. En effet, lors de la dernière réunion du conseil des gouverneurs, en septembre dernier, une telle modification était jugée prématurée, dans l’attente d’éléments pouvant confirmer les risques qui pèsent sur l’économie de la zone euro.  A cette occasion, la BCE indiquait : "En tenant compte des vues exprimées par le Conseil des gouverneurs, le président a conclu qu'il restait prématuré de juger si les récents développements auraient un impact durable sur les perspectives à moyen terme pour la stabilité des prix".

Désormais, la BCE dispose d’éléments plus tangibles lui permettant de justifier un approfondissement de son action. Ceci afin de venir compenser l’affaiblissement de la demande extérieure par un soutien supplémentaire de la demande intérieure. C’est-à-dire par un élargissement de son plan d’assouplissement quantitatif mis en place en janvier dernier.  Mais la Banque centrale européenne dispose d’un autre argument pour justifier une telle action. En effet, alors que son objectif statutaire est d’atteindre une inflation proche mais inférieure à 2% sur le moyen terme, les dernières projections font état d’une inflation de 0.1% en 2015 et de 1.1% en 2016, ce qui lui laisse une marge d’action considérable.

Confrontées à la même problématique d’une demande étrangère en baisse, les banques centrales américaine et britannique ont choisi de réagir en changeant leur plan de relèvement des taux directeurs, ceci afin de continuer à soutenir leurs économies. Pour que la reprise européenne puisse prétendre rejoindre, un jour, les taux de croissance connus dans les pays anglo-saxon au cours des dernières années, et pour éviter de subir un nouveau ralentissement, la Banque centrale européenne n’aura d’autre choix que d’agir au cours de cette réunion du 22 octobre prochain. Sans cela, l’institution monétaire européenne pourra une nouvelle fois être tenue pour responsable de l’anémie économique du continent. Parce qu’encore une fois, elle ne pourra pas prétendre qu’elle n’avait pas été prévenue par une batterie d’indicateurs défavorables.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 10/10/2015 - 08:55
La question est plutot
Pourquoi s'être fâché avec Poutine pour un coût exorbitant pour la France?