En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 1 heure 47 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 2 heures 21 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 2 heures 55 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 3 heures 40 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 3 heures 49 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 4 heures 49 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 5 heures 17 min
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 2 heures 14 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 2 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 4 heures 11 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Société
Mais qui sont ces hommes qu’un nombril déchaîne(rait) ?

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

il y a 5 heures 52 min
© Reuters
98% des vins rouges en provenance de Californie, de Washington, de l'Oregon et de New-York sont contaminés à l'arsenic.
© Reuters
98% des vins rouges en provenance de Californie, de Washington, de l'Oregon et de New-York sont contaminés à l'arsenic.
American way of drinking

De l’arsenic dans le vin américain : pourquoi il vaut mieux être un peu chauvin quand on débouche un bon cru

Publié le 05 octobre 2015
En dépit du scandale de l'année passée, le vin en provenance des Etats-Unis contient toujours un certain nombre de toxines dangereuses pour la santé. Parmi celles-ci, on trouve notamment de l'arsenic, spécifiquement dans les bouteilles qui arrivent tout droit depuis la Californie, Washington, New York ou l'Oregon.
Fabrizio Bucella
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrizio Bucella est professeur des Universités (Université Libre de Bruxelles), physicien, docteur en Sciences et sommelier. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit du scandale de l'année passée, le vin en provenance des Etats-Unis contient toujours un certain nombre de toxines dangereuses pour la santé. Parmi celles-ci, on trouve notamment de l'arsenic, spécifiquement dans les bouteilles qui arrivent tout droit depuis la Californie, Washington, New York ou l'Oregon.

Atlantico : En dépit du scandale similaire qui éclatait déjà l'an passé, le vignoble américain est à nouveau exposé à des analyses dérangeantes : d'après une étude rapportée par la presse anglo-saxonne, 98% des vins rouges en provenance de Californie, de Washington, de l'Oregon et de New-York sont contaminés à l'arsenic. Fondamentalement, n'est-ce pas la preuve que côté vin, mieux vaut rester Français ?

Fabrizio Bucella : Ce que l’étude a montré, c’est que soixante-cinq échantillons de vins provenant des quatre plus grands états producteurs (Californie, Washington, New-York et Oregon) avaient des niveaux d’arsenic supérieurs à la moyenne autorisée pour l’eau potable. C’est bien entendu un signal d’alerte qu’il ne faut pas prendre à la légère. Les auteurs de l’étude ont cependant précisé que, s’il s’agissait de la seule source d’arsenic dans le régime alimentaire, les dangers pour la santé étaient limités.

L’arsenic, une sorte de métal ou semi-métal, se trouve à l’état naturel dans les roches et minerais. Lorsqu’elles sont érodées par l’eau ou le vent, un peu de cet élément peut passer dans les plantes. Le métal toxique (rappelons qu’à forte concentration l’arsenic est mortel) s’accumule dans la peau des raisins. Les échantillons de vin rouge analysés contiennent donc plus d’arsenic que ceux de vin blanc, car le pressurage préalable à la fermentation de ces derniers enlève la peau du processus d’élaboration.

Comment peut-on expliquer une telle découverte dans les vins américains ? Les différents organismes de contrôle aux Etats-Unis sont-ils moins efficaces qu'en France ?

Les auteurs de l’étude expliquent que les taux supérieurs trouvés au Etats-Unis sont dus à une différence de substrat géologique entre les vignobles européens et états-uniens. Si l’on détecte des taux supérieurs à la norme, cela signifie-t-il que le système de contrôle fonctionne ou bien qu’il dysfonctionne ? Ce n’est pas pour le plaisir de retourner la question, mais c’est plutôt rassurant de voir des études réalisées et les résultats publiés.

Qu'en est-il au niveau Européen ? Au fond, sommes-nous vraiment à l'abri d'un scandale de la sorte ?

Il y a énormément de valeur ajoutée dans le vin, c’est peut-être le produit agricole qui a une des plus grandes valeurs ajoutées. La tentation a toujours existé pour des malhonnêtes d’augmenter les profits au détriment de la santé publique.

Le vignoble européen a été touché par des scandales bien plus importants qu’un taux d’arsenic supérieur à la moyenne (rappelons que pour cette histoire d’arsenic, il ne s’agit pas d’une manipulation humaine, le métal s’est retrouvé naturellement en grande concentration dans la peau des raisins).

Parmi les scandales européens de belle ampleur on peut citer : fraude des vins italiens au méthanol (une vingtaine de morts tout de même en Italie dans les années quatre-vingt), fraude des vins autrichiens à l’antigel, fraude de vins français par adjonction de sucre (beaujolais) ou de vins d’autres régions (Midi) … Tout récemment, c’est une maison de négoce historique de la Bourgogne, Labouré-Roi, qui a été condamnée pour fraude à la coupe et tromperie sur l’étiquetage, même si dans ce dernier cas la santé publique n’était pas en jeu.

Faut-il s'attendre à ce qu'un tel scandale impacte le marché mondial du vin ?

Je ne le pense vraiment pas. Peut-être fera-t-on plus attention et des contrôles systématiques seront mis en place, à l’instar de ce qui se fait pour l’eau potable.

Par contre, je suis plus inquiet quand des études très récentes (2013) ont montré qu’il y avait trois cent fois plus de résidus de pesticides dans le vin que dans l’eau potable. Cela entache la réputation de la filière et cela ne restera pas sans conséquence. La tentation est grande de vouloir obliger les vignerons à indiquer l’ensemble des produits œnologique utilisés pour la fabrication du vin. C’est en débat au Parlement Européen.

Le législateur européen veut augmenter l’information donnée au consommateur, les calories contenues dans le vin risquent un jour de se retrouver indiquées sur les bouteilles, peut-être pas d’une manière précise mais un ordre de grandeur sera donné. Dernièrement, le député européen Marc Tarabella (PSE, Belgique) a fait une proposition innovante afin d’indiquer l’ajout de levures et la teneur en sulfites pour les vins biologiques. Ce processus de meilleure information et d’étiquetage touche tous les produits alimentaires et le vin ne pourra faire encore longtemps figure d’exception.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires