En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 9 heures 21 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 10 heures 58 sec
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 11 heures 26 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 17 heures 25 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 17 heures 28 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 9 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 11 heures 12 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 11 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 17 heures 25 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 17 heures 25 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 17 heures 28 min
Dans ma Benz

Et si les Allemands étaient meilleurs en grosses berlines qu'en banques ?

Publié le 04 décembre 2011
A en croire l'Autorité bancaire européenne (ABE), les banques allemandes auraient besoin de 9,6 milliards d'euros. Une preuve de plus de l'état fragile des banques outre-Rhin. Seconde et dernière partie d'une série en deux épisodes consacrée à la crise de la dette allemande.
Pascal Ordonneau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Ordonneau est l'ancien patron du marketing chez Citibank, ancien Directeur général des groupes Crédit Lyonnais et HSBC.Il a notamment publié La désillusion, abécédaire décalé et critique de la banque et de la finance, paru aux éditions Jacques...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A en croire l'Autorité bancaire européenne (ABE), les banques allemandes auraient besoin de 9,6 milliards d'euros. Une preuve de plus de l'état fragile des banques outre-Rhin. Seconde et dernière partie d'une série en deux épisodes consacrée à la crise de la dette allemande.

Première partie de cette série en deux épisodes 
consacrée à la crise de la dette allemande : 

Banques dégradées et dette record : l'Allemagne aurait-elle menti ?

 

Rappelons-nous cette histoire incroyable, celle de la fameuse Hypo-réal. Cette banque qui, pendant qu’Angela était en train de discuter avec sagesse et pondération des voies et moyens de répondre aux folies bancaires américaines, annonça que si on ne lui passait pas 50 milliards d’euros demain matin, elle se déclarerait en cessation de paiements ! Or, à ce moment même, Angela était en train d’expliquer qu’elle tenait son système bancaire en laisse comme le maître chien son doberman de guerre.

Une boulette ? Ça n’arrive qu’une fois ? Mais non ! Ça arrive assez souvent ! La Commerzbank, par exemple annonçait, fin novembre, qu’elle aurait besoin de quelques 2,9 milliards d’euros pour compléter ses fonds propres. Deux ou trois jours plus tard, la banque annonçait qu’en fait ce serait plus de 5 milliards…

En fait de doberman, les banques allemandes font plutôt roquet. On ne parlera pas de la Commerzbank : c’est une banque quasi nationalisée, sous contrôle gouvernemental, non plus que la Dresdner. Allons, ne pleurez pas Milord ! Il y a encore la Deutsche Bank. Confiée jusqu’au mois de novembre 2011 à la gestion d’un Suisse allemand. Pour que les apparences soient sauves ? La Deutsche Bank est 28e banque mondiale, seule banque allemande dans le classement des 50 premières mondiales par la capitalisation boursière de 2011.

On dira que cet indice s’est cassé la figure pendant le courant de cette année, et on aura raison, mais le classement par bénéfice donne la Deutsche Bank 37e, et toujours seule banque allemande. L’Allemagne, quatrième pays du monde pour le PNB ? Et seulement,  une banque parmi les cinquante premières du monde?

La raison est simple : les autres banques allemandes sont, ou bien des caisses d’épargne, la ménagère de cinquante ans allemande a besoin de quelque chose de sûr pour mettre son argent, ou bien des banques de Lander. Ce sont ces banques-là qui se retrouvent dans le collimateur des noteurs. Leur dynamisme est légendaire et leur passion pour les "subprimes" américains aussi.

On ne sait pas très bien ce que tout cela a coûté (250 milliards d’euros ? Plus ? Beaucoup plus peut-être !) et où ces fameux produits financiers toxiques ont été stockés. Les structures de défaisance se sont succédées aux structures de gestion des mauvais actifs, un peu comme quand on met la poussière sous le tapis pour faire propre !

Comme si en brouillant les pistes, les Allemands finiraient par faire oublier ces choses abominables fait par des gens irresponsables : les banquiers. Il a fallu que les responsables des instituts de statistiques européens insistent fortement pour que les garanties publiques données sur l’endettement des sociétés de defeasance soient effectivement intégrées dans le calcul des dettes souveraines. Les Allemands ? Qui planqueraient des informations désagréables comme de vulgaires Grecs ? "Schade !"

Les Allemands ne savent pas faire de la banque

Les Allemands, il faut le comprendre, n’aiment pas la banque et ils considèrent qu’une économie vertueuse ne peut pas dépendre du système bancaire, qu’il soit allemand ou autre. Alors quoi ? La monnaie est vraiment un voile pour la veuve de Stuttgart. Ces derniers temps, on ne voit pas de jolies choses quand on le soulève. Alors les Allemands ont décidé qu’il fallait borner la chose monétaire et bancaire.

