En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© REUTERS/Ralph Orlowski
Alerte rouge
Chute des exportations et ralentissement de la croissance : pourquoi la BCE doit réagir rapidement pour soutenir une économie européenne en grand danger
Publié le 09 octobre 2015
Suite à un été marqué par le ralentissement des pays émergents, les premiers signes d’un impact sur l’économie européenne commencent à apparaître : la demande extérieure, sur laquelle se base le modèle allemand, est fragilisée par les difficultés que traversent aujourd'hui ces mêmes pays émergents. Confrontées à une problématique identique, les banques centrales étrangères ont déjà choisi de réagir. Le 22 octobre prochain, la BCE sera attendue au tournant.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à un été marqué par le ralentissement des pays émergents, les premiers signes d’un impact sur l’économie européenne commencent à apparaître : la demande extérieure, sur laquelle se base le modèle allemand, est fragilisée par les difficultés que traversent aujourd'hui ces mêmes pays émergents. Confrontées à une problématique identique, les banques centrales étrangères ont déjà choisi de réagir. Le 22 octobre prochain, la BCE sera attendue au tournant.

Le 22 octobre prochain, le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne se réunira une nouvelle fois afin de décider de la suite à donner à la politique monétaire de la zone euro. Si ce type d’évènement semble souvent anecdotique ou insignifiant pour le grand public, il s’agit pourtant des seules réunions ayant un réel impact sur le niveau d’activité économique du continent. Et elles sont à ce titre, véritablement décisives. 

Si l’année 2015 s’annonce comme celle du début de la reprise pour le continent, largement en raison de la mise en place du plan de relance monétaire décidé par la même BCE en janvier dernier, le ciel économique européen tend à s’assombrir au cours de cet automne. En effet, après un été marqué par le ralentissement économique chinois, ou les récessions brésilienne et russe, la zone euro est aujourd’hui confrontée à un affaiblissement de la demande étrangère, menaçant dès lors le volume de son commerce extérieur.

Ainsi, et à l’occasion de la publication de son point de conjoncture de la zone euro, le 6 octobre dernier, l’INSEE titrait "La demande intérieure tire la reprise" en indiquant :  "À l’horizon de la prévision, la demande intérieure resterait vigoureuse principalement grâce au dynamisme de la consommation. La demande extérieure ralentirait légèrement au cours du second semestre 2015 compte tenu des difficultés rencontrées par les pays émergents, particulièrement la Chine". L’économie européenne est ainsi prise entre deux feux, entre une demande intérieure soutenue par un plan de relance monétaire, et une demande extérieure fragilisée par des pays émergents en difficulté.

Et, depuis quelques jours, ce risque tend à se préciser. Ce 8 octobre, la Banque de France publiait son point de conjoncture relatif à la croissance française en ce 3e trimestre 2015. Après avoir estimé cette croissance à 0.3% pour ce même trimestre, celle-ci s’affiche désormais à 0.2%. Bien que les activités de services apportent satisfaction, c’est du côté de l’activité manufacturière que la déception a lieu. 

De façon plus claire, c’est du côté de l’Allemagne, géant exportateur de la zone euro, que l’impact du ralentissement étranger se précise. L’institut de statistiques local, Destatis, publiait ainsi les dernières données du commerce extérieur allemand. Malgré une hausse sensible des échanges internationaux au cours de la dernière année, le mois d’août témoigne d’une chute brutale des exportations de 5.2% et de 3.1% pour les importations.

Commerce extérieur allemand. Source DESTATIS

Bien que le chiffre isolé de ce seul mois d’août ne puisse permettre de tirer une conclusion définitive, la révision à la baisse des prévisions de croissance allemande de la part des plus grands think tanks du pays, DIW, Ifo, IWH, et RWI, vient confirmer ce sentiment de prudence. En effet, alors que la croissance du pays était attendue à 2.1% pour cette année 2015, le chiffre vient d’être abaissé à 1.8%. Selon ces organismes, la forte exposition de l’économie allemande aux marchés extérieurs la rend plus vulnérable aux remous subis par les pays émergents, ce qui est à l’origine de cette révision baissière.

Une tendance qui est également confirmée par l’institut Markit, lors de la publication du dernier indicateur des directeurs d’achat (PMI) pour la zone euro. 

"L’économie de la zone euro continue de se redresser en septembre, les hausses soutenues de l’activité et des nouvelles affaires favorisant de nouvelles créations de postes au cours du mois. La croissance de l’activité ralentit toutefois, son taux fléchissant à un plus bas de 4 mois."

"L’essoufflement de la croissance observé au cours de la dernière période d’enquête fait en effet surgir le risque d’un nouveau ralentissement au quatrième trimestre, tendance qui à son tour, pourrait inciter la Banque centrale européenne à poursuivre et accélérer ses mesures d’assouplissement quantitatif."

Et c’est cette conclusion de l’institut Markit qui devrait inciter la Banque centrale européenne à revoir son positionnement actuel. En effet, lors de la dernière réunion du conseil des gouverneurs, en septembre dernier, une telle modification était jugée prématurée, dans l’attente d’éléments pouvant confirmer les risques qui pèsent sur l’économie de la zone euro.  A cette occasion, la BCE indiquait : "En tenant compte des vues exprimées par le Conseil des gouverneurs, le président a conclu qu'il restait prématuré de juger si les récents développements auraient un impact durable sur les perspectives à moyen terme pour la stabilité des prix".

Désormais, la BCE dispose d’éléments plus tangibles lui permettant de justifier un approfondissement de son action. Ceci afin de venir compenser l’affaiblissement de la demande extérieure par un soutien supplémentaire de la demande intérieure. C’est-à-dire par un élargissement de son plan d’assouplissement quantitatif mis en place en janvier dernier.  Mais la Banque centrale européenne dispose d’un autre argument pour justifier une telle action. En effet, alors que son objectif statutaire est d’atteindre une inflation proche mais inférieure à 2% sur le moyen terme, les dernières projections font état d’une inflation de 0.1% en 2015 et de 1.1% en 2016, ce qui lui laisse une marge d’action considérable.

Confrontées à la même problématique d’une demande étrangère en baisse, les banques centrales américaine et britannique ont choisi de réagir en changeant leur plan de relèvement des taux directeurs, ceci afin de continuer à soutenir leurs économies. Pour que la reprise européenne puisse prétendre rejoindre, un jour, les taux de croissance connus dans les pays anglo-saxon au cours des dernières années, et pour éviter de subir un nouveau ralentissement, la Banque centrale européenne n’aura d’autre choix que d’agir au cours de cette réunion du 22 octobre prochain. Sans cela, l’institution monétaire européenne pourra une nouvelle fois être tenue pour responsable de l’anémie économique du continent. Parce qu’encore une fois, elle ne pourra pas prétendre qu’elle n’avait pas été prévenue par une batterie d’indicateurs défavorables.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
Comment les socialistes en sont arrivés à se demander ce qu'est le vrai vote utile pour eux
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 10/10/2015 - 08:55
La question est plutot
Pourquoi s'être fâché avec Poutine pour un coût exorbitant pour la France?