En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 39 min 46 sec
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 3 heures 30 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 3 heures 31 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 3 heures 35 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 19 heures 58 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 53 min 16 sec
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 1 heure 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 3 heures 31 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 3 heures 35 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 20 heures 41 min
info atlantico
© Pixabay
62% des Français sont conscients de l'impossibilité de concilier des dépenses publiques élevées et une baisse des impôts.
© Pixabay
62% des Français sont conscients de l'impossibilité de concilier des dépenses publiques élevées et une baisse des impôts.
Sondage exclusif

62% des Français ne pensent pas qu’il soit possible de baisser durablement les impôts sans baisser les dépenses publiques

Publié le 02 octobre 2015
D'après un sondage Ifop pour Contribuables Associés, dévoilé en exclusivité par Atlantico, 62% des Français jugent qu'il est impossible de toucher aux impôts sans toucher aux dépenses publiques. De même, 82% de nos concitoyens estiment que l'impôt est aujourd'hui un frein réel à l'emploi. A l'évidence, les promesses de François Hollande semblent bien difficiles à tenir...
Eudes Baufreton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eudes Baufreton est délégué général de Contribuables Associés
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après un sondage Ifop pour Contribuables Associés, dévoilé en exclusivité par Atlantico, 62% des Français jugent qu'il est impossible de toucher aux impôts sans toucher aux dépenses publiques. De même, 82% de nos concitoyens estiment que l'impôt est aujourd'hui un frein réel à l'emploi. A l'évidence, les promesses de François Hollande semblent bien difficiles à tenir...

Atlantico : Dans le cadre d'un sondage réalisé par l'IFOP en exclusivité pour Atlantico, on réalise que 62% des Français sont conscients de l'impossibilité de concilier des dépenses publiques élevées et une baisse des impôts. Que peut-on en dire ?

Eudes Baufreton : Ce qu'il est important de remarquer, c'est que les Français lient désormais le niveau de dépense au niveau d'impôt. Auparavant, les politiques s'appliquaient consciencieusement à dissocier les dépenses des impôts, mais aujourd'hui les Français ne sont plus dupes.
 
Plus important encore, c'est ce que ce chiffre révèle et quelles questions ils soulèvent. Fondamentalement, on peut s'interroger sur le consentement des Français à l'impôt, dorénavant. Aujourd'hui, ils s'interrogent sur l'utilisation et la justification de l'impôt qu'ils payent. C'est une question qui, naturellement, est amenée en raison du caractère excessif de l'impôt aujourd'hui. C'est ça qui pousse les gens à se demander ce qui est payé avec l'impôt : ce dernier empiète sur leur liberté privée. Une réduction du pouvoir d'achat c'est un empiètement sur les libertés individuelles et cela amène les gens à faire le bilan. "Qu'est-ce que, dans ma vie quotidienne, est payé (ou dépensé) par l'Etat ? Qu'est-ce qui est justifié ?" Tous n'adhèrent plus nécessairement à ce projet de société, financé par les impôts. Cette question du consentement à l'impôt c'est, à mon sens, l'élément le plus fort de ce sondage.
 
Je crois qu'une autre question mérite qu'on s'attarde dessus, également. Les gens pensent en majorité que le niveau de l'impôt, selon qu'il soit élevé ou non, a une incidence sur leur pouvoir d'achat, et donc sur l'emploi. Les Français ont désormais conscience (et il est surprenant que les médias ne s'y intéressent pas) qu'un niveau excessif d'impôt à une conséquence directe sur le chômage. Concrètement, si nous n'avions pas tant d'impôts à payer, nous ferions face à moins de chômage.

 

 

L'extrême majorité des Français (82%) estiment néanmoins que les impôts qu'ils payent aujourd'hui ont un impact considérable sur leur consommation et donc sur l'emploi. Sur cet aspect, les électeurs du Front de Gauche et des Républicains tombent d'accord. Comment peut-on l'expliquer ?

Je crois que cela traduit clairement le fait que le peuple comprend qu'il fait face à un discours politique, qui n'est pas nécessairement en phase avec la réalité des choses. Cela révèle le décrochage entre la réponse politique qu'on nous propose jusqu'à présent, et l'attente de nos concitoyens. J'y vois le fait que les Français, conscients  des promesses de tel ou tel politiciens, sont également conscients du lien entre chômage et emploi. Ces promesses, qui ne tiennent pas face à la réalité des événements, cristallisent plus encore ce décrochage.
 
