En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

05.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

06.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

07.

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

05.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 6 heures 17 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 7 heures 50 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 9 heures 24 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 11 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 15 heures 6 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 18 heures 21 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 20 heures 7 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 7 heures 9 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 8 heures 27 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 10 heures 41 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 12 heures 31 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 20 heures 20 min
Editorial

Pourquoi un budget terne et sans ambition est un obstacle aux réformes indispensables

Publié le 02 octobre 2015
Le projet de loi de finances pour 2016 du gouvernement de Manuel Valls a été adopté, mercredi 30 septembre, en Conseil des ministres. Et il est terne, sans ambition, avec même de mauvais signaux tels que l’augmentation du nombre des fonctionnaires et avec un grand vide concernant la place des réformes.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi de finances pour 2016 du gouvernement de Manuel Valls a été adopté, mercredi 30 septembre, en Conseil des ministres. Et il est terne, sans ambition, avec même de mauvais signaux tels que l’augmentation du nombre des fonctionnaires et avec un grand vide concernant la place des réformes.

Le projet de loi de finances qui vient d’être adopté par le Conseil des ministres est à l’image de François Hollande : il est terne, sans ambition, avec même de mauvais signaux tels que l’augmentation du nombre des fonctionnaires et avec un grand vide concernant la place des réformes. Au total, un ensemble de dispositions qui confirme une fois de plus l’incapacité du pouvoir à sortir de la vieille routine pour innover, adapter le pays et réduire l’écart qui ne cesse de se creuser avec nos principaux partenaires européens.

Le dernier budget du quinquennat qui s’appliquera en année pleine ne permettra pas de corriger les effets désastreux des hausses d’impôts qui avaient marqué les deux premières années du retour des socialistes au pouvoir, en étouffant la reprise et provoquant un bond du chômage. Depuis lors, on applique toujours la technique du rabot, en gelant certains crédits, réduisant a minima certaines dépenses, sans jamais aller au fond ni entamer la moindre réforme d’envergure. Un exemple parmi d’autres : plus de deux cents taxes à faible rendement dont le recouvrement coûtait parfois plus cher qu’elles ne rapportent avaient vocation à être supprimées, mais le gouvernement s’est arrêté à trois seulement pour un montant de 36 millions face aux résistances qu’il a rencontrées.

Le principal reproche énoncé au projet est le flou qui le caractérise, avec de nombreuses inconnues, faute de définir vraiment un cap et une stratégie, avec cet optimisme bien dans la nature de François Hollande en ce qui concerne les perspectives de croissance, car la plupart des experts mettent en doute la possibilité de réaliser 1,5% l’an prochain, alors que les prévisions pour 2015 sont déjà revues à la baisse.

Fidèle à son comportement traditionnel, le gouvernement prétend distribuer les bénéfices d’une reprise qui n’existe pas encore, en accordant une pincée de baisse d’impôt pour huit millions de contribuables représentant les classes moyennes inférieures (les classes populaires n’étant pas soumises à cet impôt dans la pratique). En réalité, il n’y a pas de véritable pause fiscale pour les ménages avec la prolifération de nouvelles taxes insidieuses, alors qu’elle s’est déjà alourdie de 18 milliards pour les trois budgets précédents.

Tandis qu’un grand point d’interrogation concerne les économies : 21 milliards avaient été promis pour cette année, alors que 18,5 seulement ont été couverts. Pour 2016, seize milliards sont annoncés, mais le Haut conseil des finances publiques se montre réservé face aux risques qui demeurent.

Finalement, la France sera contrainte d’emprunter 187 milliards, autant que cette année, avec une charge de la dette qui représentera 44,5 milliards d’euros, plombant le déficit à plus de 300% et faisant sans doute de notre pays la lanterne rouge en Europe. On n’ose imaginer ce qu’il adviendra si les taux d’intérêt reprennent leur ascension dans le monde ce serait dramatique pour les finances publiques.

Au total, François Hollande a voulu, encore une fois, retarder les échéances en reportant à plus tard les décisions indispensables au redressement du pays. L’opinion y est prête pourtant comme le montrent les sondages, mais c’est souvent la classe dirigeante qui conforte le pouvoir à ne pas désserer les freins pour continuer à bénéficier de ses privilèges avec des syndicats qui ne représentent qu’eux-mêmes et pas leurs troupes exsangues. La France ne pourra rester plus longtemps dans son splendide isolement, en consommant plus qu’elle ne produit, en affichant un commerce extérieur en déficit malgré les avantages que lui procurent la baisse du pétrole et de l’euro. Car la pression extérieure se fait de plus en forte. Les réformes sont inévitables, mieux vaudrait les préparer pour éviter qu’elles ne s’accomplissent un jour dans le désordre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/10/2015 - 10:15
Et pendant ce temps: destruction d'emplois
et destruction d'industrie! Le gauchisme voulait être une calamité pour la richesse d'un pays, et il l'est bien, les Français confirment!...
Anguerrand
- 03/10/2015 - 07:39
Un budget bidon mais ils s'en foutent
Ils se disent qu'après eux, ce sera le déluge et qu'ils pourrons arrivé dans l'opposition et critiquer tout ce que le gouvernement fera et dieu sait si ils y aura à réformer à peu près tout. En plus avec leur budget bidon ils savent très bien qu'il ne sera pas réalisable.