En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 1 heure 7 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 2 heures 49 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 5 heures 46 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 6 heures 48 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 11 heures 32 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 13 heures 10 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 2 heures 6 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 4 heures 8 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 6 heures 19 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 7 heures 24 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 9 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 13 heures 23 min
© Capture d'écran/ France 2
Nadine Morano a déclenché un tollé samedi soir
© Capture d'écran/ France 2
Nadine Morano a déclenché un tollé samedi soir
Effet boomerang

Nadine Morano, ses contempteurs et la perspective d'une France musulmane : qui sont vraiment les pompiers pyromanes dans les débats d'aujourd'hui ?

Publié le 28 septembre 2015
Face à la députée européenne, les contradicteurs du plateau de Laurent Ruquier ont été choqués à l'idée que la France pouvait avoir des racines judéo-chrétienne et être majoritairement blanche. Yann Moix a d'ailleurs affirmé "qu'un jour, la France pourra être musulmane, [...] ce sera le mouvement de l'Histoire". Une intervention malhabile qui nourrit contre son gré un scénario à la Houellebecq et attise les craintes identitaires.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Haoues Seniguer est maître de conférences en science politique à l'Institut d'Études Politiques de Lyon (IEP)Il est aussi chercheur au Triangle, UMR 5206, Action, Discours, Pensée politique et économique à Lyon et chercheur associé à l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hayette Hamidi est Secrétaire Nationale pour le parti Les Républicains et présidente du think tank France Fière. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Haoues Seniguer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Haoues Seniguer est maître de conférences en science politique à l'Institut d'Études Politiques de Lyon (IEP)Il est aussi chercheur au Triangle, UMR 5206, Action, Discours, Pensée politique et économique à Lyon et chercheur associé à l'...
Voir la bio
Hayette Hamidi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hayette Hamidi est Secrétaire Nationale pour le parti Les Républicains et présidente du think tank France Fière. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la députée européenne, les contradicteurs du plateau de Laurent Ruquier ont été choqués à l'idée que la France pouvait avoir des racines judéo-chrétienne et être majoritairement blanche. Yann Moix a d'ailleurs affirmé "qu'un jour, la France pourra être musulmane, [...] ce sera le mouvement de l'Histoire". Une intervention malhabile qui nourrit contre son gré un scénario à la Houellebecq et attise les craintes identitaires.

Atlantico : Le passage de Nadine Morano sur le plateau de Laurent Ruquier samedi soir a provoqué une levée de bouclier. "Nous sommes un pays judéo-chrétien, le général De Gaulle le disait, de race blanche qui accueille des personnes étrangères, a-t-elle déclaré. Je n'ai pas envie que la France devienne musulmane. Ce ne serait plus la France" a en effet déclaré la député européenne LR. Le fait de dire que la France est un pays majoritairement blanc et aux racines judéo-chrétiennes est-il devenu un scandale ?

Vincent Tournier : Le moins que l’on puisse dire, c’est que Nadine Morano a mis les pieds dans le plat. Elle est sans doute l’une des rares à pouvoir le faire. Comme elle n’a pas grand-chose à perdre concernant sa crédibilité auprès d’une certaine intelligentsia parisienne, elle peut se permettre de briser des tabous, de dire tout haut ce que plus personne n’ose dire tant la pression est forte. Vu sa piètre image auprès des élites, on pourrait d’ailleurs se demander pourquoi elle suscite autant de réactions : n’est-elle pas censée être dénuée de cerveau comme le clame Guy Bedos avec l’approbation des médias et des tribunaux ? En réalité, l’intelligentsia est secrètement ravie : avec Nadine Morano, elle a trouvé son vilain petit canard, son spécimen repoussoir, l’incarnation de la pensée "rance" qu’elle dénonce ; grâce à elle, il lui est facile de réaffirmer sa supériorité intellectuelle et de se conforter dans ses propres certitudes.

Le problème est que, en l’occurrence, le bon sens est plutôt du côté de Nadine Morano. Dire que la France est historiquement une société blanche est une évidence que seule une bonne dose de mauvaise foi peut refuser de voir. Sauf que, évidemment, rappeler cette évidence heurte de plein fouet  le "mythe immigrationniste" qui se constitue depuis quelques décennies. Or, l’histoire s’écrit en fonction des enjeux du présent, et on assiste aujourd’hui à une lutte idéologique qui vise à modifier le contenu du récit national. Par exemple, on voit émerger l’expression des "racines sarrasines de la France", laquelle cherche à prendre le relais des "racines chrétiennes". Dans quelques années, on parlera sans doute des racines africaines ou asiatiques de la France. Le côté positif, c’est que ce nouveau récit devrait permettre aux minorités de mieux trouver leur place dans la société française. Le côté négatif, c’est qu’il n’est pas sûr que la vérité historique en sorte grandie.

Hayette Hamidi : Tout d'abord, je tiens à préciser que je ne reconnais évidemment que la race humaine. Quant aux théories fumeuses voulant absolument classer les femmes et les hommes selon une "pureté raciale", je les dénonce avec force. D'autant plus qu'encore récemment, notre pays a connu la barbarie nazie à ce sujet et la Shoah qui en a découlé.

Notre pays, historiquement, est de culture chrétienne. Et, il ne devrait y avoir aucune difficulté à le dire puisqu'il s'agit d'une réalité factuelle. D'ailleurs, nous faisons trop souvent l'amalgame entre notre pays dans son ensemble ainsi que sa population, avec l'Etat et le régime politique démocratique dans lequel nous vivons à savoir, la République. Même si je suis bien consciente que, parfois, il existe une volonté idéologique d'effacer toute influence religieuse, la réalité est que notre pays et ses habitants dans une majorité ont une tradition chrétienne doublement millénaire ou du moins depuis la conversion au christianisme de Clovis au Vème siècle. Et il s'agit d'honnêteté intellectuelle que d'accepter de dire que la culture de notre pays, voire même de notre République, s'est érigée sur des fondations chrétiennes.
 
En cela, je tiens à rassurer Nadine Morano : la France n'est pas musulmane et ne le sera jamais. Il n'existe aucune dynamique démographique allant dans ce sens. Quant à la couleur de peau - que la République ne reconnaît pas, il est évident qu'elle n'est nullement perçu de manière identique que l'on soit dans le Lubéron ou en Guyane. Je pense sincèrement que nous devons appréhender ces éléments de l'identité de notre pays sans honte, ni complexe mais avec intelligence et honnêteté : c'est le travail ambitieux que FRANCE FIERE, think tank que je préside, a décidé d'entreprendre durant les six prochains mois.
 

Yann Moix, l'un des chroniqueurs de l'émission, déclara qu"'un jour, la France pourra être musulmane, et ce sera comme ça, ce sera le mouvement de l'histoire". A quel point faut-il être déconnecté des Français pour en arriver à exécuter le scénario de Michel Houellebecq sur la soumission des élites sans même en prendre conscience ?

Vincent Tournier : Le livre de Michel Houellebecq a fait scandale alors qu’il ne faisait que prendre aux mots ceux pour qui l’islam est l’avenir de la France. En somme, il leur disait : eh bien, chiche ! essayons d’imaginer comment pourrait s’effectuer la mise en place de cette France musulmane dont vous annoncez l’avènement. Le livre de Houellebecq est d’autant plus déstabilisant que, dans son scénario, les musulmans n’ont pas besoin d’être majoritaires. Dans le livre, le candidat musulman parvient à emporter l’élection présidentielle parce qu’il est soutenu par une coalition englobant les musulmans et les partis de gouvernement, ces derniers étant prêts à tout pour éviter la guerre civile et la victoire du FN.  

On est évidemment dans la littérature de fiction, mais le succès du livre repose sur le fait que son hypothèse centrale, à savoir que les élites sont acquises à l’idée d’un basculement culturel vers l’islam, apparaît crédible aux yeux d’une partie des électeurs. Le propos de Yann Moix ne peut que lui donner raison : pour une partie des élites, la perspective d’une France musulmane est parfaitement logique. Le problème est que ces élites font fi des difficultés que pose la cohabitation de cultures très différentes. Je rappelle quand même que, en 2001, la Cour européenne des droits de l’homme a considéré que la charia, donc le droit musulman, n’est pas compatible avec les principes de la démocratie occidentale. On a le droit de souhaiter une France musulmane, mais encore faut-il expliciter ce que peut recouvrir un tel projet.
 

Hayette Hamidi : Il me semble que cette provocation de Yann Moix n'est que le reflet de son talent de romancier. Je reconnais là la fiction qu'il adore manier dans ses œuvres. Plus sérieusement, en dépit de la boutade, je trouve de très mauvais goût d'exprimer ce type de réponse : quel en est le but ?  Démographiquement, il est particulièrement aberrant de dire que cela sera un mouvement de l'Histoire. Surtout, ce type de réponses cristallise les craintes et les fantasmes sur lesquels les extrémistes de tout bord veulent nous emmener. 

Néanmoins, cela nous démontre effectivement la déconnexion entre la réalité que les citoyens vivent au quotidien et notamment la perception qu'ils peuvent avoir du contexte actuel, et certains intellectuels. Inconscience ou volonté manifeste de créer d'avantage le trouble, je trouve cela désolant à l'heure où les français souffrent des maux de plus en plus violents que peuvent être le terrorisme, ou les crises identitaires, sociales et économiques.

 

Dans quelle mesure est-ce que la réaction de Yann Moix pourrait-elle s'avérer contre-productive de son point de vue, et alimenter le scénario tel que celui de Geoffroy le Jeune sur l'hypothèse d'une élection d'Eric Zemmour en 2017 ?

Haoues Seniguer :  Pour ce qui est de Yann Moix, sur un tout autre registre que celui de N. Morano puisqu’il ne s’agit pas de stigmatiser des minorités ethniques et/ou religieuses, son propos se trouve d’une grande maladresse ; il nourrit le fantasme d’une islamisation rampante de la France et, in fine, donne du crédit à ceux qui voient l’islam et les musulmans de notre pays comme une cinquième colonne prête à s’emparer du pouvoir et à exercer sa domination sur les non-musulmans si les portes du pouvoir lui sont ouvertes. 

Vincent Tournier : Un autre problème est que  la cause antiraciste s’est emballée. Elle est devenue une idéologie, et le propre d’une idéologie, c’est de désigner des victimes et des bourreaux, en partant du principe que ceux qui ne sont pas du côté des victimes sont forcément du côté des bourreaux. C’est exactement la technique qu’utilisait le Parti communiste dans les années 1930 avec la rhétorique de l’antifascisme : "nous sommes les antifascistes, et si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes des fascistes".

La réalité est toutefois plus complexe. Les victimes se sont avérées être aussi, à l’occasion, des bourreaux. L’antisémitisme des milieux arabo-musulmans s’est révélé tellement massif que les juifs sont contraints de changer de quartier, voire de quitter la France. Lorsqu’Edwy Plenel écrit son livre Pour les musulmans, il dit vouloir s’inscrire dans les traces d’Emile Zola qui a publié en 1896 un article intitulé "Pour les juifs". La démarche est louable, mais aujourd’hui, l’urgence serait plutôt de faire lire le texte de Zola aux musulmans.

Par ailleurs, l’immigration s’est accompagnée de tout un lot d’incivilités en tout genre (dont le voile islamique n’est finalement qu’une des manifestations) qui ont contribué à segmenter les groupes sociaux et les espaces. Une agressivité quotidienne, gratuite ou crapuleuse,a prospéré au détriment des Français de souche, dont le drame est qu’ils ne peuvent même pas s’en plaindre puisque cette situation ne trouve pas sa place dans les schémas de pensée classiques de l’antiracisme. Je prendrais un seul exemple : l’agression antisémite de Créteil, à l’automne dernier, où un couple a été séquestré et violenté pour des motifs pécuniaires, avec un arrière-fond antisémite.Cette dimension antisémite a fait réagir les médias et les responsables politiques. C’est très bien, mais le problème est que, pour les Français de souche, cette situation est devenue tristement banale. L’Observatoire de la délinquance révélait ainsi que, en 2014, il y a eu 2.800 séquestrations, soit 8 par jour, parfois accompagnées d’actes de barbarie. Qui en parle ?

Hayette Hamidi : J'avoue que le scénario m'a fait sourire. Ce qui est intéressant de comprendre dans cette fiction, à mon sens, est la quête d'un candidat "extérieur". Cette idée n'est pas nouvelle : déjà en son temps Coluche incarnait cette candidature de l'extérieure. 

C'est la raison pour laquelle les élites politiques n'ont plus le choix : elles doivent absolument restaurer la confiance des français en leurs institutions et s'attaquer aux réelles difficultés. C'est une question vitale.

A quoi cet aveuglement pourrait-il nous mener, cette nouvelle police du langage qui voudrait modifier le réel ? Voit-on émerger deux France qui ne pourraient plus se comprendre... Ni même se parler ?

Vincent Tournier : La politique implique un jeu sur le langage. Les mots sont chargés de sens et chaque camp tente d’imposer son vocabulaire. On peut prendre l’exemple classique de la gauche qui, après le tournant de 1983, s’est vantée de mener une "politique de rigueur", et non une "politique d’austérité", terme supposé de droite. Du temps de la guerre froide, les querelles sémantiques ont été omniprésentes. C’était la fameuse langue de bois des communistes, dont un exemple célèbre est celui des "camps de rééducation".

Le paradoxe est que les démocraties contemporaines continuent de produire ces jeux idéologiques sur le langage : on le voit avec les débats sur le politiquement correct, qu’il s’agisse de la théorie du genre ou des discriminations. Des tabous sont progressivement instaurés : on ne doit plus parler des "droits de l’homme", des "vieux", des "gitans" ou des "handicapés". Une approche hypercritique du langage tend à se développer, qui pourrait mener très loin : pourra-on encore utiliser le terme de "femme", par exemple ?

Cette évolution est très problématique parce qu’elle oublie que la politique suppose un débat public, et que nul débat ne peut avoir lieu si on refuse les mots qui font sens pour la grande majorité des citoyens. Un débat politique, ce n’est pas un débat philosophique. Le fait de parler de race n’implique pas de porter un jugement de valeur ou de faire une hiérarchisation entre les groupes, il s’agit simplement de décrire une réalité élémentaire, à savoir qu’il existe des traits physiques héréditaires. L’escroquerie intellectuelle actuelle est d’ailleurs que l’existence des races est implicitement confirmée par l’obsession envers la surreprésentation des Blancs dans la vie politique et médiatique : comment peut-on dire à Nadine Morano que la France n’est pas historiquement de race blanche et soutenir dans le même temps qu’il y a trop de Blancs à l’Assemblée ou dans les émissions de télé ?

Hayette Hamidi :  Je pense qu'effectivement cela contribue à fracturer davantage notre société entre le peuple, d'un côté, et les élites intellectuelles et/ou politiques, de l'autre. Très clairement, nous le constatons au quotidien dans nos villages et nos quartiers ; sans verser dans le populisme gratuit, le fait de ne pas vouloir prendre en considération la réelle souffrance des français sous prétexte du politiquement correct amène inéluctablement à un rejet de ces élites et à une radicalisation.

Nous le voyons déjà à travers les taux d'abstention aux élections ou la défiance des jeunes à l'endroit des élus ou des autorités morales et intellectuelles.
Il est évident que tant que cette France d'en haut refusera de répondre concrètement à la souffrance des français, et les raisons de celle-ci, la fracture s'accentuera. 
 
A ce titre, c'est aux responsables politiques de réaliser cet effort national, en retournant sur le débat des idées pour solutionner de façon innovante les défis majeurs qui se présentent à nous. Il en va clairement de la cohésion nationale. J'entends trop, autour de moi, de discours d'incompréhension voire de frustration, face à cette volonté de cacher la réalité des difficultés de notre pays. Oui, nous vivons une crise lourde en matière économique, éducative et identitaire, qui parfois ébranlent la République. N'ayons pas peur de nous y attaquer de manière sincère et juste, sans tabou, c'est la seule solution durable.
Le monde politique doit s'ouvrir à la société dans sa réalité et se renouveler, tant dans les individus que dans les idées.
 

De ce fait, comment construire un débat où ces deux France pourrait enfin s'entendre ?

Vincent Tournier : Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut pas avoir un vrai débat si on passe son temps à déconstruire le langage au lieu de se centrer sur les enjeux. Tel est peut-être le but implicite que poursuivent certains. La question de la diversité raciale et religieuse de la société française n’est pas une question anodine. Une évolution de ce type peut certes être très positive, mais elle recèle aussi des risques importants. Or, on peut difficilement conjurer ces risques sans les identifier et les discuter, ce qui implique de pouvoir les nommer. La promesse de François Hollande de supprimer le mot race de la Constitution, qui a débouché sur un projet de loi adopté en 2013 par l’Assemblée (mais pas encore par le Sénat) qui se limite à l’exclusion du mot race de l’ensemble du droit, a pour effet pervers de nier le débat avant même qu’il ait lieu. 

Hayette Hamidi : La solution réside dans l'association de tous dans la production intellectuelle et la diffusion de solutions et d'idées, issues des réalités quotidiennes des françaises et des français.  C'est ce que nous faisons avec FRANCE FIERE.

Mais aussi, tout simplement, en posant le débat sans chercher à tout prix la stigmatisation ou la volonté de blesser et nuire. Cela passe par un état d'esprit ambitieux d'élévation et de réussite pour notre pays, indépendant des échéances électorales. 
C'est parce cela est primordial, indispensable et urgent pour notre pays que je crois en ce débat.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 29/09/2015 - 21:45
Le stade ultime de la haine de soi
C'est Moix (Yann).-----------
Morano creuse le fossé entre les Modem déguisés en LR à la Juppé NKM et les autres. Sympa!
Mike Desmots
- 29/09/2015 - 13:37
Les rois mages étaient de race noir et blanche...!
Ca n'a pas empêcher la France...l'Europe d'êtres des pays judéo/chrétiens...
Djib
- 29/09/2015 - 13:32
Pour la première fois dans l'histoire,
on assiste à ce spectacle étonnant d'une civilisation en faillite sur tous les plans, politique et économique, social et culturel, ravagée par l'obscurantisme, le clanisme et les guerres de religion, où les voilées consentantes et les frustrés du slip pullulent en vociférant dans les rues, terroriser la civilisation européenne occidentale, qui la surclasse pourtant dans tous les domaines, à commencer par sa puissance militaire. Un peu comme si l'empire ottoman décadent avait effrayé la Grande Bretagne avant la première guerre mondiale. Peut-être que les historiens, s'il en reste dans les temps qui s'annoncent, se pencheront-t-ils sur cet étonnant paradoxe.