On peut illustrer tout ça avec une petite histoire : celle du jockey qui est trop lourd pour son propre cheval. Tant qu'il n'y aura pas de cure d'amaigrissement, le jockey sera toujours trop lourd. Pour rendre la France plus économique, il est indispensable que la sphère de l'Etat diminue. Cela correspond donc à moins de dépenses publiques pour moins d'impôts, ce qui découlera sur plus de compétitivité pour les entreprises et plus de pouvoir d'achat pour les ménages. Si les ménages peuvent consommer on rentre dans un cercle vertueux : leur consommation se fera au profit des entreprises qui pourront elles mêmes recruter. Le point de départ de ce cercle, c'est l'allègement des dépenses de l'Etat en commençant par la suppression du statut de la fonction publique, du mille-feuilles territoriale… Une fois cette cure réalisée, les entreprises gagneront en compétitivité et les ménages en pouvoir d'achat. Ces deux acteurs n'étant plus autant taxés, tout le monde en profitera. Nous ne parviendrons pas à baisser le chômage tant que l'Etat ne fera pas facture d'amaigrissement.
 
Malheureusement, on explique aujourd'hui que plus nous ferons face au chômage, plus nous aurons besoin de l'Etat. Plus il y aura besoin de l'Etat, plus cela justifiera, bien entendu, de lever des impôts. Or le fait est que plus on lève des impôts et plus cela va mal. Le recours, dans une situation difficile apparaît être l'Etat, quand l'Etat est en fait le problème. Si l'Etat était moins interventionniste, nous ferions face à moins de problèmes. Ce sondage illustre le fait que tout le monde, dans le peuple, le sait. C'est l'élite et c'est le système qui persistent à vouloir des levées d'impôts, un Etat fort. Ca n'est pas représentatif de la volonté du peuple, c'est représentatif de ce dualisme dans lequel la société est ancrée aujourd'hui. D'un côté, les politiques, les patrons du CAC 40, les grands médias, etc. De l'autre, les Français qui se rendent compte que cette élite les pompe et que cela fragilise notre système économique, en plus de provoquer le chômage. C'est d'autant plus marqué en province, mais on réalise que cette élite est en train de briser le pacte social. C'est pourquoi les Français pensent que la réponse n'est plus politique. On a d'abord cru que Nicolas Sarkozy avait un problème, avec l'arrivée de François Hollande, certains réalisent que c'est systémique.

 

En dépit de la décision du gouvernement d'accueillir 30 000 migrants sur deux ans, 73% des Français estiment qu'ils ne sont pas à même d'accuser le coup financier d'une telle décision. Dans quelle mesure le gouvernement risque-t-il de faire face à un retour de bâton ?

Cela va creuser plus encore l'écart entre l'intelligentsia d'une part, qui ne souffre pas de cette immigration et en est préservée, et d'autre part ceux qui le subissent de plein fouet. Quand on jette un œil au sondage, on réalise d'ailleurs qu'il s'agit avant tout d'ouvriers, bien plus réfractaires que les revenus plus élevés. Ces derniers ont les moyens de ne pas le subir. On creuse l'écart entre le peuple, les Français dans leur grande majorité, et les dirigeants. 
C'est parce que les gens se rendent de plus en plus compte qu'il faut s'attendre à un retour de bâton. Un sentiment d'injustice, et non de racisme, monte. Le problème c'est le suivant : les plus modestes d'entre nous ont de moins en moins à manger dans leurs assiettes et on leur annonce qu'ils vont désormais devoir partager. Cela engendre des réactions de replis, certes, mais pas des réactions racistes pour autant. C'est très pragmatique, bête et sans doute méchant, mais aujourd'hui les gens ne peuvent pas assumer une nouvelle dépense liée à l'accueil des migrants.

Méthodologie

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 03/10/2015 - 07:33
Il n'y a que Flanby 1 er pour ne pas le comprendre
Il y a tellement dé fonctionnaires qui vont au travail pour regarder les mouches voler. Bien sûr je ne parle pas des hôpitaux, de la police, ni des autres rôles régaliens de l'état. Mais du fisc ou tout est automatisé, du ministère des anciens combattants ou l'on a réussi à augmenter le nombre de fonctionnaires, des collectivités locales ou c'est la gabegie permanente. La France est le seul pays à avoir autant de fonctionnaires par habitants, payés à vie qui ne travail que 32 heures en moyenne. Ils sont 1,5 million de plus que la moyenne des pays comparables, ca ce serait une vraie économie. Le problème ils votent PS.
Anouman
- 02/10/2015 - 22:14
Catastrophe
Cela signifie qu'il y en a 48% qui croient qu'on peut baisser les impôts sans baisser les dépenses. Même un concept aussi simple qu'un budget dépenses-recettes leur est incompréhensible...
Liberte5
- 02/10/2015 - 15:09
Le peuple fait preuve de bon sens.
Seule façon de diminuer les impôts: réduire les dépenses. Évidemment il ne s'agit pas de réduire à l'aveugle les dépenses, mais de cibler dans les dépenses de fonctionnement toutes les économies qui peuvent être faites. Sans parler des gaspillages dont la cour des comptes nous abreuve. Le toilettage doit se faire à tous les étages état, régions, départements , communautés de communes et communes.