Quand on leur dit : ce serait bien qu’on puisse émettre des obligations européennes, ils répondent qu’ils ne sont pas là pour faire un métier de rehausseur de crédit et faire accéder les mauvais aux meilleurs notes des agences de notation, comme ces dernières avaient rehaussé les dettes subprimes. L’Allemagne ne rehaussera pas ! C’est la mort du ‘Uber Alles ‘,  ‘au dessus de tout’, ce chant de la nation allemande.  L’Allemagne …a renoncé à être ‘Ubermenshen’. Ça n’a pas marché et puis, aujourd’hui elle n’a plus l’âge ».

Elle ne veut pas non plus que la BCE joue le rôle de préteur de dernier ressort… Elle n’aime pas beaucoup l’idée que le FESF soit vraiment doté des moyens qui lui permettrait d’intervenir.

L’Allemagne ne veut pas faire de la banque, un point c’est tout ! La banque et les banquiers, c’est du pipeau pour Angela Merkel et la ménagère de Stuttgart. Toutes les banques allemandes mais aussi les "Sparkasse" ont mal tourné. Comment imaginer qu’une banque centrale soit "prêteur de dernier ressort"? Si les banques n’ont pas les moyens de prêter, elles n’ont qu’à ne pas le faire ! Au surplus, l’industrie allemande a-t-elle vraiment besoin des banques ? Les grandes entreprises allemandes n’ont pas conquis les parts de marché que tout le monde leur envie grâce à elles !

L’activité bancaire n’est pas une chose sérieuse en Allemagne ? Une preuve ? Toutes les anciennes banques privées, sauf une, ont disparu.  Quant aux banques régionales, qui sont des banques publiques, la classe politique allemande n’a pas de mots assez durs pour les fustiger. Les banques ne sont pas des institutions sérieuses. Un bon critère : la recapitalisation des banques et les besoins en capitaux propres nécessaires pour faire face à la montée des risques.

Les banques allemandes ont annoncé que leurs besoins s’élèveraient à quelques 5 milliards d’euros, c'est-à-dire le montant "revisité" nécessaire "a minima" à la Commerzbank !!!! En fait, ce serait au moins le double qu’il leur faudrait trouver sur les marchés en 2012 ! C’est simplement la même histoire que Hypo real… les banques allemandes ne sont pas à l’aise avec les chiffres ! Comme le disait un commentateur : "Il y a du souci à se faire pour les banques allemandes !"

Les Allemands ne seraient-ils à l’aise que pour faire des grosses voitures ?

C’est la question que tout le monde se pose. Finalement, si les Allemands disent "nein" à tout, est-ce au nom de la prudence financière ? Est-ce parce qu’Angela Merkel, qui a été élevée à la dure formation marxiste à l’époque de l’Allemagne soviétique n’a que méfiance pour la monnaie et le voile qu’elle jette sur l’économie réelle, la vraie ?! Les Allemands qui disent avoir tant souffert des banques et de la monnaie qui déraillent, n’ont-ils pas renoncé depuis longtemps à comprendre le fonctionnement de la banque, de la monnaie et des mécanismes financiers ?

Les décisions prises par les autorités allemandes consistent à accumuler des interdictions de faire en banque et en finance. Et si cela ne révélait tout simplement pas une incapacité intellectuelle à "penser" la monnaie et la banque ? Et si la conclusion était : "les Allemands sont bons dans les grosses bagnoles, mais ils sont nuls en banque" ?

Si c’était le cas, l’Europe serait vraiment mal partie !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
brennec
- 05/12/2011 - 11:23
Il y a une vie économique après les banques?
Visiblement l'économie réelle, la vraie, n'a que faire des banques en allemagne. C'est assez étonnant alors que partout ailleurs on estime qu'il ne peut y avoir de développement sans banque. Pourtant quand on y regarde de plus près, nos banques a nous ont très peu a voir avec l'économie et beaucoup avec les dettes souveraines;
Jean-Francois Morf
- 04/12/2011 - 11:28
Nicolas Hayek avait beauco d'admiration pour la Deutsche Bank...
...après s'être fait voler des millions par les banksters suisses!
Ravidelacreche
- 04/12/2011 - 11:09
Les Allemands ne savent pas faire de la banque
Ils ont peut être "oubliés" de détruire les vieux deutshmarks ?